La Casa Lobo

Modérateurs : Aer, Equipe forum MATA-WEB Animation internationale, bédés & comics : Actu et critiques sur l'animation hors-Japon

Retourner vers Animation internationale, bédés & comics

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9285
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

La Casa Lobo

Messagede Zêta Amrith le Lun 18 Juin 2018, 21:13

LA CASA LOBO

Image

Réalisation : Cristobal Leon et Joaquin Cocina
Scénario : Cristobal Leon, Joaquin Cocina et Alejandra Moffat
Animation : Cristobal Leon et Joaquin Cocina

Mention du jury lors du festival d'Annecy 2018.

Une jeune femme, mentalement perturbée par des années de sévices, s'échappe d'une secte rurale pour se réfugier entre les murs d'une maison abandonnée. Celle-ci donne forme à ses pensées...

Pour essayer de comprendre un infime quelque chose à cet exercice sensoriel difficile mais relativement fascinant, il faut connaître la petite histoire de la Colonie Dignidad, une secte agricole germano-chilienne fondée au début des années 60 par d'anciens cadres nazis et qui s'est rendue coupable d'actes de torture sur plusieurs opposants politiques de Pinochet - avec son généreux consentement. C'est de ce fait divers sordide que s'inspire ce métrage en stop-motion cauchemardesque et poisseux, lequel renvoie également sporadiquement au conte des Trois Petits Cochons et suggère ci et là moultes brutalités déviantes allant du viol au cannibalisme, quand il ne flirte pas avec le body horror d'un Cronenberg reconstitué en papier mâché ou ne dissémine d'iconographie SS entre ses figurines chagrinées. Youpi confettis c'est la fête.

La fête aux anachorètes radicaux de l'animation en volume. Tout opaque et hostile qu'il se revendique, La Casa Lobo est essentiellement une grosse performance technique. Ici point de procédé image par image conventionnel mais une construction/déconstruction live permanente et sauvage, où les personnages se font et se défont à un niveau quasi-moléculaire, s'enlisant puis s'extirpant de leur propre matière, tels des rejets organiques. Un pandémonium au sein duquel des dessins 2D badigeonnés au crayon à même les murs de carton du décor interagissent avec les objets physiques disposés sur le plan de travail, le tout éclairé à la lumière d'un zippo de contrebande dédicacé par Charles Manson. D'une inventivité en tous points monstrueuse, de surcroît agressée par une "caméra" en pleine crise d'adolescence, la réalisation du film ferait passer le plus barré des Svankmajer pour du Hanna-Barbera TV et Throbbing Gristle pour un groupe d'eurodance en rotation sur Fun Radio.

On mentirait sûrement si on disait que La Casa Lobo est un film à ne pas manquer, tant il est compliqué à appréhender et jusqu'au-boutiste dans son esthétique glauque de transmutation en temps réel. Mais on pécherait aussi - par omission - si on ne disait pas qu'il est de cette race de films cultes en germination que des initiés redécouvriront dans trente ans, pour se l'échanger sous le manteau dans une ruelle envahie par le givre comme on partage des documents secrets sulfureux. Pour les motards hardcore.

Note diégétique : 1/5.
Note hypnotique : Inferno Cop/5.

Geoff34
Apprenti Kirin
 
Messages: 1392
Inscription: Mer 23 Oct 2013, 12:12

Re: La Casa Lobo

Messagede Geoff34 le Mar 19 Juin 2018, 13:40

De l'animation barré qui aurait eu sa place dans Liquid Television de MTV.
Oly oly oly oh, yely yely yely yeah
The uptown Tokyo slammin' night, let's get on
Oly oly oly oh, yely yely yely yeah
The uptown Tokyo slammin' night

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9285
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: La Casa Lobo

Messagede Zêta Amrith le Mar 19 Juin 2018, 19:46

Liquid Television MTV cherchait à être cool, jeune et cynique donc pas vraiment.

Avatar de l’utilisateur
Tetho
Rédac : Crest of "Z's"
 
Messages: 19121
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:44

Re: La Casa Lobo

Messagede Tetho le Mar 19 Juin 2018, 21:30

Personne à la télévision n'oserait diffuser un tel OVNI qui dans sa propre diégèse est un film de propagande destiné aux enfants d'une secte d'anciens nazis cachés au Chili et dont la "morale" est qu'il vaut mieux rester au sein de la communauté que de tenter sa chance dans le monde extérieur. La seule place où l'on peut l'imaginer est dans le circuit des films de minuit, si ce dernier existait encore, ou bien sur arte à 23H30 la veille du remplacement du directeur de la programmation.
On tient là un vrai film culte en puissance dont ceux qui l'ont vu se reconnaitront en laissant échapper un léger "Maaaariiiaaaaa~" que les non initiés ne pourront comprendre.

Le film est fascinant par le jusqu'au-boutisme de sa vison et le refus du moindre compromis. A mi-chemin entre l'horreur Lynchienne époque Eraserhead et le court métrage de stop-motion expérimentale abscon. On est hypnotisé par ces séquences où l'histoire se déroule sur le mur même avant de prendre forme physique, où les corps en papier-mâché se crées à l'écran (et donc les marionnettes avec), on est fasciné par les tentatives de pousser la chose toujours plus loin, par ces métamorphoses contre-nature, par la façon dont les marionnettes (volontairement ?) grossières rendent le film infiniment plus malsain...
Mais la contrepartie c'est que le fond du film est finalement assez léger, les éléments des scènes se construisant sous les yeux des spectateurs tout cela prend un certain temps et plombe le rythme d'un film qui au bout de 25-30 minutes donne déjà l'impression d'avoir tout donné et dont la vague relecture des trois petits cochons (cannibales et incestueux, hein, quand même) n'est surtout qu'un prétexte à une performance artistique jamais vue. On sort du film complètement sidéré et content que ça en finisse, mais pas tant à cause du contenu que d'une certaine lassitude qui s'est installée depuis trop de temps.


Reste un film à la proposition hardcore qui de par sa nature ne sera pas vu par grand monde. Mais ceux qui sont fasciné par les films de propagande de la Happy Science ou Aum Shinkiro ne regretteront pas les efforts produits pour avoir l'occasion de le visionner.
Achieve your mission with all your might.
Despair not till your last breath.

Make your death count.

Geoff34
Apprenti Kirin
 
Messages: 1392
Inscription: Mer 23 Oct 2013, 12:12

Re: La Casa Lobo

Messagede Geoff34 le Mar 19 Juin 2018, 22:01

Je comprends maintenant, vu le sujet abordé, c'est un film pas évident à être exporté ailleurs.
Oly oly oly oh, yely yely yely yeah
The uptown Tokyo slammin' night, let's get on
Oly oly oly oh, yely yely yely yeah
The uptown Tokyo slammin' night



Retourner vers Animation internationale, bédés & comics

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité