Ze Hidetaka Miyazaki Bizness Club

Modérateurs : Aer, Equipe forum MATA-WEB Jeux vidéo : Amis des pixels ou de la Next generation bienvenues !

Retourner vers Jeux vidéo

Avatar de l’utilisateur
VpV
Pitit LEGO
 
Messages: 319
Inscription: Sam 26 Jan 2013, 21:54

Re: Ze Hidetaka Miyazaki Bizness Club

Messagede VpV le Jeu 05 Sep 2019, 21:46

Suite du périple dans Bloodborne, par courtes sessions de jeu (4 ou 5 heures cumulées en deux semaines :sniff:).

Après avoir vaincu Amelia, direction Hemwick, comme promis. Les sorcières ne resteront pas un moment fort du jeu tant le combat est anecdotique. C'est d'ailleurs un premier petit reproche qu'on peut faire au jeu : hormis les duels contre les chasseurs (boss ou non) qui sont intenses, on a vraiment l'impression d'enchaîner les sacs à PV qui gigotent, entrecoupés de boss gimmick assez simples (sorcières, ombres). Bref, c'est toujours cool de pouvoir débloquer l'utilisation des anneaux runes.

Le problème, c'est que maintenant, où aller ? Hemwick débouche sur un cul de sac. On retourne alors voir toutes les portes closes dont on se souvient. En vain. Obligé d'aller sur le net, pour se rendre compte que la cinématique post-Amelia débloquait en fait un mot de passe pour ouvrir une satanée porte dont j'avais oublié l'existence et la localisation exacte. :mrgreen: (J'ai remarqué après coup qu'un message d'aide révélait ce trigger au sommet d'une tour juste avant la cathédrale). En relisant le thread, je vois qu'Aer semble avoir buté aussi sur ce point. C'est assez surprenant qu'on ne soit pas plus guidé.

Sur internet, je vois aussi que les grands mobs avec leurs sacs vous amènent dans une nouvelle zone s'ils vous tuent. OK, essayons. Petite exploration, puis oh, un gros boss... qui me désintègre en deux, deux. Deuxième tentative : OK, il fallait être aggressif, ça le fait chanceller et ça l'éteint. Bye, bye, Paarl.

Allez, direction les Bois interdits. Oh, ça y est, elle est là ! La zone pénible de tout bon Soulsborne qui se respecte. Bon, ça ne vaut pas un marécage de Dark/Demon's Souls, mais la case est cochée. :D Dès lors, le jeu passe un premier palier de difficulté notable : premières vraies embuscades (fini l'exploration pépère) et ennemis qui commencent à enchaîner fort. Tant bien que mal, je finis par rencontrer des martiens bleus et par me frotter aux Ombres... qui rappellent le trio de gankers du DLC de DS2 croisés avec les Seigneurs Squelétiques du même jeu... en beaucoup moins forts. Petit jeu du chat et de la souris et c'est plié.

Du coup, direction Byrgenwerth. Les ennemis sont costauds et, OK, folie = saignement. Mais y a pas foule dans ce pays.
Oh, un vieux qui montre l'océan ! Tiens, ça brille, sautons. Ah, des araignées (case cochée) ! Bon, ça va être simple, on va bourriner. Après trois essais infructueux, on va plutôt être patient sur la dernière phase, et ça passe. Bye, Bye, Rom (à la quatrième tentative quand même --> boss le plus fort du jeu, à moins que l'ami Deluxe nous trouve une vidéo de Kelly Rowland sur Dailymotion qui nous explique comment ridiculiser l'araignée :D) !

Et là, retour à Yahar'gul. Franchement, en une heure passé là-bas, j'ai dû plus mourir que pendant les 11 ou 12 heures précédentes depuis le début de la partie. Par contre, la zone s'est métamorphosée. Et c'est cool. On reprend un peu le principe de tendances des mondes de Demon's Souls, mais en plus palpable. Dans tous les niveaux, ça va crescendo, à mesure que la nuit tombe et que la lune change. Grosse ambiance.

En l'état actuel des choses, je vais essayer de nettoyer la zone calmement pour pouvoir mieux l'explorer. Mais ça va me demander de la patience avec ces vilaines sonneuses de cloche. J'espère aussi que la zone débouche sur quelque part, sinon je vais me sentir bloqué et il faudra que je wikise ou que je youtube à nouveau.

Quel jeu ! Il donne envie à lui seul de s'acheter une PS4, mais diantre, même d'occase, c'est pas encore donné. Comme Demon's Souls en son temps, les exclus Sony ont vraiment un petit plus dans le soin accordé à la DA et à l'ambiance, peut-être au détriment de la profondeur du système de jeu. Mais, pour le moment, il semble qu'on gagne largement au change.

Avatar de l’utilisateur
Sch@dows
Emperor of Schumiland
 
Messages: 12832
Inscription: Mer 11 Avr 2007, 12:12

Re: Ze Hidetaka Miyazaki Bizness Club

Messagede Sch@dows le Jeu 05 Sep 2019, 23:33

Le coup de la porte du bois interdit, je pense que ça en a bloquer plus d'un, mais tu devais être particulièrement désavantagé par le temps qui séparait chacune de tes sessions de jeu, te faisant oublier ce genre de détails.

Les snatcher ... quel grand moment quand tu découvre par toi même que tu n'est pas mort mais presque en enfer ;p
Paarl n'était en effet pas si méchant, et te permettait finalement d'entrée dans le vieux Yarnham sans être vu par le mec à la Gatling, te permettant de le surprendre dans le dos et de t'en faire un ami ... sans que ça n'apporte rien T__T.

Les bois interdits ... quelques pieges sympa (me faire avoir comme un bleu en voulant assassiner par derrière un homme-bête, mais en tombant dans dans le piège posé derrière lui >__<), mais mon principal ennemi aura été mon sens de l'orientation (pourtant généralement bon).
Les boss de la zone ne sont pas très dure, et j'aurais vu le faire en first try si je n'avait pas été surpris par l'invoc que fait le dernier survivant, et qui était hors champ u__u

Par contre, je vois que tu as zappé quelques zone et boss optionnels des plus sympa.
[Montrer] Spoiler
Normalement, dans les bois, il devait y avoir quelqu'un dans une barraque qui, si tu lui parles a travers la porte, te file une pierre qui ressemble comme 2 goutes d'eau au crane de la bestiole gigantesque sur le toi de la chapelle. Tu peux désormais aller lui dire bonjour ;p

De même en passant dans les bois, tu as dû te manquer un chemin (près de l'endroit où il y a tous les chiens en cage) qui te permet de retourner a l'infirmerie du début du jeu et de découvrir le secret de l'infirmière, mais aussi de récupérer une invitation utilisable à l'autel de Hemwick, et là aussi tu va goûter à la terreur n__n

Et il restera une dernière zone facultative (mais tellement intéressante) que tu pourrais (ou pas) débloquer plus tard.


Pour l'araignée, j'ai été surpris de découvrir que beaucoup de gens s'en prenne au boss sans s'inquiéter des mobs. Mais il est également possible de l'exterminer dès sa phase "zéro" (celle qui a lieu la toute première fois ou tu arrives et qu'elle est sans ses "gardes") avec la bonne combinaison d'armes et le bon timing.

En tout cas, tu n'es pas encore au bout de tes souffrances ^__^"
Image

Avatar de l’utilisateur
Deluxe
Pitit LEGO
 
Messages: 410
Inscription: Jeu 21 Sep 2017, 08:49

Re: Ze Hidetaka Miyazaki Bizness Club

Messagede Deluxe le Mar 05 Nov 2019, 20:46

Nioh 2 (bêta ouverte)

Le premier Nioh a été pratiquement sauvé de la catastrophe grâce à l'idée de Koei Tecmo de proposer plusieurs démos qui ont permis à la communauté de pointer du doigt certaines décisions de design aberrantes (la durabilité des armes...) afin de le voir supprimées du jeu in extremis. Le résultat fut une des meilleures surprises de cette génération, un excellent action-RPG aux mécaniques riches et au contenu dodu. Rien d'étonnant donc que l'éditeur adopte la même tactique pour la suite Nioh 2, même si ces premières heures ressemblent plutôt à un Nioh et demi.

En effet il est bien difficile de voir exactement la différence entre ce jeu et son prédécesseur, on pourrait placer deux screenshots l'un à côté de l'autre il faudrait un expert pour distinguer les deux. Le jeu se déroule plusieurs décennies avant le premier, et cette fois il n'y a pas de personnage principal puisque l'on peut créer son avatar, ce qui signifie encore moins d'intérêt narratif. On retrouve la structure en missions et l'avalanche de loot qui caractérisent la franchise, ainsi que le level-design labyrinthique et surtout la difficulté extrême qui vous fera sérieusement rager, en particulier contre des boss complètement pétés.

Les DLC du premier jeu avaient ajouté deux types d'armes supplémentaires (Odachi et Tonfa) et cette bêta propose elle aussi deux nouvelles armes ; les Hachettes et le Glaive. Ce dernier est assez intéressant puisqu'il ressemble à une arme de Bloodborne avec des movesets complètement différents selon la posture. Pour ma part j'ai essayé l'Odachi, qui allie puissance et portée, tout en revenant à ma bonne vieille Hache pour cheese les ennemis qui ne comprennent toujours pas que ce n'est pas très avisé de tenter de bloquer une masse de métal qui fond à pleine vitesse sur la gueule. L'arbre de compétence a été complètement remanié et il est bien plus exhaustif, c'est peut-être la meilleure amélioration que j'ai remarquée.

Le nouveau système de transformation Yokai est la star du jeu, puisqu'il est possible via des combinaisons de boutions de se transformer en monstre soit le temps d'une attaque (pour bloquer un adversaire qui se transforme lui aussi) soit pour plus longtemps si la jauge adéquate est remplie. Cela ajoute un système de jeu par-dessus une base déjà très remplie et on se retrouve devant quelque chose de très touffu, ésotérique et complexe qui sera très intimidant pour les débutants ou ceux qui n'ont pas une certaine patience.

En bref ceux qui voulaient plus de Nioh seront ravis, mais le jeu n'a aucune intention de s'ouvrir à un nouveau public. Plus difficile, plus compliquée et plus impersonnelle, cette suite est surtout une reprise du premier jeu gonflée au stéroïdes yokai.

Précédente


Retourner vers Jeux vidéo

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Lux et 1 invité