Le topic cinéma

Modérateurs : Aer, Equipe forum MATA-WEB Snack Bar chez Léon : Venez parler sur tout et rien voir surtout de rien

Retourner vers Snack Bar chez Léon

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9541
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Le topic cinéma

Messagede Zêta Amrith le Mer 20 Fév 2019, 17:40

Kurosawa était un admirateur de Capra, avait lu tout Shakespeare et Okamoto étudiait la Nouvelle Vague calepin en paume. C'est pas pour verser dans un occidentalisme forcené, ni pour le plaisir de me répéter, mais la culture du "divertissement" japonaise fut à son zénith lorsque ses acteurs se réappropriaient, et éventuellement dépassaient, des techniques venues d'ailleurs. Nourrie d'elle-même elle perd de sa rigueur structurelle, et vaut ce qu'elle est actuellement - je laisse à d'autres le soin de trouver l'épithète seyant. Je pense que si l'on examinait la question on découvrirait que les années 80 sont la dernière décennie à avoir engendré bon nombre de films nippons assimilables à du cinéma, car la période correspond aussi à la dernière génération otaku transfusée de gré de culture, de musique, de littérature pop et geek. Des opus comme le premier Violent Cop de Kitano comptent parmi les derniers spécimens un peu relevants.

Le dynamisme du cinéma sud-coréen découle peut-être d'un niveau de conscience sociale et politique nettement supérieur au reste de l'Asie. L'industrie, y compris animée, y développe des films portant sur les difficultés de la société coréenne (parfois à une strate métaphorique, à l'intérieur de récits SF ou fantastiques) : inégalités économiques, délinquances et mafias, déviances religieuses. Des choses qui intéressent peu l'angle mort idéologique, aseptisé ou onaniste qu'est le Japon du XXIème siècle, ou alors sur le ton de la blague. Les films coréens sont encore souvent caricaturaux - ça grimdark fort - mais ont compris qu'un art anhistorique ou dénué de raison d'être ne devrait même pas encomber les spectateurs.

Avatar de l’utilisateur
Tetho
Rédac : Crest of "Z's"
 
Messages: 19430
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:44

Re: Le topic cinéma

Messagede Tetho le Mer 20 Fév 2019, 20:06

Le dynamisme du cinéma sud-coréen provient directement du système de quotas instaurés là bas à la fin des années 60. Les salles sont tenues de diffuser un certain nombre d'heures de films coréens par écran par an. Du coup ça créé une demande pour des films coréens à diffuser. Au début ils diffusaient ce qui était produit mais cette demande, couplé à l'essor économique du pays dans les années 80 et une internationalisation de ce cinéma, a fait que le cinéma coréen a fini par se doter de moyens de plus en plus conséquents et des cinéastes ont émergés.
On le savait déjà vu ce qu'il se passe chez nous, mais les politiques de quotas d'œuvres artistiques ça fonctionne. La chance de la Corée doit être que les financement locaux permettent de porter des projets plus audacieux quand chez nous ça va surtout financer le prochain Truche ou la prochaine comédie de Danny Boon.
Le Japon, pays libéral si il en est un, n'a pas cette politique de protectionnisme culturel forte (ils se contentent de repousser les sorties de films US de 2 à 6 mois) et du coup les studios se tournent vers des comités de production pour financer leurs films. Et dans ces comités les éditeurs de livres (et les chaines de TV) sont parmi les acteurs les plus actifs et les projets se forment autour de leurs produits.
Sans opportunité pour des cinéastes qui sortent du moule d'émerger, tout ce petit monde tourne en rond.


Rhyvia > Alors autant je n'ai aucun mal à imaginer Boku no Hero Academia en film hollywoodien, pour peu qu'on mervelise un peu les costumes des persos (pas dans le sens les américaniser, mais faire ce que le MCU a fait avec les costumes les plus kitches des comics marvel en les rendant plus "réalistes"). Mais c'est tricher, c'est un manga qui de base est complètement américain dans son univers visuel quand Dragon Ball lui est ancré dans le folklore asiatique.
Par contre Dragon Ball, et encore plus les parties Z ou Super, ça reste des mecs qui se fighent dans les airs en se lançant des boules de feu. Gros flashback de la fin de Matrix Revolution là... Le travail pour rendre ça crédible à l'écran et éviter de faire un film qui sera kitch en moins de 5 ans me semble autrement plus conséquent.
Achieve your mission with all your might.
Despair not till your last breath.

Make your death count.

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9541
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Le topic cinéma

Messagede Zêta Amrith le Mer 20 Fév 2019, 21:20

Tetho a écrit:On le savait déjà vu ce qu'il se passe chez nous, mais les politiques de quotas d'œuvres artistiques ça fonctionne.

Tout dépend ce que l'on entend par "fonctionner". S'agissant du cinéma d'Etat français mieux vaut en rire qu'en pleurer, le protectionnisme protège l'industrie indépendamment de la qualité des produits. C'est le zeitgeist à l'arrivée qui fait le bon ou le mauvais cinéma imo, dans le cas contraire, la façon dont l'auteur se dresse contre la médiocrité de son temps, ce qui suppose un minimum d'intellectualisation du processus artistique. La fiction d'un Japon en rupture avec la réalité tel que celui de 2019 n'a pas d'autre choix que de se débattre dans le vide, sauf à imiter les effets "cinéma-vérité" d'Okamoto comme l'a fait Anno, mais on parle précisément du vieux con qui évoque ce poids de l'Histoire à chaque interview.

Avatar de l’utilisateur
Rhyvia
Apprenti Kirin
 
Messages: 1233
Inscription: Sam 19 Fév 2011, 17:41

Re: Le topic cinéma

Messagede Rhyvia le Jeu 21 Fév 2019, 01:16

La question n'est pas vraiment à quel point c'est simple ni à quel point il faudrait lisser pour que ça marche, mais qu'est-ce qu'il faudrait faire pour que ce soit rentable. On parle d'une industrie qui pense pouvoir relocaliser Akira aux Etats-Unis, y'a de la marge dans ce qu'on peut retirer de Dragon Ball pour en faire un blockbuster hollywoodien selon ce genre de critères.
Et si c'est un bon film, finalement, est-ce qu'il y aura de quoi se plaindre ?

Y'a que les plus purs nerds qui s'intéressent encore à l'animation japonaise parce que c'est de l'animation, mais une grande partie du public irait bien voir ailleurs pour deux balles et un Carambar.

Avatar de l’utilisateur
Grendel Prime
Petit yôkaï
 
Messages: 27
Inscription: Mar 16 Mar 2010, 12:08
Localisation: Belgique

Re: Le topic cinéma

Messagede Grendel Prime le Jeu 21 Fév 2019, 14:00

Zêta Amrith a écrit:Je pense que si l'on examinait la question on découvrirait que les années 80 sont la dernière décennie à avoir engendré bon nombre de films nippons assimilables à du cinéma, car la période correspond aussi à la dernière génération otaku transfusée de gré de culture, de musique, de littérature pop et geek. Des opus comme le premier Violent Cop de Kitano comptent parmi les derniers spécimens un peu relevants.

Les années 80 sont généralement considérées comme étant le nadir du cinéma japonais en prises de vues réelles (du moins, avant la période actuelle), en raison de la perte de vitesse des studios et du développement de la vidéo. Le nombre de films qualitativement remarquables s'est réduit à peau de chagrin comparé aux trois décennies précédentes. Des films tels que Violent Cop et Tetsuo, sortis en 1989, sont au contraire perçus comme le début d'un regain de vigueur du cinéma nippon live qui parcourra toutes les années 90 et grosso modo la première moitié des années 2000.

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9541
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Le topic cinéma

Messagede Zêta Amrith le Jeu 21 Fév 2019, 22:04

Grendel Prime a écrit:Un regain de vigueur du cinéma nippon live qui parcourra toutes les années 90 et grosso modo la première moitié des années 2000.

Là tu parles business non ?
Comme en France les années 80 représentent le début du déclin et ne valent pas le centième des 60s et 70s mais sont celles des derniers grands films de Kurosawa, Kagemusha en tête, Virus, La Ballade De Narayama, Furyo, Pluie Noire, Godzilla 1984, Tetsuo, Shogun's Shadow (merci Gans-HK mais au diable les séquences snuff), Onimasa, Typhoon Club, Mermaid In A Manhole et un paquet de films hardcore du même accabit. C'est aussi le Kitano de Violent Cop avant qu'il fasse des films crypto-français ennuyeux. Les années 90 au Japon sont plutôt celles des films d'auteur à l'européenne.

Avatar de l’utilisateur
Grendel Prime
Petit yôkaï
 
Messages: 27
Inscription: Mar 16 Mar 2010, 12:08
Localisation: Belgique

Re: Le topic cinéma

Messagede Grendel Prime le Sam 23 Fév 2019, 10:57

Non, je parlais au point de vue artistique.

Je vais en rester là, parce que ce serait lancer une discussion fondée sur des arguments de type "dégoûts et des couleurs". Cependant, je me permets d'indiquer que, personnellement, Virus, Shogun Shadow et Dans l'ombre du loup (par exemple) ne sont pas des titres que je considérerais comme des porte-étendards dans une tentative de réhabilitation du cinéma japonais 80s live.

(Je ne pensais pas écrire ça un jour, mais je dois préférer les "films d'auteur à l'européenne".)

Avatar de l’utilisateur
Aer
Modo : Fan de Bakunyû
 
Messages: 10008
Inscription: Mar 29 Juin 2010, 23:01
Localisation:

Re: Le topic cinéma

Messagede Aer le Sam 23 Fév 2019, 16:32

Un compte touitteur actif depuis 2015 que je ne découvre que maintenant, ou une brave âme fait des gifs de films en noirs & blanc, juste pour le plaisir.
C'est assez fabuleux et ça se passe ici.
When you dont afraid any sunshine, come on baby !

行けよ饒舌の 影よ来て導け

Avatar de l’utilisateur
Aer
Modo : Fan de Bakunyû
 
Messages: 10008
Inscription: Mar 29 Juin 2010, 23:01
Localisation:

Re: Le topic cinéma

Messagede Aer le Sam 23 Fév 2019, 22:02

Nicky Larson

Pour résumer et rester dans l'idée du film, c'était nippon ni mauvais.

C'est clairement Nicky Larson (et pas City Hunter), j'ai rigolé a plusieurs reprises devant les gags absurdes (les références m'ont juste fait chier en fait, comme assez souvent, c'est lourd et ça tombe comme un cheveu dans la soupe) et je peux pas dire que j'ai passé un mauvais moment. Mais ça n'ira pas plus loin que ça. Le coté humour lourdingue graveleux était pas terrible aussi, souvent un peu too much.

Quelque part, si on enlève le décor Nicky, j'avais l'impression de voir un pastiche de James Bond, ce qui me semble être une critique correcte de ce qu'on a. Dommage que ça ne soit pas plus, mais fallait pas attendre des miracles non plus.

Bref, d'un truc qui partait au trente sixième dessous, on a un film regardable, et c'est je pense déjà pas mal pour lui.
When you dont afraid any sunshine, come on baby !

行けよ饒舌の 影よ来て導け

Geoff34
Soul of Chogokin
 
Messages: 1716
Inscription: Mer 23 Oct 2013, 12:12

Re: Le topic cinéma

Messagede Geoff34 le Dim 24 Fév 2019, 14:12

Wow- Wow War- Wow War tonight
Wow- Wow War- Wow War forever

Avatar de l’utilisateur
ChaosLink
Pilote de Bebop
 
Messages: 244
Inscription: Ven 23 Déc 2011, 19:13

Re: Le topic cinéma

Messagede ChaosLink le Mar 26 Fév 2019, 01:18

Je me suis pris récemment une carte d'abonnement au Gaumont Pathé local (Montpellier) et j'en ai donc profité pour voir pas mal des sorties actuelles, et surtout les deux qui intéressent particulièrement les fan d'anime. D'affilés. Mon avis :

Battle Angel Alita : (je spoil un peu, désolé par avance)

Juste avant de parler du film lui-même, un petit aparté pour signaler que ça a été la première fois que je teste l'IMAX (ça n'existe qu'en 3D, désolé Aer) Et bah putain, ça défonce ! L'image est vraiment magnifique et le son nous plonge pleinement dans l'action du film. On sentait vraiment les basses dans nos os. Le supplément est un peu cher (6€ quand même par séance), mais j'en redemande sans soucis (et j'espère un jour une rediffusion de Pacific Rim dans ce format du coup)

En ce qui concerne le film lui-même... Ouais, comment dire. C'était "pas mal".
Je précise par avance que je n'ai jamais lu Gunnm ni aucune de ses suites, et que je n'ai vu les OAV qu'après le film histoire de comparé (et ouais, ça pompe s'inspire un max) Ce qui veut dire que je n'ai fait mon avis que sur ce que le film avait à me proposer sur le coup.

Déjà, je tiens à dire que le film est super beau. Ça rend super bien, malgré quelques moments de vallées dérangeantes sur les cyborg, mais même là, c'était pas trop gênant en vrai. Les yeux globuleux d'Alita rendent également bien pendant le film, même si j'ai vraiment eu du mal avec ça personnellement et que ça me sortait du film par moment (des petites pensées en mode : "Mais ces yeux, putain...") Mais ce côté beau et sympa à deux soucis : déjà, la ville n'a pas tant l'air d'une décharge à ciel ouverte. Elle a même l'air plutôt pas mal pour vivre, même si ça donne pas envie de sortir la nuit.
Et le deuxième soucis par rapport à ça, c'est que les personnages vont faire un tour en-dehors de la ville pour aller voir le vaisseau martien écrasé (Parce que oui, dans le film, c'est YHugo qui emmène Alita le voir), ils passent par des jolies petits champs et ils le trouvent dans un lac au milieu d'une forêt forte sympathique. Oui, les personnages font une putain de sortie au lac pendant le film. Moment un peu con par ailleurs : Alita y récupère l'armure le corps de Berserker dans le vaisseau alors que les protagonistes lui disent bien qu'il a déjà été pillé, mais pas trop parce que bon "Impossible de vendre quelque chose dont on ne connaît pas l'utilité". Ce qui veut dire que vous êtes des sacrées merdes comme pilleurs, mais bon, passons.
En ce qui concerne la bande-son, j'en ai aucun souvenir. Je me souviens être bien dans le film donc elle devait faire le taf mais pas plus marquante que ça.

Sinon, en ce qui concerne l'histoire et les personnages, c'était "meh". Je me sens vraiment obligé de lire le manga pour voir ce qui vient de là, mais en tout cas, le moulinage hollywoodien se fait sentir. Et c'était des fois sacrément gênants, comme par exemple lors qu'Alita harangue les chasseurs de primes en les appelant les héros de la ville et en leur demandant de faire le bien, ou lorsqu'elle veut littéralement offrir son cœur à Hugo, ou ce putain de baisé sous la pluie.
Pour les personnages, Alita est très bien, Ido sert à rien, Hugo m'a trop l'air de sortir d'un film d'ado (mon dieu, cette scène torse nue) et en même temps, il m'a l'air un peu trop âgé (il me semblait que les personnages devaient être plus "jeunes" que ça) et les méchants, bah, sont très méchants. Y'a que Shiren qui est un minimum ambiguë, mais bon, même là, c'est peu ouf dans le développement.

Ha, et le film est censuré à mort sur sa violence. Et ça se sent à tout les niveaux.

Au final, j'ai quand même passé un bon moment devant le film, mais même sans connaître l’œuvre d'origine, les problèmes se faisaient bien sentir. Ha, et j'étais avec un pote pour qui Gunnm est son manga favori : c'était assez drôle de le voir rager toute les 5 minutes.

Nicky Larson et Le Parfum de Cupidon :

Pareil que pour Gunnm, je n'ai jamais lu ou regardé City Hunter. Je connais quand même un peu plus l’œuvre, ses personnages, sa réputation, ses musiques, ses génériques etc...
Et de ce que j'en connais, bah, ça m'a l'air d'être une sacré bonne adaptation. Et surtout, c'est un vrai bon film d'action/comédie.

Alors, okay, c'est de la comédie graveleuse comme il en existe nul part ailleurs. C'est bas du front et stupide comme pas possible, mais perso, ça me fait marré. Et oui, y'a des blagues homophobes. Elles sont pas drôles, ni très intéressantes, mais il y en a très peu donc ça "passe". Les références, c'était assez variable, mais le Chevalier du Zodiaque m'a tué perso.
Mais surtout, ce film m'a impressionné sur sa réalisation. Je serais incapable de dire si j'ai déjà vu des scènes d'action pareil dans un film français. C'est assez ouf et ça se suit super bien.

Après, j'ai pas des masses de trucs à dire sur le film : je me suis beaucoup marré, j'ai pris mon pied devant les scènes d'action et on sent que c'est un film qui a été fait par des fans qui ont tout compris à l’œuvre original et avec les meilleurs attentions du monde. Si y'a une suite, j'en reprends sans soucis.
"Alcohol is humanity's friend. Can I abandon a friend ?" ~ Yang Wen-Li

"l'AEUG est le plus grand club de partouze gay de l'otakusphère mondiale" ~ Mellorine

Avatar de l’utilisateur
Aer
Modo : Fan de Bakunyû
 
Messages: 10008
Inscription: Mar 29 Juin 2010, 23:01
Localisation:

Re: Le topic cinéma

Messagede Aer le Sam 09 Mar 2019, 11:33

Un article sur Lindsey Ellis en anglais dans Wired. Plutôt intéressant pour son coté hagiographique.
When you dont afraid any sunshine, come on baby !

行けよ饒舌の 影よ来て導け

Avatar de l’utilisateur
ChaosLink
Pilote de Bebop
 
Messages: 244
Inscription: Ven 23 Déc 2011, 19:13

Re: Le topic cinéma

Messagede ChaosLink le Lun 11 Mar 2019, 23:27

JoJo no kimyô na bôken: Daiyamondo wa kudakenai - dai-isshô (2017) :

L'adaptation live de la (première partie de la) partie 4 de Jojo's Bizarre Adventure, Diamond is Unbreakable par le réalisateur Takashi Miike. Ce film adapte le début de l'histoire jusqu'à la fin du combat contre les frères Nikimura, en développant un peu plus le grand-père de Josuke, leur relation et les meutres d'Angelo, ainsi que le farm d'utilisateurs de Stand de Keicho Nijimura pour coller à un format cinématographique. La seule grosse différence par rapport au manga :
[Montrer] Spoiler
C'est le fait que ce dernier n'est plus tué par Red Hot Chilli Pepper mais par Sheer Heart Attack, afin de faire apparaître Kira Yoshikage plus vite et faciliter une adaptation future du reste du manga.


Et globalement, bah, c'est vraiment pas mal. Alors okay, c'est de l'adaptation direct de manga et ça se sent, y'a que Josuke qui a le droit à un minimum d'évolution (et encore) et y'a pleins de trucs qui sont mis en place pour servir plus tard, comme Yukako. Donc si vous avez pas lu le manga et/ou que vous ne connaissez pas la suite, c'est pas forcément ouf à regarder.
Mais le film est super beau. Wikipedia m'indique qu'ils ont tourné une partie du film en Espagne et c'est une excellente idée, Morioh a ainsi vraiment de la gueule et de la personnalité. Et ça donne vraiment un petit cachet d'avoir des vieux bâtiments historiques européens avec des étudiants en uniformes qui se baladent et des inscriptions en japonais partout. Takashi est vraiment bon dans ce qu'il fait et la réalisation est très bonne, arrivant même à donner une ambiance poisseuse et étouffante pour les moments avec Angelo et Keicho. L'intégration des Stand est vraiment pas mal, à part quelques petits moments ci et là (Surtout avec Aqua Necklace et le dernier Stand que l'on voit) et rend bien mieux que ce qu'on pourrait craindre d'un film japonais. Par contre, on sent qu'ils ont essayés de rendre ça un peu moins manga : les personnages ne crient plus les noms de leur Stand et de leurs attaques toute les deux secondes, et je crois pas avoir vu la moindre JoJo pose du film. Je ne suis même pas sûr qu'on ait le nom de tous les Stand qui apparaissent.

En ce qui concerne les acteurs, ils s'en sortent globalement très bien, à l'exception de Josuke que j'ai trouvé un peu en sous-jeu et Kōichi un peu en surjeu (même si ça correspond bien au personnage d'origine pour Kōichi) Jotaro m'a semblé manquer un peu de charisme et d'autorité également. Yukako est creepy comme il faut et Okuyashu est débile comme il se doit. Après, ils ressemblent tous parfaitement à leur personnage (sauf Angelo mais bon, c'était un peu couru d'avance) donc ça passe bien.

Les musiques n'étaient pas si mal que ça de mémoire, mais comparé à tout les thèmes de folies qui parcourent la série animé, je crois pas qu'ils tiennent vraiment la route.

Au final, c'était vraiment pas mal et je conseille de le voir, ne serais-ce que pour la curiosité de voir du JoJo en live action. Et si jamais ils sortent une suite, j'irais la voir avec joie.
"Alcohol is humanity's friend. Can I abandon a friend ?" ~ Yang Wen-Li

"l'AEUG est le plus grand club de partouze gay de l'otakusphère mondiale" ~ Mellorine

Avatar de l’utilisateur
Xanatos
Rédac : De la cambriole
 
Messages: 4128
Inscription: Mar 10 Avr 2007, 07:31
Localisation: Val d'Europe

Re: Le topic cinéma

Messagede Xanatos le Mar 12 Mar 2019, 21:53

Image

Stan et Ollie

Bon et bien, j'ai vu hier ce fameux film tant attendu dédié au duo comique le plus célèbre de l'histoire du cinéma.

Si le début du long métrage parle de la période où les deux talentueux acteurs comiques étaient aux faîtes de leurs gloire (1937), l'histoire est axée principalement sur la fin de leur carrière respective.

L'atout majeur du film, est bel et bien son tandem d'acteurs.

Steve Coogan est tout bonnement exceptionnel dans le rôle de Stan Laurel et John C.Reilly est fabuleux dans le rôle de Oliver Hardy.

Ils ont su imiter à la perfection, la gestuelle, les mimiques ainsi que les expressions faciales de ces légendes de la comédie, à tel point qu'on a réellement la sensation de voir Laurel et Hardy ressuscités !

A ce niveau là, rien à redire, c'est du grand art !

De plus, on sent une réelle connexion et alchimie entre Coogan et Reilly et ils fonctionnent toujours parfaitement bien ensemble !

Les scènes comiques et burlesques sont quant à elle fort drôles, et on retrouve même certains passages humoristiques célèbres comme la scène la plus hilarante de Laurel et Hardy au Far West ou encore un clin d'oeil est fait au désopilant moyen métrage Livreurs sachant livrer.

On a même un passage fabuleux où
[Montrer] Spoiler
Laurel et Hardy imaginent à quoi ressemblerait le film qu'ils n'ont jamais tourné car le financement n'a pas abouti: Robin des Bois. On voit Laurel interpréter un brigand et Hardy frère Tuck et un acteur ressemblant beaucoup à Errol Flynn interpréter Robin des Bois. Toute cette séquence est fabuleuse et désopilante et on jurerait d'avoir devant nous une image d'archive, tant le ton, les gags et l'ambiance faisaient penser à une comédie de l'époque !

Ceci dit, le coeur de l'histoire se situe dans les relations aussi bien professionnelles qu'amicales des deux artistes ainsi que dans leur vie privée.

Il est en tout cas parfaitement authentique que c'était Stan Laurel qui écrivait la plupart des scénarios de leur films, qui imaginait les meilleurs gags, et même si Oliver Hardy en avait crée certains, il se contentait généralement d'interpréter (excellemment) bien son rôle.

Et puis il y a aussi une ambiance douce et amère qui traverse le film: on assiste à certaines dissensions et disputes dures ayant opposé les deux collègues et amis, le fait que beaucoup de gens les trouvaient obsolètes dans les années 50 (la scène où une femme, pourtant admirative de notre tandem, disait qu'ils utilisaient toujours les mêmes ficelles les mettaient mal à l'aise, car elle leur disait en quelque sorte qu'ils ne se renouvelaient pas).

Plusieurs scènes sont tout en cas très touchantes, sans être larmoyantes.

Au sujet de la mise en scène de Jon S Baird elle est hélas un peu "plan plan", et, à l'exception de la superbe scène d'introduction
[Montrer] Spoiler
un long travelling de six minutes où nous voyons Laurel et Hardy quitter leur loge, traverser le studio et arriver sur le lieu de tournage de leur film en se retrouvant confronté à leur producteur Hal Roach
, la réalisation n'est pas extraordinaire.

Il est vrai aussi que la narration est assez classique.

Mais globalement le film m'a beaucoup plu. :D

Sans être un chef d'oeuvre, Stan et Ollie est un très bon film, rendant un hommage sincère et émouvant à ces géants de la comédie qui ont fait rire et rêver des millions de gens et bercé plusieurs générations.

Sinon quand je suis allé le voir au cinéma, autant la salle était pleine, autant j'étais le spectateur le plus jeune (alors que j'approche de la quarantaine), la moyenne d'âge des spectateurs oscillant entre 50 et 75 ans.

J'ai même entendu le témoignage touchant d'un septuagénaire, qui, au terme de son visionnaire du film a déclaré "C'était merveilleux... j'avais l'impression d'être retombé en enfance !"
Edgar, Edgar, prince de la Cambriole...

Avatar de l’utilisateur
Xanatos
Rédac : De la cambriole
 
Messages: 4128
Inscription: Mar 10 Avr 2007, 07:31
Localisation: Val d'Europe

Re: Le topic cinéma

Messagede Xanatos le Mer 20 Mar 2019, 23:12

Image

Tsukasa Hôjô est en train de réaliser actuellement son tout premier film live en prises de vue réelles: Angel Sign.

https://animeland.fr/2019/03/20/tsukasa ... film-live/

Lors du Comic Con d'octobre dernier, un fan lui avait demandé ce qu'il faisait en ce moment, Hôjô lui avait répondu qu'il travaillait actuellement sur le story board d'un film. Il parlait sans nul doute de son futur long métrage. :)

Je serai en tout cas très intéressé de découvrir sa première oeuvre live. :)
Edgar, Edgar, prince de la Cambriole...

Avatar de l’utilisateur
Tetho
Rédac : Crest of "Z's"
 
Messages: 19430
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:44

Re: Le topic cinéma

Messagede Tetho le Mer 20 Mar 2019, 23:25

Il a vu le film de Lacheau et s'est dit qu'il ne pouvait pas laisser ça en l'état.


Pendant ce temps Tarentino à l'air au top de sa forme :




Et il semble avoir accepté que quitte à faire des films qui parlent de cinéma, autant faire un film sur le cinéma.
Achieve your mission with all your might.
Despair not till your last breath.

Make your death count.

Avatar de l’utilisateur
Xanatos
Rédac : De la cambriole
 
Messages: 4128
Inscription: Mar 10 Avr 2007, 07:31
Localisation: Val d'Europe

Re: Le topic cinéma

Messagede Xanatos le Jeu 21 Mar 2019, 10:55

Sauf que Tsukasa Hôjô a absolument adoré le film de Philippe Lacheau.
Il l'avait par ailleurs dit lors de la conférence qu'il a accordé au Comic Con: il a refusé catégoriquement plusieurs projets d'adaptations cinématographiques, notamment venant d'Hollywood, l'un d'entre eux devait avoir un style proche du lamentable xXx avec Vin Diesel, ce qui révulsa Hôjô qui déteste par ailleurs la plupart des blockbusters Américains actuels. Lacheau et son équipe avaient bossé un an et demi sur le film, ils l'avaient soumis au mangaka qui a adoré le script et y a participé en améliorant certains gags (c'est à lui par exemple que l'on doit l'hilarant gag final). Et après avoir vu le film terminé, il l'a absolument adoré ! Son enthousiasme était palpable quand il en parlait lors de la conférence. Et vu l'excellence de Nicky Larson et le parfum de Cupidon, je le comprends aisément ! ;)

Pour en revenir à Tsukasa Hôjô, je suis très curieux de découvrir son premier film. Il y a déjà eu des mangaka qui ont réalisé des films d'animation cinématographiques tirés de leurs manga tels que Katsuhiro Otomo pour Akira, Monkey Punch pour Lupin III Mort ou Vif...

Sauf que là, Tsukasa Hôjô réalise un film live, et qui semble être une création originale.

Quant à Once Upon a Time in Hollywood, je l'attends avec impatience, le père Tarantino semble en effet en forme et Brad Pitt ainsi que Léonardo Di Caprio ont l'air de s'éclater ! :)
Edgar, Edgar, prince de la Cambriole...

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9541
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Le topic cinéma

Messagede Zêta Amrith le Jeu 21 Mar 2019, 12:19

Xanatos a écrit:Sauf que Tsukasa Hôjô a absolument adoré le film de Philippe Lacheau.

Il est japonais.
Il pratique la béatitude xanatosienne depuis la petite enfance.

Avatar de l’utilisateur
Tetho
Rédac : Crest of "Z's"
 
Messages: 19430
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:44

Re: Le topic cinéma

Messagede Tetho le Jeu 21 Mar 2019, 12:35

Pour le coup je suis près à le croire quand il dit qu'il a apprécié le film. Quand il était venu à la Japan Expo on lui a demandé ce qu'il pensait du film avec Jackie Chan et il avait répondu qu'il aimait le film, que pour lui c'était un humour similaire à celui de son manga et qu'il ne comprenait toujours pas le rejet de ce dernier par les fans. Il semblait sincère au possible, pas comme Taniguchi venu pour la sortie de Quartier Lointain et qui laissait le réalisateur parler du film avant de se contenter de lâcher un "j'ai été surpris au début, puis en fait j'ai réalisé que c'était une autre vision de mon récit que je devais accepter" très japonais pour le coup.



(sinon Otomo a déjà réalisé des films en prises de vues réelles, dont l'adaptation de Mushishi)
Achieve your mission with all your might.
Despair not till your last breath.

Make your death count.

Geoff34
Soul of Chogokin
 
Messages: 1716
Inscription: Mer 23 Oct 2013, 12:12

Re: Le topic cinéma

Messagede Geoff34 le Ven 22 Mar 2019, 21:20

Wow- Wow War- Wow War tonight
Wow- Wow War- Wow War forever

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10675
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: Le topic cinéma

Messagede Gemini le Mar 02 Avr 2019, 16:21

Ou comment Lindsay Ellis continue d'enfoncer la concurrence : https://www.tor.com/2019/04/02/2019-hug ... announced/

Avatar de l’utilisateur
Ramior
VIP : ***
 
Messages: 3010
Inscription: Mer 13 Juin 2012, 14:07

Re: Le topic cinéma

Messagede Ramior le Mer 10 Avr 2019, 20:08

Une video sur l'etat actuel du cinéma chinois:


Avatar de l’utilisateur
Ialda
Modo : bodacious kunoichi otaku
 
Messages: 18943
Inscription: Sam 31 Mar 2007, 13:25
Localisation: Firelink Shrine

Re: Le topic cinéma

Messagede Ialda le Mer 10 Avr 2019, 23:33

C'est sûr que les CGI n'ont pas eu un effet franchement bénéfique sur le cinéma chinois et que pas mal de grosses prods ont depuis lors un peu toute le même look artificiel malaisant d'une cinématique de Final Fantasy 8; mais niveau esthétisme contestable, Disney-Marvel nous abreuve de navets aussi peu inspirés les uns depuis dix ans sans que personne n'y trouve à redire.

Et le mec m'a perdu sur l'image négative intériorisée des chinois et le manque d'identité des cinéastes.

J'ai compris sur la fin de la vidéo qu'il essayait en fait de nous vendre le besoin d'un cinéma chinois aussi misérable et socialement engagé que le cinéma Français contemporain. Je prie pour que personne ne l'écoute. Même si le cinéma chinois est (gros IMHO) sensiblement moins intéressant ces dernières années et depuis grosso modo la rétrocession de HK, même si les personnalités qu'on a pu voir émerger depuis ne sont pas toujours pas à la hauteur des grands anciens, ce pays ne mérite pas ça.

Avatar de l’utilisateur
Tetho
Rédac : Crest of "Z's"
 
Messages: 19430
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:44

Re: Le topic cinéma

Messagede Tetho le Jeu 11 Avr 2019, 01:36

Plus que "le cinéma chinois", c'est "les blockbusters chinois". Je ne suis pas assez expert pour juger de toute cette histoire de "les chinois n'aiment pas s'imaginer étant chinois", mais leur cinéma court après Hollywood, dans l'espoir d'une reconnaissance locale et internationale, sans avoir l'expérience, créative ou technique, de ces derniers dans ce domaine, forcément ça va prendre entre une et deux décennies pour que leur cinéma rattrape leur retard dans ces domaines. Même si les derniers Tsui Hark ne sont pas forcément ce qu'il y a de plus rassurant à ce sujet. Le dernier détective Dee n'est rien de moins qu'un gros nanard indigne du réalisateur de Times & Tide.
Maintenant je ne sais pas si mimer Hollywood est ce qu'ils ont de mieux à faire. C'est une stratégie qui condamne les films à se fondre dans le plus petit dénominateur commun culturel, c'est assez stérile. On l'a vu il y a deux ans quand le Luc Besson du Cinquième Élément nous offert un Valerian insipide au possible.
Mais sinon le cinéma chinois arrive quand même à produire des films digne d'intérêt, et par chance en France on a une partie de ces films qui sortent chez nous. Comme le très bon Une Pluie Sans Fin, sorti l'année dernière. Relecture de Memories of Murder où les désillusions d'une enquête qui n'avance pas se fondent dans celles lié à la politique industrielle chinoise. En sortant de la salle un pote d'origine chinoise ne comprenait pas comment un film qui dépeint l'économie chinoise de façon si négative a pu passer la censure du parti.


A ce sujet, j'ai lu cet article au sujet de la réception par la critique américaine de The Wandering Earth, le second plus gros succès historique du cinéma chinois, et avec du cinéma non-anglo-saxon, qui connaitra bientôt ce sort peu enviable qu'est le direct-to-Netflix. J'aimerais croire que ce film souffre d'une incompréhension chez les américains comme Starship Trooper en son temps (incompréhension qui semble persister 20 ans plus tard si j'en crois la médiocre vidéo du Nostalgia Critic), l'article lui-même confondant occident et Amérique du Nord, mais j'ai aussi l'impression que c'est lui donner trop de crédit.
Curieux de voir la chose quand même, les 3DCG ont pas l'air dégeux pour le coup.
Achieve your mission with all your might.
Despair not till your last breath.

Make your death count.

Avatar de l’utilisateur
Ramior
VIP : ***
 
Messages: 3010
Inscription: Mer 13 Juin 2012, 14:07

Re: Le topic cinéma

Messagede Ramior le Jeu 11 Avr 2019, 03:06

"En sortant de la salle un pote d'origine chinoise ne comprenait pas comment un film qui dépeint l'économie chinoise de façon si négative a pu passer la censure du parti."


J'ai eu l'occasion de discuter avec quelqu'un qui a un frère en Chine et il expliqué que certaines villes Chinoise sont tellement autonome que même le gouvernement n'interfèrais pas dans leur affaire, alors peut être que c'était une exagération de ça part.

Mais si c'est le cas, peut être que certains studios cantonnais (lol) à ses villes produisent des villes qui critique ouvertement le gouvernement chinois.

PrécédenteSuivante


Retourner vers Snack Bar chez Léon

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 4 invités