Argaï, la Prophétie

Modérateurs : Aer, Equipe forum MATA-WEB Animation internationale, bédés & comics : Actu et critiques sur l'animation hors-Japon

Retourner vers Animation internationale, bédés & comics

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10772
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Argaï, la Prophétie

Messagede Gemini le Sam 11 Avr 2020, 20:19

Vingt ans. Il aura fallu vingt ans pour que je puisse enfin voir dans son intégralité cette série française, découverte lors de sa première diffusion sur TF1. Elle m'avait fait forte impression, et son générique y est pour beaucoup :



Pour le coup, je suis bien obligé de remercier Prime de proposer l'intégralité de cette série jusque-là introuvable. Cela m'a permis d'enfin voir ses 26 épisodes.

L'histoire commence au Moyen-Âge, dans le royaume de Tirloch. Angèle, la fiancée du prince Argai, est victime d'un envoutement la plongeant dans un sommeil éternel. Suivant les instructions d'un livre de prophéties conservé par les moines, Argai traverse le temps jusqu'en 2075 pour trouver un remède à ce sortilège.

Le premier épisode surprend par son mélange des genres, même si le générique avait déjà vendu la mèche. Il s'avère d'ailleurs particulièrement dense, la prophétie servant de prétexte à la rencontre - au bout de seulement quelques minutes - entre Argai et ses principaux alliés : Oscar Lampoule, détective privé, son assistant Barnabé, et sa secrétaire Miss Moon. Eux vivent à New-York, alors que le monde est sous la domination de la Reine Noire. Sans être forcément des résistants actifs, nous ne pouvons pas dire que la présence despotique de cette reine et de sa milice ne leur plaise, et ils possèdent les contacts nécessaires pour aider Argai dans sa mission.

La série peut se diviser en deux grandes parties : la première consiste à identifier les enjeux et les forces en présence, tout en récupérant le livre des prophéties. Dans la seconde, il s'agira de récupérer les ingrédients nécessaires pour briser le sortilège, ce qu'un personnage qualifie à juste titre de jeu de pistes. Plus d'une dizaine d'ingrédients à trouver avant la Reine Noire, rien que ça, ce qui s'explique par le format de 26 épisodes. Mais l'écriture reste globalement bonne, donc même si cela peut paraitre beaucoup, les scénaristes s'arrangent pas ne pas non plus se répéter. La recherche des ingrédients est surtout prétexte à voyager et rencontrer de nouvelles personnalités, avec malheureusement quelques stéréotypes racistes au passage.

Si Argai m'avait impressionné à l'époque, c'est qu'il s'agissait d'une série étonnamment sérieuse, ce qui surprend d'autant plus que ses personnages sont anthropomorphes. Déjà, il s'agit d'une série à suivre, les épisodes ne peuvent pas être diffusés dans le désordre, ce qui a tendance à embêter les diffuseurs, et explique sans doute qu'elle n'a presque pas été rediffusée depuis. Ensuite, il y a le mélange des genres : d'abord un Moyen-Âge fantastique, puis un futur clairement dystopique. La ville de New-York - où trônent encore les tours jumelles - convoque à la fois la réputation peu flatteuse qui était la sienne dans les années 1990 - avec sa criminalité et sa saleté - une technologie futuriste à base de voitures volantes, et la présence d'une milice de robots aux ordres de la Reine Noire. L'immense anneau surplombant la ville, l'impression qu'il y fait tout le temps nuit, et la présence de faisceaux lumineux balayant sans cesse les rues donnent le ton. D'après Tchouky & Al de la chaine Ces dessins-là..., la jaquette du seule DVD existant de la série, la décrit comme un mélange entre La Belle au Bois Dormant et Blade Runner. Et hormis l'absence de Réplicants, ce n'est pas forcément injuste.

Toujours dans le côté sérieux, Argai nous parle de résistance contre une dictature militaire dans un monde où la Reine a anéanti 90% de la population mondiale, et brasse de nombreux thèmes. Elle n'hésite pas à montrer des personnages mourir à l'écran ou à parler de torture ou d'exécution publique.
Son scénario en fait clairement un titre ambitieux, de même qu'une écriture prévue d'entrée pour le format 26 épisodes et arrivant à s'y tenir.
Autre signe de cette ambition : le casting vocal est vraiment bon, avec des choix très judicieux. Parfois trop. Chaque épisode se ferme par une séquence d'une dizaine de secondes, pendant laquelle le moine à l'origine du livre de prophéties énonce un quatrain donnant le ton de l'épisode suivant. Sachant que plusieurs comédiens - comme Michel Vigné - jouent plusieurs rôles dans la série, la solution de facilité aurait été de demander à l'un des rôles principaux de tenir celui-ci aussi. Sauf que non. J'ignore s'il s'agit d'une décision des auteurs ou de la personne responsable du doublage, mais ils ont engagé Jean Topart. Soit à la fois le meilleur choix et le plus évident. Et il n'interprète réellement que ce personnage. Dix secondes de Jean Topart récitant des vers en fin d'épisode, c'est un vrai délice. Mais sans vouloir bouder mon plaisir, cela parait presque caricatural, c'est une décision de voxophile. Il n'est donc pas surprenant de retrouver Patrick Préjean, Benoit Allemane, Patricia Legrand, et donc Michel Vigné.

Ceci étant, si le doublage n'a apparemment pas été pensé à l'économie, je ne peux pas en dire autant du reste de la série. Ou si elle dispose d'un bon budget, cela ne se ressent pas toujours. Il y a du recyclage d'animation, pas toujours très pertinent, et certains passages souffrent d'un manque de supervision, ce que témoignent des faux raccords suffisamment nombreux pour que je les remarque, alors que ce n'est habituellement pas mon fort. Cela explique aussi que les personnages portent toujours les mêmes vêtements, même lorsque le contexte, le lieu, ou l'époque ne s'y prêtent absolument pas ; tout au plus, ils auront droit à un manteau pour dissimuler leur accoutrement, et les autochtones s'étonneront rarement devant la tenue d'Argai ou de Miss Moon.

Globalement, la série est passionnante, et a le bon goût de ne pas prendre pour son public pour des idiots. Elle reste donc parfaitement regardable, même pour un public adulte qui pourra être séduit par son ambiance, ses environnements, et ses thématiques. Mais elle se montre aussi imparfaite. Dans sa technique, mais aussi car la recherche des ingrédients fait effectivement figure de jeu de pistes. Et il traine en longueur, même si les épisodes pris individuellement ne sont pas nécessairement répétitifs, et tentent de faire progresser le récit à chaque fois. Les auteurs essayent de trouver un équilibre entre ce qui pourrait être du remplissage, et le scénario dans son ensemble, mais quelques épisodes de moins ne lui auraient pas fait de mal. Ou alors, il aurait fallu déroger au principe d'un épisode par ingrédient, dans la mesure où nous pouvons constater quelques ellipses à d'autres moments, les résumés faisant parfois référence à des événements auxquels nous n'avons pas assisté.

Je suis très content d'avoir enfin pu regarder Argaï, la Prophétie, après l'avoir recherché pendant des années. Il s'agit d'un titre surprenant, qui mélange des styles bien différents, et le fait au moyen d'une écriture soignée et de personnages aussi mémorables que sa musique. Car oui, le générique est réellement représentatif de ce que nous pouvons entendre dans la série.

Geoff34
Soul of Chogokin
 
Messages: 1990
Inscription: Mer 23 Oct 2013, 12:12

Re: Argaï, la Prophétie

Messagede Geoff34 le Sam 11 Avr 2020, 21:07

Le catalogue de Prime Video est intéressant quand il s'agit de prendre certaines séries d'animation qui n'ont pas été réédité en vidéo, j'ai l'impression qu'ils misent plus sur la nostalgie que chez Netflix.
Wow- Wow War- Wow War tonight
Wow- Wow War- Wow War forever

Geoff34
Soul of Chogokin
 
Messages: 1990
Inscription: Mer 23 Oct 2013, 12:12

Re: Argaï, la Prophétie

Messagede Geoff34 le Mer 02 Sep 2020, 17:40

Une interview de Didier Julia, créateur de la série


Wow- Wow War- Wow War tonight
Wow- Wow War- Wow War forever



Retourner vers Animation internationale, bédés & comics

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron