Le topic cinéma

Modérateurs : Aer, Equipe forum MATA-WEB Snack Bar chez Léon : Venez parler sur tout et rien voir surtout de rien

Retourner vers Snack Bar chez Léon

Geoff34
Apprenti Kirin
 
Messages: 1442
Inscription: Mer 23 Oct 2013, 12:12

Re: Le topic cinéma

Messagede Geoff34 le Mer 21 Aoû 2019, 12:59

Tetho a écrit:Puis arrive la fin où Tarantino réécrit l'histoire façon Inglorious Basterds et où franchement j'ai du mal à comprendre où il veut aller avec tant ça coupe sec à la fin.


à ce moment là, j'ai un peu décroché du film, en plus de s'en prendre d'une façon violente à la gent féminine...
Wow- Wow War- Wow War tonight
Wow- Wow War- Wow War forever

Avatar de l’utilisateur
Aer
Modo : Fan de Bakunyû
 
Messages: 9846
Inscription: Mar 29 Juin 2010, 23:01
Localisation:

Re: Le topic cinéma

Messagede Aer le Ven 23 Aoû 2019, 12:27

Quelque part, j'ai une curiosité morbide pour ce que pourrait donner un Matrix 4.



(vrai raison du post)
When you dont afraid any sunshine, come on baby !

行けよ饒舌の 影よ来て導け

Avatar de l’utilisateur
Yo-Dan
Ryo versus Massue
 
Messages: 942
Inscription: Mer 24 Aoû 2011, 01:08

Re: Le topic cinéma

Messagede Yo-Dan le Lun 26 Aoû 2019, 17:36

Tetho a écrit:Mais ce que Tarantino voulait me dire ou me transmettre m'échappe, et ça me frustre.


SPOILERS INSIDE

******






Je simplifie peut-être à outrance, mais il me semble que Quentin Tarentino n'a guère cherché à "transmettre" autre chose qu'une énorme charge nostalgique stylisée, avec un poil de mélancolie voire d'amertume, qu'il exorcice de façon un brin mécanique en cassant du hippie dans une scène évidemment hyper attendue : celle où on se dit "Bon, c'est là que ça va vraiment partir en vrille". C'est d'ailleurs à la fois le point fort et faible du film : les enjeux narratifs sont secondaires, développés tardivement et sans réelle montée en tension, parce que ce n'est pas vraiment le sujet.
Les échos à l'Histoire - la vraie - ne sont à mon sens qu'un prétexte pour se laisser aller à du dégommage sanglant, alors qu'on a bien compris que l'auteur pleure une époque révolue. De fait, c'est certainement bassement jouissif de fracasser symboliquement tout le mouvement hippie, qui porte alors les atours de la "modernité" venant chasser un cinéma en phase de ringardisation.

En tout cas, je l'ai spontanément ressenti comme tel à la vue du film - que j'ai beaucoup aimé, sans en faire pour autant mon Tarentino préféré.
Rosseur compulsif de Liévros depuis 1994.

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10559
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: Le topic cinéma

Messagede Gemini le Lun 26 Aoû 2019, 18:16

Je pense que ce que QT cherche à dire, c'est :
[Montrer] Spoiler
Tout ceci n'est que du cinéma. Ou de la télévision. C'est de la fiction, pas du réel.

Si la Manson Family veut commettre un meurtre, ce n'est pas parce que la télévision les a rendu violents comme ils le suggèrent. Non, ils ne cherchent qu'à se justifier.

Lorsque Di Caprio balance la gamine à terre, il en est le premier désolé. Jamais il ne ferait ça en dehors de l'écran. Et celle-ci le rassure car elle portait des protections. D'ailleurs, nous apercevons furtivement qu'elle possède elle-aussi une doublure. Je vois cela comme une réponse à la brutalité que subisse ses personnages féminins dans ses long-métrages.

Idem pour Bruce Lee. Sa présence sert à montrer les compétences de Brad Pitt, mais aussi que contrairement à l'acteur, il possède une expérience réelle du combat et de la violence car il a fait la guerre.

QT ne cherche pas à réécrire l'histoire, mais à nous montrer qu'un meilleur monde est possible car c'est du cinéma. Mais rien de tout ça n'est réel, il ne faut pas l'oublier.

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9320
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Le topic cinéma

Messagede Zêta Amrith le Lun 26 Aoû 2019, 20:56

Ce qui rend le film compliqué à analyser de façon logique c'est :

- qu'il prétend que la secte Manson aurait symboliquement tué l'âge d'or d'Hollywood, mais qu'il choisit une période d'entre-deux, la fin des années 60, qui ne correspond déjà plus vraiment à cet âge d'or. En 1969, ça fait un bon moment que John Ford - que Tarantino déteste, Howard Hawks ou Otto Preminger ne sont plus les représentants du cinéma commercial. C'est comme si le réal nous disait que les hippies ont tué un héritage de sept années de cinéma. A cela s'ajoute le fait que les films du Quentin n'ont quasiment aucun rapport avec l'âge d'or et ses comédies romantiques sucrées façon Rock Hudson, et assez peu avec cette séquence grise encore peuplée de gens de la trempe de Samuel Fuller. Ils se jumellent plutôt justement auprès de l'ère des J. Lee Thompson, des Walter Hill ou des Michael Winner, ère du B movie tout puissant ouverte par ces hippies qu'il ridiculise ; preuve en est qu'il considère les années 70 comme la meilleure décennie du western - ce qui soit dit en passant est une aberration totale, sauf à croire qu'un Tom Gries égale un Anthony Mann. Il dénonce donc un peu, volontairement ou non, son cinéma à lui, ce qui rend le métrage aussi intéressant que difficile à appréhender.
- qu'en réalité le film parle autant (sinon plus) de TV que de cinéma hollywoodien, et plus précisément des passerelles qui existaient entre les deux médiums - Rick Dalton ayant une trajectoire intermédiaire entre Clint Walker et Lee Van Cleef. Le film est plus un hommage à Au Nom De La Loi qu'à Nevada Smith. On y voit Mannix, pas A Bout Portant. Et lorsqu'il évoque le grand-écran, c'est souvent pour nous en montrer des films sympas mais de seconde zone - les Matt Helm de Phil Karlson sont de gentils navets même si Sharon Tate est très attachante dans le quatrième volet - ou bien des titres factices de Corbucci tournés en Espagne, c'est-à-dire des éléments qu'on peut difficilement rattacher au "grand Hollywood". Du coup on ne comprend pas trop quel cinéma la mort de Sharon Tate a bien pu annihiler : l'âge d'or s'était déjà dissout avant ça, et le cinéma "de genre" qui inspirera l'essentiel de l'oeuvre tarantinienne allait connaître une toute aussi vibrante effusion durant les années 70. En conséquence de quoi, j'ai l'impression que c'est davantage un métrage sur l'enfance que sur Hollywood ; ce que les hippies ont tué, ce sont les coulisses merveilleuses de la machine, l'idée de dissociation entre la fiction et le réel, telle qu'elle était rêvée par le réalisateur à l'aune de ses huit ans. En cela, c'est déjà une oeuvre splendide.

Mais il faudrait aussi mentionner l'impensé sur la virilité, motif sous-jacent que Tarantino (tout comme Eastwood) a trouvé chez Peckinpah. La figure du hippie représente dans ce film un homme d'après, par contraste avec les deux protagonistes (riche alcoolique teigneux et ex soldat à la Audie Murphy) hasbeen mais swag. Cependant là aussi le film est pétri de contradictions puisque, en dépit du bon sens, ce sont les vieux qui y écoutent la musique des jeunes. Du picorage.

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10559
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: Le topic cinéma

Messagede Gemini le Lun 26 Aoû 2019, 23:06

Pour la musique, Tarantino a clairement indiqué que ses personnages écoutaient cette radio en particulier car c'était la fréquence que lui écoutait. Quitte, effectivement, à être contradictoire.

La façon dont je perçois l'année 1969 correspond sans doute moins à la mort de l'ancien Hollywood - dans la mesure où le système des studios paraissait déjà moribond à l'époque, n'arrivant pas à se renouveler et continuant à proposer des comédies musicales d'un autre temps - qu'à la naissance du Nouvel Hollywood. Il est déjà là avec Roman Polanski, mais 1969 marque aussi l'arrivée de Bonnie & Clyde et Easy Rider, deux productions pétries d'influences européennes et de cinéma d'exploitation des années 60.

En termes de contre-culture, en plus du massacre de la Manson Family, nous pouvons retenir le concert des Rolling Stones à Altamont, tentative ratée de recréer Woodstock, mais véritable descente d'acide avec les Hell's Angels dans le rôle du service d'ordre et plusieurs morts. Preuve ultime que le mouvement hippie n'a pas survécu.

Ce que l'opus de Matt Helm avec Sharon Tate nous montre aussi, ce qui m'a glacé quand j'en ai vu des images dans le film - je ne le connaissais que de nom - c'est la vision d'un Dean Martin clairement trop vieux pour ses conneries. Et au moment où je l'ai aperçu, j'ai pensé à toutes ces stars mythiques de l'âge d'or qui avaient déjà été remplacées à l'époque, obligées pour certaines à se compromettre dans de la série B et très loin de leur superbe figée dans le temps.

Le Code Hays, le système de censure mis en place à Hollywood dans les années 1930, n'était déjà plus appliqué de puis 1966, ce qui était déjà un signe de la fin d'une époque. 1969 n'est qu'un symptôme d'un mouvement amorcé depuis longtemps, et la prédominance des séries TV dans le film de Tarantino - certes tournées à Hollywood - par rapport au cinéma va déjà à l'encontre de tout ce que le mot "Hollywood" peut incarner pour les spectateurs.

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9320
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Le topic cinéma

Messagede Zêta Amrith le Lun 26 Aoû 2019, 23:43

Il y a quelque chose d'ambigu, et sûrement de l'ordre de la frustration, dans la façon qu'a le film d'humilier et de démolir les hippies, qui sont des archétypes indissociables de la jeunesse au sens large. Comme si le réalisateur, arrivé au neuvième volume, voulait nous préciser avant qu'il ne soit trop tard qu'il n'a jamais voulu être tendance ni projeté de plaire aux ados. Que ça s'est passé comme ça, parce que Pulp Fiction, mais que les critères de ces fans là ne sont pas son monde à lui. L'objet même du métrage semble être de créer une ligne de fracture générationnelle à l'intérieur du public, en clair s'assurer que les plus jeunes trouvent ça chiant, sans pour autant se départir des codes du reste de la filmographie. C'est un film très egocentré, de mise au point, dont le sujet est Tarantino et la manière dont il conçoit sa contribution au grand n'importe quoi du cinébusiness.

Geoff34
Apprenti Kirin
 
Messages: 1442
Inscription: Mer 23 Oct 2013, 12:12

Re: Le topic cinéma

Messagede Geoff34 le Ven 13 Sep 2019, 17:33

Wow- Wow War- Wow War tonight
Wow- Wow War- Wow War forever

Avatar de l’utilisateur
Xanatos
Rédac : De la cambriole
 
Messages: 3991
Inscription: Mar 10 Avr 2007, 07:31
Localisation: Val d'Europe

Re: Le topic cinéma

Messagede Xanatos le Jeu 19 Sep 2019, 06:54

Gemini, Hollywood a produit et réalisé un film qui t'est dédié ! :D



Malheureusement, le film n'a pas l'air d'être très marrant ! :30:

Je ne sais pas si Will Smith était l'acteur idéal pour t'incarner sur grand écran ! :20:

Je m'en vais plutôt continuer à redécouvrir Le Prince de Bel Air ^^ .
Edgar, Edgar, prince de la Cambriole...

Avatar de l’utilisateur
Milo
Ryo versus Massue
 
Messages: 962
Inscription: Sam 15 Déc 2012, 14:42
Localisation: Tau'ri

Re: Le topic cinéma

Messagede Milo le Sam 21 Sep 2019, 03:53

Tetho en 2017 a écrit:Et les rares mecs qui arrivent à monter de vrais projet de ciné doivent souvent se tourner vers des financements étrangers, souvent européen, ce qui fait qu'on se retrouve avec des scénarios de films français tournés à la japonaise (donc en version lente et contemplative).

:20:


Putain sacrebleu bien joué pour la prophétie, ô devin de niveau 92.
Le prochain Koreeda (La Vérité) est donc littéralement un film français, avec Catherine Deneuve et tout. :shock:
Je ne sais même pas quoi en penser, j'ai honte d'être surpris alors tous les présages étaient là depuis longtemps.

"J'adore trop les doubleurs japonnais de la nouvelle saison de ce manga. Faut que je voye s'il est licencié !" ಠ_ಠ

The Smash Brothers, à peine 4h18 20 min, facile 8)

Précédente


Retourner vers Snack Bar chez Léon

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 10 invités