Anime : saga Eureka seveN

Modérateurs : Aer, Equipe forum MATA-WEB Animanga : Discussions sur les animés et mangas

Retourner vers Animanga

Avatar de l’utilisateur
Sora334
Ryo versus Massue
 
Messages: 737
Inscription: Mar 29 Nov 2011, 17:38

Re: Anime : saga Eureka seveN

Messagede Sora334 le Mar 12 Nov 2019, 21:45

D'un point de vue théorique, ce sont les intentions de ce montage.

Mais en pratique, c'est tout autre. Le film a un rythme totalement indigeste. Entre les allers-retours totalement artificiels de la narration, les informations assénées comme des coups de poings, les insert song intempestives et inapropirées, on ne peut pas vraiment qualifier cette expérience cinéphilique d'agréable. J'en suis le premier attristé mais c'etait imposdible pour moi de ressentir la moindre émotion quand Renton fait son choix tant la réalisation ne prend jamais vraiment le temps de poser son histoire, de laisser souffler le spectateur ou de raconter quelque chose. C'est un jeu, une farce à qui comprendra le mieux ce remontage inutilement compliqué. J'imagine même pas le sentiment d'un néophyte à E7 devant ce film qui naivement tenterait l'experience. Ce serait juste un cauchemar.

Par contre je suis d'accord sur ton second point, avec des choix plus inteligents autre que  de copier le projet rebuild d'Anno, on aurait pu avoir un film prequel excellent sur le passé de la série en étirant le Summer of love.
Sur l'eau calme vogant sans rêve,
dans l'éclat du jour qui s'achève,
qu'est notre vie sinon un rêve ?

L. Caroll.

https://myanimelist.net/animelist/sora334?status=7

Avatar de l’utilisateur
Tetho
Rédac : Crest of "Z's"
 
Messages: 19425
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:44

Re: Anime : saga Eureka seveN

Messagede Tetho le Jeu 14 Nov 2019, 04:58

Zêta Amrith a écrit:Au bout du troisième homicide consécutif contre la licence on oublie qu'elle est morte.


Tu ne crois pas si bien dire :

Achieve your mission with all your might.
Despair not till your last breath.

Make your death count.

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9539
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Anime : saga Eureka seveN

Messagede Zêta Amrith le Jeu 14 Nov 2019, 14:19

Renton sous stéroïdes, et les JO n'ont même pas commencé.

Avatar de l’utilisateur
Sora334
Ryo versus Massue
 
Messages: 737
Inscription: Mar 29 Nov 2011, 17:38

Re: Anime : saga Eureka seveN

Messagede Sora334 le Dim 01 Mar 2020, 02:59

Sur l'eau calme vogant sans rêve,
dans l'éclat du jour qui s'achève,
qu'est notre vie sinon un rêve ?

L. Caroll.

https://myanimelist.net/animelist/sora334?status=7

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9539
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Anime : saga Eureka seveN

Messagede Zêta Amrith le Dim 01 Mar 2020, 11:37

Des animations conçues pour un pachinko. Un énième truc superflu / gaspillage qui innerve cette licence. S'ils avaient fait l'économie de ces breloques éparses qui n'ont pas eu d'écho ils auraient largement pu produire un film prequel 100% original à l'image des bribes du Summer Of Love vues dans le dernier bricolage.

Avatar de l’utilisateur
Sora334
Ryo versus Massue
 
Messages: 737
Inscription: Mar 29 Nov 2011, 17:38

Re: Anime : saga Eureka seveN

Messagede Sora334 le Jeu 14 Mai 2020, 01:40

Effectivement...

Sinon en attendant de retrouver une offre légale de la série, je me suis dis que j'allais essayer le manga de Jinseï Kataoka (deadman wonderland, smoking parade) édité chez Kana en France.

Bon ben accrochez vous parce qu'ils se sont foirés sur la trad et Dominique devient une femme xD

La durée de l'adaptation limite d'emblée la portée et la nuance de l'oeuvre d'origine. C'est un produit mediocre. J'en suis à 2 tomes sur 6 et je doute vraiment être surpris en bien pour l'instant.
Sur l'eau calme vogant sans rêve,
dans l'éclat du jour qui s'achève,
qu'est notre vie sinon un rêve ?

L. Caroll.

https://myanimelist.net/animelist/sora334?status=7

Avatar de l’utilisateur
Koga
Petit yôkaï
 
Messages: 44
Inscription: Mer 29 Avr 2020, 21:37

Re: Anime : saga Eureka seveN

Messagede Koga le Sam 16 Mai 2020, 21:46

Pour ma part, j'avais réussi à terminer lanim de base mais pfiew ça avait été difficile tellement j'ai trouvé le héros gavant. Un peu comme dans Fate Stay Night, le genre de héros, trop envie qu'il meurt vite fait car je trouve qu'il vache gache tout alors que par ailleurs, l'histoire a son intérêt !

Avatar de l’utilisateur
Tetho
Rédac : Crest of "Z's"
 
Messages: 19425
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:44

Re: Anime : saga Eureka seveN

Messagede Tetho le Sam 16 Mai 2020, 23:03

Le fait que Renton soit "gavant" par son idéalisme naïf est justement le fondement de l'histoire d'Eureka seveN.

Renton commence comme un ado qui fantasme le monde au delà de sa ville, rêvant d'aventure et de glisse. Quand sa waifu débarque dans un robot géant en lui demandant si il n'a pas un lance-flamme à lui prêter, il se jette sur l'occasion et rejoint ses héros pour répondre à cet appel à l'aventure. Et là il déchante en réalisant que ses héros sont des humains, avec leurs défauts à supporter, et qu'il fantasmait une relation particulière avec une Eureka qui est plus intéressée par son robot que lui. Et puis il va réaliser que ses actions ont des conséquences et que même en faisant du mieux qu'il peut des personnes peuvent être blessées, dont Eureka.
Donc il va fuir cet état de fait, à tel point qu'il va tomber sur littéralement tout ce qu'il n'a jamais désiré dans la vie. Une famille amiante qui le comprend et qui quand il fait une erreur ne le gronde pas ou ne le frappe pas, mais essaye de lui faire comprendre la situation. Tout ce qu'il n'a jamais eu, sauf Eureka. Et donc, parce qu'il aime Eureka au point de renoncer à ce coin de paradis terrestre, au point de faire de ces parents adoptifs qu'il a aimé et qu'ils l'ont aimé, ses ennemis. Voilà à quel point il aime Eureka.
Et donc en revenant au Gekko, il a accepté qu'il allait en prendre plein la gueule, mais maintenant il sait que c'est pour une raison claire : être avec Eureka. Il a compris qu'être l'amant d'Eureka a un prix, et il est près à s'en acquitter. Il est devenu un homme. Plus tard, sur la fin de la série, quand ils sont isolé avec Eureka qui ne comprend plus ce qui lui arrive, c'est lui qui prend la responsabilité de s'occuper des trois gamins.
Et c'est pour ça que le dernier épisode de la série fonctionne aussi bien, chacun de ses instant se base sur ce que la série a pu construire jusque là. De Renton qui annonce renoncer à son humanité pour être avec Eureka au "la seule personne qui peut sauver Maman, c'est Papa" des trois enfants en passant par le sacrifice du Nirvash. Ce qui sauve le monde c'est justement l'idéalisme naïf dont Renton faisait preuve au début, la boucle est bouclée, mais cette fois Renton a grandi et a vu toutes les horreurs dont il a été témoin, il a compris que seul l'amour peut sauver le monde et agit en conséquence.


En ça Eureka seveN est l’essence même de l'anime de robot, l'histoire d'un garçon qui monte dans un robot pour affronter le monde et protéger sa copine, et qui par la même occasion devient un homme.
Achieve your mission with all your might.
Despair not till your last breath.

Make your death count.

Avatar de l’utilisateur
Koga
Petit yôkaï
 
Messages: 44
Inscription: Mer 29 Avr 2020, 21:37

Re: Anime : saga Eureka seveN

Messagede Koga le Sam 16 Mai 2020, 23:10

Oui je suis d'accord avec toi, mais perso je trouve ça hyper conventionnel. Cet anim m'a ennuyé car tout est basé sur ce que tu décris que je trouve basique, ya plein Danim de genre, c'est un peu le The Lost Canvas du basique :lol:

Pour ce genre d'interrogation existentielle sur la différence ado/adulte, je trouve qu'il vaut mieux votre unhabited planet, ça va plus loin dans la réflexion dont tu parles je trouve

Moi perso, eureka seven, c'est gentillet, ça se regarde mais la réflexion est hyper conventionnel je trouve

Édit : pour un anim de robot qui réfléchit, autant voir gurren lagan, là on voit bien pourquoi il monte dans le robot sans le coté neuneu du héros deureka, à mon goût !

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9539
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Anime : saga Eureka seveN

Messagede Zêta Amrith le Dim 17 Mai 2020, 11:40

Eureka seveN est une série-monde, une pure série d'aventure à l'ancienne dans laquelle Renton découvre le monde sous tous ses aspects : la Nature, la famille, la vie en communauté, le sentiment amoureux, les antagonismes politiques, les grands et petits conflits, la culture, la religion, la mort, puis littéralement l'Histoire de la planète et de ses ancêtres.

Ca va plus loin qu'un unique concept (la caverne de Platon) étiré sur 26 épisodes comme le fait GL. Il y a une tentative de tirer profit du volume de la série pour montrer un monde en trois dimensions, jalonné de tout ce qui organise et balise la vie humaine et parcouru de petites destinées individuelles. C'est un anime quasiment pastoral, son background grouille de vie et dégage une odeur de terre humide. Le tout comme dit Tetho à l'intérieur de la forme la plus épurée et noble de l'animation japonaise, un jeune garçon qui monte dans un robot high-tech pour protéger ceux qu'il aime. Si Evangelion était un robot anime sur les tourments de l'âme ado-taku, E7 est un robot anime sur la façon dont les hommes vivent. J'ai quelques réticences au sujet du dernier épisode, trop facile et gainaxien, mais tout ce qui y conduit est brave et inédit dans son ampleur et sa capacité à s'arrêter sur l'existence des derniers de cordée. Sato a tiré parti du format 50 épisodes comme aucun avant lui, parvenant à trouver le juste équilibre entre focale sur le Gekkostate et description exhaustive de l'environnement. L'optimisation de certains loners, qui réussissent à faire le tour d'une question morale/politique en vingt minutes tout en y impliquant Renton, n'a d'égale que certains loners de haute volée chez Stand Alone Complex qui cotoyaient la qualité des séries live US en quarante minutes. Cette intelligence, cette scientificité dans l'écriture, ont complètement disparu de l'animation japonaise à force de mettre des fans aux manettes n'importe où, mais Eureka seveN est la preuve qu'une autre industrie était possible. On ne prendra même pas la peine d'énumérer ses qualités techniques, parce qu'à part Tetsuwan Atom 2003 rien ne peut rivaliser cette décennie là sur pareille quantité. Le seul reproche qu'on pourrait peut-être lui faire est la relative faiblesse de sa bande-son, d'autant plus dommageable que la musique est censée y tenir un rôle plus important que d'accoutumée.

Avatar de l’utilisateur
Tetho
Rédac : Crest of "Z's"
 
Messages: 19425
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:44

Re: Anime : saga Eureka seveN

Messagede Tetho le Dim 17 Mai 2020, 15:33

Et puis quand Gurren-Lagann est une série qui a constamment le regard dans le rétroviseur, Eureka seveN, elle, arrive non seulement à opérer le syncrétisme entre les églises de la chronique militaire à la Gundam et du techno-mysticisme à la Evangelion, mais en plus le fait en traçant sa propre voie. C'est un anime de pionniers et de défricheurs qui explorait les terres inconnues du robot anime.


Zêta Amrith a écrit:Le seul reproche qu'on pourrait peut-être lui faire est la relative faiblesse de sa bande-son, d'autant plus dommageable que la musique est censée y tenir un rôle plus important que d'accoutumée.

J'imagine que tu aurais préféré une bande-son plus electro-urbaine, en accord avec le fait qu'une partie des personnages soient des raveurs et des surfeurs, non ? Parce que ne soit la BO de Satô Naoki est irréprochable et parfaitement à la hauteur du Poème Symphonique du titre de la série en VO.
Achieve your mission with all your might.
Despair not till your last breath.

Make your death count.

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9539
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Anime : saga Eureka seveN

Messagede Zêta Amrith le Dim 17 Mai 2020, 16:00

C'est exactement ça, Eureka seveN c'est qu'est-ce que je peux prendre de fonctionnel chez Gundam (80s) et Evangelion (90s) pour créer l'anime de robot susceptible de marquer les 2000. Mais en y insérant au coeur la thématique écologique contemporaine et les paysages des séries d'aventure qui vont la distinguer du catalogue mecha qui précède.

Tetho a écrit:J'imagine que tu aurais préféré une bande-son plus electro-urbaine, en accord avec le fait qu'une partie des personnages soient des raveurs et des surfeurs, non ?

Toutafé. J'ai toujours regretté ce décalage entre la matrice culturelle qui fonde le Gekkostate et le choix musical retenu par la série. C'est comme ça, on vit dans la timeline où c'est Boogiepop Phantom qui s'est retrouvée avec un fragment de l'OST drum'n'bass qu'aurait dû avoir Eureka seveN. Je ne dis pas que toute la musique de l'anime aurait dû se conformer à ça, les combats importants auraient pu être symphoniques, mais en minorant cet aspect je pense qu'on est passé à côté d'une partie du Gekkostate et de l'idée que Dai Sato s'en faisait. Après pour être honnête y a bien quelques morceaux de techno dans E7, y a pas d'omission, mais c'est pas l'idée d'origine qu'on aurait étendue pour créer un ensemble cohérent.

Avatar de l’utilisateur
Koga
Petit yôkaï
 
Messages: 44
Inscription: Mer 29 Avr 2020, 21:37

Re: Anime : saga Eureka seveN

Messagede Koga le Ven 22 Mai 2020, 22:40

Tetho a écrit:Et puis quand Gurren-Lagann est une série qui a constamment le regard dans le rétroviseur, Eureka seveN, elle, arrive non seulement à opérer le syncrétisme entre les églises de la chronique militaire à la Gundam et du techno-mysticisme à la Evangelion, mais en plus le fait en traçant sa propre voie. C'est un anime de pionniers et de défricheurs qui explorait les terres inconnues du robot anime.


C'est là où l'on voit que la perception des choses est quelque chose de très relatif, car je pense bien différemment. En fait je suis plutôt d'accord avec toi, sur le fait qu'Eureka Seven peut combiner les univers de Gundamm et Evangelion mais que justement, c'est ça, je trouve qui fait que c'est plutôt cet anim qui regarde dans le rétroviseur et que Gurren Lagan voit au-delà, malgré un délire apparent très conventionnel.

Comme le dit Zêta Amrith:
Eureka seveN est une série-monde, une pure série d'aventure à l'ancienne dans laquelle Renton découvre le monde sous tous ses aspects : la Nature, la famille, la vie en communauté, le sentiment amoureux, les antagonismes politiques, les grands et petits conflits, la culture, la religion, la mort, puis littéralement l'Histoire de la planète et de ses ancêtres.

Oui je le pense aussi. Mais j'ai envie de dire, comme n'importe quel jeu de rôle bien fichu de l'époque ou n'importe quel roman traitant du fonctionnement sociétal que l'on connait ou des tas d'anims aussi.

Là où je trouve que Gurren Lagann va plus loin, c'est qu'il montre une réalité qui est à la fois parallèle et en union totale avec la notre : que la réalité n'est que finalement, une conception personnelle de chaque évènement, qu'un fait, même totalement irréfutable, peut-être réfuté et que les 2 notions peuvent cohabiter en même temps, sans souci, sans poser de problèmes, sauf si l'on s'y attarde.

Dans Gurren Lagan, j'ai aimé cette évolution de rien jusqu'à une évolution délirante, improbable et pourtant, totalement logique, crédible, qui pourrait arriver n'importe où, si l'on considère que la réalité n'est qu'une vue de l'égo et que la matérialisation du concret n'est que subjectif.

Dans Eureka Seven, personnellement, je n'ai vu qu'une énième réflexion sur l'existence sociétale qu'on connait tous, décrite à travers des tas de récits, depuis des lustres, remontant à très loin, une sorte d'harmonie forcée, bridant la découverte de l'existence par chacun et l'enfermant dans une vision seulement unique, alors qu'elle est censée , à mon avis, être multiple et unique à la fois. Une sorte d'uniformisation de la différence au lieu d'une union dans la différence.

Mais bon après, voilà, c'est là toute la subtilité : la perception des choses est unique, la réalité est multiple. Ca serait sûrement l'enseignement de la célèbre Maître "Zen" Izumi Curtis de FMA! :lol:

PS: Tenez par exempe, je recherchais le titre d'un anim auquel me fait penser Eureka Seven (un anim super beau esthétiquement mais qu ej'ai trouvé plutôt lourdingue dans les personnages conventionnels. Je sais plus trop l'histoire, une sorte de monde où ils "surfent" sur l'eau et le ciel, des villes sur l'eau, je sais plus trop...) mais je suis tombé sur des images d'Edo Rocket.
Alors y'a pas de robots c'est sûr, mais d'un point de vue de réflexion sur la découverte du Monde et tous ses aspects, je trouve qu'il y a bien plus de psychologie, de profondeur qu'Eureka Seven qui reste tout plat je trouve.
Puis pour le coup, niveau musique, ça cartonne bien plus je trouve aussi :D

Un autre aussi, que j'ai trouvé bien plus poussé, et pourtant, c'est considéré pour gamins je crois: Denno Coil. QUitte à découvrir le monde, autant le faire complètement je trouve, et pas simplement sur une seule croyance dont la corde est ultra usée à mon goût :p

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9539
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Anime : saga Eureka seveN

Messagede Zêta Amrith le Sam 23 Mai 2020, 13:47

Koga a écrit:Denno Coil. Quitte à découvrir le monde, autant le faire complètement je trouve :p

Dennou Coil n'a jamais été un anime au sujet de la découverte du monde, mais au sujet de la découverte de son voisin de pallier, de son camarade de classe, de la ruelle d'en face, donc de son rapport aux autres. C'est intéressant, mais pour le coup on continue de broder douze ans plus tard sur ce qu'a déjà fait en mieux Evangelion. Dans ces séries là, le "monde" est contenu dans le regard. C'est brillant la première fois, la dixième c'est rebattu et inutile. La noblesse de E7, inédite au milieu des 2000, est de sortir de cette réduction otaku de la réalité, en mettant au coeur un ado dont les rêveries se heurtent au mur de la complexité, dont les vélleités de liberté sont freinées non par ses troubles émotionnels mais par l'antériorité de l'organisation sociale du monde et le caractère non négociable de la condition humaine, deux aspects qui laissent un gamin indifférent. Le monde est un champ des (im)possibles dans E7, là où il se résume souvent ailleurs à ce qui exerce une pression sur moi et auquel je veux quand même plaire. Renton essaie d'intégrer un ordre des choses tout en les combattant, ce qui occasionne désillusions et ragaillardissements au cours du récit, c'est plus difficile à écrire que Dennou Coil, anime pédagogisant qui campe sur sa position du premier au dernier épisode.

Avatar de l’utilisateur
Rhyvia
Apprenti Kirin
 
Messages: 1233
Inscription: Sam 19 Fév 2011, 17:41

Re: Anime : saga Eureka seveN

Messagede Rhyvia le Sam 23 Mai 2020, 17:06

Dennou Coil n'a jamais été un anime au sujet de la découverte du monde, mais au sujet de la découverte de son voisin de pallier, de son camarade de classe, de la ruelle d'en face, donc de son rapport aux autres. C'est intéressant, mais pour le coup on continue de broder douze ans plus tard sur ce qu'a déjà fait en mieux Evangelion. Dans ces séries là, le "monde" est contenu dans le regard. C'est brillant la première fois, la dixième c'est rebattu et inutile.


Autant je peux te suivre sur Eureka 7, autant j'ai du mal à voir pourquoi descendre Dennô Coil au delà du fait que ça n'a effectivement rien à voir avec la choucroute. Il n'y a rien d'otaku dans Dennô Coil, sa dimension potentiellement technophile est plutôt éloignée des centres d'intérêts de son époque et son sujet s'extrait sans aucun problème du cadre de l'animation japonaise, la plus grande présence de la pop-culture japonaise qui s'y trouve doit être Michiko et même là les légendes urbaines de fantômes ont déjà percé en occident avant ça sans aucun problème. Et ne relève pas vraiment du domaine de la culture otaku, de toute façon.
Je sais pas si on peut trouver dans l'animation japonaise quelque chose qui soit autant une série d'animation avant d'être de l'anime que Dennô Coil. Si était en train de parler de ./Hack, pourquoi pas, mais là c'est dur à suivre.

Après c'est une série qui appartient à un sujet complétement différent, je vois pas vraiment l'intérêt de venir lâcher ce titre là dans la discussion. Mais c'est amusant, en relisant ce topic je me suis souvenu de cette interview où Dai Sato était salé de ceux qui trouvaient qu'Eureka SeveN était trop proche d'Evangelion parce que Eureka ressemblait trop à Rei.
Arrêtez d'embêter Dai Sato un peu. On est en 2020, faut passer à autre chose.

Avatar de l’utilisateur
Tetho
Rédac : Crest of "Z's"
 
Messages: 19425
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:44

Re: Anime : saga Eureka seveN

Messagede Tetho le Sam 23 Mai 2020, 17:48

Koga a écrit:En fait je suis plutôt d'accord avec toi, sur le fait qu'Eureka Seven peut combiner les univers de Gundamm et Evangelion mais que justement, c'est ça, je trouve qui fait que c'est plutôt cet anim qui regarde dans le rétroviseur et que Gurren Lagan voit au-delà, malgré un délire apparent très conventionnel.

Gurren-Lagann pousse l'hommage à imiter complètement la forme des classiques qui l'ont inspiré, jusque dans leur façon de bouger. Bien sûr il le fait bien mieux que ce dernier et les seuls séries comparable à pouvoir à peu près le regarder dans les yeux sont celles qui étaient déjà dans cette démarche de néo-classique comme G Gundam, GaoGaiGar et Shin Gaiking. Mais le fond de Gurren-Lagann, le concept même de l’énergie spirale, se retrouve de façon très similaire dans les rayons Getter de Getter Robo, Imaishi a juste déplacé le concept en faisant de ce qui était une technologie l'essence même de l'humanité pour lui donner un peu plus de sens.
De son coté Eureka seveN va aller chercher le fond de MS Gundam ou Evangelion, mais à chaque fois se réapproprie ces éléments pour les réinventer et leur redonner du sens. On peut faire des liens entre Charles et Ray et Ramba Ral et Miss Hamon, entre Eureka et Rei ou le fait que les LFO et les KLF soient ds robots organiques comme les Evangelions, et il y a clairement des éléments empruntés ici et là, mais c'est une comparaison très superficielle qui ne va pas très loin en soit. Doublement quand son esthétique très moderne puise ses racines non pas dans la série de Gainax dont l'influence était encore omniprésente dans le microcosme de l'animation japonaise, mais au contraire les titres très modernes que Sunrise et Bones ont produit au tournant du siècle (∀ Gundam, King Gainer ou The Mars Daybreak).

Zêta Amrith a écrit:Toutafé. J'ai toujours regretté ce décalage entre la matrice culturelle qui fonde le Gekkostate et le choix musical retenu par la série. C'est comme ça, on vit dans la timeline où c'est Boogiepop Phantom qui s'est retrouvée avec un fragment de l'OST drum'n'bass qu'aurait dû avoir Eureka seveN. Je ne dis pas que toute la musique de l'anime aurait dû se conformer à ça, les combats importants auraient pu être symphoniques, mais en minorant cet aspect je pense qu'on est passé à côté d'une partie du Gekkostate et de l'idée que Dai Sato s'en faisait. Après pour être honnête y a bien quelques morceaux de techno dans E7, y a pas d'omission, mais c'est pas l'idée d'origine qu'on aurait étendue pour créer un ensemble cohérent.

On ne sera sans doute jamais d'accord à ce sujet, et on en a déjà débattu, mais ce qui m'intéresse dans Eureka seveN est moins l'approche du groupe par le prisme de la subculture qu'à apporté Satô que sa dimension de vrai classique de la J-animation de science-fiction avec une sensibilité littéraire très marquée, qui est elle l'apport de Kyôda à la série. Et du coup pour moi la BO orchestrale symphonique est forcément un choix plus pertinent, d'autant plus quand le résultat final est suffisamment bon pour être écouté et apprécié à part de la série.
Dans les faits on aurait sans doute pu imaginer une BO plus hybride avec des thèmes plus electro pour la partie vie à bord du Gekko et la glisse et des thèmes symphoniques pour ce qui touche à Eureka, Anemone, Dewey et les combats. Mais je suis convaincu qu'entre les deux, Kyôda et Minami ont fait le choix pertinent.


Rhyvia a écrit:Je sais pas si on peut trouver dans l'animation japonaise quelque chose qui soit autant une série d'animation avant d'être de l'anime que Dennô Coil.

Sans chercher à invalider ton propos, que je partage, on peut commencer par l'intégralité des Sekai Meisaku Gekijô et tous les trucs qu'on peut leur greffer en périphérie comme Mirai Shônen Conan ou Meitantei Holmes. Avant de glisser de là sur le Ie naki Ko de Dezaki, puis une bonne partie de la filmo de ce dernier.
Achieve your mission with all your might.
Despair not till your last breath.

Make your death count.

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9539
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Anime : saga Eureka seveN

Messagede Zêta Amrith le Sam 23 Mai 2020, 17:51

Rhyvia a écrit: Je sais pas si on peut trouver dans l'animation japonaise quelque chose qui soit autant une série d'animation avant d'être de l'anime que Dennô Coil.

On parle quand même d'une série dans laquelle les 3/4 des personnages, enfants comme adultes, sont des hackers ou des technophiles, où l'on traque les kirabugs comme on collectionne les Pokemon, dont le centre névralgique (check : Yuko) est une fille associale faussement badass qui s'est fermée aux autres et dont le background (retrouver son frangin) est tiré du manuel "Mon premier light novel". La série pourrait être un Abenobashi dans sa version réussie, où le monde virtuel a remplacé la fiction mais ce sont les mêmes ressorts, refus de la perte de l'être cher et inaptitude émotionnelle, qui à chaque fois cimentent ce type d'histoires.

C'est pas du tout Tom Sawyer 2 pour moi.

Avatar de l’utilisateur
Koga
Petit yôkaï
 
Messages: 44
Inscription: Mer 29 Avr 2020, 21:37

Re: Anime : saga Eureka seveN

Messagede Koga le Sam 23 Mai 2020, 18:24

Pour ma part , je termine vite fait le chapitre Denno Coil : j'en avais parlé, car à ce moment de mon écriture de post, je pensais surtout à la réflexion sociétale que je trouve être très présente dans cet anim, plus poussée que dans Eureka Seven que je trouve hyper conventionnelle, basique.

Là où Zêta Amrith dit :
Zêta Amrith a écrit:en mettant au coeur un ado dont les rêveries se heurtent au mur de la complexité, dont les vélleités de liberté sont freinées non par ses troubles émotionnels mais par l'antériorité de l'organisation sociale du monde et le caractère non négociable de la condition humaine, deux aspects qui laissent un gamin indifférent.

Je trouve que ça correspond beaucoup plus à Denno Coil qu'Eureka Seven cette description.

Mais voilà, c'était juste pour préciser rapidos, comme vous le dites, ce n'est pas le même style par ailleurs, navré pour l'interruption :oops:

Par contre, concernant Gurren Lagann, là c'est déjà plus comparable, je peux continuer à m'y étendre :p
Et je réagis au post de Tetho :
Gurren-Lagann pousse l'hommage à imiter complètement la forme des classiques qui l'ont inspiré, jusque dans leur façon de bouger. [...]
Mais le fond de Gurren-Lagann, le concept même de l’énergie spirale, se retrouve de façon très similaire dans les rayons Getter de Getter Robo, Imaishi a juste déplacé le concept en faisant de ce qui était une technologie l'essence même de l'humanité pour lui donner un peu plus de sens.
De son coté Eureka seveN va aller chercher le fond de MS Gundam ou Evangelion, mais à chaque fois se réapproprie ces éléments pour les réinventer et leur redonner du sens.[/quote]

De mon côté, c'est un peu l'inverse que j'ai trouvé en regardant ces anims :
Pour Eureka-Seven, j'ai trouvé que l'histoire était convenue, dans le sens où elle a été racontée des tas de fois, de plein de manières différentes (impression qui est résumée dans le post de Zêta Amrith, bien que tu penses donc l'inverse :P :
un ado dont les rêveries se heurtent au mur de la complexité, dont les vélleités de liberté sont freinées non par ses troubles émotionnels mais par l'antériorité de l'organisation sociale du monde et le caractère non négociable de la condition humaine, deux aspects qui laissent un gamin indifférent.
)

Dans Gurren Lagann, j'ai trouvé qu'ils allaient beaucoup plus loin dans la réflexion : à travers effectivement une sorte de parodie d'anim mecha, en exagérant à l'outrance toutes les caractéristiques propres à ce genre d'anim mais également et tout simplement, les caractéristiques du simple comportement humain, l'anime montre (à mon goût bien sûr ^^) la futilité de la volonté de faire exister une société identique pour tous alors que l'être humain est censé être unique tout en étant dans son ensemble!
Evidemment, j'avais adoré la réal déjantée de G-L (comme je sais jamais comment l'écrire, au moins là, je ne me trompe pas! :lol: ) mais aussi ce côté qui sort des sentiers battus à mon goût, au niveau des réflexions proposées.

A côté de ça, dans Eureka Seven, bah je trouve qu'on a la même réflexion sur l'existence qu'on nous râbache à longueur de temps, pas que dans les animes.

En fait pour résumé, je trouve que G-L montre qu'il existe la possibilité d'une existence complètement autre, que la vie est une infinité de possibilités, toutes tout aussi crédibles les unes que les autres, alors qu'Eureka-Seven nous raconte l'existence qu'on connaît déjà dans tous ses recoins.

Après je ne dis pas non plus que je trouve G-L être le top du top pour ça hein, c'était juste en comparaison des 2 ^^

Mais finalement, c'est un peu ça la réflexion de G-L : sur des mêmes bases, la réalité est propre à chacun et peut-être tout à fait opposée, tout en coexistant sans aucun problème. Sauf quand on en vient à vouloir en imposer une plus que l'autre...
Et personnellement, je n'ai pas du tout vu ça dans Eureka-Seven. Et puis bon, le héros m'agaçait fortement aussi, ça n'a pas aidé.... :wink:

Avatar de l’utilisateur
Rhyvia
Apprenti Kirin
 
Messages: 1233
Inscription: Sam 19 Fév 2011, 17:41

Re: Anime : saga Eureka seveN

Messagede Rhyvia le Sam 23 Mai 2020, 20:07

@Zeta Par ordre d'importance, la collecte de bidules quelconque est une occupation de gamins tout ce qu'il y a de plus habituelle sur laquelle Pokémon capitalise plutôt que l'inverse, d'autant plus quand les fameux objets ressemblent à des billes. Les personnages qui sont tous des hackers fait partie intégrantes du sujet, soit que les jeunes qui ont grandis avec la nouvelle technologie apprennent très aisément à l'utiliser, c'est plutôt un signe d'une très bonne écriture, surtout ajouté au fait que la réalité augmenté de cette ville en particulier est un des plus anciens, ce qui est un élément central de l'intrigue.

Pour le reste, je me sens obligé de te rappeler que les deux personnages principaux de la série s'appelle Yuko, du coup je me demande comment tu peux juger le récit dans son ensemble alors que tu sembles même pas te souvenir d'un des ses motifs principaux, soit que la téméraire "Isako" et la gentille "Yasako" sont à l'opposé de ce qu'elle semblait au premier coup d’œil. Et ce n'est qu'un seul des éléments d'écriture de la série, même en faisant semblant d'admettre que ces deux personnages sont des personnages de light novel, ça ne suffit pas à vraiment à la mettre en échec. Déjà parce qu'elle intervient majoritairement au début et à la fin du récit, alors que le milieu est composé de beaucoup de sous récits plus ou moins indépendants les uns des autres.
Et une fois qu'on remet tout ça ensemble, on se rend compte que le véritable centre névralgique c'est le va et vient entre l'idée que la réalité augmenté change tout mais que finalement elle ne change rien. Un motif très efficace d'un bout à l'autre de la série, ne serait-ce que parce qu'il est esthétiquement très riche. Il concorde vraiment bien avec le cadre de petit agglomération urbaine de la série et est systématiquement employé de manière intelligente, comme le système anti-virus de la ville qui ne peut pas pénétrer dans les temple puisqu'il sont sous la juridiction du ministère de la culture, ce qui est en fait des lieux de refuge. Puis ensuite l’imagerie du temps et réutiliser pour ce paysage que Yasako se souvient avoir vu en étant plus jeune mais qu'elle n'arrive pas à retrouver, jusqu'au point de douter qu'il existe, jusqu'au où elle le retrouve. Beaucoup d'éléments de l'intrigue se complètent et s'équilibrent entre eux sans jamais s'arrêter simplement à "la réalité c'est ce qu'il y a de mieux, lâchez vos ordis et aller jouer foot, bande de sales gosses". Tout ça grâce à Megabaa, le vrai personnage clé.

Franchement, si Dennô Coil est niveau visual novel pour toi, je pense que le rêve est mort. Tu es face à un série originale, qui traite un sujet SF tout à fait valide de manière très sérieuse et appliquée mais pourtant assez ludique pour être diffusée un dimanche matin sans que ce soit choquant en plus d'être techniquement impeccable, je sais pas si tu pourras un jour trouver ce que tu cherches.
A moins de cinq mètre de distance face à un individu au moins armé d'un objet contondant, je veux bien admettre qu'un récit aussi pointilleux et structuré manque un peu de naturel et que ça donne effectivement 26 épisodes qui parlent tous de la même chose. Mais c'est du pinaillage, je pense que tes souvenirs te sous-vendent la série. Bon je l'ai vu 15 fois donc je la survend aussi, mais c'est pas vraiment un maniaque d'Evangelion qui va me faire la leçon non plus.

C'est hors-sujet aussi, je pourrais continuer ça ailleurs si tu veux. Ca me dérange pas de trouver un prétexte pour la voir une seizième fois.

@Tetho, je me suis peut-être un peu emporté.
Je disais plus ça dans son contexte, c'est à dire tout ce qui existe après Evangelion pour prendre les mesures propre aux coutumes locales.

Au passage :

On ne sera sans doute jamais d'accord à ce sujet, et on en a déjà débattu, mais ce qui m'intéresse dans Eureka seveN est moins l'approche du groupe par le prisme de la subculture qu'à apporté Satô que sa dimension de vrai classique de la J-animation de science-fiction avec une sensibilité littéraire très marquée, qui est elle l'apport de Kyôda à la série. Et du coup pour moi la BO orchestrale symphonique est forcément un choix plus pertinent, d'autant plus quand le résultat final est suffisamment bon pour être écouté et apprécié à part de la série.


Je sais pas si t'es allé regardé du côté de Listeners, mais ça tend plutôt à te donner raison.
On sent que c'est très sincère et Dai sato veut vraiment raconter quelque chose avec se série, mais en plus d'avoir de la 3D assez moche, c'est malheureusement pas aussi pertinent qu'Eureka SeveN.

Avatar de l’utilisateur
Tetho
Rédac : Crest of "Z's"
 
Messages: 19425
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:44

Re: Anime : saga Eureka seveN

Messagede Tetho le Sam 23 Mai 2020, 20:28

De toute façon Eureka seveN est une série collective si il en est une. Et si Kyôda et Satô en sont les deux auteurs principaux, ceux qui l'ont architecturé, tous les créatifs qui sont passé dessus ont laissé leur patte dessus plutôt que d'être de simple créatifs aux service du réalisateur. Shimamoto Kazuhiko a aidé à poser les bases de la série, avant de quitter le projet, et les robots surfeurs est une idée de Kawamori venue un peu tardivement au cour de la pré-prod par exemple. Et je ne parle pas de Yoshida qui est un artiste avec un univers graphique tellement fort qu'on ne peut l'engager sur un projet sans que cet univers déteigne dessus.

En occident on a vite eu fait de donner à Satô et sa rigeur d'écriture tout le mérite de la réussite de la série, aidé par ses participation saluées à GITS SAC ou Ergo Proxy à la même époque. Mais la série doit au moins autant à Kyôda, à son sens de la mise en scène, il reste un des tout meilleurs boardeurs de l'industrie, et à ses marottes qu'il a apporté avec lui dans la série.
C'est certainement de la Schadenfreude mais dans un sens je suis content que le nom de Satô soit attaché au naufrage qu'est le projet Hi-Evolution. On a souvent expliqué les catastrophes que sont Pocket de Niji ga Ippai et Ao par un "c'est parce que Satô n'était pas là" un peu facile. Le film Annemone prouve tout le contraire, lui aussi est capable d'écrire quelque chose d'aussi mauvais, si ce n'est bien pire. Deal with it. C'est un peu tard et plus grand monde en a quelque chose à battre d'Eureka seveN, mais je savoure de voir les faits me donner raison 15 ans plus tard.
Achieve your mission with all your might.
Despair not till your last breath.

Make your death count.

Avatar de l’utilisateur
Rhyvia
Apprenti Kirin
 
Messages: 1233
Inscription: Sam 19 Fév 2011, 17:41

Re: Anime : saga Eureka seveN

Messagede Rhyvia le Sam 23 Mai 2020, 21:44

Je sais pas, c'était plus divertissant quand Enokido a explosé en vol. Je me souviens encore des "mais ça peut pas être si mauvais Star Driver, c'est pas le scénariste d'Evangelion".

Plus que ne pas vouloir reconnaitre le reste de l'équipe, il y a assez peu de scénariste si connus que ça dans l'animation japonaise, tout le monde devait être content de pouvoir en citer un. Y'avait aussi eu ce moment où tout le monde était persuadé qu'il représentait la résistance de la vraie animation japonaise contre les moe blob alors qu'en fait pas du tout, tout le monde avait mal interpréter une des ces interview à tel point qu'il avait dû venir clarifier son propos par la suite.

Puis c'est pas nul à ce point, mais ça ressemble trop Eureka SeveN pour ne pas qu'on se rende compte que c'est moins bien. La série sera sûrement plus courte, ça aide pas.
J'ai vu aucun film eureka SeveN par contre.

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9539
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Anime : saga Eureka seveN

Messagede Zêta Amrith le Sam 23 Mai 2020, 23:04

Ton paragraphe est assez intéressant Rhyvia mais il faudrait l'exporter en dehors de MATA, là où tu trouveras quelqu'un qui pense effectivement que Dennou Coil est une série nulle aux thématiques mal exploitées. Pour ma part je répondais à l'idée selon laquelle le substrat de la série relèverait de l'animation plus que de l'anime, qui me paraît incompatible avec les tropes sus-nommés et le technobabble qu'elle met en avant. Mais y a pas de souci, moi aussi j'aime tartiner des pages sur Evangelion parce qu'un type sur le net dit que Pen-Pen sert à rien.

S'agissant de Dai Satô, à mon avis il est autant salué pour les anime auxquels il a collaboré que pour ses interviews dans lesquelles il donne son diagnostic de l'animation japonaise, quand sur ce sujet 95% de l'industrie regarde ses chaussures et se tait. Avoir eu une opinion et aimer Sam Peckinpah dans ce milieu suffit à singulariser même quelqu'un qui défend l'animation 3D.

Kyoda, je l'ai entendu, et Tetho également, patauger un quart d'heure, dans l'incapacité de dire si son film E7 de 2009 était une séquelle, une préquelle, une réalité alternative, un rêve... ou juste un film comme ça sans relation avec la première version. Il aurait pu dire "On s'en fout", mais non. Puis on l'a surpris sur le lieu du crime AO, bévue qui explique littéralement que Renton et Eureka avaient tort depuis le début - mais ne s'en est pas rendu compte. Enfin s'agissant de Hi-Evolution, il est reparti avec ses "De toutes façons il n'y avait aucun thème dans la série de 2005" et "Le sujet de fond ? Je sais pas c'est vous qui le choisissez à la fin du film". Quinze ans plus tard il ne sait toujours pas ce qu'il fait et dans quel but. J'avoue avoir un peu de mal à m'intéresser à des -réalisateurs- comme ça.

Edit au passage, Listeners à mi-parcours n'est pas du tout mauvais. Premier anime à tenter l'analogie jeunesse piloter un robot au Japon = faire du rock aux USA/UK au lieu de perpétuer l'injure idol, c'aurait même pu être très bon. Seulement on a voulu comprimer une série d'aventure en 12 épisodes, avec les dialogues forcés et le peu de world building que ça implique.

Précédente


Retourner vers Animanga

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron