Avis sur les derniers animes vus

Modérateurs : Aer, Equipe forum MATA-WEB Animanga : Discussions sur les animés et mangas

Retourner vers Animanga

Avatar de l’utilisateur
Ialda
Modo : bodacious kunoichi otaku
 
Messages: 19114
Inscription: Sam 31 Mar 2007, 13:25
Localisation: Kamurochô

Re: Avis sur les derniers animes vus

Messagede Ialda le Mer 19 Fév 2020, 02:38

Deluxe a écrit:Je me suis fourni chez Orphan, ils se sont occupés de ces OAV il y a un peu plus d'un an après avoir sorti leur excellent fansub de Hidamari no Ki. Ils ont utilisé les versions VHS et LD qui sont les seules disponibles donc la qualité n'est pas ouf mais ça fait le job. Il est disponible sur le site qui fait un bruit de chat.


Je vais tenter ça, merci. Ça sera toujours mieux que la version que j'ai actuellement.

Deluxe a écrit:Tant qu'on y est, Orphan a également sorti un fansub de Zetsuai 1989, un des premiers OAV estampillés yaoi avec un storyboard de Kawajiri et une bande-son de Kenji Kawai. C'est plus tardif que ce dont tu parles (1992) mais ça vaut le coup.


Histoire de compléter mon numéro de vieux radoteur pour la journée, je vous ai déjà dit que ça serait super si on avait un jour une version remasterisée de l'OVA musicale Bronze: Cathexis ? :lol:

Geoff34
Soul of Chogokin
 
Messages: 1890
Inscription: Mer 23 Oct 2013, 12:12

Re: Avis sur les derniers animes vus

Messagede Geoff34 le Mar 25 Fév 2020, 18:33

il y a une release en HD de Noroi no One Piece (contrairement au apparence, il s'agit d'une adaptation d'un manga d'horreur de Shungiku Uchida et n'est aucun cas lié au manga Shonen de Eiichiro Oda), anime produit en 1992 par Shin'Ei Doga et Kyoto Animation et qui représente les début à la réalisation de Yoshiji Kigami.
C'est assez court, il y a 3 épisodes qui dure entre 7 et 8 minutes.
Wow- Wow War- Wow War tonight
Wow- Wow War- Wow War forever

Avatar de l’utilisateur
Deluxe
Ryo versus Massue
 
Messages: 505
Inscription: Jeu 21 Sep 2017, 08:49

Re: Avis sur les derniers animes vus

Messagede Deluxe le Mar 03 Mar 2020, 00:02

Quelques films :

Birthday Wonderland (2019)

Akane est une gamine qui s'ennuie dans sa grande maison, jusqu'au jour où un alchimiste venu d'un autre monde l'entraîne dans ses aventures.
Énième variation sur la thématique de la fillette propulsée dans un monde merveilleux, ce film de Keiichi Hara ne cache pas ses ambitions Ghibliesques ; dommage que tant d'autres soient passés avant lui (Hosoda, Shinkai, Yonebayashi, Kamiyama...) et se soient tous cassés les dents sur le même sujet. Avec un scénario qui tient sur un timbre-poste et une réalisation inégale où des décors détaillés côtoient des CG criards, le film peine à stimuler les yeux comme les oreilles. Le chara-design signé de l'artiste russe Ilya Kuvshinov aurait dû être l'accroche visuelle mais en dehors des petits cercles blancs dans les yeux je ne vois pas trop quelle différence on est censé voir avec n'importe quel design de film d'animation japonais moderne.
Globalement c'est l'ensemble du film qui sonne faux, quand tu regardes les productions qui ont fait connaître Keiichi Hara et en particulier Un Été avec Coo et Colorful, tu vois bien que ce qui intéresse ce mec c'est les drames familiaux et les sujets de société ; les contes pour enfants avec princesses et magiciens il en a rien à branler et ça se voit, j'ai rarement vu un film où la mise en scène exsude à ce point le désintérêt total du réalisateur pour son sujet.

Finalement ce qu'il faut retenir, c'est que maintenant qu'à peu près tous les réalisateurs de film d'animation japonais ont fait leur version de Chihiro peut-être qu'on va enfin avoir droit à de vrais films personnels et ambitieux.

Ni no Kuni (2019)

Deux amis de lycée, dont un en fauteuil roulant, flashent sur la même fille. Lorsque celle-ci est agressée par un mystérieux individu, les deux potes sont propulsés dans un monde parallèle. Sauveront-ils leur bien-aimée ?
Vaguement adapté de la licence de jeux vidéo de Level-5, ce film est réalisé par Yoshiyuki Momose, un vétéran de Ghibli ; ce qui lui donne déjà un peu plus de légitimité que les vaines tentatives de la concurrence. La comparaison s'arrête toutefois là, car en termes d'écriture comme d'esthétique on n'atteint pas la moitié du quart du huitième de ce qu'il faudrait pour que ce film puisse regarder ses modèles dans les yeux. Trop bavard, mal écrit, pourvu d'une réalisation sans éclat avec encore une fois d'impardonnables CG, ce film est trop fouillis pour les enfants et trop cliché pour les adultes. Après sa sortie en salles au Japon en 2019 le film n'aura même pas droit à une sortie en salles en Occident et échouera directement sur Netflix en 2020, ça veut tout dire.

Kimi no Suizo o Tabetai (2018)

Un jeune garçon asocial entame une relation sentimentale avec sa camarade de classe atteinte d'une maladie incurable.
Ce film est adapté d'un roman paru en 2015 (techniquement une fanfiction publiée sur le net mais bon) et qui a déjà fait l'objet d'une version film live en 2017. On aurait pu en rester là mais le succès de Your Lie in April puis de Your Name a sans doute poussé les producteurs à nous infliger cette version anime dont le mélodrame et le pathos feraient passer les films de Mari Okada pour des sketchs de Jean-Marie Bigard. Rarement j'ai vu un film prendre son public en otage de manière aussi éhontée avec des effets qui seraient interdits dans la section téléfilms de M6 ; vers la fin j'étais réellement mal à l'aise et je passais les scènes, profitant de ce luxe que ne pouvaient pas avoir les gonzesses qui sont allées voir ça au cinéma et qui ont probablement dû prendre rendez-vous avec leur thérapeute dès la sortie de la salle. J'ai rien contre un peu de larmes, je suis moi-même un grand romantique mais faut pas pousser putain.

Avatar de l’utilisateur
Darkge999
Spirit of Nausicaä
 
Messages: 2595
Inscription: Lun 11 Mar 2013, 16:00

Re: Avis sur les derniers animes vus

Messagede Darkge999 le Dim 22 Mar 2020, 15:55

Azur Lane - 11 et 12 (la fin quoi): Finalement, le report n'était pas nécessaire, c'est toujours aussi inintéressant... Le scénario n'a pas été retrouver (s'il a exister) et l'animation ne vaut pas mieux que précédemment... A pars quelques moments, la bataille finale semble même fait à l'économie... A réserver pour le fans du jeu sauf s'ils ont meilleurs goûts...

Avatar de l’utilisateur
Deluxe
Ryo versus Massue
 
Messages: 505
Inscription: Jeu 21 Sep 2017, 08:49

Re: Avis sur les derniers animes vus

Messagede Deluxe le Ven 27 Mar 2020, 02:55

Mugen no Junin Immortal - épisode 24 (FIN) : un dernier épisode en demi-teinte comme la série dans son ensemble. Globalement j'ai passé un bon moment devant cet anime dont la violence sans concessions rappelle le temps révolu des OAV hardcore des années 90, et j'ai préféré le ton outrancier et goguenard de cette série au mélodrame lourdingue d'un Dororo par exemple. Difficile en revanche de ne pas regretter un script brouillon, rushé et indiscipliné, hérité d'un manga dont le principal intérêt a semble-t-il toujours été les illustrations plutôt que la narration. Il s'est passé énormément de choses dans cette histoire qui a fait intervenir énormément de personnages, mais bien peu semblent avoir réellement eu de l'importance au final. Si l'adaptation s'était concentrée sur les personnages essentiels (Rin, Manji, Kagehisa) et viré le reste on aurait peut-être eu quelque chose de vraiment significatif. Reste le travail de mise en scène de Hiroshi Hamasaki, qui a fait de son mieux avec les moyens dont il avait à disposition, et qui a rendu une copie tout à fait honorable à l'heure où l'adaptation de seinen rime aujourd'hui le plus souvent avec Netflix et Polygon Pictures.

[Montrer] Spoiler
Assez déçu du traitement de Manji, l'épilogue du dernier épisode était très bien fait mais on se rend finalement compte que son passé n'a aucune importance tout comme son futur, il n'a pas eu d'arc personnel dans cette série contrairement à Rin, il s'est contenté d'être là à ce moment-là. D'une certaine manière Manji n'est pas un personnage mais une sorte de constante de cet univers, il a toujours été là et sera toujours là même une centaine d'années plus tard, sans bouger ni évoluer.

Avatar de l’utilisateur
Tetho
Rédac : Crest of "Z's"
 
Messages: 19614
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:44

Re: Avis sur les derniers animes vus

Messagede Tetho le Ven 27 Mar 2020, 03:03

Deluxe a écrit:Difficile ne revanche de ne pas regretter un script brouillon, rushé et indiscipliné, hérité d'un manga dont le principal intérêt a semble-t-il toujours été les illustrations plutôt que la narration.

Nope, le récit du manga au contraire prend son temps pour poser ses enjeux et raconter son récit, les deux derniers arcs traînent même un peu trop en longueur. Le début est un peu rapide et torché, avec des récits qui enchaînent les membres du Ittô-Ryû en un chapitre ou pas loin, mais une fois Anotsu et Makie arrivés ça change très vite de temporalité et Samura prend alors son temps pour dérouler son récit, comme si il avait enfin compris ce qu'il voulait vraiment raconter. Dans l'ensemble c'est un manga solide et bien écrit. Mais forcément si tu veux faire tenir 30 volumes en 24 épisodes, va y avoir de la casse.
Achieve your mission with all your might.
Despair not till your last breath.

Make your death count.

Avatar de l’utilisateur
Deluxe
Ryo versus Massue
 
Messages: 505
Inscription: Jeu 21 Sep 2017, 08:49

Re: Avis sur les derniers animes vus

Messagede Deluxe le Mar 07 Avr 2020, 08:41

GeGeGe no Kitaro - épisode 97 (FIN)

GeGeGe no Kitaro 2018, dont la diffusion vient de se terminer après 97 épisodes, est la dernière adaptation animée de la franchise Kitaro issue du célèbre manga de Shigeru Mizuki. Enfin, je dis célèbre, mais peut-être que comme moi avant vous ne connaissiez pas.

Shigeru Mizuki est né en 1922 et fut élevé dans la ville portuaire de Sakaiminato dans l’ouest du Japon. A l’âge de vingt ans, il est enrôlé dans l’armée impériale et part vers les îles de Nouvelle-Guinée pour combattre les Américains. Victime d’un bombardement d’aviation, il perd l’usage de son bras gauche et doit être amputé sur place, sans anesthésie. Dégoûté par la guerre et par son propre pays, il envisage de rester vivre sur l’île de Rabaul où il s’est lié d’amitié avec les tribus locales mais il retourne finalement au Japon pour revoir ses parents, avec l’intention toutefois de revenir s’établir dans les îles du Pacifique.

Lorsqu’il rentre au pays, il constate que le Japon a perdu la guerre, que le pays est occupé par les États-Unis et que les anciens soldats impériaux sont mis en prison ; repartir vers la Nouvelle-Guinée est impossible. Pour survivre, Mizuki enchaîne les petits boulots au mieux de ses capacités, lui à qui il manque un bras. Il finit par trouver un travail dans le milieu du kamishibai, qui sont des sortes de spectacles ambulants où des artistes de rue racontent des histoires aux passants en leur montrant des panneaux illustrés. Un média assez populaire au Japon après la guerre, mais qui déclinera dans les années 1950 avec l’apparition d’une nouvelle technologie appelée la "télévision". Toutefois cette expérience permettra à Mizuki de développer ses talents d’artiste et de narrateur, et il intègrera un nouveau type de média en pleine expansion à cette époque, le manga.

Mizuki fait ses débuts dans le manga à la fin des années 1950 en racontant notamment ses expériences de guerre, mais il est surtout passionné par les histoires mettant en scène des yokai, ces créatures du folklore japonais qui constituaient un des principaux sujet du kamishibai d’autrefois. Parmi ces histoires datant des temps anciens, celle qui intéresse le plus Mizuki est celle d’un garçon mi-humain mi-fantôme qui doit affronter les monstres qui menacent l’équilibre entre le monde des hommes et celui des esprits. Mizuki en fait un manga dès 1960 sous le titre Hakaba Kitaro (Kitaro du Cimetière) mais le caractère horrifique de l’histoire la destine à un public adulte. Vers 1965 il est approché par des éditeurs du Weekly Shônen Magazine qui lui proposent de le publier à condition qu’il adapte son style pour les enfants. C’est ainsi que Mizuki créé le personnage qui va le rendre célèbre, Gegege no Kitaro.

Kitaro connaît un important succès et ses travaux donnent lieu rapidement à un adaptation en série d’animation des 1968. C’est d’ailleurs par l’animation que la franchise Kitaro va se poursuivre avec pas moins de sept séries télés depuis cinquante ans, pour un total de près de cinq cent cinquante épisodes en comptant la série qui vient de s’achever. A cela s’ajoutent une dizaine de films d’animation, deux films live-action et une quinzaine de jeux vidéo. Dans sa ville natale de Sakaiminato, la rue principale est nommée Mizuki Road, un musée lui est dédié et des statues des personnages de son manga décorent la ville (tout cela de son vivant, hein). Il recevra tout un tas de prix de la profession, ainsi que l’Ordre du Soleil Levant et le Prix du Mérite Culturel de la part du gouvernement japonais pour services rendus au pays. Il faut bien comprendre une chose, lorsque Mizuki commence à raconter les histoires de Kitaro à l’époque le folklore traditionnel était largement tombé en désuétude. Le travail de Mizuki a aidé les japonais, humiliés par la guerre, à redécouvrir leur propre culture et de reprendre confiance en tant que peuple. Et comme Shigeru Mizuki était vraiment très fort, il rejoindra lui-même le monde des esprits en 2015 à l’âge de 93 ans.

Nous en arrivons donc à cette série de 2018 qui constitue la dernière adaptation en date de Kitaro (ci-après nommée GGGnK). Peut-on réellement raconter quelque chose d’intéressant aujourd’hui avec une franchise qui a été exploitée sans interruption depuis cinquante ans ? La réponse est un immense oui.

L’important lorsque l’on produit quelque chose c’est d’avoir un angle. Cela ne sert à rien de simplement relater les choses telles qu’elles sont ; n’importe qui peut le faire par lui-même. Il faut apporter un regard particulier, mettre les choses en perspective, considérer le contenu au-delà de sa propre existence. Dans le cas de GGGnK il y a un angle simple : confronter le monde des yokai de Mizuki, issu de la tradition et qui ne change jamais, à celui du Japon actuel, issu de la modernité et des tendances.

La narration de la série est principalement épisodique, c’est-à-dire que chaque épisode raconte une histoire avec un début, un milieu et une fin. Il y a cependant des arcs narratifs qui s’étalent sur plusieurs dizaines d’épisodes, avec des adversaires récurrents et des enjeux plus élevés, mais ce n’est pas là le principal intérêt de la série. Ce qui place GGGnK au-dessus de la mêlée, ce sont ces nombreux épisodes où les interventions de Kitaro pour repousser les yokais malveillants sont autant d’occasion pour la série de commenter l’état de la société japonaise et la perte de ses repères moraux. Les yokais exacerbent la méchanceté des hommes, mais les racines du mal sont déjà implantées dans la conscience collective : égoïsme, ignorance, avidité, suivisme sont autant de péchés que la série met en lumière, avec une attention particulière sur les méfaits des réseaux sociaux. Et si la plupart des épisodes se terminent bien avec les humains qui ont compris leur leçon, il n’est pas rare que l’entêtement des hommes dépasse même la bonne volonté de Kitaro et les poussent vers une conclusion funeste, laissant l’épisode et ses spectateurs sur une note amère.

L’anime est long de 97 épisodes et aucun d’entre eux ne paraît bâclé ou superflu. Chaque segment même complètement déconnecté du reste de la série propose quelque chose d’intéressant à raconter, un dilemme moral, un point culturel, une émotion qui s’exprime. Il y en a tellement qui sortent du lot, tel que l’épisode où un groupe de kappas syndicalistes manifestent contre leurs conditions de travail en sodomisant les passants (ep. 9), celui où une sandale en paille qui parle organise un réseau de fraude à la vente en ligne (ep. 41), celui où un homme préhistorique devient une star sur Instagram (ep. 67) ou encore celui où un quartier résidentiel de la banlieue de Tokyo est entièrement incendié à cause d’un chanteur qui a posté la photo d’un arbre sur Twitter (ep. 83). Cependant l’épisode qui a probablement eu le plus d’impact est l’épisode 20 qui a pour thème la mémoire de la Guerre du Pacifique et dont le propos sur les actions du Japon à cette période font écho aussi bien à la vie de Shigeru Mizuki qu’à l’idéologie révisionniste de certains dirigeants actuels du Japon. Quand on pense que GGGnK était diffusé dans la case du dimanche matin à 9h00 sur Fuji TV, ça a dû faire un choc aux spectateurs de passer d’un truc complètement débile et mercantile comme Dragon Ball Super à une série profondément politique et sociale telle que GeGeGe no Kitaro.

Outre l’écriture de ses épisodes individuels, ce qui fait tenir la série debout tient à l’écriture de ses personnages, en particulier Kitaro et Nezumi-Otoko. Issu d’un père yokai et d’une mère humaine, Kitaro est le descendant la Tribu Fantôme, et détient des pouvoirs extraordinaires qui lui viennent de ses ancêtres. Il vit avec ses compagnons dans la forêt et ne manifeste aucun intérêt pour la société des humains, n’interagissant avec eux que lorsqu’un yokai apparaît pour leur faire du mal. Kitaro défend les humains en cas d’agression surnaturelle, mais il pense que les hommes et les yokais ne doivent pas cohabiter ; et les évènements de la série lui donneront raison à de multiples reprises. Kitaro est la référence morale de la série, il est tellement puissant que c’est souvent lui qui décide qui survit et qui disparaît et ce ne sont pas toujours les humains.

Nezumi-Otoko partage avec Kitaro la particularité d’être mi-yokai mi-humain, mais c’est la seule ressemblance. Il ne possède aucun pouvoir, il est faible, lâche et avide. Contrairement à Kitaro qui évite le contact avec les humains, Nezumi-Otoko veut s’intégrer dans la société humaine et est attiré par la richesse et l’opulence. Son comportement immonde est souvent la cause des problèmes dans la série, il n’hésite pas à tromper humains comme yokais et trahira même Kitaro à plusieurs reprises. Néanmoins c’était le personnage préféré de Shigeru Mizuki, pour qui un personnage ignoble et amoral était plus intéressant à explorer qu’un héros de shônen tel que Kitaro ; et il est vrai que Nezumi-Otoko et ses crimes sont tout aussi essentiels à l’anime que les actes héroïques de Kitaro.

Comme tous les autres animes de la franchise depuis cinquante ans, GGGnK est produit par le studio Toei Animation. On critique souvent ce studio et sa tendance à produire de l’anime au kilomètre, mais ils sont également dépositaires d’un savoir-faire inégalé en matière d’animation grand public. Dans le cas de GGGnK le studio a voulu proprement honorer le cinquantième anniversaire de cette franchise iconique et ont produit une série dont la qualité et la constance sont remarquables. Même s’il est vrai que l’essentiel de la valeur technique de l’anime se concentre dans son premier tiers, globalement le travail accompli est immense. La quasi-totalité des yokais et autres créatures sont dessinées à la main, pareil pour les véhicules, les décors, les effets spéciaux etc. Les illustrations de Mizuki incorporées dans chaque épisode sont géniales et montrent le génie du bonhomme, qui non seulement a fait redécouvrir le folklore japonais à ses compatriotes, mais a aussi redéfini leur designs dans ses mangas tout en inventant lui-même plusieurs d'entre eux ; toutes les œuvres qui utilisent aujourd’hui le folklore japonais comme base de leur univers ont une dette envers lui. La partie sonore et musicale est également irréprochable, Miyuki Sawashiro est sans doute une des plus grandes seiyus de l’industrie actuellement et sa performance dans le rôle de Kitaro est parfaite, apportant toute la nuance nécessaire au personnage et à la complexité des situations qu’il doit affronter.

Il n’y a pas assez de superlatifs pour exprimer à quel point GeGeGe no Kitaro est une excellente série ; une des meilleures que j’ai vues. Là où beaucoup d’animes ne parviennent pas à raconter quoi que ce soit de pertinent en une saison, GGGnK m’a passionné pendant 97 épisodes sans qu’aucun ne soit ni raté ni inutile. Mêlant action, humour et drame, la série est d’abord et surtout un instantané du Japon actuel, de la beauté et de la richesse de sa culture millénaire comme des tares et des contradictions de sa société. GeGeGe no Kitaro n’est pas qu’un grand anime, c’est le portrait d’une civilisation.

Avatar de l’utilisateur
VpV
Pitit LEGO
 
Messages: 362
Inscription: Sam 26 Jan 2013, 21:54

Re: Avis sur les derniers animes vus

Messagede VpV le Mar 07 Avr 2020, 12:42

Ta critique donne envie de s'y mettre.

Sans l'avoir encore découverte, j'avais tendance à reduire l'œuvre à sa seule portion folklorique. Le fait d'apprendre qu'il s'agisse de bien plus me fait considérer la série (et même l'auteur) d'une manière nouvelle.

Pour le moment, autant j'avais adoré NonNonBâ, autant le premier tome de son autobiographie, La Vie de Mizuki, m'était tombé des mains. Du coup, découvrir le plus célèbre, Kitarô, restait un projet plutôt lointain… qui vient de se rapprocher si vite qu'on aperçoit finalement la côte. Terre en vue !

Avatar de l’utilisateur
hebiko
Apprenti Kirin
 
Messages: 1073
Inscription: Ven 06 Jan 2012, 20:18

Re: Avis sur les derniers animes vus

Messagede hebiko le Mar 07 Avr 2020, 21:25

Tu m'as aussi donné envie, la série est d'ailleurs disponible sur Wakanim, donc facilement accessible. Etant donné le sujet de niche, c'est assez culotté de la proposer en simulcast.
Image

Avatar de l’utilisateur
Darkge999
Spirit of Nausicaä
 
Messages: 2595
Inscription: Lun 11 Mar 2013, 16:00

Re: Avis sur les derniers animes vus

Messagede Darkge999 le Mer 08 Avr 2020, 10:55

Fin de simulcast:

Darkge999 a écrit:Nekopara - 1 à 3: Des chattes et des hommes... Je savais que cela existait car je voyais de temps en temps les Visual Novel sur l'eShop de Nintendo, mais je m'y étais jamais trop intéresser à raison... C'est du slice à life avec des chattes anthropomorphes vivant leurs petites vies dans une pâtisserie (au nom français des plus mal conjuguer...) ou chez la soeur du pâtissier... Rien de bien transcendent...
Cela reste sur la même ligne du début à la fin, le calme plat, même si on aurait put se passer des sentiments incestueux de la soeur chatophile...

Sorcerous Stabber Orphen - 1 à 3: Nouvelle adaptation des romans. Visuellement c'est propre même si j'aimais bien le rendu de la précédente adaptation. Par contre, je n'ai aucune idée de la fidélité par rapport aux romans, n'ayant vu les animes en étant tiré (contrairement à Slayers où j'avais lu les romans traduit en anglais)... En tout cas, entre les deux animes, il y a déjà des différences sur le déroulement...
Je ne peux m'empêcher d'être déçu, trouvant la première adaptation bien meilleurs (même si elle n'était pas fidèle). Par moment, c'est assez plat ou bien trop confus... A voir ce que donnera la saison 2 annoncée...

Toilet-bound Hanako-kun - 1 à 3: Une de mes bonnes surprises de la saison, que ce soit graphiquement, la mise en scène ou bien l'ambiance qui s'y dégageant. Vu que c'est une adaptation de manga, j'espère que la fin sera pas trop ouverte, mais en tout cas, pour l'instant, j'adore.
Fin ouverte, c'est dommage, surtout que rien n'est résolu, seulement esquissée. Après, cela ne m'a pas empêcher de passer un bon moment devant, adorant l'ambiance et le style d'animation proposé.

BOFURI: Je suis pas venue ici pour souffrir alors j'ai tout mis en défense - 1 à 3: Mon autre bonne surprise. Je craignais une énième anime sur un VRMMORPG basé sur un Light Novel random, finalement c'est une bonne comédie sur, pour l'instant, un duo de joueuses jouant de manière atypique et hasardeuse (surtout l'une). A voir comment cela évoluera, mais pour l'instant, cela fonctionne bien et c'est des plus distrayant, voyant pas le temps passé devant.
Excellent du début à la fin, je me suis jamais ennuyé. J'avais peur d'une baisse de régime par manque de renouvellement, finalement, cela n'arrive jamais, la série arrivant toujours à rebondir dans une surenchère toujours assumer.
Vivement la saison 2.

Avatar de l’utilisateur
Deluxe
Ryo versus Massue
 
Messages: 505
Inscription: Jeu 21 Sep 2017, 08:49

Re: Avis sur les derniers animes vus

Messagede Deluxe le Sam 11 Avr 2020, 19:57

Brand New Animal - épisodes 1 à 3

Après la réussite que fut SSSS.Gridman il y a un peu plus d'un an (du moins en ce qui me concerne...) j'en attendais beaucoup de la prochaine série de Trigger. Pour le moment je ne suis pas déçu. Visuellement c'est très abouti, que ce soient l'animation, les designs, la direction artistique en général, le niveau est plutôt élevé et on se demande presque pourquoi le studio ressent le besoin d'aller bidouiller la 3D avec leurs récents longs-métrages alors qu'ils ont ce savoir-faire à leurs pieds, enfin bref. La bande-son est signée Mabanua, artiste que l'on avait déjà aperçu sur Megalobox, et propose des accents synthwave qui se marient bien avec le côté pop des visuels.

Le scénario étant écrit par Kazuki Nakashima, les ficelles sont très grossières mais ce n'est pas vraiment un souci. Cela dit je me demande si l'anime a réellement l'intention de raconter quelque chose sur le sujet des discriminations ou si cette histoire d'animaux anthropomorphisés est juste un moyen pour Trigger de surfer sur la mode des furries et le succès de Beastars. On verra en temps voulu.

Tower of God - épisodes 1 et 2

Adaptation d'un webtoon coréen relativement connu. On peut prédire sans trop se tromper que le milieu du webtoon va bientôt devenir la nouvelle mine d'or de l'industrie de l'animation comme les light novels l'ont été à un moment donné.

Pour ce qui est de Tower of God c'est plutôt bon. C'est totalement pompé sur Hunter X Hunter mais y' pire comme référence, et le ton est très différent puisqu'ici on se prend très au sérieux, tout du moins, on essaie. Le niveau de production est très élevé, la série est réalisée chez le studio Telecom qui utilise le même style que pour leurs récentes séries Lupin The Third, et ça rend extrêmement bien.

Avatar de l’utilisateur
Deluxe
Ryo versus Massue
 
Messages: 505
Inscription: Jeu 21 Sep 2017, 08:49

Re: Avis sur les derniers animes vus

Messagede Deluxe le Mer 22 Avr 2020, 05:20

Fugo Keiji Balance Unlimited - épsiodes 1 et 2 : J'avais un sourire en coin en regardant ces épisodes car je sais que c'est exactement le genre d'anime que Rhyvia déteste.

Il s'agit en gros d'une série policière très classique avec pour gimmick le fait que le détective est un multi-milliardaire doté de fonds illimités, dont il se sert pour résoudre les enquêtes de manière inusuelle : témoins soudoyés, achat de matériel ultra-sophistiqué, etc. L'idée ici n'est pas tant de suivre la déduction du détective mais de voir quel nouveau truc il va sortir de sa poche au dernier moment pour rafler la mise. Ce personnage est un connard complet et le scénario le récompense pour son comportement immoral, ce qui rapproche beaucoup cet anime des séries américaines.

Noitamina oblige le design oriente nettement la série vers un public féminin bien que si je ne pense pas que ce soit nécessairement le public cible du roman original. En tout cas même si ça ne casse pas des briques c'est déjà plus regardable qu'un Kabukicho Sherlock par exemple.

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9684
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Avis sur les derniers animes vus

Messagede Zêta Amrith le Jeu 23 Avr 2020, 23:26

Gleipnir 01-02-03
A priori, une de ces histoires emo écrites avec la finesse d'une pelleteuse et dans laquelle des personnages déplaisants ne peuvent discuter qu'en se poussant dans le vide ou en y sautant eux-mêmes. Par-delà la présentation shounenisante ça a l'air perdu entre son ton dark-neurasthénique limite cérémonieux et ses implications libidineuses. C'est la violence inouïe du combat, une séquence impressionnante rehaussée par le design pseudo nonchalant de Shuuichi-Mascotte, qui confère quelques points à ce démarrage tout en fausse provoc'.

Geoff34
Soul of Chogokin
 
Messages: 1890
Inscription: Mer 23 Oct 2013, 12:12

Re: Avis sur les derniers animes vus

Messagede Geoff34 le Ven 24 Avr 2020, 08:53

Extra Olympia Kyklos episode 1 :
Ne chercher pas plus loin, voici l'OVNI de cette saison, le premier épisode est très court (5 Minutes) mais c'est surtout pour l'animation faite en pâte à modeler qui faut le voir, par contre, le scénar ressemble beaucoup à Thermae Romae (un personnage de l'antiquité qui se retrouve dans le japon moderne), bon ça se comprends car c'est par la même créatrice, Mari Yamazaki.
Wow- Wow War- Wow War tonight
Wow- Wow War- Wow War forever

Avatar de l’utilisateur
Aer
Modo : Fan de Bakunyû
 
Messages: 10085
Inscription: Mar 29 Juin 2010, 23:01
Localisation:

Re: Avis sur les derniers animes vus

Messagede Aer le Sam 25 Avr 2020, 18:36

Amrith > J'avais tenté le manga à la sortie et j'ai instadrop tellement ça semblait rien raconter au delà de sa posture.
When you dont afraid any sunshine, come on baby !

行けよ饒舌の 影よ来て導け

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9684
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Avis sur les derniers animes vus

Messagede Zêta Amrith le Lun 22 Juin 2020, 00:33

Listeners
Je pourrais dresser une à une les qualités dont a fait preuve cet anime mais il échoue malheureusement sur l'essentiel ; à savoir nous offrir des protagonistes un tant soit peu intéressants dont le sort nous concerne. Prisonnier de ses constantes autocitations eureka7iennes, et d'un format de douze épisodes absolument rédhibitoire à toute tentative de créer la série d'aventures qu'il prétend mener, Dai Satou ne peut que simuler un monde minuscule, des enjeux et des personnages qui n'existent pas. Partant d'une idée symbolique formidable - l'hubris adolescent choisit entre la guitare et le robot géants - l'inclusion des mechas se montre excessivement maladroite et superfétatoire. C'est dommage car dans un genre qui a pris l'habitude de mêler tout et n'importe quoi aux robots - concepts psychiatriques, sexuels, animaux, génétiques, astrologiques etc... - l'analogie choisie avec les amplis de rock est sans doute l'une des plus pertinentes jamais tentées jusqu'ici, redoublée qui plus est de bonnes idées visuelles - l'Itano Circus... avec des prises jack en guise de missiles.

Le scénariste a imposé un travail délicat aux animateurs, leur faisant injecter intra-épisode la direction artistique des pochettes de disques de Pink Floyd, Prince, Yes, voire des amalgames de différentes époques du rock anglais - les mini-Beatles accoutrés comme Oasis mais arborant la cocarde du mouvement mods représenté par les Who... Les références sont étonnamment riches et sérieuses pour une série japonaise, puisque Einsturzende Neubauten sont mentionnés, qu'un ado est affublé du visage de Johnny Rotten et que l'un des personnages n'est ni plus ni moins qu'une représentation du bluesman Robert Johnson. Au niveau des signaux on a donc plein de choses très intéressantes, même si le public type ne s'intéressera probablement in fine qu'à l'absurde avatar de Kurt Moe Cobain.

Seulement à quoi bon. Listeners est chargée de données meta, sûrement. Oui, il est peut-être l'un des tout premiers anime à prendre la musique pour quelque chose de sérieux et non une pétasserie d'idols. Mais à part ça ? Autant les cinq ou six premiers épisodes, à dominante humoristique, s'en tirent plutôt, autant la suite enfile les perles avec un énième grand plan universel dont personne ne comprend le but ou l'intérêt. Véritable légume sans idée sur rien, le héros n'attire aucune sympathie, et l'héroïne est hors jeu à mi-série. Le casting secondaire est définissable en un slogan et ne tisse aucun lien avec les protagonistes. L'univers en présence ressemble à un RPG fait de bric et de broc, les combats n'en sont pas, l'imprécision notoire au sujet des "antagonistes" neutralise le suspense au lieu de l'entretenir. Tout ça aurait été prometteur s'il s'était agi d'un dossier de présentation de l'anime soumis à MAPPA. Mais problème, cette énumération de bonnes intentions dénuée de colonne est la série finie et c'est une occasion à côté de laquelle Satou passe en sifflotant.

Avatar de l’utilisateur
Darkge999
Spirit of Nausicaä
 
Messages: 2595
Inscription: Lun 11 Mar 2013, 16:00

Re: Avis sur les derniers animes vus

Messagede Darkge999 le Mer 01 Juil 2020, 11:49

Fin de simulcast:

Gleipnir: Si au début j'étais pas emballé par le synopsis (ni par l'extrait du manga lors de sa parution chez Kana), j'ai finalement changer d'avis au fur-et-à-mesure de l'avancement de la série (ne faisant investir dans le matériaux de base), appréciant l'univers et les mystères l'entourant.

Kaguya-sama: Love is war - Saison 2: Une seconde saison digne de la première avec un bon développement des personnages issue de la précédente, et des nouveaux tout aussi intéressant. Et tout autant de situations improbables que son aînée, absolument maîtrisé et hilarant. Si c'est possible, je suis partant pour une saison 3...

Avatar de l’utilisateur
Ramior
VIP : ***
 
Messages: 3090
Inscription: Mer 13 Juin 2012, 14:07

Re: Avis sur les derniers animes vus

Messagede Ramior le Mer 01 Juil 2020, 19:41

Darkge999 a écrit:Kaguya-sama: Love is war - Saison 2: Une seconde saison digne de la première avec un bon développement des personnages issue de la précédente, et des nouveaux tout aussi intéressant. Et tout autant de situations improbables que son aînée, absolument maîtrisé et hilarant. Si c'est possible, je suis partant pour une saison 3...


Pareil, une série bien drôle et qui est apporte un bon bol d'air frais en ces temps anxiogène.

Avatar de l’utilisateur
Ialda
Modo : bodacious kunoichi otaku
 
Messages: 19114
Inscription: Sam 31 Mar 2007, 13:25
Localisation: Kamurochô

Re: Avis sur les derniers animes vus

Messagede Ialda le Mer 01 Juil 2020, 22:10

Image

Great Pretender 01-10

Makoto Edamura était juste un arnaqueur à la petite semaine ordinaire s'efforçant de refourguer du matériel douteux à des vieillesses sans défense, quand il se retrouve embringué malgré lui dans les plans du duo Laurent Thierry (escroc international extraordinnaire) / Abigail Jones (l'atout charme option tête brûlée bagarreuse et mal lunée). Ensemble, ils vont essayer de faire les poches au producteur véreux d'Hollywood qui ravitaille toute l'industrie en poudreuse. Évidemment, ça ne va pas se passer comme prévu.... ou bien peut-être que celui qui est en train de se faire dupé n'est pas celui qu'on croit.

Il y avait pas mal d'attente autours de cette série Netflix en amont, et j'ai l'impression que ça c'est bien calmé depuis. Rien à redire sur la forme, le studio Wit fournis un bon boulot (il y a vaguement des faux airs de Tsuritama qui se serait payé un week-end à Las Vegas qui me plait bien dans la série); par contre je pense que la série a un problème de rythme, 4 ou 5 épisodes pour résoudre une histoire c'est peut-être un poil long, là où un bon heist devrait à mon sens s'apprécier d'un seul trait. J'ai beaucoup de mal à me motiver de regarder les épisodes en tout cas.

Reste une bonne série si vous cherchez un erstaz de Lupin plutôt sage et dont la seule fantaisie consisterait à copier le style des séries action/comédie urbaines de la fin des années 2000 type Durarara ou Baccano.

Image

Deca-dence 01

Le coup de la jeune orpheline ayant perdu ses parents et qui veut aller botter des culs dans un futur post-apo ou l'humanité a été presque réduite à néant par des formes de vies bio-mécaniques, d'origine inconnue peut-être mais que je soupçonne de vénérer tout ce qui est shiny&chrome, je partais méfiant à la base par crainte de l'embuscade à la Now and Then, Here and There qui aurait bouffé du Bokurano : en fait non, ça semble juste être une série d'aventure plutôt honnête.

En bonus si voir une montagne se transformer en robot géant ça vous a manqué depuis Teppelin, le premier épisode est pour vous.

Avatar de l’utilisateur
Deluxe
Ryo versus Massue
 
Messages: 505
Inscription: Jeu 21 Sep 2017, 08:49

Re: Avis sur les derniers animes vus

Messagede Deluxe le Dim 12 Juil 2020, 16:28

Deca-Dence - épisode 1

Un des meilleurs premiers épisodes que j'ai vu depuis quelques temps. Les vingt minutes sont remplies à ras-bord de narration et beaucoup d'intrigues sont lancées en peu de temps sans que l'anime paraisse foutraque ou excessivement maladroit. Faut dire que la série se raccroche à beaucoup de références parmi lesquelles NGE et SNK entre autres, ce qui aide à y voir clair. La direction artistique et l'animation sont d'un niveau très satisfaisant pour un studio sorti de nulle part ; même si le réalisateur Yuzuru Tachikawa, lui, a largement fait ses preuves.

On va voir ce que la suite propose mais si cela avance avec autant de confiance que ce qui est montré ici on pourrait enfin avoir la série d'aventure SF que la japanime réclame à corps et à cris depuis si longtemps.

The God of Highschool - épsiode 1

Un des plus médiocres premiers épisodes que j'ai vu depuis quelques temps. Plus de la moitié de l'épisode est consacré à une course-poursuite débile qui ne sert à rien si ce n'est des gags cartoonesques qui ne feraient pas rire un enfant de maternelle. Lorsque l'action démarre enfin au bout de dix-sept minutes (!!!) on a juste le temps pour un demi-combat avant de replier le stand et de dire au revoir la semaine prochaine. Je vois bien que c'est marqué "God of Highschool" dans le titre mais en termes d'écriture on est niveau collège là.

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9684
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Avis sur les derniers animes vus

Messagede Zêta Amrith le Dim 12 Juil 2020, 20:24

Deca-Dence 01. Divertissant.
Une entrée en matière qui pioche dans tout ce qui dépasse - Macross, AOT, Gurren-Lagann, Eureka seveN, évidemment NGE, peut-être même à terme Summer Wars, et cristallise la coolitude de l'anime de l'an 2000. La partie technique est globalement satisfaisante, bien que la 3D omniprésente jure par trop avec le reste de la direction artistique. Plus anime qu'un anime, ça peut devenir un compliment à condition de refuser de bivouaquer du côté Darling In The Franxx du gué.

Avatar de l’utilisateur
Ialda
Modo : bodacious kunoichi otaku
 
Messages: 19114
Inscription: Sam 31 Mar 2007, 13:25
Localisation: Kamurochô

Re: Avis sur les derniers animes vus

Messagede Ialda le Jeu 16 Juil 2020, 02:58

Le second épisode de Deca-Dence fait le choix assez couillu d'introduire un plot-twist majeur dans son univers. Content de voir que les enjeux vont plus loin qu'une "simple" série d'aventure en tout cas, l'effort est à saluer et ça me rends la série d'autant plus sympathique.

Avatar de l’utilisateur
MimS
Pitit LEGO
 
Messages: 354
Inscription: Lun 12 Mai 2008, 09:42
Localisation: Région parisienne

Re: Avis sur les derniers animes vus

Messagede MimS le Jeu 16 Juil 2020, 19:50

Vraiment particulier, j'ai pas tout saisi, je pense que je vais avoir besoin de regarder à nouveau les épisodes.
C'était divertissant en tout cas et, malgré les zones d'ombre pour moi, je suis curieux de savoir ce que la suite réserve !

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9684
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Avis sur les derniers animes vus

Messagede Zêta Amrith le Jeu 16 Juil 2020, 22:38

Le problème d'un pareil twist est qu'il faudra lui procurer une légitimation béton, afin de nous convaincre que la série ne pouvait pas faire sans et qu'elle avait besoin de cette couche de réalité supplémentaire. Si ça n'apporte pas de vraie plus-value narrative ou thématique, ça aura flingué l'anime pour le geste et la tchatche, autrement dit pour rien. A suivre.

Avatar de l’utilisateur
Darkge999
Spirit of Nausicaä
 
Messages: 2595
Inscription: Lun 11 Mar 2013, 16:00

Re: Avis sur les derniers animes vus

Messagede Darkge999 le Jeu 23 Juil 2020, 14:01

Simulcast du moment:

Fire Force - saison 2 - 1 à 3 : Dans la continuité de la première saison, toujours aussi sympa à suivre.

Lapis Re:LiGHTs - 1 à 3: Vie quotidienne d'apprentis magiciennes dans un monde de fantasy. Rien de transcendent, mais cela se regarde bien sans prise de tête.

The Misfit of Demon King Academy - 1 à 3: Adaptation de LN. Sur le papier cela reste bien classique (le harem est en cours de formation), mais c'est assez marrant de regarder le protagoniste principal aux pouvoirs cheater survoler tout le monde et faire preuve de l'égo surdimensionné qui va avec...

Deca-Dence - 1 à 2: Après un premier épisode qui m'avait bien plus, le second à achever de me convaincre en cassant dès le début, ce qu'on aurait put croire sur l'univers de la série. Je suis curieux de voir où cela vas mener si cela ne fait pas "pshittt" avant la fin...

PrécédenteSuivante


Retourner vers Animanga

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité