Walt Disney et ses studios

Modérateurs : Aer, Equipe forum MATA-WEB Animation internationale, bédés & comics : Actu et critiques sur l'animation hors-Japon

Retourner vers Animation internationale, bédés & comics

Avatar de l’utilisateur
Xanatos
Rédac : De la cambriole
 
Messages: 4190
Inscription: Mar 10 Avr 2007, 07:31
Localisation: Val d'Europe

Re: Walt Disney et ses studios

Messagede Xanatos le Dim 22 Déc 2019, 16:41



Nouvelle vidéo de Antony en partenariat avec 100pseudo où ceux ci analysent l'excellent long métrage d'animation Dingo et Max. :)
Edgar, Edgar, prince de la Cambriole...

Geoff34
Soul of Chogokin
 
Messages: 1839
Inscription: Mer 23 Oct 2013, 12:12

Re: Walt Disney et ses studios

Messagede Geoff34 le Mar 31 Déc 2019, 12:46

une vidéo qui montre Alice au pays des merveilles dans sa VF de 1951, partiellement avec des extraits du livre audio de 1975
https://vimeo.com/376754364
Wow- Wow War- Wow War tonight
Wow- Wow War- Wow War forever

Geoff34
Soul of Chogokin
 
Messages: 1839
Inscription: Mer 23 Oct 2013, 12:12

Re: Walt Disney et ses studios

Messagede Geoff34 le Sam 08 Fév 2020, 19:22

Savez-vous qu'il existe une parodie de Astérix avec Mickey Mouse qui est sorti en Italie :mrgreen:
https://twitter.com/pipelinecomics/status/1226124916493357056
Wow- Wow War- Wow War tonight
Wow- Wow War- Wow War forever

Avatar de l’utilisateur
Tetho
Rédac : Crest of "Z's"
 
Messages: 19565
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:44

Re: Walt Disney et ses studios

Messagede Tetho le Sam 08 Fév 2020, 20:13

Il y a toute une série d'hommages italiens à la BD avec les personages Disneys.
Glénat a sorti en France celui, très réussi, à Corto Maltèse.
Achieve your mission with all your might.
Despair not till your last breath.

Make your death count.

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10705
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: Walt Disney et ses studios

Messagede Gemini le Dim 05 Avr 2020, 00:00

Comme il n'existe apparemment pas de sujet dédié mais que la série a déjà été évoquée ici : je vais parler de Phineas & Ferb. J'ai regardé les deux premières saisons, et m'apprête à enchainer avec les deux dernières puisque disponibles sur Disney+. Je reviendrai sans doute ici pour donner mon avis sur la série dans son intégralité, mais en attendant, quelques mots sur les crossovers avec deux franchises phares du groupe.

Celui avec Star Wars se déroule en parallèle de la trame de l'épisode IV, mais avec des références faites à d'autres films de la saga (Jar Jar, Naboo,...). Il y a aussi des blagues méta, notamment sur celui qui aurait tiré le premier, ou sur Luke passant son temps à regarder les soleils couchant d'un air mélancolique. Nous y découvrons Phineas et Ferb, fermiers hydroponiques sur Tatooine, élèves à l'école de jedis de Ben Kenobi. Contrairement à leur voisin Luke, eux adorent leur quotidien et ne s'imaginent pas quitter leur planète. Mais les circonstances vont les obliger à rejoindre la Rébellion.
Il s'agit d'un exercice de style, puisque les aventures de Phineas & Ferb doivent être compatibles avec les événements de l'épisode IV, et avoir un impact réel sans contredire ce que nous connaissons déjà. De ce point de vue, c'est réussi, le moyen métrage exploite bien les espaces laissés par le film. Mais cela n'a pas réellement d'importance. Ce qui compte, c'est l'esprit de la série d'origine, son humour, et le rôle dévolu à chaque personnage. Darkenschmirt et Isabella tirent le gros lot et s'avèrent tous deux excellents. Les autres sont plus prévisibles, et je pense même que les scénaristes ne savaient pas vraiment comment gérer Candice. La grosse blague écrite par des fans de Star Wars semble malheureusement l'emporter sur le reste.
C'est amusant, mais anecdotique. Heureusement, la chanson de fin permet de partir sur une note positive.



Le crossover avec Marvel Comics est une sombre bouse.
En raison des efforts involontaires et combinés de Doofenschmirt, Phineas, et Ferb, quatre super-héros perdent leurs pouvoirs. Ils doivent se rendre dans le Secteur des Trois Etats pour trouver une solution, suivis de près par quatre de leurs antagonistes persuadés qu'il s'agit là du plan machiavélique d'un puissant génie du mal.
Les interactions entre les deux univers donnent lieu à quelques moments drôles, comme Candice faisant exploser son côté geek, Doofenschmirt entrainant dans son délire des super-criminels bien connus, ou le Major Monogramme essayant de ressembler à Nick Fury.
Sauf que pour que le scénario avance dans la direction voulue par les scénaristes, il faut que les personnages masculins se comportent comme des connards. Et voir Phineas être odieux avec Candice est tellement contraire à tout ce qu'il nous a montré auparavant - du moins dans les deux premières saisons - que cela m'a particulièrement déçu et énervé. Un zéro pointé niveau écriture et respect de l'univers de la série. Si encore, cela avait abouti à une évolution satisfaisante, réjouissante, permettant de réellement mettre en valeur Isabella et Candice - laissées de côté jusque-là, voire carrément rabrouées - cela aurait pu passer. Mais même pas. Leur influence sur l'intrigue restera purement accidentelle, justifiant au passage le comportement des autres protagonistes à leur encontre. C'est extrêmement frustrant, limite sexiste. Et qu'elles aient conscience que la situation aurait été différente si une super-héroïne avait elle-aussi fait son apparition ne change rien à l'affaire : en l'état, c'est juste insupportable.

Geoff34
Soul of Chogokin
 
Messages: 1839
Inscription: Mer 23 Oct 2013, 12:12

Re: Walt Disney et ses studios

Messagede Geoff34 le Jeu 30 Avr 2020, 17:53

Les séries Disney qui sont sur Disney + :
- Gargoyles
- Couacs en Vrac
- La Bande à Picsou (1987 et 2017)
- Myster Mask
- La Légende des Trois Caballeros
- La Bande à Dingo
- Kim Possible
- La Cour de Récré
- La Maison de Mickey
- Mickey Mouse
- La Petit Sirène
- Doug
- Winnie l'Ourson
- Lilo et Stitch, la série
- Phinéas et Ferb
- La Loi de Milo Murphy
- Souvenir de Gravity Falls
- Star Butterfly
- Raiponce, la série
- Baymax et Les Nouveaux Héros
- Elena d'Avalor
- Tic et Tac - Les Rangers du Risque
- Timon & Pumbaa
- La Garde du Roi Lion
- Mighty Ducks
- Les Gummi

Les absents :
- American Dragon
- Bonkers
- Hercule, la série
- Kuzco, un Empereur à l'Ecole
- Le Marsupilami
- Les 101 Dalmatiens, la série
- 101, Rue des Dalmatiens
- Pepper Ann
- Super Baloo
- Wuzzles
- Wander
- Amphibia
- Luz à Osville
- Cool Attitude
- Dave le Barbare
- Les Green à Big City
Dernière édition par Geoff34 le Mar 05 Mai 2020, 21:11, édité 3 fois.
Wow- Wow War- Wow War tonight
Wow- Wow War- Wow War forever

Avatar de l’utilisateur
Xanatos
Rédac : De la cambriole
 
Messages: 4190
Inscription: Mar 10 Avr 2007, 07:31
Localisation: Val d'Europe

Re: Walt Disney et ses studios

Messagede Xanatos le Jeu 30 Avr 2020, 19:21

Rien que pour ce chef d'oeuvre qu'est Gargoyles, cela valait la peine pour moi de s'abonner à Disney +, surtout pour profiter de sa fabuleuse version française, absente des coffrets DVDs.
Bon, je vénère tout autant Souvenirs de Gravity Falls mais je possède l'intégrale, ayant acheté les deux saisons sur Itunes.

Je me régale aussi avec Myster Mask la terreur qui corrige les erreurs. :)

Précision d'importance néanmoins parmi les titres présents dans le catalogue: il manque la première saison de La Bande à Picsou (la version de 1987) ce qui est dommage car c'est la meilleure saison de la série, et pour Star Butterfly il manque les saisons 3 et 4.

Vivement que Wander débarque, j'ai acheté la saison 1 sur Itunes que j'ai adoré tant elle m'a fait rire, et je désespère de voir légalement la saison 2 un jour...

Et je pense que dans quelques semaines, je m'attaquerai à Kim Possible qui est parait il une des meilleures séries animées Disney des années 2000. :)

Je n'en ai entendu en tout cas que du bien.

Je me regarderai aussi de façon assidue Phineas and Ferb, même si la critique de Gemini est mitigée pour ce titre. Mais pour ma part, les quelques épisodes que j'ai pu en voir m'ont beaucoup plu et bien fait rire !
Dernière édition par Xanatos le Jeu 30 Avr 2020, 19:57, édité 1 fois.
Edgar, Edgar, prince de la Cambriole...

Geoff34
Soul of Chogokin
 
Messages: 1839
Inscription: Mer 23 Oct 2013, 12:12

Re: Walt Disney et ses studios

Messagede Geoff34 le Jeu 30 Avr 2020, 19:57

à noté que les séries comme Tic et Tac Les Ranger du Risque, La Petit Sirène et La Bande à Dingo sont proposé dans un format 16/9 recadré au lieu du 4:3 habituel.
Wow- Wow War- Wow War tonight
Wow- Wow War- Wow War forever

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10705
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: Walt Disney et ses studios

Messagede Gemini le Jeu 30 Avr 2020, 21:01

J'ai profité de mon abonnement pour regarder le documentaire Frank & Ollie, sur deux membres des "Nine Old Men", les animateurs favoris de Walt Disney. En fait, je cherchais Mélodie du Sud, mais je ne l'ai pas trouvé dans le catalogue :mrgreen:

Pourquoi seulement deux animateurs ? Contrairement à ce que nous pourrions croire - le documentaire date des années 1990 - il ne s'agissait pourtant pas des derniers, d'ailleurs, les autres n'interviennent pas. Frank et Ollie se distinguent surtout par une solide amitié datant de bien avant leur entrée chez Walt Disney, et le film les aborde en tant que duo créatif, ne cherchant pas à traiter des Nine Old Men dans leur ensemble ou du département d'animation (les intervallistes n'existent pas). Concrètement, cela signifie que le documentaire ressemble plus à un album de famille, une façon pour eux de regarder en arrière et de considérer leur carrière. Bien entendu, il ne s'arrête pas là, puisque les deux artistes nous parlent du processus créatif, de leur façon de s'inspirer de la réalité pour créer certaines séquences, et ils sont invités à fournir quelques détails supplémentaires sur plusieurs d'entre elles.

En cela, le documentaire présente un intérêt historique, et nous en apprend plus sur le métier d'animateur. Néanmoins, il n'est jamais pleinement satisfaisant.

Frank & Ollie ne fait pas tâche dans l'offre de Disney+, et a parfaitement sa place aux côtés de Dans l'Ombre de Mary, production maison n'hésitant pas à verser dans le révisionnisme pour écrire la légende du patriarche. Quitte à le faire incarner par Tom Hanks. Ce documentaire participe à cette légende.
Ce n'est pas nécessairement conscient. Je ne doute pas que Frank et Ollie aient véritablement apprécié Walt Disney en tant qu'individu, et l'aient considéré comme un grand créateur. Et puis, cela ne se fait pas de dire du mal d'un mort. Néanmoins, la seule vision que nous aurons du travail sous sa direction nous vient d'extraits de vieilles émissions, mises en scène pour mettre en valeur les studios donc probablement éloignés de la réalité. Aucun contrepoint ne sera apporté. Ce qui en ressort, c'est que l'ambiance parait idyllique.

Surtout, le documentariste fait un choix que je trouve extrêmement discutable : celui de se focaliser sur les long-métrages, à plus forte raison ceux restés dans les mémoires. Alors que le film narre la carrière des deux animateurs de manière chronologique, il passe directement de Bambi (1942) à Cendrillon (1950), comme si les deux projets s'étaient enchainés. Il s'est pourtant passé beaucoup de choses entretemps, auxquelles ils ont participé ; le studio a continué de travailler sur des courts métrages - notamment des cartoons de propagande pendant la guerre - ainsi que des Grands Classiques, même si essentiellement composés de sketchs tels que Le Crapaud et le Maitre d'Ecole ou Les Trois Caballeros. Effectivement, c'est moins glorieux.

Dans le même esprit, pas un mot sur les grèves au sein du studio pour une revalorisation salariale, ou les licenciements qui ont suivi. Ce n'est pourtant pas comme s'ils n'avaient pas vécu cela de l'intérieur.
Alors, peut-être parce qu'ils sont âgés, ils préfèrent se remémorer les bons côtés, un passé idéalisé aujourd'hui révolu. Mais il en résulte une production très lisse, comme si les studios eux-mêmes étaient un ersatz de Disney World.
Je peux comprendre que le propos n'est pas de faire un documentaire détaillé sur le fonctionnement du studio, mais ce n'est pas non plus un documentaire sur le métier d'animateur. Seulement les souvenirs de deux grands artistes, à prendre comme tels et dont il reste possible de tirer des informations précieuses.
Néanmoins, ce que j'en retiendrai surtout, ce sont les extraits des Grands Classiques. Plus le temps passe, plus leur beauté m'impressionne. J'ai versé une petite larme devant un extrait de Merlin l'Enchanteur dont le simple souvenir suffit à me briser le cœur. Cela m'a donc surtout donné envie de revoir ces long-métrages. Ce n'était peut-être pas le but recherché, mais c'est ce que je retiens de Frank & Ollie.

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10705
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: Walt Disney et ses studios

Messagede Gemini le Jeu 30 Avr 2020, 22:44

Pour répondre à Xanatos à propos de Phineas & Ferb : mon avis ne concernait vraiment que deux épisodes spéciaux produits en parallèle de la série. Episodes au mieux dispensables, au pire complètement ratés. Seulement, je ne les aurais pas vus si la série elle-même ne me plaisait pas ; même mon masochisme a ses limites. Je t'encourage donc à la regarder, de préférence en VF.

Ce n'était pourtant pas gagné, il m'a fallu du temps pour m'y mettre. Cela vient notamment de l'aspect graphique, donnant l'impression qu'elle ne s'adresse qu'aux plus jeunes. Même après les critiques très élogieuses de Tchouky et Al, j'y suis allé à reculons, tant le synopsis me rappelait celui de La Folle Journée de Ferris Buller, film très apprécié que je déteste. Avec Phinés et Ferb dans le rôle de Ferris, et Candice dans celui de sa sœur. Fort heureusement, ce n'est pas le cas.

Il s'agit d'une série aux épisodes très structurés, avec de nombreux passages obligés, ce qui permet très rapidement de jouer avec ses codes et de les détourner. Ils fonctionnent tous sur au moins deux intrigues en parallèle, qui vont se télescoper sans que les principaux intéressés ne s'en rendent compte, du moins la plupart du temps.
Tout d'abord, nous avons Phineas et Ferb, gamins intelligents et insatiables, cherchant chaque jour comment s'occuper. Cela passe la plupart du temps par la construction d'un lieu ou d'un appareil, mais de manière complètement démesurée ou brisant toutes les lois connues de la physique. Cela implique systématiquement leurs amis proches ou moins proches, toujours prêts à vivre de nouvelles aventures avec eux. La seule personne qui ne semble pas consciente de ce qu'ils font réellement lorsqu'ils jouent dans leur jardin, c'est leur mère. Et leur sœur Candice se fait fort de lui montrer qu'ils outrepassent largement les limites couramment admises pour des jeux d'enfant. Si au début, elle semble chercher à les démasquer car sa mère lui a demandé de les surveiller, elle finit surtout par être obsédée par cette idée et veut prouver qu'elle avait raison depuis le début. Car oui : malgré tous ses efforts, jamais sa mère ne remarquera quoi que ce soit (nous apprendrons d'ailleurs que cela vaut mieux), généralement car la seconde intrigue interfère et fait disparaitre toute trace du projet du jour.
La seconde intrigue, donc, se focalise sur l'Agent P, super espion chargé de contrecarrer les plans journaliers et diaboliques de Heinz Doofenshmirtz, génie du mal local aux inventions aussi nombreuses que les traumatismes d'enfance dont il cherche aujourd'hui à se venger. Là encore, son taux d'échec est très élevé, et ses plans ont surtout pour effet de faire disparaitre comme par enchantement les créations de Phinéas et Ferb lorsque ceux-ci n'en ont plus l'utilité.

J'aime beaucoup la série dans son ensemble, même si les épisodes ne sont pas non plus d'une qualité constante. Cela tient en grande partie à l'attachement que nous pouvons ressentir envers les personnages, et au soin qu'apporte le studio d'animation aux projets du jour, à la technique, et aux gags. Cette série se donne du mal, comme le montre la présence d'une chanson par épisode. C'est payant sur le long terme. La structure très figée offre en réalité de très nombreuses possibilités, et c'est à la fois un plaisir de retrouver les éléments redondants, mais aussi de découvrir comment ils seront pervertis ou exploités.
Si j'avais un reproche à faire, c'est que la série présente clairement Candice comme un personnage positif, certes obsessionnel mais qui n'a certainement pas un mauvais fond. Pourtant, il existe parfois une certaine insensibilité à son égard de la part des auteurs. Je pense en particulier à un épisode où elle nous révèle être aussi nerd que ses frères, où elle ne cherche absolument pas à leur nuire, mais où un accident détruit un objet de collection qu'elle cherchait depuis des années. C'est vraiment gratuit, je n'ai pas compris.

Concernant la VF, j'en avais parlé dans le sujet sur Bienvenue chez les Loud. Le casting vocal est excellent, et le studio de doublage s'est franchement cassé la tête pour transposer les chansons. Nous sentons que de gros efforts ont été consentis pour cette version. Ce qui rend d'autant moins compréhensible ses défauts. Car la traduction est clairement le point faible, ce qui peut résulter en une inadéquation entre les dialogues et les éléments visuels, et même des dialogues qu'il suffit parfois de retraduire en Anglais pour comprendre ce qui aurait dû être drôle, mais gâchés par une traduction trop littérale. Mais dans l'ensemble, cela reste un excellent travail, car les comédiens se donnent autant de mal que le studio d'animation.



Avec la petite référence à Buckaroo Banzai et Voyage of the Rock Aliens parce que osef.

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10705
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: Walt Disney et ses studios

Messagede Gemini le Ven 01 Mai 2020, 21:56

The Reluctant Dragon : Premier long-métrage des studios Walt Disney composé d'un mélange entre animation et prises de vue réelles (si nous omettons une interaction entre Stokowski et Mickey dans Fantasia), même si pour cette première tentative, il y a peu de contact entre les deux techniques.

Il s'agit d'un documentaire, dans lequel nous suivons un humoriste de l'époque (parfaitement inconnu chez nous) déambuler dans les studios, passant d'un département à un autre : animation, doublage, bruitage, scénario,... Le tout ponctué de quelques cartoons. En cela, il préfigure les films à sketchs du la compagnie.

Tout cela est évidemment très mis en scène. Pourtant, nous y retrouvons bien les employés de l'époque aux côtés de quelques comédiens professionnels ; comme l'animateur Ward Kimball expliquant, à son visiteur les bases de l'animation. L'enchainement des séquences, le passage d'un département à un autre, se fait naturellement, le documentaire est bien écrit.

Malgré le côté foncièrement artificiel de l'exercice, il y a quelque chose d'absolument magique à déambuler dans les studios. Le passage dans le département de bruitage est fabuleux, nous retrouvons la légendaire caméra multi-plan, le comédien interagit avec un jeune Bambi très timide, et ce qui ressemble à l'enregistrement d'un orchestre se transforme en un moment aussi hilarant que bluffant.

Je suis moins convaincu quant à certains court-métrages, en particulier le dernier malgré une fin réussie. C'est dommage de conclure le film par son passage le plus faible. Celui de Dingo est un classique parfaitement indémodable. Baby Weems possède un parti-pris artistique intéressant, fonctionnant à la perfection ; son histoire m'a laissé plus circonspect.

The Reluctant Dragon est une vraie curiosité. Tout n'est pas parfait, mais certains passages valent leur pesant d'or. Rien que pour cela, j'ai passé un excellent moment.


Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10705
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: Walt Disney et ses studios

Messagede Gemini le Sam 02 Mai 2020, 13:23

Bonjour Monsieur, c'est encore moi.

Mélodie Cocktail : Il y a des Grands Classiques connus et d'autres moins connus. Il y a des Grands Classiques qui font rêver, et d'autres moins. Mélodie Cocktail serait plutôt dans cette seconde catégorie, et je profite de Disney+ pour combler quelques lacunes (même si La Boite à Musique semble manquer à l'appel).

Dans les années 1940, les finances du studio ne sont pas au mieux. C'est une époque où Walt Disney délaisse les long-métrages composés d'un seul tenant, au profit de compilations de court-métrages inédits, plus ou moins liés entre eux.
Avec Mélodie Cocktail, nous sommes plutôt dans le "moins" (décidément). Il s'agit de segments avec pour thème commun la musique, ou plus exactement la chanson. Si les transitions entre chaque court-métrages sont homogènes, ce n'est pas le cas des sketchs eux-mêmes, reposant sur des styles, des thèmes, voire des techniques bien différentes. Ce n'est pas comme Fantasia dont nous pouvons sentir qu'il s'agit d'un projet pensé comme tel dès le début ; Mélodie Cocktail donne l'impression de réunir sept cartoons qui auraient pu sortir au cinéma individuellement, d'ailleurs, ce sera le cas pour certains d'entre eux. Cela ressemble à une facilité, à de la paresse de la part du studio, et cela a joué sur mon ressenti.

La qualité des segments est variable. Aucun n'est particulièrement mémorable, sans pour autant être honteux. Cela reste toujours acceptable, mais certains me laissent un meilleur souvenir que d'autres.
Le premier, Once Upon a Wintertime, est charmant et met de bonne humeur, avec une animation soignée, s'avérant parfait pour démarrer.
Bumble Boogie est le plus expérimental et constitue une bonne récréation.
Cela se gâte avec Johnny Appleseed, dont la bondieuserie et la célébration benoite de l'Amérique des pionniers deviennent rapidement exaspérantes.
Little Toot reste celui que j'ai le moins aimé, à la fois car très prévisible, mais aussi car son imagerie me pose parfois problème.
Parmi tous les segments, Trees est celui dont la recherche artistique parait la plus poussée ; il n'aurait pas dépareillé dans Fantasia, et certains jeux de couleurs annoncent la direction artistique d'Alice au Pays des Merveilles.
Blame it on the Samba se situe dans la ligne des Trois Caballeros, et n'a pas d'autre ambition que de proposer une séquence rythmée avec un mélange de prises de vue réelles. Son dynamisme en fait un des court-métrages m'ayant laissé la meilleure impression.
Le métrage se ferme avec Pecos Bill, qui malgré un début mélangeant animation et comédiens, s'avère malheureusement totalement anecdotique, sans parti-pris artistique particulier. Ce n'est pas non plus le plus faible, mais c'est un des moins intéressants.

Je ne regrette pas d'avoir découvert Mélodie Cocktail, au moins pour ma culture personnelle. Mais son hétérogénéité, son manque de liant entre les séquences, fait qu'il ressemble à un pot-pourri du travail du studio, une compilation de court-métrages pris un peu au hasard. Certains méritent le coup d’œil, mais pas tous. Et ce n'est pas leur faire grâce que de les proposer au sein de la même production.


Geoff34
Soul of Chogokin
 
Messages: 1839
Inscription: Mer 23 Oct 2013, 12:12

Re: Walt Disney et ses studios

Messagede Geoff34 le Sam 02 Mai 2020, 19:08

Pour The Reluctant Dragon, j'ai cru comprendre que les passage au studio Disney n'était pas authentiques, mais des décors fabriqué pour le film.
Wow- Wow War- Wow War tonight
Wow- Wow War- Wow War forever

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10705
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: Walt Disney et ses studios

Messagede Gemini le Sam 02 Mai 2020, 22:33

Ma foi, cela ne me surprendrait pas plus que ça.

Sinon, j'ai eu la mauvaise surprise de découvrir ce soir que, depuis mon pays de confinement, certains Grands Classiques avaient leur VF, et d'autres non. C'est totalement aléatoire. Sachant que je m'étais pris un mois supplémentaire pour en revoir quelques uns, je l'ai un peu mauvaise.

Avatar de l’utilisateur
Xanatos
Rédac : De la cambriole
 
Messages: 4190
Inscription: Mar 10 Avr 2007, 07:31
Localisation: Val d'Europe

Re: Walt Disney et ses studios

Messagede Xanatos le Mar 05 Mai 2020, 18:57

Ah mince, pas cool, j'espère que ce sera bientôt réglé, car tout comme toi l'immense majorité des films d'animation Disney, je préfère les voir en VF. :(

A propos de Disney +, excellente nouvelle: la belle série Les Gummi sera disponible dans son intégralité dès ce vendredi ! :D

Image

Ce fut la première grande série animée télévisée produite par Disney, deux ans avant La Bande à Picsou.

Je garde de superbes souvenirs de cette oeuvre drôle, pleine d'aventure et magnifiquement animée. :D
Edgar, Edgar, prince de la Cambriole...

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10705
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: Walt Disney et ses studios

Messagede Gemini le Mar 05 Mai 2020, 20:00

Disponible en UK... avec une grande variété de langues mais sans VF. Cela n'a aucune sens, c'est complètement aléatoire. Sur X-Men TAS, il y a deux ou trois épisodes avec leur VF, les autres sans.

Geoff34
Soul of Chogokin
 
Messages: 1839
Inscription: Mer 23 Oct 2013, 12:12

Re: Walt Disney et ses studios

Messagede Geoff34 le Sam 09 Mai 2020, 10:44

Les Gummi sont disponible sur Disney +, concernant cette sortie, aucune restauration n'a été fait et les génériques et les écran-titres français ont été conservé, d'ailleurs le français est la seule langue disponible.
Wow- Wow War- Wow War tonight
Wow- Wow War- Wow War forever

Geoff34
Soul of Chogokin
 
Messages: 1839
Inscription: Mer 23 Oct 2013, 12:12

Re: Walt Disney et ses studios

Messagede Geoff34 le Jeu 06 Aoû 2020, 12:32

Leo, Un projet de série récent refusé par Disney, car ils voulaient des séries pour fille, un gros feeling Indiana Jones dans le style
https://twitter.com/junkmixart/status/1291152679683502085
Wow- Wow War- Wow War tonight
Wow- Wow War- Wow War forever

Avatar de l’utilisateur
Tetho
Rédac : Crest of "Z's"
 
Messages: 19565
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:44

Re: Walt Disney et ses studios

Messagede Tetho le Ven 07 Aoû 2020, 01:09

Stylé, le héros à des faux airs de Blacksad, ce qui est amusant quand on sait que Guarnido a travaillé un temps chez Disney.
Achieve your mission with all your might.
Despair not till your last breath.

Make your death count.

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9633
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Walt Disney et ses studios

Messagede Zêta Amrith le Ven 07 Aoû 2020, 14:37

"On veut des séries pour filles" ressemble davantage ici à une excuse improvisée pour ne pas avoir à répondre "Ce projet est trop complexe en fond (multitemporalité) et ambitieux en forme (perso globe-trotter) pour y mettre nos billes".
Image
ゆけゆけ ワンダースリー

Précédente


Retourner vers Animation internationale, bédés & comics

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité