Metal Gear et autres jeux KojiProd

Modérateurs : Aer, Equipe forum MATA-WEB Jeux vidéo : Amis des pixels ou de la Next generation bienvenues !

Retourner vers Jeux vidéo

Avatar de l’utilisateur
Deluxe
Pitit LEGO
 
Messages: 412
Inscription: Jeu 21 Sep 2017, 08:49

Re: Metal Gear et autres jeux KojiProd

Messagede Deluxe le Sam 09 Nov 2019, 04:07

J'en suis à 10h pour ma part et mon opinion est similaire à celle de Tetho.

L'ADN de Metal Gear Solid suinte à travers tous les pores du jeu, en particulier The Phantom Pain et sa manière de dilater le temps du joueur en installant des routines inlassables qui rendent expérience presque hypnotique. Si l'idée est de nous faire comprendre l'aspect robotique de la vie d'un chauffeur-livreur alors c'est complètement réussi. Chaque mission vous demande de charger votre marchandise, d'ajuster son emplacement pour voyager dans les meilleures conditions, de planifier votre route et de vous préparer aux dangers divers qui peuvent survenir. Si vous avez des tendances un peu maniaques ce jeu peut s'avérer très dangereux tant il est possible de passer des heures dans les menus à optimiser tout ce qui peut l'être.

Le gameplay n'est pas du tout contemplatif comme pourraient l'être les séquences de chevauchée d'un Shadow of the Colossus. D'une part la carte - ou plutôt les cartes sont plus petites que ce à quoi je m'attendais, on ne reste donc jamais bien longtemps sans rencontrer un ou plusieurs obstacles. D'autre part quoi que l'on fasse dans ce jeu il y a quelque part une jauge qui monte ou qui descend, plus que de jouer avec Norman Reedus on le pilote tel un capitaine constamment sur le qui-vive pour éviter de perdre le paquebot corps et biens.

Au niveau narratif je ne me suis pas complètement plongé dans les archives et autres textes mais j'ai bien peur que l'on soit devant un nouveau cas du "syndrome Peace Walker" où ce qui est raconté dans les menus est plus intéressant que ce qui se passe dans le jeu lui-même. Les cinématiques jouissent d'une plastique exceptionnelle et de la performance d'acteurs de premier plan, mais les dialogues sont absolument catastrophiques. C'est comme si on prenait le propos de Kingdom Hearts avec l'écriture de Yoshiyuki Tomino, non seulement on comprend rien mais c'est d'un ridicule consommé. C'est d'autant plus dommage que Snake Eater est un de mes jeux favoris justement grâce à la qualité de ses dialogues qui mêlent humour et émotion, tandis que là on nage aux frontières du nanar.

Avatar de l’utilisateur
Tetho
Rédac : Crest of "Z's"
 
Messages: 19238
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:44

Re: Metal Gear et autres jeux KojiProd

Messagede Tetho le Sam 09 Nov 2019, 06:53

Conseil à ceux qui débutent le jeu : avancez tout droit dans le scénar jusqu'au chapitre 3.
Un peu comme dans NieR:Automata en son temps il vaut mieux éviter de vouloir remplir toutes les quêtes secondaires dès qu'elles sont accessibles et attendre que le jeux distribue des outils qui facilitent la vie. Ça vous évitera quelques heures de jeu à traverser la carte de la façon la plus relou possible. Je dis ça parce que juste avant de d'attaquer ce chapitre 3 j'ai décidé de revenir un peu en arrière faire quelques livraisons avant de réaliser que j'ai fini par revenir au point de départ et de retraverser la carte alors disponible en repapillonant de la même façon :21:

Ceci dit le jeu est véritablement fascinant, c'est la première fois que je vois un jeu rendre aussi bien l'expérience de la randonnée en montagne. Le fait de devoir faire gaffe à l'équilibre de son sac, à gérer celui de son corps en déplacement, à ne pas aller trop vite et même à faire gaffe à là où on pose les pieds. Et en même temps de contempler le paysages qui s'offre petit à petit à nous, toujours changeant, grâce au choix d'un champ de vision grand angle. C'est génial, au plus haut point, de se dire qu'un mec à décidé de faire un jeu en faisant de tout ça la mécanique centrale. Et qu'en plus il en a fait un AAA complètement barjo et pas juste un petit jeu indé.
Si après avoir joué à Death Stranding les gens arrêtent de dire qu'en montagne le plus dur c'est la montée et que la descente c'est fastoche, les dizaines de millions d'euros que Sony a investi dans ce jeu ne seront pas vaines.


Coté histoire/lore, autant je joue le jeu de façon amusé devant les cinématiques à regarder cette espèce de fanfic lynchéenne sous stéroïdes, autant le rattrapage de la lecture des archives m'a tué. C'est littéralement imbitable de sous-SF de supermarché, avec Kojima qui manie des concepts comme la chiralité comme un gamin manipule le couteau de camping de son père. Les mails échangés avec le "fan de Ludens" sont stupéfiants par leur teneur masturbatoire.


quelques spoils début chapitre 3 :
[Montrer] Spoiler
J'ai été un peu déçu en voyant que le jeu allait offrir une option de fast travel, d'autant plus aussi tôt, et ce avant même d'atteindre la côte ouest. Mais vu que le jeu semble réparti sur (au moins) deux cartes physiquement distinctes ça semble inévitable. J'aurais aimé que Kojima soit radical jusqu'au bout et force le joueur à retraverser la carte par ses propres moyens si il en a besoin, plutôt que de céder à la facilité de la téléportation. Au moins on laissez derrière soi tout son équipement et sa cargaison, c'est toujours ça.
Achieve your mission with all your might.
Despair not till your last breath.

Make your death count.

Avatar de l’utilisateur
Deluxe
Pitit LEGO
 
Messages: 412
Inscription: Jeu 21 Sep 2017, 08:49

Re: Metal Gear et autres jeux KojiProd

Messagede Deluxe le Dim 17 Nov 2019, 16:28

Jeu terminé.

Les cinq dernières heures sont assez imbuvables avec une alternance de "combats" de boss sans grand intérêt et de cinématiques trois fois trop longues, ponctués par deux (D-E-U-X) génériques de fin afin de s'assurer que le nom de Hideo Kojima apparaisse bien le plus possible à l'écran. Le jeu se sauve à la dernière minute grâce à une ultime séquence qui résout les derniers mystères de l'intrigue de manière relativement satisfaisante, mais on ne se départit pas d'une impression de jeu inachevé ou à tout le moins, accouché dans la douleur.

Je l'avais pressenti depuis plusieurs mois, Death Stranding est bien plus intéressant pour son gameplay que pour ce qu'il tente de raconter. Cette idée de traverser un monde complètement vide et inhospitalier avec pour seule aide la coopération d'autres joueurs que l'on ne verra jamais est engageante et retourne le concept de l'open-world sur lui-même ; plutôt que de remplir le monde avec des trucs à faire, c'est le monde qui devient un truc à faire, au sens littéral du terme puisque l'essentiel du jeu consiste à façonner la carte pour dompter le monde et le mettre à son service. On imagine tellement un jeu d'exploration planétaire où l'on devrait coloniser une planète hostile par exemple, ç'aurait d'ailleurs sûrement été plus abouti que le récit pondu par Kojima.

Que ce soit dans son imagerie ou dans le propos, Death Stranding reprend beaucoup d'Evangelion, notamment dans la manière de rapprocher les névroses personnelles des protagonistes et la théorie du Big Bang, la cosmogonie égyptienne et autres technobabillages. Comparé à son modèle toutefois le jeu souffre d'une écriture malhabile, qui explique plus qu'elle ne raconte, et de personnages très inégaux. J'ai beaucoup apprécié le(s) personnage(s) incarnés par Margaret Qualley, pour leur intrigue d'une part et puis faut dire que l'actrice est vachement canon quoi. Mads Mikkelsen et Tommie Earl Jenkins sont également réussis, et le protagoniste incarné par Norman Reedus est probablement le meilleur héros Kojimesque depuis Naked Snake. En revanche les personnages d'Amélie et de Higgs sont complètement ratés, le dernier en particulier malgré un design excellent est un gâchis complet des talents de Troy Baker avec certains des plus mauvais dialogues d'un jeu qui déjà ne brille pas par cet aspect loin de là.

Pour terminer sur la controverse relative aux reviews, c'est clairement un jeu qui demande beaucoup de temps et de patience donc il ne pouvait forcément pas plaire au tenants de la culture du clic. Du reste cependant, même si je pense que le jeu est bon et qu'il mérite le succès je pense aussi que M. Kojima a bien besoin d'une petite cure d'humilité.

Précédente


Retourner vers Jeux vidéo

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 17 invités