2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Modérateurs : Aer, Equipe forum MATA-WEB Animanga : Discussions sur les animés et mangas

Retourner vers Animanga

Avatar de l’utilisateur
chevkraken
Stakhanoviste du troll
 
Messages: 2883
Inscription: Mer 08 Fév 2012, 18:29

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede chevkraken le Mar 20 Avr 2021, 23:55

La hype de beastars est simple, c'est un anime vegans et inclusif, il ne manque que des personnages lgbt pour en faire l'anime 2020 occidental parfait.

Sinon, c'est juste zootopia en plus cru et adulte.
l'anti-fan vous attend. Ne vous laissez pas aveugler par l'amour que vous portez à vôtre œuvre fétiche, il ne vous le pardonnera pas.

Mais attention, ça ne l'empêche pas d'être un fanboy de Vanellope von schweetz!!!

Avatar de l’utilisateur
Natth
Soul of Chogokin
 
Messages: 1537
Inscription: Mer 24 Mar 2010, 21:56

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede Natth le Mer 21 Avr 2021, 02:36

Pour résumer, si tu tiens des propos "vegans et inclusifs" (ou LGBT), on ne se soucie plus de tes personnages, ton scénario, ton graphisme, ton animation et même ton OST parce que de toute façon ils n'auront aucun intérêt. D'ailleurs cet opening est tellement nul : https://www.youtube.com/watch?v=bgo9dJB_icw

Mais sérieusement ? C'est devenu impossible à quel moment de défendre certaines valeurs tout en regardant de bonnes histoires ou de la belle animation ? Il y a déjà suffisamment de soucis dans la japanime pour éviter d'en rajouter O_o

Avatar de l’utilisateur
SpaceDandy
Pitit LEGO
 
Messages: 424
Inscription: Mar 12 Aoû 2014, 07:50

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede SpaceDandy le Mer 21 Avr 2021, 08:40

Le vrai problème de ce générique, c'est qu'il s'agit de la banalisation du viol, car transposé à l'instinct animal. Et ça ne semble poser aucun problème à certaines personnes (qui mettent par contre un veto aux Ailes d'Honnéamise - oui c'est du vécu…)

Mais outre ces aspects, c'est pour moi un énième school life à triangle amoureux mal dessiné. Ce qu'il y a de plus ? Des scènes de galipettes au lit (ça passe parce que ce sont des animaux ? C'est gênant). Et des remarques et réflexions clichées en rab au détour de quelques pages. Les stéréotypes n'ont rien à faire dans un manga qui se veut "inclusif".

Avatar de l’utilisateur
VpV
Pitit LEGO
 
Messages: 413
Inscription: Sam 26 Jan 2013, 21:54

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede VpV le Mer 21 Avr 2021, 13:02

SpaceDandy a écrit:2014: Grand dilemme pour cette année-ci… Ping Pong the Animation ou Space Dandy

Pseudo de l'intéressé : SpaceDandy
Avatar de l'intéressé : Space Dandy

Escroc, tocard, imposteur ! :mrgreen:

C'est cool de te voir poster en dehors des topics d'annonces de sorties DVD/BR. Je ne sais pas pour les autres, mais, après un tel bilan, je te découvre quoi.

SpaceDandy a écrit:Étant plus lecteur de manga qu'autres choses

Dit-il, alors qu'il truste les topics estampillés "Japanim".
Imposteur² !!!

Avatar de l’utilisateur
SpaceDandy
Pitit LEGO
 
Messages: 424
Inscription: Mar 12 Aoû 2014, 07:50

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede SpaceDandy le Mer 21 Avr 2021, 16:32

Il faut me comprendre, c'est bien plus difficile de porter le pseudo "PingPongTheAnimation" que "SpaceDandy" :wink: (Soyons franc, il faudrait que je change de pseudo…)
Je n'ai jamais été partisan des pavés de texte, d'où ma discrétion sur ce sous-forum, particulièrement centré sur l'animation.

Petite correction sur 2018: je pensais bien à Sound Euphonium mais en fait c'est sa suite spirituelle qui est sortie en 2018, Liz et l'oiseau bleu. Et elle ne m'intéresse pas du tout. Les personnages semblent sans âme sur les affiches promotionnelle, même lorsqu'elles jouent. Tout l'inverse de vrais musiciens, qui sont souvent portés par leurs propres notes. C'est peut-être un jugement rapide sur trois images et un trailer, mais ça n'annonce jamais rien de bon.
Et les shōjo-ai… "bof".

Avatar de l’utilisateur
chevkraken
Stakhanoviste du troll
 
Messages: 2883
Inscription: Mer 08 Fév 2012, 18:29

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede chevkraken le Mer 21 Avr 2021, 17:16

SpaceDandy a écrit:Le vrai problème de ce générique, c'est qu'il s'agit de la banalisation du viol, car transposé à l'instinct animal. Et ça ne semble poser aucun problème à certaines personnes (qui mettent par contre un veto aux Ailes d'Honnéamise - oui c'est du vécu…)

Mais outre ces aspects, c'est pour moi un énième school life à triangle amoureux mal dessiné. Ce qu'il y a de plus ? Des scènes de galipettes au lit (ça passe parce que ce sont des animaux ? C'est gênant). Et des remarques et réflexions clichées en rab au détour de quelques pages. Les stéréotypes n'ont rien à faire dans un manga qui se veut "inclusif".

On va dire que cet opening propose une des seules thématique interessante de la série. Quelqu'un luttant contre ses pulsions et vivant dans la peur d'y succomber.

Si on le transpose au monde humain, le manga parle de pedophilie,le personnage principal est un pédophile prenant conscience de ses pulsions mais étant aussi totalement conscient que ces pulsions sont mauvaises et dangereuses et cherchant à les controler avec des paliatifs ne blessant personnes (s'interesser à quelqu'un ayant un physique proche d'un mineur sans l'être nottament) mais vivant dans la peur de succomber à ses pulsions ou que sa deviance soit decouverte alors même qu'il n'a fait de mal à personne.

C'est une thématique tellement rarement traité vu la morale de notre monde que pour ça, la série se demarque (mais faudrait encore que les gens y voit ça dans l'analogie et pas juste un bête "les hommes sont juste des violeurs en puissances luttant contre leur pulsion face aux femmes")

Dans cette lignée, Il y a aussi d'ailleurs le perso de la lapine qui est à mon avis une critique aux pays comme l'australie interdisant la pornographie de personne faisant du bonnet A ou étant de taille trop petite en en faisant de la pedophilie(et aussi l'intégralité de la pornographie venant du japon pour les même raison). C'est pas car on fait jeune qu'on est une gosse et qu'on doit agir comme une gosse. (Car avec les reseaux sociaux, cette tendance se répand, si tu as tendance a aimer les femme asiatique par exemple, t'es un pedophile en puissance car les asiatiques sont généralement plus petites et ont moins de seins que les occidentales)

Mais après avoir un bon thème ne fait pas un bon manga, l'enrobage est vegan et inclusif avec des cliché du genre bien gras (peut être pour faire acquiescer ce public à un thème qui les révolterai d'ailleurs), on a fait le tour de la question lors de cette saison 1 et je voit pas trop quoi rajouter et tout le reste autour est mal écrit et chiant. Et la série est très souvent malaisante à tout les niveau.
l'anti-fan vous attend. Ne vous laissez pas aveugler par l'amour que vous portez à vôtre œuvre fétiche, il ne vous le pardonnera pas.

Mais attention, ça ne l'empêche pas d'être un fanboy de Vanellope von schweetz!!!

guwange
Soul of Chogokin
 
Messages: 1652
Inscription: Lun 23 Mar 2009, 15:42

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede guwange le Mer 21 Avr 2021, 18:30

Jamais vu beastars, par contre la chanson de l'opening, je connais à travers ce live :



Dans cette chaîne youtube, il y a quelques bons lives à se mettre sous la dent.
On a le droit à quelques surprises notamment l'apparence de celui/celle derrière l'op de dororo.
Je ne m'y attendais pas...

Masayuki Suzuki a volé la vedette de l'idol jap.
64 ou 65 ans, un look de dandy, ça me fait penser à rintaro qui à l'aube de ses 70 ans lors de la promo de yona, avait la classe au niveau vestimentaire.


Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9805
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede Zêta Amrith le Mer 21 Avr 2021, 19:04

chevkraken a écrit:Beastars parle de pédophilie.

Le perso de la lapine est à mon avis une critique aux pays comme l'australie interdisant la pornographie de personne faisant du bonnet A ou étant de taille trop petite.

Image

Avatar de l’utilisateur
chevkraken
Stakhanoviste du troll
 
Messages: 2883
Inscription: Mer 08 Fév 2012, 18:29

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede chevkraken le Mer 21 Avr 2021, 19:46

Natth a écrit:Pour résumer, si tu tiens des propos "vegans et inclusifs" (ou LGBT), on ne se soucie plus de tes personnages, ton scénario, ton graphisme, ton animation et même ton OST parce que de toute façon ils n'auront aucun intérêt. D'ailleurs cet opening est tellement nul : https://www.youtube.com/watch?v=bgo9dJB_icw

Mais sérieusement ? C'est devenu impossible à quel moment de défendre certaines valeurs tout en regardant de bonnes histoires ou de la belle animation ? Il y a déjà suffisamment de soucis dans la japanime pour éviter d'en rajouter O_o

la belle animation, c'est de la 3D correct et c'est tout... L'OST, en dehors de l'op, rien de marquant. Le scenario, en dehors du dilemne de pulsion du perso principal, c'est zootopia. Et le titre n'a aucune subtilité (comme zootopia d'ailleurs), on le dirait issu d'un reseau social.

A noter que le manga est immonde visuellement en plus.

Beastar, c'est tout de même une série manquant de subtilité, comme l'a été Yuri On Ice pour la cause LGBT

La cause LGBT par exemple a été bien mieux servi par un Dragon Maid qu'un Yuri on Ice à mes yeux. Yuri On Ice nous balance tellement de cliché que s'en est écoeurant, là où Dragon Maid, on a juste un couple normal, ce que c'est en réalité.

Beastar c'est comme Yuri on Ice un titre qui semble écrit pour Netflix
l'anti-fan vous attend. Ne vous laissez pas aveugler par l'amour que vous portez à vôtre œuvre fétiche, il ne vous le pardonnera pas.

Mais attention, ça ne l'empêche pas d'être un fanboy de Vanellope von schweetz!!!

guwange
Soul of Chogokin
 
Messages: 1652
Inscription: Lun 23 Mar 2009, 15:42

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede guwange le Mer 21 Avr 2021, 20:22

Une bonne année 2016


1 ère place : Joker game et showa rakugo saison 1 ex aequo
Joker game, série Ig prod bien enrobée qui prend le parti de raconter des histoires où la mission l'emporte sur la personnalité des espions. Un parti pris aux antipodes de nos habitudes où on flash sur un pseudo héros et on espère vibrer à ses côtés, en apprendre plus sur son passé. Bref, cela fait du bien de s'éloigner des codes habituels de la japanime.
Showa rakugo, on assiste tout au long de cette saison 1 à un long flashback qui prend le temps de développer les relations entre les persos. On est tellement loin de la gaminerie moe habituelle qui tient sur de la psychologie à bout de ficelle, ici c'est traité de façon sérieuse. Et le jeu d'acteur durant les phases de rakugo, avec ces fameuses chutes dans les histoires, c'est traité avec justesse.

Animes notables: mob psycho 100, erased, jojo saison 4, bungou stray dogs, Drifters, 91 days,Boku hero academia


Déception :

-kuromukuro, ça se regarde mais faut passer outre tout le délire cosplay and co.


Grosse déception, honte de l'année :
-kabaneri, foutage de gueule, vide intersidérale, les scènes s'enchaînent sans réels liants, même le côté pop-corn décérébré ne sauve pas cet anime.


Film:

1- Garo divine Flame : la tuerie de l'année, on se croirait revenir à l'époque des VHS MANGA MANIA tant ça sent le roots, la castagne, la réalisation très dynamique et stylisée de haut vol entrecoupée de mini-phases contemplatives. Bref, c'est l'extase total et cela me rappelle pourquoi je suis rentré de plein fouet dans la japanime en dehors des programmes TV d'époque; Club Dorothée and co. Avec nos maigres économies, on était prêt à investir dans la collection Manga Mania tant ça puait la classe et que l'on avait l'impression de passer à un cap supérieur par rapport au Club Dorothée.
2- Dans un recoin du monde : Vraiment un bon film, j'étais pas vraiment chaud car je redoutais un résultat dans la lignée de mai mai miracle, c'est à dire pas mémorable.
Mais là, je suis réconcilié avec sunao katabuchi , je n'ai pas ressenti de longueur et j'ai apprécié suivre les péripéties de cette héroïne un peu tête en l'air.
Bien sûr, on n'échappe pas au moment fatidique où tout bascule dans la dureté et l'horreur de la guerre.
On s'attarde un peu dessus sans que l'auteur en rajoute des caisses pour amplifier le pathos. C'est fait dans la juste mesure avec quelques bonnes trouvailles visuelles en adéquation avec le talent dessinatrice de l'héroïne.

3- Your name, bon film où Shinkai avait un scénario digne de ce nom avec les bons ingrédients dans la seconde partie mais dommage qu'il ne va pas au bout des choses. Du coup, je trouve la hype un peu surestimée.

2017


Ma série de l'année, avec le recul je suis sûr de mon choix car elle se démarque par son sujet, son angle d'attaque, son nom :
- Kado : Eh oui, une série CGI et c'est mérité tant elle propose un traitement + adulte que la moyenne. L'humanité se retrouve devant une situation existentielle et voir l'action se dérouler du côté de la bureaucratie offre un angle intéressant. Même si on n'échappe pas à quelques clichés comme la binoclarde un peu tête en l'air ou le look un peu trop fan-service du l'antagoniste principal, le propos tient en haleine tout au long de la série même si la conclusion est sans surprise...

Animes notables : Altair , Garo Vanishing line , Kekkai sensen saison 2



Rien à signaler en film, je n'ai pas vu les Yuasa .
Edit : genocidal organ datant de 2017, c'est le film que je retiens de cette année 2017 car au vu de son sujet traité, il se démarque de la masse car traitant des possibles répercussions du 11 septembre à travers une sorte de dystopie nous dépeignant un univers militarisé assez sombre. On est bien loin de la soupe slice of life habituelle d'un grand nombre de films d'animation.
Cette même année, on avait eu hirune hime et mary et la fleur de la sorcière, deux films pas vraiment mémorables alors que j'attendais mieux de la part de leurs réalisateurs.
Dernière édition par guwange le Jeu 22 Avr 2021, 22:49, édité 3 fois.

Avatar de l’utilisateur
MimS
Pitit LEGO
 
Messages: 356
Inscription: Lun 12 Mai 2008, 09:42
Localisation: Région parisienne

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede MimS le Jeu 22 Avr 2021, 18:17

Zêta Amrith a écrit:La lassitude est là pour moi.
Je ne tire plus grand-chose de l'animation japonaise, elle n'a plus le statut de culture parallèle qui faisait sa nécessité.


Ca va t'as quand même eu l'air de trouver de quoi te nourrir étant donnée la liste qui suit derrière !

Me concernant, j'ai de plus en plus lâché le format anime et maintenu mon nez dans le format papier (scan inclus *cough*) et le numérique également type webtoons.
Du coup, en faisant un petit récap, j'ai remarqué les nombreuses années sans rien avoir à citer, Je pensais pas avoir décroché à ce point à vrai dire et en plus j'ai malgré moi vu très peu d'animes depuis mai dernier suite à un déménagement qui m'aura privé d'internet pendant à peu près 8 mois et j'ai depuis du mal à retourner sur le media. Il n'empêche, un petit listing rapide (j'en oublie sûrement d'avance mais qu'importe) :

- Ces animes qui ont une place spéciale dans mon cœur tout mou : Mawaru Penguindrum, Steins;Gate (malgré tous les défauts liés au côté adaptation de VN), Ping Pong the Animation;
- Ces films qui ont une place spéciale dans mon coeur tout mou : Les enfants loups, Dans un recoin de ce monde, Eva 3.0, Le conte de la princesse Kaguya;
- Ces animes et films que je trouve vraiment sympas et à voir : Welcome to the Ballroom, ID:Invaded, Kokkoku, Usagi Drop, Madoka, Redline, Mirai ma petite soeur, Erased
- Cet anime qui était sympa mais très loin d'atteindre mes espérances : Kill la kill
- Ce second anime que j'attendais vraiment mais qui pour le coup m'a juste fait perdre mon temps : Darling in the Franxx
- Ces animes que j'ai toujours pas vus mais que je meurs d'envie de voir : Mob Psycho, Psycho Pass, Jojo's, Megalo Box, Bearstars (même si pour ce dernier, vous me dissuadez dans le topic !).
Dernière édition par MimS le Ven 23 Avr 2021, 19:55, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
chevkraken
Stakhanoviste du troll
 
Messages: 2883
Inscription: Mer 08 Fév 2012, 18:29

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede chevkraken le Jeu 22 Avr 2021, 20:45

Beastar, regarde le par curiosité, c'est une experience étrange, il y a des bon truc dans la série et c'est étrangement prenant, mais aussi très malaisant.
l'anti-fan vous attend. Ne vous laissez pas aveugler par l'amour que vous portez à vôtre œuvre fétiche, il ne vous le pardonnera pas.

Mais attention, ça ne l'empêche pas d'être un fanboy de Vanellope von schweetz!!!

Avatar de l’utilisateur
Eltreum
Pitit LEGO
 
Messages: 369
Inscription: Ven 17 Jan 2014, 21:09

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede Eltreum le Ven 23 Avr 2021, 00:50

Je remarque juste que les seuls anime qui se démarquent (ceux que j'ai vu du moins ET bien sûr, oui, il y a des exceptions comme d'habitude) sont surtout de vieilles licences ou des adaptions de manga. Comme Hollywood, il y a plus de risques, on cherche juste à produire la "nouvelle poule aux œufs d'or" en créant des "franchises" sur pleins de "supports".


Niveau manga (qui réussit encore à se renouveler) et ses "concurrents", la webtoon (manwha) montre la tendance des 10-25 ans d'une norme "2010-2020-2030-..." : soit du rapide, du copier/manga, du "gratuit" car sur téléphone ça "défile du bout des doigts"... :roll:

PS : Gurren Lagann en anime de la décennie 2000 (genre "aussi" du "siècle"), 2010-2020 Lupin/Yamato.
R....

Avatar de l’utilisateur
Darkge999
Spirit of Nausicaä
 
Messages: 2670
Inscription: Lun 11 Mar 2013, 16:00

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede Darkge999 le Dim 25 Avr 2021, 15:46

Gros travail de mémoire...
Alors, ma décennie (goût personnel exclusivement, donc rien de bon goût):

-2011-
2011 pour moi, ce fut Onii-chan no Koto Nanka Zenzen Suki Janaindakara ne!!... :mrgreen: Non, je déconne, je me rappelais pas que ce truc existait avant de replonger dans les animes de cette année... En plus sérieusement, ce qui m'a le plus marquer, fut Puella Magi Madoka Magica: de la magical girl, une mascotte manipulatrice, des filles perdues, pleins de drame, des faux semblants, une excellente BO, et un peu de métaphysique, on mélange le tout, et on obtient ce que 2011 avait de meilleur à nous offrir.

Mention spécial: The Mystic Archives of Dantalian pour son ambiance particulière (et son générique de fin des plus "étrange"). Un des derniers bon travail de chez Gainax... :(

-2012-
2012, fut l'année de Ano Natsu de Matteru, mon petit coup de cœur de l'année... La douceur de l'été, une héroïne attachante, une ambiance apaisante, le tout bien emballer. Si au début la série ne m'intéressait pas plus que cela, j'ai appris à l'aimer, épisode par épisode, la savourant...
Ce fut aussi l'année de Sword Art Online et d'Accel World. Du gros commercial, mais agréable à regarder, en plus de m'amener à m'intéresser aux Light Novel, ce qui me conduisit par la suite à découvrir Spice & Wolf...
Et il eut également Evangelion 3.33... Après un premier film qui était un remake en plus beau des premiers épisodes de la série, le seconde qui tentait de se démarquer, chamboulant tout par sa fin, le troisième brisait ce qu'on avait connu auparavant (en passant, le premier qui me spoil le quatre, je le tue et le maudit sur huit générations...).

Mention spécial: Haiyore! Nyaruko-san pour les pertes de neurones que cela me causa, et l'OAV de Black Rock Shooter pour avoir été responsable de mon second achat de figurine (je m'étais juré de ne plus en acheter après ma première, celle de Moka de Rosario+Vampire), provoquant l'acquisition irrégulière d'autres depuis... Faible que je suis... :oops:

-2013-
Kill la kill: De l'action décomplexé, des délires sur des fibres venant de l'espace, de l'exhibitionniste à tout vas, le tout a grande vitesse avec des persos aussi tarés les uns des autres, bref, je ne pouvais qu'aimer (et j'aime toujours)...
Il y eu aussi l'Attaque des Titans cette année-là, mais après des débuts prometteurs, la série n'a cesser de me décevoir de saison en saison... Et je ne parle pas de son "lore" improviser pour lui donner de la consistance...

Mention spécial: Albator, le corsaire de l'espace. Il y a beaucoup à dire sur le film, qu'on aime ou pas ses libertés prises, mais pour avoir ranimer ma flamme sur le capitaine pirate et tout ce que l'entoure, il mérite sa place. Et Little Witch Academia, un petit vent de fraicheur qui fait toujours du bien...

-2014-
Deux grands plaisirs coupables: Sekai Seifuku: le complot Zvezda et No Game No Life. L'un pour son délire de conquêtes du monde par une bande de bras cassé proche d'êtres des cassos, et l'autre pour son côté bordeline décomplexé.
Une année où il eut aussi l'horreur Wizard Barristers... Outre que le machin était illogique, pour avoir diffuser des épisodes non-finalisés à ce point, l'ensemble de la prod aurait du quitter milieu en rampant au sol... :evil: Quand à Space Dandy dont les bandes-annonces me vendaient du rêve, je me suis endormis devant...

Mention très spécial: C'était pas de la nouveauté, mais Fushigi no umi no Nadia redébarquait chez nous en DVD et Bluray... Un vieux rêve qui devenait réalité dans un magnifique écrin... :D

-2015-
Rien de bien marquant à l'exception du retour de Dragon Ball en série TV... Si j'ai souvenir d'y avoir vu des trucs sympa, rien ne m'avait réellement marquer sur le coup (sauf un, mais en différé)...

Mention spécial: Bang Dream. Si à l'époque j'avais trouver la série sympathique, je pensais pas que je me mettrais à l'aimer autant quelques années plus tard avec sa saison 2, puis la découverte de son jeu sur smartphone... Un petit plaisir coupable qui perdure...

-2016-
Your Name: Un film que j'ai adorer, une réussite a la fois artistique et scénaristique (du moins pour moi). Un ressentit unanime à tout ceux à qui je l'ai montrer. Et prime, on avait eut une belle couverture dans les cinémas, ce qui est à cité vu que c'était essentiellement réserver au Ghilbi...
Il y eu aussi Macross Delta. Quoi qu'on puisse dire sur la saga, je manque jamais un nouveau Macross...

Mention spécial: Thunderbolt Fantasy, pas un anime, mais les marionnettes se tapant dessus dans des déluges d'effets spéciaux, c'est cool...

-2017-
Made in Abyss et Acca 13. Deux ambiances différentes, l'une mignonne dissimulant toute l'horreur de l'exploration de l'Abyss et des tragédies qu'elle provoque, et l'autre feutré d'une inspection étatique, où derrière une sorte de guide touristique, ce cachait le fonctionnement d'une nation et des complots s'y tramant, chacune faisant voyager à son rythme et à sa manière...

Mention spécial: Princess Principal pour son ambiance steampunk. Si la fin m'a un peu déçu, j'espère que les films annoncer rectifieront cela, et surtout, me referont replonger dans son ambiance...

-2018-
Je vais passer pour un hérétique, mais moi, j'ai bien aimer Darling in the FranXX... :oops: Sinon, j'avais adorer dans un autre registre, Rascal Does Not Dream of Bunny Girl Senpai, qui au-delà de son titre et son visuel putaclic, savait attirer l'attention pour son contenu rappelait vaguement Haruhi par ses mystères...
Par contre, si j'étais content d'une annonce d'une adaptation complète de Devilman à travers Devilman Crybaby, j'ai été déçu par celle-ci, n'y retrouvant pas l'ambiance du manga...

Mention spécial: le retour d'Index avec une troisième saison qui apparait de nulle part, ce que je me plains pas et Sword Art Online Alternative: Gun Gale Online, un très bon spin-off de SAO, un peu barré, avec un coup de couteau qui restera dans les mémoires...

-2019-
Demon Slayer, cela ne ce discute même pas... Il eut un avant, il eut un après... Et surtout la preuve, que lorsqu'on s'en donne les moyens, ce qui devait n'être d'une adaptation de manga pour vendre celui-ci, peut être un chef d'oeuvre...

Mention spécial: Cautious Hero: The Hero Is Overpowered but Overly Cautious et Kaguya-sama: Love is War, pour les pertes de neurones en série.

-2020-
Wandering Witch: The Journey of Elaina: Découverte tardive (je l'ai vu qu'il y a récemment), mais ce fut un petit enchantement avec son héroïne égocentrique voyageant de villes en villes, s'impliquant ou pas dans les problèmes des gens, vivant sa petite vie à son rythme... La simplicité incarné qui fonctionne très bien...

Mention spécial: Bofuri : Je suis pas venue ici pour souffrir alors j'ai tout mis en défense: il fut un temps où j'avais des neurones, mais à force de regarder des conneries, j'ai fini par les perdre en rigolant comme un taré devant des lessiveuses à cerveau, mais ça fait jamais de mal au final... Surtout à l'époque que nous vivons... Je suis assez friand d'humour bien gras ou décomplexé, certainement des séquelles de ma lointaine découverte de Slayers à l'époque des catalogues de feu Manga-distribution (comment se sentir bien vieux :? )...

Normalement, je me suis tromper sur aucune date... Normalement...

Avatar de l’utilisateur
Ialda
Modo : bodacious kunoichi otaku
 
Messages: 19239
Inscription: Sam 31 Mar 2007, 13:25
Localisation: Kamurochô

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede Ialda le Dim 25 Avr 2021, 15:54

J'ai trouvé le manga de Beastars plutôt bon, l'intrigue repose sur un parallèle entre pulsions animales et adolescentes qui n'est pas dénué de poésie. Et la mangaka réussit à construire tout un univers cohérent tout autours, avec des persos secondaires souvent haut en couleur.

L'adaptation animée a un peu le même problème que celle de The Promised Neverland : c'est très propre, mais ça n'apporte rien à l'oeuvre d'origine.

Le vrai truc de l'inclusivité, c'est Centaur no Nayami avec sa société ultra policée avec des flics surarmés partout et interdiction d'accepter de se laisser porter par la copine chevaline sous peine de se retrouver en taule pour crime de haine. L'auteur a eu la bonne intuition sur la réalité des sociétés multicultu, mais comme tout ce qu'il a pu essayer d'entreprendre avec ce manga, il lâche l'affaire pour passer à autre chose avant de réussir développer le truc jusqu'au bout.

Eltreum a écrit:Je remarque juste que les seuls anime qui se démarquent (ceux que j'ai vu du moins ET bien sûr, oui, il y a des exceptions comme d'habitude) sont surtout de vieilles licences ou des adaptions de manga. Comme Hollywood, il y a plus de risques, on cherche juste à produire la "nouvelle poule aux œufs d'or" en créant des "franchises" sur pleins de "supports".


Si quelqu' un a des stats sur le nombre d'animes "originaux" (pas des adaptations) sur la décennie écoulée vs les décennies précédentes, je suis preneur. Au doigt mouillé, j'ai l'impression que c'est vraiment une des catégories de séries qui a le plus souffert depuis au moins 2008-2010, mais j'aimerais éventuellement pouvoir le vérifier ou non.

chevkraken a écrit:le manga parle de pedophilie


Image

Sinon, dix ans cette année depuis Kamen Rider Fourze. J'ai pas l'habitude de regarder du toku, mais celle-là était top, et pas seulement parce que le protag avait une tronche à sortir tout droit de Morioh.


guwange
Soul of Chogokin
 
Messages: 1652
Inscription: Lun 23 Mar 2009, 15:42

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede guwange le Dim 25 Avr 2021, 18:22

2018

A partir de cette année, j'ai eu beaucoup d'impasse, mis beaucoup d'animes de coté pour les regarder plus tard.
Et pourtant, je les ai toujours pas vu.
Je n'ai pas vu golden kamuy, lupin " part 5, banana fish et penguin highway.
L'anime de cette année, c'est megalobox qui remporte la palme, avec une revisite de ashita no joe réalisé de manière magistrale avec classe et bon goût.
Une autre licence revisitée a marquée cette année; devilman crybaby, une autre réussite à mettre au crédit de Yuasa.
Les films de cette année que je retiens, sont mutafukaz et mirai, ma petite soeur ainsi que l'anthologie héros modestes.
Animes notables : sirius the jaeger, kaze ga tsuyoku fuiteiru, angolmois, karakuri circus, baki
Semi-deception : mazinger z infinity car je l'ai vu en VF et je suis sûr que ça serait mieux passé avec un doublage jap
Plaisir coupable : goblin slayer

2019

Pas vu dororo
Pas terminé neverland
Du coup, mes 2 préférences pour l'année sont kimetsu no yaiba et no guns life.
Soit un shonen très bien réalisé et un anime nous rappelant de loin une ambiance cyberpunk des années 80
Au niveau cinéma, je retiens les enfants de la mer, même si sur le coup j'avais un avis un peu mitigé. Mais avec le recul, c'est un film qui se démarque de la masse par son sujet mixant slice of life et science fiction sous-marine et le tout relevé par une plastique de toute beauté.
Le Shinkai de cette année les enfants du temps est peut-être son plus beau film, et possède un certain capital sympathie, même s'il demeure peu mémorable.
Animes notables : carole and tuesday, ahiru no sora, fire force, dr stone

2020

J'ai quasi rien vu de cette année.
Du coup, mes deux animes de l'année sont jujutsu kaisen et dorehodoro.
La 3d cell shading de dorehodoro n'est pas pénalisante, tant l'univers complètement barré avec des persos wtf rend bien à l'écran. Bref au vu du matériel d'origine, c'était vraiment difficile de rendre une copie ratée.
Quant à jujutsu kaisen, c'est du shonen très bien réalisé avec de la bonne sakuga et des mouvements de caméras dynamiques.
Animes notables : Fly, Burn the witch

Avatar de l’utilisateur
chevkraken
Stakhanoviste du troll
 
Messages: 2883
Inscription: Mer 08 Fév 2012, 18:29

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede chevkraken le Dim 25 Avr 2021, 19:31

Ialda a écrit:
Le vrai truc de l'inclusivité, c'est Centaur no Nayami avec sa société ultra policée avec des flics surarmés partout et interdiction d'accepter de se laisser porter par la copine chevaline sous peine de se retrouver en taule pour crime de haine. L'auteur a eu la bonne intuition sur la réalité des sociétés multicultu, mais comme tout ce qu'il a pu essayer d'entreprendre avec ce manga, il lâche l'affaire pour passer à autre chose avant de réussir développer le truc jusqu'au bout.

Quand je pense que quand je lisais centaur no nayami, je trouvais dangereuse la vision de l'inclusivité qu'elle montrait sans croire que quelques années plus tard, ben on se dirige réellement vers ça tant les réseaux sociaux font cette police.
J'espère juste que pour l'auteur, c'était une critique de ce que la société risquait de devenir et non un souhait(j'ai peur que ce soit le second vu comment le manga était acclamé)
Après comme tout, le manga est pas allé très loin et a sombré dans l'oubli.



Ialda a écrit:
chevkraken a écrit:le manga parle de pedophilie


Image


ben, j'y peut rien, pour moi, ça m'a semblé une évidence.
[Montrer] Spoiler
L'attirance de Legosi envers Haru est montré par tous comme une vraie perversion qui ne peut que finir mal.

On est pas juste face à la simple pulsion adolescente, on est face à une pulsion dangereuse, destructrice et innaceptable, qu'il doit combler avec des paliatif.

Cette impression est renforcé par le fait que Haru est un lapin nain que tout le monde voit comme un petite créature innocente(et on appuie bien dessus), une gosse quoi (même si c'est pas le cas, elle fait tout pour le montrer).
Et d'ailleurs, autant Legosi a parfois des envie de sang de vegetrarien, autant en dehors d'avec Haru, elle ne sont jamais accompagnées de pulsion sexuelles.

Legosi serait attiré par Louis, j'aurais été dire que le manga parle de notre société qui a du mal a accepter l'Homosexualité, mais avec Haru, le message me parait clair.


C'est quoi ton interprétation à toi?
l'anti-fan vous attend. Ne vous laissez pas aveugler par l'amour que vous portez à vôtre œuvre fétiche, il ne vous le pardonnera pas.

Mais attention, ça ne l'empêche pas d'être un fanboy de Vanellope von schweetz!!!

Avatar de l’utilisateur
Ialda
Modo : bodacious kunoichi otaku
 
Messages: 19239
Inscription: Sam 31 Mar 2007, 13:25
Localisation: Kamurochô

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede Ialda le Dim 25 Avr 2021, 20:31

Je n'ai pas cherché non plus à surintellectualiser particulièrement ce manga, je l'ai vraiment pris au premier degré comme une relecture façon fantasy animalière du chaos hormonale de l'adolescence, de la difficulté à trouver sa place dans le groupe, du rapport à l'autre, et puis aussi le fait que certaines relations viendront toujours avec leur lot de problématiques supplémentaires en plus par rapport à d'autres parceque la vie c'est compliqué (problématiques sociales par exemple, ou dans le cas de Beastars, de taille, de biologie, de régime alimentaire) - étant de la vieille école, j'ai tendance inconsciemment à vouloir relier ces problématiques à des problématiques de classes sociales et de rapport de classes sociales, mais ce n'est effectivement probablement pas (plus) la bonne approche pour ce manga (ou pour le monde de 2021 en général).

Legosi/Louis, j'ai juste eu l'impression d'une belle amitié virile forgée par le respect mutuel et le danger partagé face à un ennemi commun. En fonction de ton bagage culturel et idéologique, ça sera lu d'une manière ou d'une autre, c'est tout.

Avatar de l’utilisateur
SpaceDandy
Pitit LEGO
 
Messages: 424
Inscription: Mar 12 Aoû 2014, 07:50

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede SpaceDandy le Dim 25 Avr 2021, 21:52

Donc un Neon Genesis Evangelion: Plan de Complémentarité Shinji Ikari animalier ? C'est justement mon autre problème avec ce titre. Outre les multiples lectures ambiguë possibles, les thématiques ne sont pas particulièrement intéressantes. Mais c'est ce qui fait la popularité de l'anime, avec la problèmatique des relations sociales qui ne cesse de grandir en ces temps.
Je ne pense pas que ce que reproche kraken ait été une des intentions de l'auteure. Mais toutes les productions de ce genre laissent cette porte grande ouverte, en refusant d'appeler un chat un chat.

Avatar de l’utilisateur
Ramior
VIP : ***
 
Messages: 3161
Inscription: Mer 13 Juin 2012, 14:07

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede Ramior le Lun 26 Avr 2021, 20:44

Ialda a écrit:
Sinon, dix ans cette année depuis Kamen Rider Fourze. J'ai pas l'habitude de regarder du toku, mais celle-là était top, et pas seulement parce que le protag avait une tronche à sortir tout droit de Morioh.


Je confirme, Kisaragi Gentaro, est sans doute l'un des meilleurs protagonistes de la décennie. :mrgreen:

Sinon, il y avait pas un anime sur le tennis féminin, dont le principale sujet était la dangerosité de l'esprit de compétition ?

Vous voyez de quoi je parle ?

Avatar de l’utilisateur
Natth
Soul of Chogokin
 
Messages: 1537
Inscription: Mer 24 Mar 2010, 21:56

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede Natth le Mar 27 Avr 2021, 02:00

Ta description me fait surtout penser au manga Happy de Urasawa. Mais je crois qu'il n'y a pas eu (pour l'instant ?) d'anime dessus. Cependant, il y a eu un drama sur ce titre.

Sinon, j'ai entendu parler de Baby Steps en 2014, qui ne me paraît pas centré sur le tennis féminin. Mais j'ai certainement raté beaucoup d'animes sportifs.

Avatar de l’utilisateur
Ialda
Modo : bodacious kunoichi otaku
 
Messages: 19239
Inscription: Sam 31 Mar 2007, 13:25
Localisation: Kamurochô

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede Ialda le Mar 27 Avr 2021, 02:06

Le seul truc que ça m'évoque c'est le drama Ace wo Nerae! mais il date de 2004 :lol:

Avatar de l’utilisateur
VpV
Pitit LEGO
 
Messages: 413
Inscription: Sam 26 Jan 2013, 21:54

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede VpV le Mar 27 Avr 2021, 03:42

Ou alors Hanebado! mais c'était du badminton. :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
ChaosLink
Pitit LEGO
 
Messages: 294
Inscription: Ven 23 Déc 2011, 19:13

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede ChaosLink le Sam 01 Mai 2021, 21:40

Aer a écrit:Damn, ca fait des mois que j'attends avec impatience la date pour lancer ce sujet, que je paufine mes idées, et j'me fais coiffer au poteau en beauté :(.
Je verrais si j'ai le temps ce soir, sinon ce week end.

T'as qu'à te rattraper en sortant le topic de l'année 2020. On en a plus eu depuis 2017 :(


Sinon, comme vous, mon bilan de la décennie année par année, histoire de s'y retrouver un peu :

2011

Comme tout le monde, le début de la décennie a été absolument dingue à tout les points de vue. Impossible bien évidemment de passer à côté de Mawaru Penguindrum, Œuvre absolument majeure de cette décennie et qui aura été un incroyable ascenseur émotionnel tout au long de son visionnage, cochant les cases de tout ce que j'aime dans les œuvres de fiction. Et on a également eu le droit à nouvelle adaptation de Hunter X Hunter, devenu le mètre étalon de la parfaite adaptation de shonen et qui se dévore d'une traite. J'ai rattrapé la série bien des années après mais putain, qu'est-ce que je l'ai enchainé comme jamais et qu'est-ce que j'ai kiffé le faire. Le dernier anime de cette longueur que j'ai vu aussi vite, c'était Gineiden, si c'est dire la qualité du bouzin.
Difficile aussi de passer à côté de Mahou Shoujo Madoka★Magica, Steins;Gate et Tiger & Bunny, des pures séries 100% japanime comme on les aime et que même si on pourrait débattre dessus des heures, reste que le kiff est bien présent. Et qu'elles représentent bien, chacune à leur manière, à ce qui fait le cœur de l'animation japonaise.

Petite mention également à la saison 2 de Kaiji qui est l'un de mes plus gros kiff (et qui a l'un des meilleur narrateur au monde, Fumihiko Tachiki), Fate/Zero qui a relancé la hype de Fate en anime, Carnival Phantasm qui est le genre de série débile que je kiffe bien (mention spécial à Grail-kun) et Persona 4 The Animation qui a ramené Persona dans le milieu des anime après la catastrophe qu'était Persona: Trinity Soul.

Dans les trucs que je dois rattraper un jour : AnoHana, Gundam AGE et le premier film Buddha de Tezuka.


2012

JOJO PUTAIN. LE FUCKING DEBUT DE JOJO. Je crois pas avoir vu quelqu'un d'autre en parler mais c'est l'année qui a nous donné l'adaptation animé de JoJo (qui continue encore aujourd'hui avec bientôt la partie 6) et qui a été absolument génial du début jusqu'à aujourd'hui. Les poses sont là, les changements de couleur, les choix artistiques, l'OST, les doubleurs, etc... C'était ouf. Bon, sinon, bien évidemment que l'anime de cette année là était Yamato 2199. Rien à rajouter dessus, je pense que tout a déjà été dit en mieux par tout le monde.
Et bien sur, une pensée particulière pour l'anime de la décennie, aka Inferno Cop, le premier et (quasi) dernier bon anime de Trigger. C'était con donc génial.
Sinon, quelques petites mention pour Lupin the Third: Mine Fujiko to Iu Onna, qui nous a apporté notre dose de Lupin III et qui reste très solide, Saint Seiya Omega dont la saison 1 reste ce qu'il existe de mieux dans Saint Seiya depuis Tenkai-hen et Lost Canvas et Fate/Zero 2nd Season, juste continuation de la première saison. Petit coup de cœur personnel aussi pour Poyopoyo Kansatsu Nikki, qui avec son chat rond a été mon anime feel good de cette année-là.

Mais cette année-là à surtout été marqué sous le signe des films d'animation de qualité : Berserk I & II, Les Enfants Loups, One Piece Z, Tiger & Bunny Movie 1: The Beginning, Magic Tree House et bien évidemment Evangelion 3.0, qui m'a mis une claque comme peu de film peuvent se vanter d'avoir fait. C'était grandiose.
Et je me dis que j'arriverais bien un jour à voir Gothicmade: Hana no Utame. J'y crois encore.

Ha, et Tetho, tu me dois toujours 1h50 de ma vie pour le film Blood-C: The Last Dark.

Mention spécial de la série de merde devenu trop populaire et qui a engendré un max de merde derrière : Sword Art Online

Dans les trucs que je dois rattraper un jour : Psycho-Pass, Shin Sekai Yori et Gothicmade.


2013

Encore une très bonne année, puisque c'est elle qui a vu arriver Uchouten Kazoku, série déjanté et magnifique où l'on suit une famille de tanuki dans Kyoto. Les décors sont magnifiques, l'animation est ouf, les personnages charismatiques. L'une des meilleures séries de cette décennie, sans aucune hésitation. Juste derrière, je placerais Samurai Flamenco, véritable hommage déguisé en parodie des Super Sentai et des Tokusatsu en général, qui a eu tellement de moments d'éclats qu'il serait impossible de tous les citer. Et mon dernier kiff de l'année reste Gundam Build Fighters, série qui assume totalement son côté pub et qui va à fond dans le nekketsu. C'était beau, bien animé et ça a parmi les meilleurs opening de cette décennie. Aucune des séries suivantes (Try, Divers et Real) n'a jamais réussis à ré-atteindre le même niveau de qualité.
On a aussi eu les premiers projets un peu ambitieux de Trigger avec Kill la Kill et le premier OAV de Little Witch Academia et qui restent tristement ce qu'ils ont été capable de faire de mieux. La pente descendante n'a jamais cessé depuis avec ce studio qui n'a cessé de nous décevoir.
Petite mention aux quelques séries de mécha sympa qu'on a eu (Suisei no Gargantia, Majestic Prince et Kakumeiki Valvrave) et bien évidemment à Shingeki no Kyojin, qui s'est imposé auprès du grand public comme le dernier anime/manga vraiment populaire.

Mention spécial à ma déception de l'année : Gatchaman Crowds et son héroîne trop parfaite.

Comme 2012, 2013 a été une très bonne année en terme de film d'animation. Ça a commencé avec Berserk III qui a été la dernière adaptation animé du manga, Star Driver the Movie qui a toujours une petite place dans mon cœur et surtout Dragon Ball Z: Battle of Gods qui a été le retour en grande pompe de Dragon Ball après des années d'absences.
Je vais également pas vous saouler avec les films de Detective Conan qui sortent chaque année, mais 2013 a proposé parmi les deux meilleurs, avec Lupin III vs. Detective Conan: The Movie, cross-over plus que réussis et qui fait suite au téléfilm de 2009, et Detective Conan Movie 17: Private Eye in the Distant Sea, très bon film se situant sur un croiseur de la flotte japonaise où un espion étranger s'est infiltré et menace de s'enfuir avec des informations compromettante pour le Japon. C'était assez inattendu et carrément cool à suivre. Plus forcément le côté gros bateau cool.

Et bien évidemment, il est impossible de passer à côté de Le Conte de la princesse Kaguya, dernière production du très regretté Isao Takahata et qui est un film juste magnifique qui adapte l'une des plus vieilles légendes japonaises, et Le Vent se lève d'Hayao Miyazaki, qui aurait dû être le parfait film final de sa carrière et qui reste incroyablement gravé dans mon cœur.

Rare année où je n'ai rien à rattraper soit dit en passant.


2014

Space☆Dandy, Space☆Dandy, Space☆Dandy. C'était débile, c'était drôle, c'était émouvant, c'était beau, c'était prenant, c'était n'importe quoi. On pourrait en parler des heures mais ce qui est sûr, c'est que ça reste la dernière série où les mecs se sont juste fait plaisir à fond et où une grande partie des mecs les plus talentueux du milieu ont pu faire absolument tout ce qu'ils voulaient. Ce fut grandiose. Ensuite, on a bien évidemment eu le droit à Ping Pong the Animation, où quand l'anime dépasse son matériel d'origine et donne l'un, si ce n'est le meilleur anime sportif de cette décennie.
Ensuite viennent bien évidemment Kiseijuu: Sei no Kakuritsu, adaptation ultra solide d'une œuvre de base de très grande qualité et Your Lie in April, l'une des dernière séries à avoir pris mon cœur et l'avoir broyé impitoyablement; j'en ai pleuré sa race. Petite mention à l'arrivé de la partie 3 de JoJo, celle que j'apprécie le moins malgré ses qualité, et la version télé Fate/stay night: Unlimited Blade Works.

Mais cette année à surtout été l'arrivé en grande pompe des bro de MAPPA qui se sont imposés avec en même temps Shingeki no Bahamut: Genesis, adaptation d'un gatcha que personne ne voyait venir et qui a été l'un des dernier grand anime de fantasy, et Garo: Honoo no Kokuin. Juste, Garooooooooo, quoi. J'ai vraiment besoin d'en dire plus ?
C'est d'ailleurs incroyable de voir à quel point MAPPA est vraiment le studio de la décennie et qui ne déçoit quasi jamais, quand Trigger n'a été qu'une suite d'échec sans nom depuis leur création.

Enfin, mention au début de l'excellent Nihon Animator Mihonichi de Kharas qui a permis d'avoir plein de courts super cool, à la série d'OAV de Takeshi Koike avec Lupin the IIIrd: Jigen Daisuke no Bohyou, au très bon Yamato 2199: Hoshimeguru Hakobune avec un segment central qui rappellait le meilleur de la SF des années 90 et à la très bonne suite de la série Tiger & Bunny Movie2: The Rising.

Dans les trucs que je dois rattraper un jour : Zankyou no Terror, Captain Earth et le deuxième film Buddha de Tezuka.


2015

Le fanboy que je suis ne pas ne pas citer le début de Mobile Suit Gundam: The Origin, adaptation trop tardive et qui a souffert de sa 3D dégueulasse mais qui reste en dehors de ça sûrement le meilleur qui n'a jamais existé dans l'ensemble de la licence Gundam. Sinon, l'anime de cette année là est bien évidemment Lupin III: Part 4, où le héros se voit remettre un peu à jour dans cette adaptation de toute beauté dans l'Italie moderne et avec le nouveau personnage de Rebecca Rossellini, qui vient remettre un peu de piquant dans les relations de notre gang de voleurs favoris. Ensuite, je suis un peu déçu de voir trop de gens ignorer Concrete Revolutio: Choujin Gensou, série foutraque et fourre-tout absolument bordélique qui demande un véritable investissement pour arriver à rentrer dedans mais qui s'avère génial une fois fait. Reste bien évidemment une certaine incertitude sur ce que voulait vraiment raconter la série, mais aborder pêle-mêle l'Unité 731, les expérimentations durant la guerre du Vietnam ou encore les révoltes étudiantes des années 60/70 reste une vraie prise de risque salutaire.
Ensuite, viennent bien évidemment Kekkai Sensen, série du toujours génial Nightow qui mélange les genre comme ne sait le faire que la japanime, Osomatsu-san qui remet au goût du jour la vieille série de Fujio Akatsuka et qui un délire permanent se permettant tout et n'importe quoi et devant lequel j'ai eu des fou rires incroyable, et Gundam: Iron-Blooded Orphans, série marquante par le côté grunt des mecha et avec des combats qui m'ont littéralement coupé le souffle (la Mobile Armor putain, je m'en remets toujours pas 6 an après)

Petite mention enfin à Ninja Slayer From Animation, dernière bonne série de Trigger, à One Punch Man pour son animation et aux suite de Durarara!! (Shou et Ten) Enfin, quelques bons films d'animation également avec Garo: Honoo no Kokuin - Home, suite parfaite de la série, et Boruto: Naruto the Movie, qui arrivait à gérer parfaitement le changement de génération au sein d'un shonen aussi codifié que Naruto.

Dans les trucs que je dois rattraper un jour : Ushio to Tora, Gatchaman Crowds Insight et Garo: Guren no Tsuki.


2016

Mon résumé sur l'année entière ici.
Excellente année, avec Joker Game et 91 Days, deux séries ultra réaliste qui tranchent par rapport à ce qu'on a l'habitude de voir et qui sont toute deux excellentes. Le fanboy en moi m'oblige de parler bien évidemment de la partie 4 de JoJo, aka l'une des meilleurs. Mais mon plus gros coup de cœur de l'année reste bien évidemment Mob Psycho 100, série aussi riche et profonde sur le fond que sur la forme et qui est cette fois d'une cohérence et d'un propos mille fois plus juste et honnête que One Punch Man.
Après, beaucoup de très bonne série avec pêle-mêle KonoSuba et sa débilité géniale qui donne les meilleurs memes, Yuri!! on Ice, Re:Zero, Schwarzesmarken et Drifters.

Plus grosse déception de l'année : Flip Flappers qui avait tout pour plaire et qui s'est vautré lamentablement sur lui-même, incapable de comprendre ce qu'il voulait lui-même raconter.

Mais une année aussi placé sous le signe des films d'animation, avec déjà l'incroyable Your Name ou quand Makoto Shinkai se fait contrôler, il est capable du meilleur. On a aussi enfin eu le droit aux deux premiers films de Kizumonogatari, 10 ans après le début de Bakemonogatari et c'était aussi bon que ce qu'on pouvait attendre. Grosse, grosse mention à Yu☆Gi☆Oh! The Dark Side of Dimensions, qui se place après la fin du manga d'origine et arrive à raconter une histoire intéressante et tenir un vrai propos sur son univers et ses personnages (et qui fait oublier les films nullissimes qui l'ont précédé) et à One Piece Film: Gold, meilleur film de la licence depuis L'Île du Baron Matsuri et qui un pur trip shonen comme on les aime avec une production value de folie. Enfin, je ne peux que vous conseiller de voir Persona 3 the Movie 4: Winter of Rebirth, ne serais-ce que pour ses 20/30 premières minutes, où je n'ai jamais vu aussi bien représenter dans un film un tel sentiment de désespoir.
Mention spécial à Kingsglaive: Final Fantasy XV, qui 11 ans après Advent Children montre que Square Enix sait toujours fait des films en full 3D qui défonce (et qui te fait regretter de pas incarner les persos du film dans le jeu), à Ginga Kikoutai Majestic Prince Movie: Kakusei no Idenshi qui fait suite à la série télé et qui est le dernier morceau de l'histoire qu'on a eu à ce jour et Koe no Katachi qui arrive à rendre supportable un manga qui ne l'était pas.

Dans les trucs que je dois rattraper un jour : Erased, Ushio to Tora (TV) 2nd Season et Dans un recoin de ce monde.


2017

Mon résumé sur l'année entière ici.
L'anime de cette année-là était sans conteste ACCA: 13-ku Kansatsu-ka, oeuvre d'une autrice que je ne connaissais pas à ce jour et que j'ai kiffé du début à la fin. C'était beau, fin et extrêmement bien écrit et prenant. J'en redemande des comme ça tout les jours. La deuxième grosse claque de l'année à été pour moi Ballroom e Youkoso, série sur la dance de salon (dont je n'ai normalement rien à branler) et qui m'a captivé du début à la fin. Enfin, je mettrais côte à côte Uchouten Kazoku 2 et Kekkai Sensen & Beyond, deux suites dans la parfaite continuation de leur série précédente. Et bien sûr, ça a été l'année de Made in Abyss, superbe série d'aventure qui nous a tous fasciné.

On a également eu cette année-là le lancement de Black Clover, qui a démarré en grande pompe avant d'exploser jusqu'à l'épisode 15/20 où la série fini par reprendre du poil de la bête et devenir un bon shonen débile qu'on suit avec plaisir. Et je suis obligé de parler de Fate/Apocrypha, série nullissime au demeurant, mais pour vous dire de regarder absolument la fin de la série qui a dû se décider à peu près comme ça :
"Bon, notre série pue la merde, nos personnages sont clichés, notre scénario tient sur un timbre, y'a plus rien à sauver et il nous reste 4 épisodes, on fait quoi ?
- Bah, c'est Fate, donc on est pété de thune. Et si on faisait des épisodes de 23 minutes de baston en sakuga ininterrompu ?
- Vendu !"
C'était nul, mais qu'est-ce que c'était bien animé bordel.

Mention spécial de l'échec : Yamato 2202 et Shingeki no Bahamut: Virgin Soul qui disposent tout deux d'une production value beaucoup trop élevé pour les séries que c'est et qui n'arrivent pas à la cheville de leur prédécesseur. Des biens tristes suites.

En film, je retiendrais juste le troisième et dernier film de Kizumonogatari, toujours aussi fou, Fate/stay night Movie: Heaven's Feel - I. Presage Flower qui adapte avec justesse le dernier arc de Fate/Stay Night et Night Is Short, Walk on Girl, délire fantasque d'une soirée délurée à travers Kyoto.

Le seul truc que je dois rattraper un jour : Houseki no Kuni.


2018

Une année assez de folie et où c'est vraiment difficile de choisir ce qui était le mieux. Le premier titre qui vient en tête est bien sûr Megalo Box, série hommage à Ashita no Joe qui arrive parfaitement à exister par elle-même tout en payant le plus beau des hommages à la série mythique. Une vrai claque. Mais ça a été aussi l'année du reboot de Gegege no Kitarou, qui a été une série de 97 épisodes absolument incroyable, traitant de tout les problèmes du Japon et de la société moderne par le prisme des Yokai, avec un côté vraiment terrifiant par moment et des côtés très touchant. Mention spécial aussi à vouloir parler à un public jeune de la Seconde Guerre Mondiale et de la guerre du Pacifique, que j'ai trouvé plutôt réussis. Et il ne faut pas oublier Lupin III: Part 5 qui se déroule cette fois enfin en France et qui intègre à merveille les nouvelles technologies et leur conséquence sur les vols, la sécurité, les relations internationales et la société dans son ensemble. En prime d'avoir des nouveaux personnages très cool dont Ami ou Albert.
Puis ça a été la folie des adaptations, entre l'excellent Banana Fish qui était une série juste incroyable et que je suis heureux d'avoir découvert, même tardivement, Karakuri Circus qui a vraiment taillé dans le gras du manga d'origine mais qui se suit avec plaisir et le FUCKING RETOUR de Full Metal Panic! Invisible Victory. Alors ouais, c'était pas forcément ouf, mais juste revoir du Full Metal Panic! était un plaisir incroyable. Et il ne faut pas oublier la partie 5 de JoJo, qui a réussit l'exploit de la rendre beaucoup plus appréciable que dans sa version manga. Et d'avoir l'une des meilleures scènes au monde.

Enfin, j'aimerais citer Fate/Extra: Last Encore et sa conclusion Fate/Extra: Last Encore - Illustrias Tendousetsu qui parvient, à partir d'une bad end d'un jeu vidéo, à créer une vrai histoire intéressante et prenante dans l'univers de Fate au sein d'un monde en ruine et en décrépitude où ne vit plus que quelques personnes prisonnières de leur passé. C'était fascinant à voir.
Mais ça a été aussi un festival de déception et d'anime plus mauvais les uns que les autres : Darling in the FranXX, Steins;Gate 0 (ou 24 épisodes pour expliquer 10 secondes de la série d'origine), Shoujo☆Kageki Revue Starlight (j'en rote encore du sang) et SSSS.Gridman.

Année très notable aussi avec l'arrivé de Netflix à la production d'anime et qui a donné le fabuleux Devilman: Crybaby dont je réécoute régulièrement l'OST. Depuis, on a attend toujours qu'ils sortent des bonnes séries...

Côté film, plein de truc que je dois rattraper mais surtout Dragon Ball Super Movie: Broly, délire ultra-regressif où osef du scénario et let's go pour de la grosse baston débile pendant plus d'une heure sur une OST qui tabasse. C'était génial. Ha, et le très bon Boku no Hero Academia the Movie 1: Futari no Hero, qui sert surtout à avoir le kiff ultime d'avoir enfin une scène où Midoriya et All Might se battent côte à côte.

Dans les trucs que je dois rattraper un jour : Miraï, ma petite soeur, Penguin Highway, FLCL Progressive & Alternative (lel) et Oshie to Tabi Suru Otoko qui me fait de l'oeil de ouf depuis que j'en ai entendu parler et sur lequel je ne trouve absolument rien. Ça me rend fou.


2019

Encore une très bonne année, qui nous a apporté la nouvelle version de Dororo, adaptation d'une qualité folle par encore une fois les bro de MAPPA. On a également eu Carole & Tuesday, anime feel good et d'une excellente qualité même si pas aussi marquante que les précédentes séries de Watanabe. Il y a eu aussi Lord El-Melloi II Sei no Jikenbo: Rail Zeppelin Grace Note, très bonne série "policière" dans le monde de Fate avec le meilleur perso de Fate/Zero en perso principal et adulte, et Obsolete, dernière série de Real Robot vraiment bonne quoique trop courte.
Côté adaptation, ça a aussi été très bon avec déjà Mob Psycho 100 II, qui va encore plus loin que la saison 1 et qui donne un vrai bon développement de ses personnages, ce qu'on a pas forcément l'occasion de voir dans l'animation japonaise. Dr. Stone est aussi une adaptation à la fois fidèle et parfaite au manga d'origine, qui arrive à transcender son matériel d'origine, tout comme Yakusoku no Neverland qui a des très bon choix d'adaptation (et dont la saison 2 n'existe pas) et surtout Fate/Grand Order: Zettai Majuu Sensen Babylonia qui a été une énorme claque pour moi. La série est d'une qualité incroyable et invariable sur 21 épisodes qui arrivent tous à proposer des très bonne scènes d'action. Puis bon, y'a Gilgamesh aka le meilleur perso de Fate, donc ça pouvait être que de la bonne. Et bien sûr, l'incongru Boogiepop wa Warawanai auquel on aurait jamais cru et qui était juste beaucoup trop bien. Clairement, ce genre d'histoire m'avait manqué.

Petite déception enfin avec Sarazanmai, qui reste sympathique mais à des années lumières de Mawaru Penguindrum ou Utena.

Côté film, du très très bon avec Les Enfants de la Mer, film qui à certes des défauts dû à son histoire d'origine, mais à partir du moment où t'accepte le ta gueule c'est magique, offre des images incroyables comme seul l'animation peut nous en apporter. Une très, très grande claque pour moi. On a ensuite eu One Piece Movie 14: Stampede qui est juste un concentré de fan-service bien jouissif pour les fan de série et qui se payait même le luxe de filer une vrai grosse révélation sur la série (qui n'est apparu dans le manga officiellement que bien des mois après) On a eu aussi le sympathique Lupin III: The First que j'ai bien aimé et qui est dans la moyenne haute des oeuvres de Lupin III et le divertissant Promare, même si c'est impossible de ne pas voir Trigger tenter très, très, très fort de reproduire TTGL vu qu'ils ont pas les droit dessus.=

Dans les trucs que je dois rattraper un jour : Kimetsu no Yaiba et No Guns Life.


2020

Une année très particulière puisque je n'ai quasiment maté aucune série durant cette année, préférant passer mon temps confiner à jouer aux MMO. Du coup, de ce que j'ai vu, je ne retiendrais vraiment que deux séries : Jujutsu Kaisen de MAPPA qui flex de ouf sur l'animation et qui est une adaptation de haute volée pour l'une de mes séries préférées parmi ce que propose la Shueisha actuellement et Dragon Quest: Dai no Daibouken qui a bien compris la leçon d'Hunter X Hunter et qui propose une adaptation juste parfaite et qui se regarde sans fin.
Petite mention quand même à Re:Zero kara Hajimeru Isekai Seikatsu 2nd Season, qui était vraiment cool et qui fait énormément progresser son univers, son histoire et ses personnages. J'ai très hâte de voir la suite.

Ha, et impossible de passer à côté de Made in Abyss Movie 3: Fukaki Tamashii no Reimei, film faisant suite direct à la série télé et où l'on commence à rentrer dans le côté vraiment vénère et dérangeant de la série avec l'un de ses meilleurs antagonistes pour le moment. De très bonne qualité et qui donne vraiment envie de voir la suite (qui devrait bientôt arriver, l'arc suivant se terminant bientôt en manga)

Pleins de truc que je dois rattraper du coup : Dorohedoro, Eizouken ni wa Te wo Dasu na!, Appare-Ranman!, BNA, Great Pretender, Deca-Dence et Goblin Slayer: Goblin's Crown.

Et j'ai enfin fini. Une décennie vraiment riche en ce qui me concerne, ayant gagné en autonomie de vie et en moyen financier, me permettant de passer plus de temps à regarder des séries et à les acheter le cas échéant. Je reste plus un lecteur de manga, mais en tout cas, j'ai quand même vraiment apprécier cette décennie et beaucoup de ces titres resteront avec moi toute ma vie.

Et pour finir et par plaisir, le meilleur opening de la décennie :

Le meilleur ending de la décennie :

Et petit bonus, le meilleur opening de shonen que j'ai vu :
"Alcohol is humanity's friend. Can I abandon a friend ?" ~ Yang Wen-Li

"l'AEUG est le plus grand club de partouze gay de l'otakusphère mondiale" ~ Mellorine

Avatar de l’utilisateur
MSZ-006C1
Pitit LEGO
 
Messages: 260
Inscription: Sam 21 Avr 2007, 19:45
Localisation: Si tu veux me parler, envoie-moi un fax !

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede MSZ-006C1 le Sam 01 Mai 2021, 22:32

Ma sélection sera très brève, aussi vais-je la classer par catégorie, et non par année.
Il y a de très nombreuses mentions honorables (15 ? 20 ?), d'anime que j'ai énormément apprécié durant cette décennie, mais aucun ne figurera ici. Ne vous méprenez pas : je les ai adorés, je les ai regardé plusieurs fois, mais si je respecte scrupuleusement le titre du topic et en restant un tant soit peu objectif, je suis forcé de reconnaître qu'aucun ne mérite d'être qualifié de "meilleur anime de la décennie". Je ne vais donc en citer aucun, puisqu'ils sont tous hors sélection : ce n'est pas parce que j'ai adoré un anime, aussi bien soit-il, que ça en fait automatiquement "le meilleur anime de..." et c'est pourquoi je ferai la distinction entre les anime que j'ai adoré et ceux qui, objectivement parlant, sont exceptionnels et me paraissent sortir très nettement du lot.

En outre, je ne parlerai que de séries TV, n'ayant vu qu'un nombre extrêmement limité de long métrages, pas assez pour dresser un listing exhaustif. :oops:

Je précise également que le graphisme, la qualité de l'animation, des images de synthèse, etc. je n'y comprends goutte, et que mes seuls critères de sélection sont le scénario, les personnages, ou les réactions qu'ils ont provoqué en moi, voire la mise en scène quand je suis assez lucide pour détecter quoi que ce soit. Ce n'est donc pas la peine de vous fatiguer à contre-argumenter à coups de "mais comment tu peux aimer ça ? Même XXXXXXX sorti en -832 Av J.C. c'était mieux animé" ou "cette merde dessinée par une colonie de manchots tétraplégiques non-voyants et lépreux qui ont perdu tous leurs doigts à force de jouer à la guitare ?" et ainsi de suite. :mrgreen:

Catégorie science-fiction : le genre périclite sérieusement depuis une vingtaine d'année, et les poncifs se succèdent les uns aux autres sans laisser la moindre trace dans ma mémoire. Toutefois, je citerai Space Battleship Yamato 2199 (2013) qui est probablement l'une des reboot/retelling/re-cequevousvoulez d'un classique des années 70 les plus réussis et probablement le meilleur anime de science-fiction de ces vingt dernières années. Après, je ne suis peut-être pas très objectif, ayant vu la série de 1974, ce qui me donne plus de recul par rapport à quelqu'un qui ne l'a pas vue.

Catégorie émotion : Violet Evergarden (2018). C'est la série qui m'a le plus ému durant cette décennie, et tout particulièrement l'épisode 10 qui m'a ému aux larmes.
Toutefois, c'est Somali to Mori no Kamisama (2020) qui est en tête de liste, avec en plus une dimension fantastique douloureusement triste et poétique.

Catégorie humour : Space Dandy (2014) (saisons 1 & 2) pour son humour déjanté et, chose assez rare dans une comédie déjanté (pas vu depuis une trentaine d'années) : sa petite pointe de poésie dans certains des épisode. Et c'est ce dernier point qui fait sortir la série du lot.

Catégorie fantastique/cérébral : Death Parade (2015). Pour l'étude des personnages, l'atmosphère très particulière qui se dégage, bien évidemment, et la thématique du jugement abordée de façon très originale.

Certes, il y a beaucoup d'autres catégories qui seraient dignes de figurer dans ma sélection, mais soit il y a trop de nominés pour que je puisse parvenir à restreindre mon choix, soit il n'y en a pas assez pour que je puisse établir un choix parmi une sélection beaucoup trop restreinte.

Au final, il n'y a que ces quatre ou cinq anime que je considère parmi les meilleurs de la décennie passée.
Si demain une race extra-terrestre vient pour éradiquer toute la race humaine et me demande de choisir les meilleurs anime de la décennie 2011 - 2020 pour les sauver de l'Armageddon et le sauvegarder pour l'éternité, c'est ceux-là que je choisirais.

Précédente


Retourner vers Animanga

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités