Le topic cinéma

Modérateurs : Aer, Equipe forum MATA-WEB Snack Bar chez Léon : Venez parler sur tout et rien voir surtout de rien

Retourner vers Snack Bar chez Léon

Avatar de l’utilisateur
Aer
Modo : Fan de Bakunyû
 
Messages: 9917
Inscription: Mar 29 Juin 2010, 23:01
Localisation:

Re: Le topic cinéma

Messagede Aer le Lun 23 Déc 2019, 12:52

Hé les gensssss, c'est noël bientôt, donc qui dit noël dit films de noël right ? :mrgreen:
Je vais passer rapidement sur l'inénarrable soirée Piège de Cristal avec des potes, ainsi que sur ma copine qui m'a forcé à voir ceci (étonnamment, c'est correct : acteurs qui savent jouer, scénario qui se tient, voyage temporel qui est directement oublié parce que osef c'est pas le sujet. C'est surprenamment compétent pour un téléfilm), et attaquer directement les deux gentils films de noël que j'ai pu voir.

La Légende de Klaus.

Écrit et réalisé par Sergio Pablos, a qui l'on doit Moi, Moche et Méchant, Klaus est un genre d'origine story du Père Noël (I shit you not :p).

Jesper est un fils à papa trou du cul. Papa en ayant raz le bol de devoir s'occuper de lui, il l'envoie dans le grand grand nord, dans un lieu appelé Smeerensburg, afin d'en devenir le nouveau postier. Face à l'accueil hostile des villageois et la difficulté insurmontable de la tache qui l'attend, proche de sombrer dans le désespoir, Jesper fera la rencontre d'un vieux bucheron taciturne dans la forêt...

Le film est une très bonne surprise, totalement carré et en ligne droite. Tout est absolument prévisible et amené au bon moment, chaque scène a la durée adéquate, chaque blague tombe plutôt juste. C'est un vrai travail de métronome qui est ici délivré, pour un film qui ravira les petits et les grands. Les personnages sont tous très agréables dans leur rendu, par contre la musique est assez peu présente ou ne m'a pas marqué.
Niveau graphisme c'est plutôt bon, j'hésite toujours à savoir si c'est de la 2D ou de la 3D (je penche plus pour le dernier mais bon), les décors sont généralement assez beau.
Il n'y a pas grand chose à en extraire malheureusement, et c'est la sa limite. Tout au plus pourrions nous pointer du doigt la nécessité de faire tomber d'anciennes traditions pour en instaurer de nouvelles comme le plus gros thème subversif du film. Ou l'histoire personnelle de Klaus elle même.
Mais sinon, c'est un buddy movie improbable au pays de la neige et des rennes. Regardez le, vous ne le regretterez pas.

Eyes Wide Shut.

Ca se passe totalement à noël.
C'est l'un des derniers films de Kubrick qui m'échappait encore et oh boy, ce type était vraiment un génie, aucun doute possible. J'avais essayé plusieurs fois de le voir mais à chaque fois je n'en choppais que des bouts (pour des raisons diverses et variées). Le voir d'une traite fut presque une épreuve, mais l'hypnotisme du film marche à fond les ballons. Quand Cruise commence son voyage nocturne, j'ai été happé sans pouvoir lâcher avant l'avant dernière scène avec Sydney Pollack (que j'ai trouvé un peu ratée, même si elle est importante). Un autre point dommageable est probablement les rêveries fantasmées de Cruise vis à vis de sa femme qui n'étaient pas si génial que ça, je ne sais pas ce qui me dérangeait, ni si c'est possible de faire mieux, mais ça marchait moyen pour moi. Tout le reste est juste fabuleux. Fa-bu-leux. Les scènes sont longues et épaisses, les acteurs ont vraiment du donner le meilleur d'eux même, les dialogues sont ciselés, la caméra évidemment formidable. J'ai vite compris que c'était tourné en studio mais l'illusion marche très bien.

Glaçant est vraiment le mot qui qualifie le mieux Kubrick je trouve, et ici ça explose littéralement, tout le temps. C'est assez surprenant de voir un film aussi "contemporain" de cet auteur, mais ça marche. La musique y est, je pense, pour beaucoup encore une fois dans ces films, et le piano ne lâche pas le spectateur une seule seconde. Je parle beaucoup de Cruise parce qu'il est formidable, franchement (ces visages qu'il a, lorsque Kidman lui raconte ses fantasmes, ou quand il est en taxi...), mais évidemment tout le cast assure, Kidman en priorité et les autres ne déméritent pas. J'imagine également le travail de nazi fini pour les décors (apparemment il a prit des mesures des rues new-yorkaises pour les reproduire à l'identique), mais bon c'est Kubrick, what did you expect.

On reste sans surprise dans sa zone de confort : les relations entre les gens, les rapports de domination... mais la ou c'était un thème parfois survolé dans certains de ses films, c'est ici réellement le point d'achoppement de tout le film. Pas étonnant qu'il l'ait qualifié de son "chef d'oeuvre". Ma préférence reste à 2001 pour tout un tas de raisons, mais c'est un film qui ne démérite pas dans sa filmographie.

Ne me manque maintenant que ses vieux films pré Path of Glory. Parait qu'ils sont moins bien, je verrais bien à l'occasion.
When you dont afraid any sunshine, come on baby !

行けよ饒舌の 影よ来て導け

Avatar de l’utilisateur
Aer
Modo : Fan de Bakunyû
 
Messages: 9917
Inscription: Mar 29 Juin 2010, 23:01
Localisation:

Re: Le topic cinéma

Messagede Aer le Lun 23 Déc 2019, 21:08

The Endless.

Il y a quelques années, Aaron et Justin se sont échappés d'une sorte de secte, priant... on ne sait pas trop quoi, des aliens ? Des monstres ? Un dieu ? Ayant grandit, mais vivant un peu en marge de la société suite à ça, ils vivent une petite vie un peu moisie. Jusqu'au jour ou une cassette leur parvient, contenant des images tournées par le dit culte, revoyant certaines personnes auxquels ils tenaient... Aaron, se sentant toujours autant déphasé, décide de pousser son grand frère Justin à les ramener au Camp ou la secte se trouvait.



J'ai juste vu le trailer et j'me suis dit "tiens, ça a l'air sympa, voyons voir".
C'est une putain de tuerie.

Alors gardons évidemment un recul normal. C'est de la série B, c'est réalisé et joué par Justin Benson et Aaron Moorhead (et l'on sait que se diriger soit même, c'est une gageure), c'est un film a petit budget. D'un point de vue technique, le film est pourtant assez bon, il n'y a bien qu'une grosse faute de ton à un moment qui jure un peu, mais en global c'est du tout bon tout du long. Le manque de moyen est supplanté par des idées géniales qui ne font que s'enchainer, des personnages campés par des acteurs globalement bons, et un rythme finalement assez contemplatif qui donne un coté un peu crépusculaire et hors du temps à l'histoire. Les effets spéciaux sont sympas, faisant juste un peu cheapos à deux trois moments, et le film, malgré son thème central joué de bout en bout, n'est pas non plus une réflexion philosophique. La photo est parfois un peu lourde mais ne jure pas, ne fait pas spécialement cheap et bon sang, les drones ont vraiment révolutionnés le cinéma indépendant.

Ce qu'il fait, il le fait donc bien, et pour l'amoureux de Lovecraft et autres tentaculeries, c'est un régale.

[Montrer] Spoiler
Au début tu te demandes vraiment ce qu'il se passe, avec tout ces effets étranges et ces cercles partout, ça sent un peu le machin avec un monstre débile.
Puis le cerveau de l'amateur fait tilt et ne reste qu'une seule conclusion : ce film, c'est Yog-Sothoth The Movie, c'est fait par un gars qui sait de quoi il parle (Justin Benson) et c'est vraiment vraiment de la bonne.


Si vous êtes en manque de bons films de série B/sf, sautez dessus, vous ne le regretterez pas.

A noté aussi que les deux compères ont créé en 2012 un film appelé Resolution et qui est centré, pour ce que j'en ai lu, sur deux personnages annexes rencontrés durant The Endless. Je suppose que l'un spoil l'autre vu que rien n'est vraiment laissé dans le mystère dans ce dernier, et je ne saurais dire si c'est une bonne idée de voir l'un avant l'autre ou pas.
When you dont afraid any sunshine, come on baby !

行けよ饒舌の 影よ来て導け

Avatar de l’utilisateur
Ialda
Modo : bodacious kunoichi otaku
 
Messages: 18851
Inscription: Sam 31 Mar 2007, 13:25
Localisation: Firelink Shrine

Re: Le topic cinéma

Messagede Ialda le Lun 30 Déc 2019, 03:42

Je note pour The Endless, ça a l'air dans mes cordes~

Aer a écrit:Eyes Wide Shut.


Vu aussi pour la première fois récemment. J'ai longtemps fait l'impasse dessus sur un malentendu (un film sur les fantasmes de Kubrick tiré des pages papier glacé de Playboy, mais où est l'intérêt ?), et finalement ça s'avère être un superbe film sur la perte de contrôle par un maniaque du contrôle, qui plus est bourré de délicieuses ambiguités sur la "conspiration" - en tout cas bien plus convainquant et paranoaique que l'équivalent chez Polanski / Arturo Perez Reverte se tournant à peu près au même moment...

Et puis j'adore cette nostalgie très particulière suscité par des trucs que j'ai raté à l'époque mais décrivant un zeitgeist qui m'est très familier...

Avatar de l’utilisateur
Aer
Modo : Fan de Bakunyû
 
Messages: 9917
Inscription: Mar 29 Juin 2010, 23:01
Localisation:

Re: Le topic cinéma

Messagede Aer le Jeu 16 Jan 2020, 11:21

Ad Astra.

Ouais ben c'était effectivement pas terrible. J'ai failli ragequit le film a plusieurs reprises en fait. Aucun personnage n'a d'importance, à par celui campé par Pitt (qui a prit un sacré coup de vieux d'ailleurs). J'ai un peu orzé sur l'age du personnage d'ailleurs, même si c'est aussi celui de l'acteur. Quand c'est fait pour soutenir une blague potache, ça passe très bien, mais la, même avec l'idée que dans le futur tout le monde ira dans l'espace, ça fait très étrange.

Déçu aussi de la plastique du film, même s'il est régulièrement assez beau, y'a aussi son lot de décors absurdes voir carrément moches et on est pas si éloigné d'un bon vieux Ghost of Mars des familles avec son carton pâte (de manière amusante, surtout sur Mars).

Pour ce qui est du propos, je ne sais pas quoi en penser non plus. Le film ne va nul part, la morale de fin on aurait pu s'en passer. Liv Tyler sert toujours a rien dans ses films, dommage pour elle. Et ouais on est clairement dans un mic mac d'Interstellar avec même des relents de Premier Contact, mais ça n'en a ni la portée ni les moyens.
Il y avait surement de bonnes intentions a la base, mais le résultat est au mieux raté.
When you dont afraid any sunshine, come on baby !

行けよ饒舌の 影よ来て導け

Avatar de l’utilisateur
Deluxe
Pitit LEGO
 
Messages: 435
Inscription: Jeu 21 Sep 2017, 08:49

Re: Le topic cinéma

Messagede Deluxe le Dim 19 Jan 2020, 15:28

1917 (Sam Mendes, 2020) : le 6 avril 1917, deux soldats britanniques sont envoyés en estafettes pour remettre un message urgent qui pourrait sauver la vie de plus d'un millier d'hommes. Pour ce faire ils devront traverser le no man's land et s'approcher au plus près des lignes ennemies...

La Première Guerre Mondiale et le cinéma de Sam Mendes, deux choses qui ont tendances à m'intéresser. Le principal intérêt de ce film se situe au niveau technique, puisque l'intégralité du long-métrage est rendu en un seul plan-séquence. Alors certes ce n'est pas un vrai plan-séquence et les astuces de mise en scène sont assez évidentes mais l'effet reste très efficace ; le film dure deux heures et on ne voit absolument pas le temps passer, on est dans la même temporalité que les personnages et on vit leur parcours à côté d'eux. La photographie de Roger Deakins (oscarisé pour son travail sur Blade Runner 2049) propose des plans superbes et variés, avec parfois un nombre impressionnant de figurants.

Bon après c'est sûr que l'intrigue est très minimale, faut pas s'attendre à un propos politique du genre Sentiers de la Gloire ou même Joyeux Noël ; on est finalement plus dans une expérience à la Gravity. Toutefois rien que pour la prouesse technique et la beauté de ce cinéma, cela mérite d'être vu sur grand écran.

Avatar de l’utilisateur
Ramior
Spirit of Nausicaä
 
Messages: 2953
Inscription: Mer 13 Juin 2012, 14:07

Re: Le topic cinéma

Messagede Ramior le Jeu 23 Jan 2020, 00:46

Bande annonce du film français le plus attendu de cette décennie :



Et un film Français dont j'avais jamais entendu parler :


Avatar de l’utilisateur
ChaosLink
Pilote de Bebop
 
Messages: 237
Inscription: Ven 23 Déc 2011, 19:13

Re: Le topic cinéma

Messagede ChaosLink le Sam 25 Jan 2020, 03:57

Underwater :

Petit thriller dont j'avais entendu parlé vite fait comme d'un "Alien mais sous l'eau", je suis allé voir le film en aveugle aujourd'hui sans avoir rien regardé dessus. Et sans être un film incroyable, il reste très sympathique et j'ai passé un bon moment devant (même si je suis pas sûr qu'il mérite le prix d'une place de ciné)

Pour le scénario, on suit des mineurs sur une plateforme de fouille située dans la Fosse des Mariannes, construite par une grosse société capitaliste, où l'on apprend au début du film et par le biais d'articles de presses que des choses se passeraient mal. Et quand le film commence, un tremblement de terre détruit 70% de la station et ceux-ci se retrouvent à devoir fuir pour survivre, dans l'obscurité du sol océanique. Et c'est tout : le film commence direct sur la catastrophe et va constituer une longue fuite de l'endroit pour essayer de survivre dans des conditions extrêmes, et où, vous vous doutez bien, des créatures chelous sont apparues.
Quand j'avais vu le titre et le concept, je m'attendais à un film un peu plus à ambiance, un peu dans le style du manga 6000 de Nokuto KOIKE, mais celui-ci est plus un film d'action où les personnages doivent aller d'un point A à un point B sans mourir. Du coup, pour le scénario, vous n'aurez que les articles de journaux au début et pour les personnages, pas d'introduction ou de développement, le film ne prend même pas le temps de nous les présenter (à peine a-t-on leur nom) Malgré ça, la narration est assez étrange, faisant des fois des cuts assez chelou, comme si le réalisateur voulait absolument mettre certaines scènes mais qu'il ne savait pas trop comment le faire coller au reste. Ou que lorsque l'on sort d'une scène de tension, il y a des cuts soudains et agressifs où on retrouve nos personnages en "totale" sécurité, ce qui fait assez bizarre.

Le film tente vaguement de développer et de faire évoluer son personnage principal, mais bon, Kristen Stewart ne semble toujours pas vouloir bien joué (ou être bien dirigé) et ça donne un dialogue final assez chelou en sorte de voix de narration du personnage principal qui fait complètement sortir de l'ambiance installée jusqu'à là (même si celui-ci répond à la narration du début) Les autres personnages sont justes oubliables, et la plupart des morts se voient venir à dix kilomètres.

Sinon, le film est quand même sacrément jolie, avec des fois même des très bons/beaux plans bien travaillés, et on va pas se mentir, la station à quand même bien de la gueule. Mention spéciale aux combinaisons de plongées spéciales du film, qui sont absolument magnifique et qui je pense parleront à plus d'un ici (même si ça a l'air tout sauf pratique) Les effets spéciaux sont okay et rendent même parfois assez bien, même si le film joue sur l'obscurité et des plans à la première personne pour rendre ça confus et les cacher le plus possible. J'ai beaucoup aimé le design des monstres aussi.

Enfin, pour développer un peu plus sur la fin et mon sentiment sur le film :
[Montrer] Spoiler
Au final, comme dans South Park, les fouilles ont réveillé un Grand Ancien qui revient pour niquer l'humanité. Vu le design, on dirait un sorte de mélange entre Cthulhu et Dagon, même si je pencherais plus pour le dernier vu tout les profonds qui l'accompagne. Et au final, rien, parce qu'on le nique avec une bonne explosion atomique des familles, ce que je trouve tue complètement le film. Et voir les deux revenir à la surface pour juste avoir des articles de journaux qui conclut à : "zéro conséquence, lol", bof bof bof (même si la fin se laisse volontairement ouverte pour faire une suite, faut pas déconner, hein)
Au final, j'ai l'impression que c'est un film qui a du souffrir de development hell, ne serais-ce qu'avec les articles au début et à la fin qui sont là pour expliquer et donner un contexte, les scènes coupés bizarrement, les personnages invisibles et sans personnalités, etc etc... Une bonne idée, mais un traitement qui ne satisfait pas entièrement personnellement.


En conclusion, un bon film de série B, qui se regarde pour passer le temps sans trop réfléchir. Ha, et par avance pour ceux comme moi qui ont la peur des fonds marins, bah, ça passe honnêtement je trouve.
"Alcohol is humanity's friend. Can I abandon a friend ?" ~ Yang Wen-Li

"l'AEUG est le plus grand club de partouze gay de l'otakusphère mondiale" ~ Mellorine

Précédente


Retourner vers Snack Bar chez Léon

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Majestic-12 [Bot] et 2 invités