2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Modérateurs : Aer, Equipe forum MATA-WEB Animanga : Discussions sur les animés et mangas

Retourner vers Animanga

Avatar de l’utilisateur
Natth
Soul of Chogokin
 
Messages: 1537
Inscription: Mer 24 Mar 2010, 21:56

2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede Natth le Mer 14 Avr 2021, 20:52

Il y a 10 ans, Gemini a ouvert un sujet sur les meilleurs animes de la décennie 2001 à 2010. En cette année 2021, j'ai trouvé que ce serait une bonne idée de renouveler l'expérience. Je me contenterai d'un anime par an, mais il y a bien sûr beaucoup plus à voir.

2011 - Natsume Yūjin-chō San : Cette série est sortie en France sous le format de manga et sous le nom du Pacte des Yōkai. Au cours de cette troisième saison, j'ai surtout apprécié la lutte du héros et de ses alliés contre les exorcistes de la famille Matoba, qui cherchent à manipuler de nouveaux yōkai à leur avantage. Cet affrontement a des conséquences douloureuses, mais elle provoque aussi des événements dont les répercussions apparaîtront bien plus tard. Natsume poursuit également son adaptation à un monde partagé entre yōkai et humains, désormais bien différent du quotidien solitaire et inquiétant de son enfance.

2012 - K Project : Pour bien comprendre cette série, il est important d'avoir suivi la saison 1 et le 1er film. Le scénario peut s'avérer compliqué à saisir si on n'a pas vu le début. Mais c'est aussi l'intérêt de la série, ce qui donne envie de s'accrocher à ses personnages. Plus on comprend la complexité de leur situation, plus on souhaite connaître la suite. Il y a certes des longueurs dont on se serait passé, mais la fin est très claire et résout les différentes intrigues. Les personnages trouvent leur place et poursuivent leur existence dans un monde qui change radicalement.

2013 : Log Horizon : Quand la série était encore bien… Je crois qu’il n’est plus nécessaire de présenter cet isekai par ici. La première saison se fait remarquer tant par son scénario bien construit que par sa patte graphique de qualité. On découvre progressivement le monde où les personnages vont être forcés d’évoluer, plusieurs mystères sont abordés au cours de cette saison… Charismatiques, avec des caractères travaillés, héros et héroïnes influent beaucoup sur le développement de l’histoire. On se rappellera de l’opening Database, présent dans les deux premières saisons.

2014 : Samurai Flamenco : La première partie réservait déjà beaucoup de surprises, mais j’ai trouvé la suivante encore plus marquante. On en apprend plus sur les personnages que l’on suit depuis le début, ce qui permet de comprendre certains éléments un peu étranges. Cette série m’a paru particulièrement aboutie : la plupart des protagonistes ont évolué, les intrigues successives, souvent surprenantes, ont été bouclées… Il serait toujours possible de repartir sur de nouveaux mystères, mais il vaut sans doute mieux rester sur un anime réussi. Rien à redire sur l’animation dynamique et le style graphique de qualité.

2015 : Gangsta : Cette histoire de lutte entre gangs est sombre, violente, les différents protagonistes se retrouvent souvent en danger. Ils peinent à conserver le peu qu’ils ont construit et rien ne dit qu’ils seront toujours vivants à l’issue de la série. Adaptation d’un manga toujours en cours, l’anime fait transparaître le caractère des différents protagonistes de façon fort juste. Le chara-design est très adulte comparé à de nombreux animes, ce qui correspond bien au récit. Le doublage est soigné, il sait faire ressortir le caractère de chacun ou la voix particulière de Nic.

2016 : 91 Days : Cet anime est un récit de vengeance particulièrement lourd et sans pitié. En fait, il incarne un univers où la vie et l'avenir des intéressés ne repose pas sur grand-chose. Lorsque le héros se met en marche, tout va très vite. Les rapports entre les gangs, entre qui détient argent et pouvoir changent rapidement. Pour ma part, j'y ai vu un lien avec la fin de la prohibition. Cependant, on a également l'impression que le héros traîne sa haine depuis longtemps, même si peu d'années se sont écoulées. Il reste focalisé sur un passé dont il doit pourtant lui manquer des éléments. Mais sans doute s'en moque-t-il. Les dernières scènes sont très marquantes, on ignore comment tout s'achèvera jusqu'à la fin.

2016 est spéciale pour moi, car c'est l'année où j'ai vu le plus d'animes passionnants au cours de cette décennie. C'est d'ailleurs amusant de voir que l’année 2006 est celle où je n'avais pas pu choisir entre mes deux animes préférés. Du coup, je vais attendre 2026 avec beaucoup de curiosité :mrgreen:

2017 : Acca 13 : Lorsque j'ai vu cet anime licencié en France, je n'y croyais pas vu le manque de succès des mangas de Natsume Ono par ici. Et après j'y ai trop cru, on attend toujours un nouveau titre de cette mangaka depuis. Le récit commence tranquillement, par des voyages entre les différentes régions d'un pays nommé Acca. Mais ce périple prend des airs de complot dans lequel Jean, le héros, semble de plus en plus impliqué. A mesure que l'histoire se développe, on découvre le passé de plusieurs personnages, leurs motivations, leurs espoirs et la toile complexe formée par Acca. Plongé dans les intrigues, on se demande jusqu'au dernier moment ce que va choisir Jean. L'ambiance évite cependant de verser dans le tragique grâce aux petits moments de vie quotidienne, aussi doux que les nombreux pains de mie présentés au cours de l'anime. Le style graphique original est très proche de celui de Natsume Ono. L'ending est un petit bijou de musique et d'animation.

2018 : Hakata Tonkotsu Ramens : Bienvenue dans un monde où tueur à gage est une carrière comme une autre ! Si cet anime commence par une histoire très sanglante, où chaque personnage peut disparaître à n'importe quel moment, les épisodes suivants nous permettent de découvrir une équipe aux multiples talents et plus soudée qu'il n'y paraît. Des personnages originaux, des plans méticuleux et des intrigues en trompe l'oeil, où ennemis et spectateurs se retrouvent piégés. Tout cela baigne dans une bonne dose d'humour et un quotidien ponctué de food-porn et de parties de base-ball. Quelques pointes d'émotion parfument l'ensemble, surtout vers la fin de la série.

2019 : Kono Oto Tomare : Difficile pour un club de koto de s'imposer dans le monde lycéen. Mais plusieurs jeunes filles et jeunes gens vont se plonger dans l’étude de cet instrument. Qu'il s'agisse d’un geste vis-à-vis de leur famille, d'une façon d'imposer leur passion pour la musique ou de renforcer leurs liens avec les autres, tous vont s'affirmer grâce à cet instrument. Les passages où le koto est mis en valeur lors des concours sont des merveilles. Parmi les animes musicaux, c'est le seul qui m'a donné envie d’écouter des morceaux composés sur l'instrument en question. Je ne pensais pas que le koto pouvait être aussi beau au niveau de la sonorité et de ce qu'il dégage.

2020 : Fugou Keiji Balance Unlimited : Un jour, une jeune recrue millionnaire bouleverse un poste de police tranquille. Il apporte des moyens exceptionnels pour résoudre les diverses enquêtes, sauf que... Au fil de la série, on finit par comprendre que ce scénario simple cache un certain nombre de secrets. Le dernier épisode est à la fois un aboutissement et une énorme claque quand on pensait avoir saisi l’intrigue. En fait, la fin est très réussie, c'est si rare qu'elle le soit à ce point ^^. Au passage, l'opening et l'ending méritent tous les deux d'être longuement écoutés.

Avatar de l’utilisateur
Ramior
VIP : ***
 
Messages: 3162
Inscription: Mer 13 Juin 2012, 14:07

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede Ramior le Mer 14 Avr 2021, 21:24

A part Samurai Flamenco, que j'ai adoré, je n'ai vu aucun des autre animé cité.

Je sais pas pourquoi, les animes des années 2010 me font moins envie que ce des décennies précédente.

Je sais pas si c'est à cause des synopsies moins attrayant ou de l'aspect fadasse dessins en numérique, qui fait ça.


En tout cas, l’omniprésence de la 3D aide pas.

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10777
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede Gemini le Mer 14 Avr 2021, 21:42

Comme je fonctionne de plus en plus à rebours, c'est difficile pour moi de faire ressortir des titres "récents". Aussi ai-je été le premier surpris de constater pouvoir effectivement me livrer à cet exercice, avec des titres plus que satisfaisants.
Le sujet va me servir à identifier d'autres séries à découvrir :mrgreen:

Hunter × Hunter (2011) : Adaptation moderne se débarrassant des tares des premiers animes, car reprenant une histoire déjà connue et bien avancée sans avoir à rallonger la sauce à tout prix. Et si c'était le secret des meilleures adaptations de titres du Shônen Jump (je compte commencer Dai no Daiboken et Shaman King) ? Suivi religieusement jusqu'au bout de sa diffusion, l'anime est soigné et maîtrisé pour garder le meilleur du manga de Togashi, sans les déboires graphiques qu'il lui fait parfois subir lorsqu'il en a marre et préfère vaquer à d'autres occupations :lol:

Girls und Panzer (2012) : Pas forcément le meilleur de son année, mais un anime qui continue à faire l'actualité et à susciter chez moi une vraie passion parfois irréfléchie. Peut-être un des derniers de cette catégorie au sein de l'animation japonaise (si je mets de côté les Rebuild of Evangelion). Girls & Panzer assume pleinement son délire, tenant à la fois de l’esprit « military otaku » – les références militaires ou historiques sont globalement poussées, avec un authentique souci du détail dans les véhicules blindées – et de l’humour bon enfant reposant grandement sur le caractère déjanté de ses protagonistes. Le tout poussé très loin. Pour moi, c’est du bonheur en barre.

Gundam Build Fighters (2013) : Ou quand Gundam n'essaye plus de faire semblant de raconter quelque chose quand son seul but reste de promouvoir des maquettes. Et ce fût l'avatar le plus barré de la franchise depuis Mobile Fighter G Gundam, avec ses combattants venus des quatre coins du monde, sa technologie futuro-farfelue, et ses yakuzas réglant leurs conflits lors de duels de Gundam (tandis que d'autres préfèrent les duels de carte ou de Medarot). C'est Angelic Layer qui rencontre l'univers Gundam, et c'est brillant. Sans les enjeux géopolitiques, mais avec des combats bien rythmés comme il faut.

Shirobako (2014) : La production de Girls und Panzer vue de l'intérieur, ou peu s'en faut. L'anime sur l'animation japonaise dont le monde avait besoin, et rien cela - et le soin apporté à l'ensemble - suffit à le rendre digne d'intérêt. Mais même si les problèmes rencontrés sont réels, n'oublions jamais que tout ne se règle pas aussi facilement dans la vraie vie de réalité véritable. Néanmoins, c'est aussi ce qui rend le titre à la fois prenant et satisfaisant. Maintenant, il faut que je vois le film !

Lupin III : L'Aventure italienne (2015) : Le Lupin III ultime, proche de ce que la franchise peut nous proposer de meilleurs ; avec certains films, la seconde série, et l'adaptation par la Revue Takarazuka. L’Aventure Italienne ne peut décemment pas être considérée comme parfaite, tout simplement car certains épisodes ne se montrent pas à la hauteur des autres, et que le fil rouge de la seconde moitié fonctionne moins bien que celui de la première. Mais il ne s’agit là que de défauts minimes comparés à ce que cette série souhaite nous offrir, à savoir une grande aventure ensoleillée, dépaysante, et passionnante, portée toute entière par une palette de personnages qui n’auront que rarement été aussi charismatiques. C’est drôle, c’est palpitant, cela flatte la rétine, Lupin fait preuve d’une intelligence redoutable, et un Zenigata trop souvent présenté comme un idiot nous fait ici la démonstration de tous ses talents.

Bishoujo Senshi Sailor Moon Crystal Season III (2016) : Je triche, dans le sens où il s'agit d'une saison. Mais ne m'en tenez pas rigueur. Adaptation du manga d'origine reprenant son meilleur arc (Death Busters-hen), il va à l'essentiel à l'instar de l'histoire de Naoko Takeuchi, nous faisant perdre les petits instants de vie des personnages. Mais cela permet aussi de se recentrer sur l'intrigue, et sur un scénario progressant sans cesse, avec de l'action et l'introduction de nouvelles guerrières. Il en résulte une expérience différente de celle de Sailor Moon S, qui savait aussi miser sur l'absurde des situations et des antagonistes pour aboutir à un prototype d'Utena la Fillette Révolutionnaire. Mais les deux restent complémentaires.

ACCA: 13-ku Kansatsu-ka (2017) : Natsume Ono. Tout simplement. ACCA 13 est un titre assez unique en son genre, dégageant une atmosphère douce et mélancolique, tout en restant passionnante. Madhouse était le studio idéal pour transposer l’excellent manga de Natsume Ono sur petit écran, grâce à son travail sur les décors, les couleurs, et les ambiances. C’est extrêmement soigné, cela flatte les rétines, bref c’est un régal à regarder. Comme en plus l’histoire est de grande qualité, je ne pouvais pas ne pas aimer.
C'est moi ou bien Madhouse revient régulièrement dans cette sélection ?

A Place Further Than The Universe (2018) : Oui, je confirme que ce studio revient en boucle (et encore je vous ai épargné Chihayafuru). Quatre adolescentes en partance pour l'Antarctique, cela parait saugrenu comme concept, mais l'équipe derrière cet anime réalise une double prouesse : rendre crédibles les motivations des personnages, mais aussi le cheminement qui leur permettra d'atteindre un tel objectif. Ce sans jamais nous faire croire qu'il s'agit d'un tâche facile, et que n'importe qui peut y arriver. La destination s'avère d'autant plus belle que le voyage est long et sinueux. Merci Madhouse. Et merci Atsuko Ishizuka.

Demon Slayer (2019) : Si vous cherchez "adaptation animée pertinente" dans le dictionnaire. Après avoir lu le manga, je garde encore une préférence pour cette adaptation (et là encore j'attends le long-métrage). Car le studio - qui n'est pas Madhouse - maintient un style graphique plus constant que celui de Koyoharu Gotōge, et car il exploite judicieusement les non-dits du manga pour raconter son histoire et développer des passages et des personnages. Bien sûr, le matériau d'origine reste d'une grande efficacité, avec de bons protagonistes et un sens du tragique pas si fréquent dans le Shônen Jump.

Born to be on air (2020) : J'ai beaucoup hésité, avant de choisir ce titre en particulier. Regardé car j'apprécie le manga d'origine, mais pas au point de faire confiance à son éditeur français. C'était donc l'occasion de tester, et de découvrir des personnages incongrus et forts en gueule faisant de la radio à Hokkaido. Tout un programme, que l'adaptation arrive à rendre plaisante à suivre et même addictive. L'héroïne est bien chelou comme il faut, et compte pour beaucoup dans la réussite de ce projet.

Meilleur OP :


Meilleur ED :

Avatar de l’utilisateur
Ialda
Modo : bodacious kunoichi otaku
 
Messages: 19240
Inscription: Sam 31 Mar 2007, 13:25
Localisation: Kamurochô

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede Ialda le Mer 14 Avr 2021, 23:40

Décennie curieuse de mon côté. Objectivement, on a eu beaucoup d'animes de qualité, mais je suis également de plus en plus détaché de la production actuelle. Du coup ayant du mal à trouver un titre vraiment représentatif pour chaque année, je vais un peu m'abstraire du format proposé par Natth et Gemini, désolé.



Princesse Kaguya : dernier film de Takahata, et mon préféré de sa filmo. Du conte original il tire un canevas qui va être prétexte à une magnifique reconstitution abstractisé de Heian au service d'une belle histoire tragique sur l'existence humaine, les joies comme les pertes, et une vie que l'héroine s'efforce de vivre pleinement malgré les embûches et malgré sa courte durée.

The Eccentric Family : un joli exercice de réalisme magique dans les rues du Kyoto moderne où l'on suit les aventures d'une bande de tanuki pris dans les néandres de leurs histoires de familles, plus les magouilles d'une bande de magiciens excentriques, tout en essayant d'éviter de finir sous forme de ragoût au repas hebdomadaire du club des vendredistes. Pas la force des choses, c'est une chronique familiale hors normes avec quelques jolis passages d'anthologies, de la bataille des bateaux volants dans dans le ciel de Kyoto lors d'un feu d'artifice à la visite aux enfers, ou encore une partie d'échecs avec tanukis grandeur nature qui finit par se régler à coups de papattes dans le museau.

Night is Short, Walk On Girl : inspiré d'un roman de Tomihiko Morimi comme le précédent, et le plus agréable vent de légèreté que m'a donné l'animation japonaise sur cette décennie avec cette jolie nuit de déambulation alcoolisée dans les rues de l'ancienne capitale nippone.

Lupin 3 part 4 + le film Goemon : c'est bien simple, je considérais que la franchise Lupin était en panne depuis le passage au format majoritairement téléfilm au début des années 90. Quelques heureuses exceptions venaient ponctuellement relever le niveau avec plus ou moins de bonheur (Meurs Nostradamus, Tokyo Crisis, Walther P38) mais sans jamais dissimuler le fait que la franchise était en crise. Mais les nouvelles séries veste bleu d'un côté et le Lupin hardboiled de Koike ont réussi leur pari d'insuffler un nouveau dynamisme à Lupin et à rendre les aventures de la créature de Monkey Punch fun à regarder. Par contre je ne sais pas combien d'années ce revival durera et la prochaine série de 2022 sera intéressante à voir aussi de ce point de vue là.

Penguindrum : le grand retour en même temps que le chant du cygne de Ikuni après une parenthèse d'une dizaine d'année pour ce qu'il sait faire de mieux - une fable surréelle sur la vie, l'amour, la mort, la famille, et la possibilité pour la matière humaine produite à la chaine par notre société d'être quelque chose de plus qu'un rebut en devenir.



Beaucoup d'autres titres sonnaient comme des évidences mais que je me contenterait finalement de citer qu'en passant - soit pour leur côté anachronique (Mobile Suit Gundam Thunderbolt, le vrai héritier des OVAs de military SF des 90s - mais Zeta dira que c'est Obsolete, et il a probablement raison), soit parce que malgré leurs qualité je n'ai pas particulièrement envie de les revoir un jour (Children of the Whales, Devilman Crybaby, Made in Abyss TV & film), soit parce qu'on est dans la tranche de vie sympathique mais sans plus (Hinamatsuri, tsuritama, Wandering Witch, le Yozakura Quartet de Ryochimo), soit parce que j'ai l'impression qu'un revisionage n'apportera rien de nouveau (Kyousougiga, Golden Kamuy), soit parce que c'est Konosuba.

Girls und Panzer : meilleures réinterprétations de classiques de la musique militaire de la décennie, chapeau bas.

Rebuild 3 je le laisse à Tetho, puisque c'est lui qui en parle mieux. Mais j'ai malgré tout énormément aimé ce film, pour cette vision en négatif d'un EoE.

Dorohedoro était l'adaptation que plus aucun fan du manga n'attendait mais qui était très cool quand même.

Pour la forme (et pour faire rire), je voudrais aussi citer le nom de la grande baleine blanche de la décennie, celle qui a ma connaissance n'est toujours pas sortie de l'archipel : Gothicmade. Je ne désespère pas de le voir un jour, et si je ne m'attends pas à un chef-d'oeuvre, j'ai quand même l'impression d'un passage obligé ne serait-ce qu'au nom de la science. Ça, et le clip tiré du Sex/Next Stop de Atsushi Kamijo que l'on doit à Mappa et qui pour le moment échappe à toutes mes tentatives de recherches sur YAJ.

Senran Kagura, bien sûr ! Malgré les problèmes récurrents - de budget, d'écriture - qui plombent les deux séries, elles ont malgré tout énormément de charme : la première pour le travail passionné de Takafumi Torii au design et à l'animation (et pas que cette série d'ailleurs, on le retrouve sur pas mal de séquences animées des jeux/OVA jusqu'au moment où Marvelous restructure Artland), la seconde série parce qu'elle assume glorieusement sa nature de nanar d'exploitation.

Avatar de l’utilisateur
Aer
Modo : Fan de Bakunyû
 
Messages: 10159
Inscription: Mar 29 Juin 2010, 23:01
Localisation:

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede Aer le Jeu 15 Avr 2021, 12:58

Damn, ca fait des mois que j'attends avec impatience la date pour lancer ce sujet, que je paufine mes idées, et j'me fais coiffer au poteau en beauté :(.
Je verrais si j'ai le temps ce soir, sinon ce week end.

Girls und Panzer


Gemini.
When you dont afraid any sunshine, come on baby !

行けよ饒舌の 影よ来て導け

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10777
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede Gemini le Jeu 15 Avr 2021, 22:29

Aer a écrit:Gemini.

Image

Avatar de l’utilisateur
VpV
Pitit LEGO
 
Messages: 413
Inscription: Sam 26 Jan 2013, 21:54

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede VpV le Ven 16 Avr 2021, 02:21

(Natth, ce retour en force)

À titre perso, 120 anime vus, soit deux fois moins que pour la décennie précédente, et dont seulement 40 à partir de 2015. À ce train-là, pas sûr d’être en mesure de pouvoir dresser un bilan pour 2021-2030 :D


Une décennie riche en anime très sympa, notamment avec de bonnes adaptations de mangas, mais définitivement pas la décennie de l’effet Waouh. Comparer les meilleurs anime des deux dernières décennies, quantitativement ou qualitativement parlant, ferait beaucoup de tort à la plus récente. Pourtant, 2011 amorçait cette nouvelle période avec des titres marquants : Steins;Gate et Madoka. Qu’on les apprécie ou non, excusez du peu. La suite n’a apparemment pas tenu ces promesses. :( Rien de calamiteux, mais du pilotage automatique.

En ce qui me concerne et vu le faible échantillon observé, ce sont peut-être des salles obscures qu’est venu la lumière. Princesse Kaguya (2013) reste sans conteste la chose qui m’a le plus enthousiasmé ces dix dernières années. À un degré moindre, mais nettement au-dessus de la moyenne tout de même : Night is Short, Walk on Girl (2017), Eva 3.0 (2012) et Hotarubi no Mori e (2011) ont su se rendre mémorables, bien que reprenant des associations de talents connues et reconnues (Morimi/Yuasa, Anno & co, Brain’s Base/Midorikawa) sur des pistes déjà jalonnées de succès (The Tatami Galaxy, Eva TV, Natsume Yuujin Chou).
Pour en terminer avec les films, méritant d’être cités, et donc à mon avis d’être vus : Penguin Highway (2018), Maquia (2018), Garden of Words (2013) et Your Name (2016) de Makoto Shinkai, et Bouddha, le Grand Départ (2011).

Parmi les séries TV à retenir : Space Brothers (2012), Mob Psycho 100 (2016) et Lupin III, L'aventure italienne (2015) voire Ping Pong The Animation (2014) ou Megalobox (2018). Très solide, peu de chance d’être déçu, mais pas de quoi initier un nouvel âge d’or.
Bien sûr, les séries de sport à succès sont toujours des amis pour 6 ou 7 ans garanti : Haikyuu!! (2014), sûrement LA série de sport de cette décennie et Diamond no Ace (2013), la série où paradoxalement c’est l’équipe et non l’ace qui est mise en avant.

Sinon, pèle-mêle :
Après la pluie (2018), Fume wo Amu (2016) : adaptations noitaminesques remarquables mais pas forcément mémorables.
Erased (2014), Kids on the Slope (2012), Yamato 2199 (2012) : trois anime sexy dont que je ne sais quoi dire, si ce n’est qu’ils m’ont plu, malgré quelques défauts d’écriture.
Tonari no Seki-kun (2014) : un très bon format court, très amusant, bien que vite redondant.
Chihayafuru (2011, 2013, 2019) aura ouvert la brèche des animes réhabilitant les arts/jeux/divertissements tombés en désuétude. Phénomène intriguant produisant des animes instructifs et réjouissants, mais pas forcément ma came finalement.
Shirobako (2014) : grosse surprise quand on pense trouver le pendant anime de Bakuman, mais qu’on vous apprend qu’il s’agit de bien mieux que ça. Merci à Tetho et à Deluxe d’en avoir parlé je ne sais plus où et je ne sais plus quand. Vraiment dommage qu’on ne trouve la série nulle part en version physique.

La vraie grosse surprise de cette décennie aura été à placer sous le signe de l’immondice. Parfois, on pense avoir tout vu. Souvent, on pense ne jamais voir pire que Hametsu no Mars ou Skelter Heaven. Eh bien, oui, Diabolik Lovers (2013) est officiellement le pire anime que j’ai jamais vu. Mama mia, que c’était nul et malaisant. Situations navrantes que même le plus mauvais scénariste de films X n’aurait osé déployer, texte et répliques graveleuses. Un produit dérivé à la dérive, du fan service aux allures de sévisses. Du gros caca.

Plaisir coupable ultime, l’adaptation en anime de Prison School (2015). D’habitude, je ne mords pas à l’hameçon de ce genre de titres humoristico-misogyno-aguicheurs, mais là, je sais pas. Peut-être le sens du timing dans l’enchaînement des vannes ou juste une attirance primaire pour l'une des donzelles. Un mystère. En tout cas, j’ai honte de dire que j’ai bien aimé, et c’est l’essentiel. :mrgreen:

Faits marquants qui me viennent immédiatement à l’esprit durant cette décennie :
– la tempête dans un verre d’eau provoquée par l’adaptation de Aku no Hana (2013) et sa rotoscopie ;
– l’ampleur et la teneur des polémiques autour de Yuri on Ice (2016), anime et polémiques dont plus personne ne se soucie désormais ;
– la disparition de Takahata (2018) ;
– l’incendie criminel des locaux de KyoAni entraînant la mort de 36 personnes (2019).

Avatar de l’utilisateur
Natth
Soul of Chogokin
 
Messages: 1537
Inscription: Mer 24 Mar 2010, 21:56

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede Natth le Ven 16 Avr 2021, 15:14

Ramior a écrit:A part Samurai Flamenco, que j'ai adoré, je n'ai vu aucun des autre animé cité.

En fait, j'ai plutôt cité mes animes préférés, les plus marquants à mon goût, ceux dont je n'ai aucun mal à me souvenir des années après. Mais je pense que je m'intéresse en premier aux personnages, puis à l'histoire, puis au style graphique et à l'OST (notamment op/ed). Dans les animes récents, j'ai trouvé que les Lupin III, Megalobox ou Eizouken sortaient particulièrement du lot. Mais il y a de grandes chances que tu les aies déjà vus.

Gemini a écrit:Lupin III : L'Aventure italienne (2015) : Le Lupin III ultime, proche de ce que la franchise peut nous proposer de meilleurs

La série m'avait beaucoup plu, alors qu'à la base Lupin III n'est pas un titre que j'apprécie réellement. J'ai bien aimé l'anime de 2018 aussi, celui qui se passe en France. Je ne dirais pas qu'il est de la même qualité que celui de 2015, mais j'ai trouvé amusante la façon dont l'histoire se sert des technologie récentes ou des réseaux sociaux. Et pour Acca-13, je ne peux qu'approuver ton message :D

Ialda a écrit:The Eccentric Family : un joli exercice de réalisme magique dans les rues du Kyoto moderne où l'on suit les aventures d'une bande de tanuki

J'ai tenté cette série sans m'attendre à grand-chose au départ, mais elle est vraiment excellente. Les personnages sont bien plus fouillés qu'ils ne le paraissent de prime abord, les voir évoluer dans cet univers si inhabituel est très intéressant.

Aer a écrit:Damn, ca fait des mois que j'attends avec impatience la date pour lancer ce sujet


Ah, je suis désolée Aer, je ne savais pas que tu comptais reprendre le sujet. Promis, je te laisserai poster en 2031 :mrgreen:

VpV a écrit:(Natth, ce retour en force)
À titre perso, 120 anime vus, soit deux fois moins que pour la décennie précédente, et dont seulement 40 à partir de 2015. À ce train-là, pas sûr d’être en mesure de pouvoir dresser un bilan pour 2021-2030 :D

C'est peut-être lié au contexte sanitaire, mais je suis dans la situation inverse. Je regarde de plus en plus d'animes tout en prenant de moins en moins de temps pour en parler. D'ailleurs, quand j'ai lu 120 animes, j'ai cru au début que tu parlais de 2020 et je trouvais ce score impressionnant... Au final, ça fait une douzaine par an sur une décennie, c'est plutôt bien. Je crois que c'est moi qui en regarde beaucoup (trop ?) en ce moment :oops:

J'ai aussi entendu parler de Diabolik Lovers et je l'ai évité sans aucun regret. Je regarde régulièrement des adaptations animées d'otome games, mais celle-ci... Rien que le résumé ou les quelques illustrations vues, je sais qu'elle ne va pas me plaire :lol:
Pour Yuri on Ice, je continue de croiser un certain nombre de fans passionnés qui attendent toujours la sortie du film. J'espère qu'elle aura lieu et que le succès (et surtout la qualité technique) sera au rendez-vous.

guwange
Soul of Chogokin
 
Messages: 1652
Inscription: Lun 23 Mar 2009, 15:42

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede guwange le Ven 16 Avr 2021, 20:17

Je vais commencer par 2011 et 2012.
Si je ne cite pas certains incontournables, soit j'ai essayé mais ça ne me correspondait pas ( mawaru penguindrum) ou soit je n'ai pas vu comme les films evangelion par khara par exemple.

Pour l'année 2011, je n'ai retenu aucune série tv, j'en ai bien vu mais c'était de l'alimentaire comme les marvel par madhouse et ao no exorcist par exemple.
Le film onimagiden a été une déception alors que sa plastique était de haute tenue mais l'histoire manque de saveur, elle se déroule de façon scolaire sans que l'on ressente une forme de tension dans l'intrigue.

Mon number 1 pour 2011, c'est le film la princesse et le pilote qui démontre un savoir-faire de la part de madhouse. Ce film a été une surprise pour beaucoup de mata weber car il s'est révélé meilleur que prévu.
Je retiens aussi le film FMA milos et le film coquelicot de goro miyazaki.
Voici donc mon trio de tête pour 2011.
Je mets aussi une pièce sur un court de anime mirai; kizuna ichigeki qui dépeint une ambiance arts martiaux.

Pour 2012, yamato 2199 emporte complètement mon adhésion. Cet anime m'a carrément transporté, ça retranscrit très bien une ambiance épopée et conquête spatial.
En série tv, je retiens psycho pass saison 1 et shinseikai yori. Ces 2 animes tentent d'apporter une certaine réflexion même si tout n'est pas parfait. Mais c'est suffisant pour tirer son épingle du jeu dans le paysage des séries tv animées.
Je retiens aussi la version anime de jojo bizarre adventure, notamment le second arc battle tendency qui marie à merveille l'ambiance vampirique mixé à de l'immortalité à la highlander.

En film d'animation, je retiens lettre à momo, le chien du tibet, l'enfant loup et fuse teppou.
Pour l'anime mirai de 2012, je retiens buta par telecom animation et wasurenagumo par production IG qui sortent vraiment du lot.

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9806
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede Zêta Amrith le Sam 17 Avr 2021, 12:55

La lassitude est là pour moi.
Je ne tire plus grand-chose de l'animation japonaise, elle n'a plus le statut de culture parallèle qui faisait sa nécessité.


Séries

2011 : Mawaru Penguindrum
Une série centrale, au confluent du drame et des mèmes des zinternet, qui réussit la prouesse d’être l’instantané d’une industrie mondaine tout en puisant allègrement dans des sphères culturelles plus élevées – la littérature nipponne, via La Bête Aveugle et Underground par exemple. Chant du cygne de Ikuhara, qui n’a fait que merder comme une diva egotique par la suite.
Notables : Puella Magi Madoka Magica, Tiger & Bunny

2012 : Space Battleship Yamato 2199
Galvanisé sur le tard par l’écho de Battlestar Galactica, le remake du premier de la classe Izubuchi dépasse en efficacité l’original pour composer le meilleur space-opera japonais depuis Legend Of The Galactic Heroes. Si la tension a baissé d’un cran par rapport aux années 70, la dynamique, la cohérence psychologique et la variété des situations ont pris du galon.
Notables : Psycho-Pass S1, Girls Und Panzer

2013 : Majestic Prince
Une parodie de MS Gundam qui, actant d’emblée sa propre frivolité, peut se permettre de consacrer l’essentiel de son temps à l’exhibition amusante de ses personnages et des poncifs de l’animation de robots. Un fort capital sympathie se dégage de la série, tandis que les CGs de combat top niveau du studio Orange lui accordent erratiquement d’être un peu plus qu’une blague.
Notables : Samurai Flamenco, Kill La Kill

2014 : Space Dandy
Watanabe et Bones offrent carte blanche à certains des plus grands noms de l’animation japonaise pour repousser les limites du petit écran. Une puissante anthologie virant sans crier gare de la farce à la hard SF, du racolage graveleux au cinéma expérimental. Malgré le bide commercial sur son sol natal, c’est un futur nom de référence, qui sera étudié dans les écoles d’animation du monde entier.
Notables : Ping Pong, Argevollen. Année bien lotie qui comportait aussi Garo, Parasyte, Rage Of Bahamut et des anibots hétérodoxes comme Daimidaler et M3.

2015 : Lupin The Third Part IV - The Italian Adventure
La plus belle itération télévisée jamais conçue de la licence, finement pesée entre tribulations vivifiantes et slice-of-life délicieux, sertie en outre d’une direction artistique grand luxe que le charme dispute à l’exotisme. Pour la première fois, de nouveaux personnages sont incorporés à l’immuable mixture et y apportent une légère mais salutaire plus-value plutôt que de diluer la formule.
Notables : Blood Blockade Battlefront, One-Punch Man

2016 : Joker Game
Comme pas mal de séries destinées à une démographie non otaku, celle-ci se cale contre une ébauche de monde réel, récupérant au passage un peu plus d’épaisseur que la moyenne abêtissante du secteur. Malgré un certain systématisme dans la structure des épisodes, c’est un anime pour l’extérieur de la sphère, nanti de bonnes intentions et que seul le Japon pouvait proposer.
Notables : Rakugo Double Suicide, Mob Psycho 100

2017 : Kado - The Correct Answer
Un anime intégralement réalisé en CGs et qui rappelle fugacement ces gestions de crise dans les vieux films de monstres de la Toho, à la différence près que cette fois un bishounen folklorique remplace les gros lézards ou les étoiles de mer extraterrestres. Malgré les deux derniers épisodes (typés henshin matinaux) décevants, il est l’un des plus intriguants diffusés cette année
Notables : Garo - Vanishing Line, ACCA - 13

2018 : Megalo Box
Enumérer les qualités du titre, de sa mise en scène impériale à ses visuels granuleux et somptueux, de ses personnages habités à sa bande-son piétinant tout le voisinage, est un soi un exercice fastidieux. Quand bien même la fin manque un tout petit peu de répondant, c’est la définition initiale, probe et définitive de ce que devrait être l’animation japonaise.
Notables : Planet With, Junji Itô Collection

2019 : No Guns Life
Une tentative d’émuler la production de la fin des années 80, ainsi que les canons esthétiques de Blade Runner auxquels elle s’abreuvait. Le résultat pèche par une certaine tendance à l’éparpillement, et quelques ruptures de ton atténuent l’effet voulu, mais de toutes façons la promesse de départ ne volant pas très haut l’anime file sans grosses déconvenues.
Notables : Dororo, The Promised Neverland S1

2020 : Keep Your Hands Off Eizouken !
Il est permis de regretter que la série de Science Saru fasse en vérité l’éloge de l’animation miyazakienne d’avant tout en prétendant honorer l’actuelle. Mais son graphisme chaleureux, les personnages-tropes bien utilisés et le fait que l’anime accomplisse sans digressions ce qu’un autre aurait immédiatement fondu dans un moe suborneur et formaté incitent à la clémence.
Notables : Obsolete, Deca-Dence


Films

Evangelion : 3.0 You Can (Not) Redo
Indépendamment de choix narratifs discutables, le film déploie un jusqu’au-boutisme et des vélléités autodestructrices qui forcent le respect. Le second tiers, en particulier, demeure une leçon magistrale de storyboarding dont la science du layout n’a pas fini de malmener les efforts de la concurrence.

The Tale Of Princess Kaguya
Plus qu’une ôde éthérée aux estampes traditionnelles, le testament de Takahata est un récit profondément japonais sur l’articulation de l’essence et de l’existence.

Asura
Satou démontre qu’il n’est pas qu’un amuseur en prenant les rênes de ce gekiga en 3D sanglant, noir comme la cendre et anti-commercial, sans réel équivalent en animation.

Night Is Short, Walk On Girl
Le hors-piste graphique de Yuasa fait mouche sur ce long-métrage kyotoïte et versatile, semé de clins d’oeil littéraires et alternant constamment entre fantasme et saynètes naturalistes.

The Tibetan Dog
Fabriqué sans lumières ni tapage à l'intention du marché chinois, ce conte animalier de Kojima et Madhouse fait renaître sans le vouloir la noblesse des World Masterpiece Theater de Nippon Animation.

Short Peace
Des réserves sur la forme, fortement dominée par le numérique, mais l’omnibus du vieil Otomo renoue sans fard avec les années fastes de la japanimation canal subculture.

Genocidal Organ
Requiem du studio Manglobe démantelé au cours de la production, l’adaptation honnête du roman de SF éponyme d'Itoh, teinté d'anti-américanisme et maladroit sur les bords mais porteur de thèmes géopolitiques trop rares.

Children Of The Sea
L'écologie, la technologie et l'adolescence se juxtaposent dans une histoire absconse et faussement profonde, ceinte d'un riche écrin qui flatte l’élégie mystique des années 70.


OVAs

Armored Trooper Votoms : Alone Again
L’un des plus beaux chapitres de la saga, témoignage de l’humanisme silencieux (le seul qui en soit un) de Takahashi. La merveille robotique de la décennie.

Mobile Suit Gundam : The Origin
L’introduction seulement, hélas, de ce que 0079 aurait pu être sans le Chauve aux manettes, à savoir un récit de guerre plausible, incarné, rigoureux.

Lupin The Third : Jigen’s Gravestone – Goemon’s Blood Spray – Fujiko’s Lie
Résolument pulp, sauvage et décalée, la trilogie tarantinesque du maître Koike constitue une impressionnante remise à jour du matériau de base.

Avatar de l’utilisateur
chevkraken
Stakhanoviste du troll
 
Messages: 2883
Inscription: Mer 08 Fév 2012, 18:29

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede chevkraken le Dim 18 Avr 2021, 12:30

Alors pour moi, ça va être chaud de me limiter à un seul titre par an, alors, je vais parler de ceux que j'ai retenu (en vous épargnant les suites).

2011:
2 titres déjà cités par d'autre ici et qui sont réellement les réussite de l'année:
Penguidrum et Chihayafuru.

Penguidrum étant juste le meilleur truc d'Ikuhara, toute époque confondue, le tout assisté par ce qui est pour moi la meilleure équipe d'animation de la decennie(une bonne partie de la bande à Umakoshi).

Et Chihayafuru étant non seulement le digne successeur d'Hikaru no go, mais aussi un nouvel exemple de la maitrise du réalisateur pour le Shojo manga (on parle du réal de Card Captor Sakura) qui est à mes yeux un des meilleur réal du studio Mad House.

A celà, je veux rajouter Last Exile Fam, dernier coup d'éclat de Gonzo animation et suite tout à fait honorable de la série culte de 2003. Comme Tetho l'avait dit à l'époque, la 3D de la série a beau être d'un autre age, elle est mieux utilisé que dans 80% des série jap.

2012:
Alors pour moi, en 2012, je retiens 2 titre, tous de Toei animation (qui est à mes yeux LE studio qui a fait son retour en force au cours de la decennie)
Saint Seiya Omega saison 1:
La série a clairement ses defauts, mais elle reste ce que la licence Saint seiya a offert de plus ambitieux et original depuis le début du revival (bien plus que Lost canvas et son scenar de fanfics abusant des Gold saint), le tout servi par une équipe d'animation étant les digne héritiers de celle des années 80.
Smile Precure:
Humour de folie, et animation au top de ce qu'à proposé la licence.

Pour 2013:
En 2013, je retiens 3 titres:
Gatchaman crowds(que j'ai vu en 2015 cependant), une pure tuerie et la meilleure mise à jour de la série de super heros que je connaisse. Réalisation, écriture et persos aux top

Kyosogiga LA série de Rie Matsumoto où elle a vraiment pu exprimer son style après son travail sur Precure, un vrai petit bijou que ce soit dans la mise en scene, la DA ou les thématique

et pour finir, une série US avec la saison 1 de RWBY du regretté Mouty Oum, dont les 3 premières saisons sont excellentes.

en 2014 c'est surtout Parasyte que je retiendrais, une des meilleure série de la decennie, mais je laisse une mention spéciale pour Seha Hard girl (pour le délire Sega) et Your Lie in April(pour ses scenes musicales de ouf et sa comedie sentimentale touchante)

En 2015, comme en 2012, ce fut une année très Toei animation pour moi avec une des meilleure saison de Precure, Go Princess Precure (dernière saison que j'ai vu en entier), mais aussi ce qui est pour moi LE shonen de la decennie World Trigger(dont la saison 2 diffusé cette année a été mon plus gros kiff de l'année pour l'instant.
Je retiens aussi Sound Euphonium pour faire tout ce qu'aurait dû faire K-ON et qui a signé ma réconciliation avec Kyoani(qui m'avait perdu en 2009 avec K-ON et la saison 2 d'Haruhi), Thunderbolt Fantasy pour nous offrir une delicieuse serie chinoise originale(et la première serie signée Gen Urubochi que j'ai aimé) et Yoru no Yatterman (autre remake interessant de la Tatsunoko)

Rien ne m'a réellement marqué en 2016, c'est une année où j'ai découvert d'anciennes séries.

Pour 2017 par contre, j'ai direct en tête Kado dont Zeta a déjà parlé, c'est vraiment une série qui dans son intrigue et son écriture s'éloigne des anime pour aller vers le traitement d'un live action. C'est super interessant et l'opening defonce sa race.
Je retiens aussi The Reflection pour nous offrir bien plus que One Punch Man(qui tien plus du gag manga) ou My Hero Academia (qui est un shonen deguisé) une vrai série de Super heros, avec un excellent style graphique et un traitement des persos qui m'a rapellé les comics Rising Star ou la série Heroes.
Une série qui a mon avis doit sa mauvaise reception au fait d'être pas assez jap pour les fan d'anime et trop jap pour les fan de comics.

En 2018, année assez pauvre, je retiendrais comme Gemini A Place Further Than The Universe et aussi pour ma part Golden Kamyu(pour trop de raison pour toute les citer.

Et en 2019, l'anime qui m'a reconcilié avec Ufotable, Demon Slayer pour des raisons evidentes qui en ont fait un phenomène.

En 2020, je n'ai rien retenu.

Sinon, niveau film, pêle mêle, j'ai retenu Princess Kaguya, Majocco Shimai, Digimon Tri, Ninji Iro Hotaru, Albator, Lupin et Saint Seiya Legend of Sanctuary (naze scenariquement, mais l'ambition originale et technique doit être salué)

Sinon, la decennie a aussi vu l'arrivée de slice of life de qualité qui ont sut s'extirper de la mélasse K-ON qui n'a été au final qu'un point de départ et ont proposé des tritre frais, mais aussi poétique et rafraichissant.
Je retiendrais:

Tamayura ou la maitrise de Junichi Sato
Hanayamata pour une vrai réa
Non Non Biyori et son amour de la campagne jap
Amamaa no Inazuma (pour la bouffe)
Barakamon (pour les même raisons)
Yama no Susume (pour la rando)
Yuru camp (pour le camping)
Dragon maid (meilleur anime sur un couple homosexuel elevant un enfant au passage)
l'anti-fan vous attend. Ne vous laissez pas aveugler par l'amour que vous portez à vôtre œuvre fétiche, il ne vous le pardonnera pas.

Mais attention, ça ne l'empêche pas d'être un fanboy de Vanellope von schweetz!!!

Avatar de l’utilisateur
Rukawa
Vieux con de Manganimation
 
Messages: 2174
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:08
Localisation: DTC

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede Rukawa le Dim 18 Avr 2021, 18:53

Aer a écrit:
Girls und Panzer


Gemini.

honnêtement, je le mets aussi GaruPan dans ma liste des meilleurs anime de la décennie.
je sais pas s'il est dans un quelconque Top 10, mais c'est clairement une des meilleurs choses qu'a eu l'animation japonaise ces dernières années, c'est frais, c'est drôle et il y a de la stratégie bientôt bien conçue, ainsi qu'un minimum de réalisme en physique en ce qui concerne les combats de char et l'environnement. bon peut être pas les chars qui driftent, là je ne suis pas sûr.

ya eu beaucoup d'anime adaptés de ranobe qui se sont avéré excellent, comme Shinsekai yori, Hibike Euphonium, Re:Zero, Majo no tabitabi, KonoSuba ou encore Honzuki no gekokujou. honnêtement cette dernière avait une ambiance indescriptible qui me faisait vraiment fondre, entre le charisme de la petite et le reste.

t'as d'autres adaptations comme Kimi no uso qui rehausseny le matériel d'origine. le manga est sympa, mais l'anime est super beau et a une réalisation excellente. de même pour Mob Psycho 100 et son animation à couper le souffle ou Working!!. Rakugo shinjuu aussi, le manga est déjà très bon, mais l'anime a embauchés les meilleurs seiyuu du pays et leur jeu est vraiment monstrueux et te fait vivre carremment comme on était présent dans la salle pendant que sont raconté les histoires.
d'autres, comme le manga est très bon, donc l'anime est au minimum bon, c'est le cas de Mushishi, Danshi koukousei no Nichijou ou Mahoujin Guru Guru. je sais pas vraiment si cela peut compter du coup, car cela ne sublime pas le matériel d'origine contrairement à ceux cité plus haut.

En comédie romantique, je retiens spécialement 3 séries, HoriMiya et Kaguya-sama qui sont chacun confortés par une réalisation excellente qui dynamise vraiment les oeuvres d'origine. et la 3e, un ranobe cette fois, Oregairu, qui malgré son final assez mou, a su rester captivant assez malgré tout. le triangle était intéressant, car on savait déjà dès le début laquelle des filles allait être délaissée, et le reste de l'histoire était construit autour d'une ambiance pesante où personne ne voulait détruire ce statut quo et l'amitié entre les 3 protagonistes.

je ne sais pas si je retiens Eizouken parmi les meilleurs séries de la décennie, c'est sympa, mais surtout hype plus qu'autre chose. l'animation est excellente et le prisme d'utiliser Kanemori comme productrice est vraiment très intéressant mais cela ne va pas très loin au final. beaucoup moins hype car pas Yuasa, Shirobako aussi est sympa mais a un autre probleme, on ne parle que des moments joyeux, pas des galères, du coup, en connaissant un minimum les coulisses de animation japonaise, c'est quand même hyper mensonger et j'ai eu l'impression d'être pris pour un con. j'adore hein, mais on est quand même pris pour des cons.

au niveau mecha, on n'a pas eu grand chose d'extraordinaire, mais au niveau SF Psycho-Pass s'en est très bien sortie, si on omet une saison 2 catastrophique.

on a eu de très bons remakes, Yamato 2199 en tête, Dororo, aussi a été doté d'une excellente réalisation. ils font clairement parti des meilleurs anime de la decennie, mais parce que le matériel de base est bon déjà.

Parmi les anime originaux, à part Madoka Magica, Space Dandy, Yuri on Ice et Yorimoi, j'ai pas beaucoup d'oeuvres en tête. cet decennie en manque clairement, mais il y a eu GaruPan. y a évidemment eu du Precure, 3 se sont vraiment averé excellent Smile Precure, Go! Princess Precure et Mahoutsukai Precure.

dans les séries débiles, j'aime beaucoup Ishuzoku Reviewers mais de là à le classer dans les meilleurs séries, c'est nope, mais je tenais à le citer car je n'ai honte de rien.
de même, il y a aussi eu bcp de séries plaisantes comme TenSura mais de là à les placer en meilleurs de la decennie.

en fait, les seuls exceptionnels qui mériteraiennt vraiment d'être dans les livres d'histoire au côté de Cowboy Bebop, Gurren-Lagann, Evangelion, Dennô Coil, je pense qu'on peut faire une petite place :
Shinsekai yori
Yorimoi
Psycho-Pass
Rakugo shinjuu
Lupin L'avventura in Italia
Yamato 2199

... et c'est tout. du coup, il reste une petite place pour GaruPan, non ?
kono dengon wa goran no sponsor no teikyou de okurishimasu
Image Image Image

Avatar de l’utilisateur
Aer
Modo : Fan de Bakunyû
 
Messages: 10159
Inscription: Mar 29 Juin 2010, 23:01
Localisation:

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede Aer le Dim 18 Avr 2021, 19:15

Vpv > Moi aussi je kiff Meiko j'avoue monsieur le président.

Ruk"' > La seule fois ou j'ai lancé un épisode, mon pc a planté. J'ai pris ça pour un signe.

Bien bien bien. Comme la dernière fois, je ferais donc année après année également, avec trois séries max par année. Peut être un encart pour les films, a voir. Cette décennie aura été plus prolifique a ce niveau je trouve.

2011 : Une décennie qui commence ma foi sur les chapeaux de roues. La star étant évidemment Mawaru Penguindrum, récit complexe et complice, qui marie a merveille les dysfonctionnements familiaux et dysfonctionnements de la société japonaise, avec en filigrane ce sujet assez lourd a traiter des attentats terroristes de 95. L'anime est solide a tout point de vue, l'animation décoiffe quand il le faut, tout est merveilleusement doux quand il le faut, et sordide à point nommé. Dommage qu'Ikuhara ne réitièrera pas l'essai une troisième fois. Je placerais également Tiger & Bunny, fausse série pour gamins mais vraie série sur les super héros vu par le prisme du Japon. C'est grandiloquent, c'est baroque, et c'est tout ce qu'on demande a ce genre de production. Une touche de post-modernisme histoire de ne pas être trop taxé d'old school (notamment avec les héros panneaux publicitaires). Je l'ai vu un peu tardivement mais je ne regrette strictement rien. En troisième je poserais Steins;Gate, vraie bonne surprise d'une adaptation de Visual Poubelle. Il faut se farcir les personnages abrutissants et le moe dégoulinant, et, passé le cliffangher, un déroulement somme toute sans surprise, mais qu'est ce que c'était bon. Et Okabe est vraiment l'ultime jambon. C'est aussi, un peu, l'un des derniers représentants de mes kiffs en anime.

Mention bonus : X-men, seule série de la coopération qui valait le coup, et très bon design. Hyouge Mono probablement ma série favorite si je l'avais terminé, mais c'est pas le cas. Même pas sur qu'elle soit entièrement traduite à ce jour.

2012 : Une année intéressante, mais avec énormément de déceptions dans le lot. Citons pèle mèle Môretsu Pirates, Sakamichi no Appolon, Eureka Seven Ao, Saint Seiya Omega, Ozma, Muv-Luv Total Eclipse, Zetsuen no Tempest... Y'avait le potentiel ou l'idée, mais l'exécution pèche sévèrement, et c'est bien dommage.
Mais passons, le pinacle de cette année est probablement Shin Sekai Yori, malgré un finish en dent de scie, une série solide, aux thèmes intéressants et régulièrement bien traités, à la plastique changeante et intriguante, et aux propos qui renvoient évidemment aux plus grands de cette culture, Akira en tête. Ensuite la surprise Psycho-Pass, et la seule série d'Urobuchi a aller quelque part sans passer par la case craignos. Des longueurs, pas mal de personnages mal (ou pas) traités, mais un propos fort qui reste du début à la fin et trouve une conclusion assez parfaite. Conclusion qui sera évidemment mise à mal par des suites toutes plus nulles les unes que les autres mais bon. Puis les flingues ont la classe quoi, tavu. Pour finir Highschool DxD, ou l'ecchi remit à la place qui lui est dut : con, stupide et drôle, une saga qui a prit quatre saisons en tout et ne démérite pas pour sa folie continue. Oppai Dragon §

Mention spécial : Yamato 2199. Je ne sais pas trop ou la classer, mais clairement du très très bon space opéra comme on en avait pas eu depuis longtemps. Tout est terrible dans cette série.

2013 : Une bonne année encore une fois. Il y en avait pour tout les gouts, avec notamment pas mal d'anime de sports (Ippo, Diamond no Ace etc). De mon coté, c'était l'année du rire et des séries débiles. Avec en premier Majestic Prince, couillonnade sans fin qui sait très bien ou elle est et s'amuse de sa propre nullité, mais avec respect. L'anime est propre, ne se perd pas, ne digresse pas, son scénario (stupide) tient la route, et ses combats de mecha sont régulièrement au top niveau. Une suite, pas vraiment comblée par le film, se fait attendre depuis, sans trop d'espoir j'ai l'impression. Viens ensuite Log Horizon et son isekai qui se suit très bien. On échappe pas vraiment au syndrome jeu vidéo/stats a gogo et tout le tralala stupide qui explose depuis Sword Art Online, mais une réalisation un peu supérieur, des personnages sympathique et une histoire pas trop con ont fait gagné ses lettres de noblesse à cet anime. Dommage que... Pour finir, je ne peux m'empêcher de flamenco-citer Samurai Flamenco, Olè § Franchement l'un des anime les plus déjantés de cette décennie, avec des éclairs de génie pur dedans. Tout est trop con, tout va trop loin et pourtant ça reste tellement bon. Le carton rouge mis à l'anime lors de sa mise sur le marché est une preuve de plus du manque de gout des générations actuelles.

Image

2014 : Encore une très très bonne année, avec de belles surprises et pas mal de nouveaux arrivants. Une année également placée sous le signe du robot, l'une des dernières aussi prolifique, même si tout n'était pas au niveau idoine (Cross Ange, Aldnoah.Zero, Sidonia no Kishi, Captain Earth, Buddy Complex... J'en oublie, heureusement pour ma santé mental.)
Le trio de tête est pour moi évidemment mené par Space Dandy, tout simplement l'une des meilleur série de sf depuis vingt ans, au bas mot. Un laboratoire d'expérience mais qui n'oublie pas ce que anime veut dire : du fun, du délire, de la grosse animation, des émotions constantes. Le second sera Kiseijû, ou comment faire revivre un vieux manga avec classe et finesse. Production ultra solide, dans ses clous mais mené de manière parfaite de bout en bout. Une bonne surprise et une qualité constante portent la série à des sommets. Viens enfin mon petit chouchou qui m'aura fait plonger dans le sentai, Garo : Honoo no Kokuin. Une claque total pour ma part. Un style graphique qui démonte, une ost superbe, une dégaine à se pâmer. La suite fait partit de l'histoire, mais j'ai depuis mangé tout ce que comptait la franchise en série live, films, spin offs etc. Surement l'une des meilleurs chose que j'ai vu cette décennie.

Mentions spéciales : Ping Pong The Animation, ou Yuasa t'explique comment faire du supokon. Shirogane no Ishi : Argevollen, dernière excursion dans le courant real robot pour l'animation japonaise. Six ans déjà. Et plein d'autres titres.

2015 : Beaucoup de séries vues, beaucoup de déceptions ici aussi. Une année en demi teinte, même si quelques titres très puissants sortent du lot. Tout d'abord Kekkai Sensen, son univers débridé, ses personnages fifou, sa réalisation impeccable, son ost du tonnerre. Tout suinte la classe dans un grand mix de japonisation, d'américanisme et une bonne dose de bizarre. Grand fan de Nightow depuis les années 90, je ne pouvais passer à coté et ce fut la claque attendue. Une mention très honorable pour Rokka no Yûsha. La série surprise qui sort du chapeau, mais sachant que l'auteur est le même que pour Tatakau Shisho, je m'attendais à du bon délire. J'ai été servis, avec une ambiance amérique latine quasiment jamais exploitée par les japonais, un développement totalement inattendu, et finalement une conclusion triste vu que nous n'aurons jamais la suite. Mais dieu que j'adore tout ce qu'a fait Ishio Yamagata. Sortez nous ses bouquins au lieu de nous abreuver de daubes à la Overlord, éditeurs de LN. Terminons cette année par une autre surprise inattendue, Concrete Revolutio ; Chôjin Gensô, un exercice de style sur les super héros, les kaijû et tout ce qui tourne autour de ce genre d'univers. Intriguante, dérangeant, compliqué à suivre mais possédant de vraies bonnes idées et des réflexions cool. A supporter le premier épisode, mais après c'est royal jusqu'au bout.
Notons que c'est aussi l'année ou j'ai commencé à lâcher Gundam comme un malpropre après la chiantise de Iron Blooded Orphan. Sunrise aussi apparemment.

Mention spéciale : Ushio to Tora. Très bonne adaptation d'un très bon shonen old school. Dommage que la seconde partie soit un peu sèche.

2016 : Année fort moyenne, très peu de bons anime à mon sens, beaucoup de déceptions encore, faut se lever tôt pour avoir sa dose. Quelque séries que je n'ai toujours pas fini d'ailleurs (ou pas commencée). Le top pour moi restant Boku Dake Ga Inai Machi, un très beau récit porté par une réalisation exemplaire, notamment grâce au talent d'Ishihama Masashi qui avait officié sur Shin Sekai Yori (c'est un peu le pendant féminin de Matsumoto Rie pour cette décennie). Une belle histoire, avec en filigrane une grosse critique des problèmes sociaux des familles mono parentales au Japon. C'est fin, c'est racé et ça se regarde sans fin. En second je citerais Mob Psycho 100. Après de longues années de tergiversation et une seconde saison ayant remonté la série dans mon estime, j'avoue que c'était quand même bien. Je fais donc mon mea culpa officiel. Puis vu le désert environnant. Pour finir je citerais Drifters. Un peu le même cas que pour Kekkai Sensen, j'étais déjà vendu à l'auteur, et cette adaptation, fort peu animée certe, était bien bonne et tapait juste. La suite se fait toujours attendre, mais bon le manga ne progresse pas des masses de toute façon.

Mention honorable : Pas de mentions honorables, année nul je vous dis.

2017 : Une année qui démarre très mal car il aura fallu attendre l'été pour que j'ai quelque chose à me mettre sous la dent, avec Made in Abyss, grosse production value, le you wa shock était attendu et présent, et la série est solide par bien des aspects. Le film est en attente chez moi, faudrait peut être. Voir si l'abysse a encore des choses à dire. Ensuite mon petit chouchou de l'année, Houseki no Kuni, malgré la full 3D, est une série impeccable et faudrait vraiment que je me prenne le manga d'ailleurs hein vous en pensez quoi ? Mais c'était génial, d'une élégance et d'une finesse rare, remplis de mystères, de magie et d'humour. De tristesse aussi, rarement été autant touché par un anime. Franchement un must have. Pour clore tout cela, je remets une couche avec Garo - Vanishing Line. L'americanxploitation par un réalisateur coréen sur une licence aussi virile que Garo, ça ne pouvait donner qu'une bombe. Et bombe ce fut. Plein de choses à reprocher, notamment une réalisation graphique en dent de scie qui ne fait pas toujours honneur à la série, et un scénario aux abonnés absents, mais l'ambiance et le cool absolu qui se dégagent de l'anime m'ont fait remonter plein d'envies adolescentes. L'éclate était total.

2018 : Beaucoup de séries commencées, peu de terminées, donc je n'aurais pas grand chose à dire sur cette année, sinon le top aurait, je pense, était remplis (entre Megalobox, Banana FIsh, Sirius, Planet With, Angolmois etc). Au final, il n'y aura que Kokkoku que j'aurais bien kiffé. Bon, la pâte Umetsu aura bien aidée ui, mais le récit en lui même est suffisamment con pour ne pas tomber dans l'indigent, et vu ce qu'il traite, valait mieux. C'est remplis de moments funs aussi. Une belle réussite sans prétention.

Je n'ose pas citer FMP IV dans les "meilleurs animes de 2018", mais j'étais quand même content d'avoir la suite, malgré le coté branlant du truc, la réa toute naze et le manque d'ampleur. Dommage que ça scelle son destin. Adieu petit ange partit trop tard.

2019 : Pareil que 2018, d'autant plus qu'on tombe de plus en plus dans l'isekai a outrance, et la suite de série constante. C cho laul. Je noterais Dororo, pour la qualité de sa réalisation, et avec le matériaux de base de toute façon, impossible de se planter. C'était en plus assez bien remanié pour ne pas tomber dans le léger nawak de fin de manga que nous avait proposé Tezuka a l'époque. Et mon coup de coeur ultime c'est évidemment Boogiepop wa Warawanai. JE NE REGRETTE RIEN. C'était fabuleux de bout en bout et rendait vachement bien. Un peu speed mais l'ambiance était la et j'étais ultra content de découvrir un arc que je ne connaissais pas (avec le King of Distortion). Mais bon, Natsume Shingo, il a déjà été cité partout dans ce topic.

2020 : je bosse soixante heures par semaine ou est ce que j'ai le temps de regarder des conneries japonaises lol.
En vrai j'ai pu commencer deux trois trucs (notamment Railgun et Deca-dence), mais j'ai tellement pas le temps. Je suppose que Dai no Daiboken est trop surpuissant vu ce que j'en lis.
When you dont afraid any sunshine, come on baby !

行けよ饒舌の 影よ来て導け

Avatar de l’utilisateur
chevkraken
Stakhanoviste du troll
 
Messages: 2883
Inscription: Mer 08 Fév 2012, 18:29

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede chevkraken le Dim 18 Avr 2021, 19:44

Il faut que je seconde Aer pour Rokka no yusha pour les mêmes raisons que lui.

Et j'ai aussi oublié kitaro 2017 et le rakugo ou la vie.

Par contre Dai 2020, ça se regarde, mais c'est tout, on est dans le fond sur une adaptation trop fidèle et sur la forme, parfois, ça va trop vite et surtout, c'est trop 2020(censure a tout va)
l'anti-fan vous attend. Ne vous laissez pas aveugler par l'amour que vous portez à vôtre œuvre fétiche, il ne vous le pardonnera pas.

Mais attention, ça ne l'empêche pas d'être un fanboy de Vanellope von schweetz!!!

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10777
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede Gemini le Dim 18 Avr 2021, 20:46

J'ai commencé le Gegege no Kitaro de 2018 ce week-end, et je confirme qu'il pourrait déjà figurer parmi les meilleures productions de la décennie. Un mélange de légendes urbaines et de yokai (généralement issus des écrits de Shigeru Mizuki mais réactualisés), avec le traitement de la Toei Animation proche de ce qu'ils savent faire sur du PreCure, donc fédérateur et plutôt soigné. Les passages horrifiques sont étonnamment efficaces pour une série qui semble pourtant vouloir cibler en premier lieu le jeune public, en témoigne la présence du personnage candide de Mana, une collégienne se liant d'amitié avec Kitaro et Neko Musume. Affaire à suivre, mais du très solide jusqu'à présent.

Avatar de l’utilisateur
chevkraken
Stakhanoviste du troll
 
Messages: 2883
Inscription: Mer 08 Fév 2012, 18:29

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede chevkraken le Dim 18 Avr 2021, 20:48

ouais, Kitaro, c'est supposé cibler les 6/11 ans.
l'anti-fan vous attend. Ne vous laissez pas aveugler par l'amour que vous portez à vôtre œuvre fétiche, il ne vous le pardonnera pas.

Mais attention, ça ne l'empêche pas d'être un fanboy de Vanellope von schweetz!!!

guwange
Soul of Chogokin
 
Messages: 1652
Inscription: Lun 23 Mar 2009, 15:42

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede guwange le Dim 18 Avr 2021, 20:49

2013, le top de cette année pour moi c'est kaze tachinu et kaguya hime ou le retour du duo de ghibli qui montre à la nouvelle génération qu'ils ont encore beaucoup de chemin à parcourir.
En série tv, shingeki no kyojin a marqué de son empreinte cette année là tout comme le retour de ippo rising.
J'ai vu peu d'episodes de uchouten kazoku mais le peu que j'en ai vu me fait dire qu'il a toute sa place ici.
Pas vu short peace mais je tiens à citer kick heart pour la forme et aussi little witch academia à travers sa diffusion dans l'anime mirai 2013.
Mention honorable pour diamond no ace, patema inverted, majocco shimai et dbs battle of god.

Une très bonne année 2014 pour ma part.
Le retour de Koike sur la licence lupin et space dandy brillent de milles feux.
Parasyte, Haikyuu, Ping Pong, Shingeki no bahamut , Garo, kimi no uso et Sanzoku no musume ronja complètent l'année .

Pour Sanzoku no musume ronja, c'était ma surprise de l'année, je n'attendais rien de cet anime, moi qui fuit la CGI Cell Shading, je me retrouve devant l'anime le + roots de 2014, c'est clairement digne d'un World masterpiece de Nippon Animation. Le rythme peut se montrer assez lent, ne pas avoir de gros enjeux mais la gallerie des personnages et le souci du détail de l'animation du quotidien comme les taches ménagères etc..., des persos qui glissent etc.. font très plaisir à voir. Juste l'enrobage cell-shading est différent mais il est pensé comme un anime traditionnel.
Une mini série de 3 film ou oav que je n'ai pas encore vu, sinbad par telecom animation qui a une plastique roots.

Du côté des films, Marnie et le film yamato 2199 sont des bons crus.
Et c'est l'année des débuts de japan animator expo par le studio Khara.


Une bonne année 2015

La star de l'année c'est Lupin III - L'aventura Italiana suivi de One Punch Man.
Ushio to Tora m'a permis d'alimenter ma dose de roots.
Mention honorable Kekkai Sensen ( car sa deuxième saison sera meilleure ), roka no yuusha, osomatsu san, gangsta.

En oav, gundam thunderbolt vient en premier suivi de cyborg 009 vs devilman.

En film, le garçon et la bete est un belle réussite de la part de Hosoda.
Et le film harmony par le studio 4c était sympa, je le cite car c'est le genre de film minoritaire dans la paysage nippon car gangrené par le slice of life.
Notez que je prend en compte la date de sortie jap pour les films même si on l'a vu l'année suivante en France.

Avatar de l’utilisateur
Ialda
Modo : bodacious kunoichi otaku
 
Messages: 19240
Inscription: Sam 31 Mar 2007, 13:25
Localisation: Kamurochô

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede Ialda le Dim 18 Avr 2021, 21:13

Je me rends compte que j'avais oublié Dororon Enma-kun Meeramera, sans doute par association d'idée avec Shougeki Z (qui lui date de la décennie précèdante) : un petit divertissement go nagaiesque ultra-régressif, qui ne laisse pas grand souvenir mais amusant.
Peu d'autres productions tirés de Go Nagai me viennent en tête sur cette décennie : le Cutey Honey nouveau fût décevant, et j'ai l'impression d'être le seul à avoir bien aimé Mazinger Infinity - avec peut-être Xanatos :?


* Je suis fasciné de voir à quel point le soufflé Space Dandy est retombé quasi immédiatement après la fin de la série.
Pareil dans une moindre mesure pour Kill la Kill.
En général, pas autant de titres de Trigger dans vos classements que ce que j'imaginais... ?


* Pas anime mais il est amusant de voir que certaines des productions les plus significatives de la nouvelle vague du cartoon US arrivent toutes en 2010 - juste à temps pour dominer la décennie :
My Little Pony Friendship Is Magic
Scooby-Doo! Mystery Incorporated
Adventure Time


* un constat : l'aventure à la sauce meisaku semble être définitivement mort après Chiko et les aventures du voleur fantôme aux vingt visages en 2008 - je ne sais toujours pas si c'est le genre aventure qui est définitivement passé de mode à notre époque bourgeoise, ou bien si c'est la triplette Nadia/Ashita no Nadja/Ima soko ni iru boku qui a tué le game et fait en sorte qu'on ne puisse plus rien raconter de nouveau de cette manière.


Natth a écrit:Pour Yuri on Ice, je continue de croiser un certain nombre de fans passionnés qui attendent toujours la sortie du film. J'espère qu'elle aura lieu et que le succès (et surtout la qualité technique) sera au rendez-vous.


Dans une discipline sportive connexe tu me fais penser que j'ai oublié également de citer Ballroom e youkoso. Plus généralement, j'ai l'impression que ce fut une très bonne décennie pour les séries sportives ?

chevkraken a écrit:Gatchaman crowds(que j'ai vu en 2015 cependant), une pure tuerie et la meilleure mise à jour de la série de super heros que je connaisse. Réalisation, écriture et persos aux top


Ça a vraiment été une expérience bizarre, mais dans le bon sens du terme : un classique des séries de super héros revu et corrigé pour l'ère internet, avec une première saison plutôt positive et optimiste sur la révolution des réseaux sociaux et une seconde... qui déjà commence à exprimer quelques doutes, et prendre ses distances. Ça pourrait presque valoir un rematage en règle.

chevkraken a écrit:Yoru no Yatterman (autre remake interessant de la Tatsunoko)


Pioche intéressante.

Aer a écrit:Houseki no Kuni


Celle-là, avec Sidonia, le film netflix de Blame et dans une moindre mesure Dorohedoro sont aussi également la preuve que l'anime en 3D peut fonctionner et même rencontrer un certain succès.

Avatar de l’utilisateur
Natth
Soul of Chogokin
 
Messages: 1537
Inscription: Mer 24 Mar 2010, 21:56

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede Natth le Dim 18 Avr 2021, 23:33

Natth a écrit:Dans une discipline sportive connexe tu me fais penser que j'ai oublié également de citer Ballroom e youkoso. Plus généralement, j'ai l'impression que ce fut une très bonne décennie pour les séries sportives ?

Je n'ai pas encore vu Ballroom e youkoso, à tester effectivement. Je ne saurais te dire si cette décennie était supérieure aux précédentes en matière d'animes sportifs. Il est vrai qu'Haikyu a l'air d'avoir marqué pas mal de gens aux goûts différents. Cependant, pour Yuri on Ice, j'ai l'impression que la vie quotidienne des sportifs a pris une grande place dans la série. Les pensées sur leur passé sont très présentes pendant leurs performances et l'on voit de longs passages sur la vie familiale et amicale de certains personnages. Mais j'ignore si cela a joué dans le succès de la série. Stars Align fonctionnait sur ce type de ressorts également et on ne peut pas dire que cela ait rendu l'anime très populaire.

guwange
Soul of Chogokin
 
Messages: 1652
Inscription: Lun 23 Mar 2009, 15:42

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede guwange le Lun 19 Avr 2021, 00:06

Il y a eu des sports peu traités en anime durant cette décennie comme ceux que vous avez cités.
Je rajouterais kaze ga tsuyoku fuiteiru ( run with the wind ) de ig prod, fait dans le même moule que haikyuu sans le côté sakuga de ce dernier. Un bon anime de sport sur le running que je citerai dans mon top 2018.
Yomushi pedal, on a déjà eu ce sport traité avec nasu un été andalou et sa suite mais c'était à travers un format plus court.
Et en cet année 2021, on a eu sk8 un anime sur le monde du skateboard.

Avatar de l’utilisateur
chevkraken
Stakhanoviste du troll
 
Messages: 2883
Inscription: Mer 08 Fév 2012, 18:29

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede chevkraken le Lun 19 Avr 2021, 00:09

Enma-kun a été un petit plaisir coupable comme my daily life with monster girl et daimidaler.

Sinon, oui, j'ai oublié à tort little witch academia et ballroom ni yokoso.

Et le seul bon isekai de la décennie, ascendance of bookworm.

Sinon, comme beaucoup, j'ai trouvé la décennie décevante comparé à la précédente, on commence à être vraiment des vieux, je pense.
l'anti-fan vous attend. Ne vous laissez pas aveugler par l'amour que vous portez à vôtre œuvre fétiche, il ne vous le pardonnera pas.

Mais attention, ça ne l'empêche pas d'être un fanboy de Vanellope von schweetz!!!

Avatar de l’utilisateur
Natth
Soul of Chogokin
 
Messages: 1537
Inscription: Mer 24 Mar 2010, 21:56

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede Natth le Lun 19 Avr 2021, 00:35

guwange a écrit:Il y a eu des sports peu traités en anime durant cette décennie

C'est peut-être une tendance à cheval sur deux décennies. On a aussi eu droit la saison dernière à une série sur le surf (Wave) et une sur le patinage masculin en groupe (Skate Leading Stars), malheureusement un peu ratées du point de vue visuel. Actuellement il y a une série sur la GRS masculine (Bakuten) et le kabaddi (Burning Kabaddi). Sur la gymn, il y a aussi eu Taiso Samurai l'an dernier. Et encore, je ne cite que ce que j'ai regardé là. J'ai aussi entendu parler de Dumbbell en 2019 sur le bodybuilding ou de Super Cub cette saison-ci sur la moto.

guwange
Soul of Chogokin
 
Messages: 1652
Inscription: Lun 23 Mar 2009, 15:42

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede guwange le Lun 19 Avr 2021, 00:42

En effet, ça fait beaucoup de sports différents.
Je remets une pièce avec all out qui traite du rugby.
Mais bon, en terme de rugby mon meilleur souvenir, c'était dans full metal panic fumoffu. :mrgreen:
Sinon, on a eu le retour de tiger mask et un anime de sumo abarenbou rikishi sans oublier le badminton avec hanebado.

Avatar de l’utilisateur
Natth
Soul of Chogokin
 
Messages: 1537
Inscription: Mer 24 Mar 2010, 21:56

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede Natth le Lun 19 Avr 2021, 12:52

Pour le rugby, je me rappelle aussi de Number 24, un anime de 2020 qui m'a beaucoup plu.
En fait, je m'aperçois qu'il y a pas mal d'animes originaux dans ces animes sportifs (SK8, Yuri on Ice, Number 24, Stars Align, Taiso Samurai, Wave, Skate Leading Stars, Bakuten, ou Free que l'on n'avait pas encore cité). Il y a aussi beaucoup d'adaptations de mangas, mais je ne suis pas sûre qu'on arrive à la même proportion de titres originaux dans les animes non sportifs.

Edit : Je rajoute Megalobox, qui est aussi classé dans les animes originaux. Je le voyais plus comme une libre adaptation d'Ashita no Joe, d'où mon oubli.

Avatar de l’utilisateur
SpaceDandy
Pitit LEGO
 
Messages: 424
Inscription: Mar 12 Aoû 2014, 07:50

Re: 2011 – 2020 : Les Meilleurs Animes de la Décennie 2

Messagede SpaceDandy le Mar 20 Avr 2021, 21:51

Aïe, quel exercice bien difficile, surtout lorsque l'on se désintéresse des animes saisonniers. Vous pourrez lancer vos avions en papier et gommes quand j'aurais le dos tourné.

2011: Steins;Gate. La série a un démarrage difficile mais la seconde partie était particulièrement prenante. J'avoue être revenu dessus et ne pas avoir été autant intéressé mais cette première fois a été suffisament marquante.
Mention spéciale: Nichijō

2012: JoJo's Bizarre Adventure. Une excellente adaptation d'un manga qui a pris un méchant coup de vieux. Le manga de Phantom Blood n'est peut être plus la meilleur porte d'entrée pour commencer JoJo, pour un néophyte mais avec une telle adaptation, cela marche sans autres. Du JoJo des années 80 aggrémenté des qualités et particularités du manga tel qu'il est aujourd'hui.
Mention spéciale: Yamato 2199.
Mention "gâché par une scène": Les enfants loups
Pas fini / j'attends le blu-ray: Shinsekai Yori

2013: Le vent se lève : J'ai souvent eu de la peine avec Miyazaki, Le Château Ambulant et Totoro ne m'ont jamais plu. Le côté plus terre à terre de l'histoire met en valeur la poésie et l'imaginaire de Miyazaki, avec un tout qui me semble plus cohérent.
Mention spéciale: Princesse Kaguya
Mention "Plus jamais": Kill la Kill
Pas fini mais un jour je le ferais: Kyousougiga

2014: Grand dilemme pour cette année-ci… Ping Pong the Animation ou Space Dandy (surtout la saison 2). Le premier a remis M. Yuasa et T. Matsumoto sur le devant de la scène. L'adaptation est d'une fidélité rare tout en se permettant de grand détours, qui s'intègrent parfaitement au récit d'origine. Vraiment une œuvre qui ne laissera personne indifférent.
Mention "Pop-corn": Shingeki no Bahamut
Mention "Crash d'avion": L'adaptation de Jojo's Bizarre Adventure: Stardust Crusaders. Catastrophiquement long et insupportable.

2015: Néant. Une année chargée et trop peu de titre à mon goût. Je n'ai d'ailleurs jamais fini Lupin l'Aventure Italienne

2016: Dans un recoin de ce monde. Kickstarter qui, a son époque, avait battu quelques records malgré son exclusivité nippone et fichtre, une adaptation d'un manga de Fumiyo Kōno ! Le spectateur se laisse porter par le film et Suzu, qui est elle portée par le vent et les aléas de la vie en période guerre dans un Japon qui a définitivement disparu. Le long métrage dont le Japon avait besoin, pour rééquilibrer ces films de Shinkai qui se ressemblent un peu tous…

2017: The Dragon Dentist ou Blame! Tel Cybo, je pourrais suivre Killy à travers ces vastes niveaux, l'œuvre est tellement fascinante que ce petit plus est un vrai plaisir, même si l'histoire est un peu faible par moment. Rien à ajouter sur le premier, c'était un très bon divertissement.

2018: Je n'ai rien regardé sérieusement cette année et je le regrette, notamment pour Sound Euphonium dont je n'ai entendu que du bien. Donc je ne prendrais pas position. J'ai aussi Je veux manger ton pancréas sur la pile des Blu-Ray à regarder.
Mention "l'erreur": la suite de FLCL

2019-2020: Pas encore assez de titres sorti en Blu-Ray pour me prononcer :)
Ce sera sûrement Dorohedoro ou Vinland Saga.
Mention "pas compris la hype": Beastars

Et l'anime marquant de la décennie: Daimidaler :mrgreen:
---
Étant plus lecteur de manga qu'autres choses, je zappe fréquemment les adaptations mais parmi les pertinentes, je pourrais encore ajouter Knights of Sidonia.

Suivante


Retourner vers Animanga

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités

cron