Funan

Modérateurs : Aer, Equipe forum MATA-WEB Animation internationale, bédés & comics : Actu et critiques sur l'animation hors-Japon

Retourner vers Animation internationale, bédés & comics

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9041
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Funan

Messagede Zêta Amrith le Lun 18 Juin 2018, 14:08

FUNAN

Image

Réalisation : Denis Do
Scénario : Denis Do et Magali Pouzol
Animation : Lunanime et Gao Shan Pictures

Sortie le 13 Mars 2019.
Cristal du long-métrage lors du festival d’Annecy 2018.

Situé au milieu des années 70, le film suit l’exil forcé d’une famille cambodgienne après la prise de pouvoir par les khmers rouges. Réduite à l’esclavage et à la faim, elle cherche à retrouver son tout jeune garçon séparé du groupe durant le périple.

Récit biographique mettant en scène la mère du réalisateur – aussi dans une moindre mesure son frère – aux prises avec des idéologues ravagés du ciboulot, Funan est un projet auquel Denis Do consacra cinq années de recherche de financements couronnées par dix-huit mois d’animation proprement dite. De par sa nature très personnelle et la démarche fondamentalement sincère de son auteur, le film touche donc forcément un peu plus qu’une œuvre de pure fiction ne saurait le faire. Le sujet même du métrage, qu’on pourrait résumer à l’aliénation au quotidien, et son traitement voulu très réaliste le conduisent, mécaniquement, à reproduire à l’écran la fatigue et la redondance inhérente à la (sur)vie sous le joug du canon. Rizières ou champs, corvée agricole ou de construction, c’est en définitive un peu la même chose, et si l’on ne peut que saluer cette approche de vérité, il faut d’emblée comprendre que ça n’est pas un film à suspense ou à rebondissements mais un volet carcéral en plein air, dans lequel un malheur vient souvent succéder au malheur. C’est à la fois toute la noblesse de Funan et ce qui le coupera d’une partie du public.

Sur la forme, la production fait le pari de la sobriété et du minimalisme, à la lisière de la BD et du dessin de presse. Ca marche, sans non plus ébouriffer son monde. Tout à son objet, le réalisateur contourne les tentations esthétisantes, économise les effets, ne magnifie à l’excès ni les hommes ni la campagne. Le design des protagonistes est à l’avenant, évitant sciemment toute saillance ou fantaisie qui pourraient les trivialiser à la sauce cartoon. On affiche un sérieux peut-être un peu trop monolithique mais cohérent, et surtout défendable sur le plan intellectuel compte tenu des visées qui président à l’histoire. Funan pâtit pourtant d’un gros souci qu’il serait assez hypocrite de vouloir zapper, il souffre lui aussi du syndrôme très français du "doublage de vedettes". Pour faire bref, Bérénice Bejo n’est vraiment pas convaincante dans le rôle, pour ne pas dire carrément atone. Alors on n’atteint pas, loin de là, le massacre de Marion Cotillard dans Avril Et Le Monde Truqué – qui sabordait littéralement le film du début à la fin, cependant il apparaît vite qu’elle amenuise la dramaturgie par son interprétation sans âme. Il est regrettable de ne pas avoir fait appel à de vrais professionnels de la voix pour enregistrer plutôt que de nouveau miser sur des noms vaguement connus mais qui semblent s’en foutre au plus haut point.

Ombreux sans se départir de son humanité, ce Funan par-delà ses quelques moments un peu monotones inspire du respect et rejoint la copieuse liste des œuvres illustrant les raisons pour lesquelles l’animation européenne – y compris française – est actuellement, sinon la meilleure en tous cas la plus intéressante au monde : pour elle plus que pour les autres, la réalité et les gens existent.

Avatar de l’utilisateur
Tetho
Rédac : Crest of "Z's"
 
Messages: 18756
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:44

Re: Funan

Messagede Tetho le Lun 18 Juin 2018, 15:03

(Rassuré de voir que je ne suis pas le seul à trouver que Bejo ne croit pas un instant à son texte et ne s'implique pas dans son personnage, les autres personnes avec qui je suis allé le voir me disait que si ça allait et que je pinaillais)


Je ne suis pas rentré dans le film, pourtant vraiment admirable par ses intentions et sa sobriété. Il aurait été facile de tomber dans le pathos à outrance mais Denis Do a refusé cette route. J'ai trouvé le film vraiment froid et distant, impossible de me sentir impliqué dans tout ce qui arrive aux personnages principaux. La faute en partie à la mise en scène, mais surtout à récit qui ressemble à tous les récits de réfugiés qu'il soit. C'est un des paradoxe des témoignages de victimes d'atrocités (guerre, déportation, épuration ethnique, torture...), quand on lit de nombreux témoignages on réalise assez vite qu'il se dégage 2, 3 ou 4 récits-type dans lesquels ont peut classer la quasi-totalité. Et là c'est exactement ça avec les victimes des khmers rouges. En refusant d'humaniser à outrance ses héros, en refusant de donner un visage aux bourreaux (en montrant Pol Pot par exemple), le film manque d'éléments auxquels s'accrocher, comme ces scènes du Tombeau des Lucioles où Seita et Setsuko contemplent les étoiles ou jouent avec les lucioles. Au final j'étais plus intéressé par les personnages secondaires, comme le cousin endoctriné par les khmers qui réalise trop tard son erreur, ou cette femme prête à tout pour survivre, au risque d'être méprisée par les autres prisonniers, car eux avaient quelque chose à raconter.
Je ne doute pas que pour Denis Do tout ça résonne particulièrement avec lui, le film est construit sur l'histoire de sa famille, mais pour moi ça ma semblé autrement plus lointain.


Un film admirable néanmoins dans sa dignité et ses choix artistiques, et qui augure d'une carrière particulièrement riche pour son réalisateur qui n'a que 33 ans.
Achieve your mission with all your might.
Despair not till your last breath.

Make your death count.

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9041
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Funan

Messagede Zêta Amrith le Lun 18 Juin 2018, 18:44

Plutôt d'accord. Comme le sujet le concernait personnellement, j'imagine que le réalisateur a dû vouloir mettre une distance dans le traitement pour ne pas qu'on puisse lui reprocher de s'épancher. En fonction du spectateur, ce qui se veut à l'origine pudique peut déborder du côté de la froideur.

Tout ça aurait été fortement atténué avec un doublage plus juste.



Retourner vers Animation internationale, bédés & comics

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité