Le topic cinéma

Modérateurs : Aer, Equipe forum MATA-WEB Snack Bar chez Léon : Venez parler sur tout et rien voir surtout de rien

Retourner vers Snack Bar chez Léon

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9542
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Le topic cinéma

Messagede Zêta Amrith le Mer 28 Nov 2018, 02:27

Pour ma part, j'ai revu celui de 1990 très souvent et régulièrement, j'en connais la plupart des dialogues sur le bout des doigts. Les intonations de la VF me font beugler de rire comme à l'époque, mais comme le dit la vidéo le film est surtout désarmant de sincérité.

Les deux suivants appartiennent plus au registre de la farce de récré. Ils n'ont aucun contenu sur le plan émotionnel, aucun des dialogues doux-amers qui élèvent le premier, même si le second a ses quelques moments ci et là - les costumes de Rahzar et Tokka sont top, la séquence d'infiltration chez les Foot, la découverte de la station de métro abandonnée... Le film CG de 2007 aurait pu être bien si le réalisateur n'avait pas voulu se positionner dans la continuité de la série animée de 2003 en éliminant Shredder de l'équation ; c'est d'autant plus idiot que finalement, tout ce qui ne fonctionne pas dans ce métrage a trait aux antagonistes improvisés pour pallier à son absence (et à April/Casey mais on les voit peu), alors que les scènes concernant les tortues restent dans l'ensemble assez réussies. Rien que l'idée de Leonardo en défenseur mythique des péones contre les bandits au Nicaragua mérite deux pouces levés. Il y a eu une erreur dans l'option sélectionnée à la base.

Avatar de l’utilisateur
Lion_Sn@ke
Spirit of Nausicaä
 
Messages: 2075
Inscription: Ven 24 Oct 2008, 10:13

Re: Le topic cinéma

Messagede Lion_Sn@ke le Mer 28 Nov 2018, 11:36

Les tortues Ninja 2 c'était une franche déception, mais le 3 cela reste pour moi du niveau de "Oh et puis zut je m'en fiche qu'ils aillent se faire voir"

Sérieux ces blagues de 8:50 à 10:50 sur la vidéo du JDG (excellente d'ailleurs)

Avatar de l’utilisateur
Tetho
Rédac : Crest of "Z's"
 
Messages: 19430
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:44

Re: Le topic cinéma

Messagede Tetho le Ven 30 Nov 2018, 13:49

Si vous vous désoliez de la fin du Fossoyeur et avez abandonné tout espoir d'une S2 pour Chroma et cherchez du coup une bonne émission ciné pour les remplacer, Arrêt sur Image lance une émission de chronique ciné orienté grands classiques/patrimoine. Le premier épisode est consacré à la Couleur Pourpre et est gratuit pour une période limitée.



Sinon allez voir les vidéos de Bolchegeek, c'est secrètement le meilleur chroniqueur "pop culture" du youtube game francophone.
Achieve your mission with all your might.
Despair not till your last breath.

Make your death count.

Avatar de l’utilisateur
Ialda
Modo : bodacious kunoichi otaku
 
Messages: 18943
Inscription: Sam 31 Mar 2007, 13:25
Localisation: Firelink Shrine

Re: Le topic cinéma

Messagede Ialda le Ven 30 Nov 2018, 14:20

Merci pour les liens. Si vous avez la même chose côté podcast, je suis preneur aussi.

On m'avait récemment recommandé 2 Heures De Perdues because je me remate en boucle Phantom of the Paradise depuis deux semaines et ils sont censés faire une émission dessus prochainement, mais je suis assez déçu par les émissions que j'ai pu écouter pour le moment. Ok, Gods of Egypt est un nanar et un film malade, mais il y a mieux à faire dessus que de se contenter de ricaner pendant deux heures.

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10678
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: Le topic cinéma

Messagede Gemini le Ven 30 Nov 2018, 14:39

Tiens, cela me fait penser qu'il faudrait que je m'y remette... :lol:

Avatar de l’utilisateur
Ialda
Modo : bodacious kunoichi otaku
 
Messages: 18943
Inscription: Sam 31 Mar 2007, 13:25
Localisation: Firelink Shrine

Re: Le topic cinéma

Messagede Ialda le Ven 30 Nov 2018, 14:49

Et en chantant si possible :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10678
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: Le topic cinéma

Messagede Gemini le Ven 30 Nov 2018, 15:07

Ialda a écrit:Et en chantant si possible :mrgreen:

Est-ce que tu as vu tous les films cités dans Science Fiction/Double Feature ? Si non, tu sais ce qu'il te reste à faire au lieu de me demander de chanter :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
Ramior
VIP : ***
 
Messages: 3012
Inscription: Mer 13 Juin 2012, 14:07

Re: Le topic cinéma

Messagede Ramior le Ven 30 Nov 2018, 15:58

En parlant de chronique de film :


Avatar de l’utilisateur
Xanatos
Rédac : De la cambriole
 
Messages: 4128
Inscription: Mar 10 Avr 2007, 07:31
Localisation: Val d'Europe

Re: Le topic cinéma

Messagede Xanatos le Ven 07 Déc 2018, 17:05

Premier teaser de Avengers 4:



Je suis très impatient de découvrir ce nouvel opus des Vengeurs, ayant franchement adoré Avengers Infinity War qui m'avait fortement impressionné et enthousiasmé ! :D
Edgar, Edgar, prince de la Cambriole...

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10678
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: Le topic cinéma

Messagede Gemini le Dim 09 Déc 2018, 15:04

Mortal Engines : Meilleur film de l'année. Sans doute le plus gros rêve humide de mechaphile depuis Pacific Rim, et il faut bien avouer que niveau mecha design et inventivité de tous les instants, ce long-métrage se pose là. L'univers est à l'avenant, et c'est un régal de plonger dans une production où un budget conséquent permet de lui donner vie sous nos yeux. Autant dire que cela va faire un bide, d'ailleurs j'ai cru jusqu'à la dernière seconde que je serai seul dans la salle, avant d'être rejoint par deux autres personnes. Sachant qu'il est sorti hier (officiellement Vendredi mais il n'y avait même pas de séances programmées ce jour-là).
Si vous avez vu les bande-annonces, vous savez que l'histoire se déroule dans un monde post-apocalyptique où des villes forteresses immenses et motorisées parcourent les terres dévastées à la recherche de ressources. Ressources qui sont essentiellement d'autres villes. C'est dans ce contexte que nous découvrons Tom, historien londonien spécialisé dans les anciennes technologies, et Hesther, qui cherche à atteindre Londres pour retrouver l'assassin de sa mère.
Malgré les promesses, j'avais tout-de-même peur du résultat, dans la mesure où il s'agit d'un film "produit par" - en l'occurrence Peter Jackson - et non pas "réalisé par" ; en effet, si Christian Rivers travaille avec le Néozélandais barbu depuis Braindead, il s'agit de son tout premier long-métrage en tant que réalisateur. Et si nous pourrons reprocher un manque de personnalité à la mise-en-scène, il faut admettre que le cinéaste fait le travail, propose quelques séquences dantesques et met bien en valeur le gros point fort de Mortal Engines : son univers visuel. Inutile de préciser que le résultat est à voir sur grand écran pour en profiter au maximum.
Les deux personnages principaux sont relativement génériques, même si nous sentons à travers les bribes de son passé que Hesther est beaucoup plus complexe qu'il n'y parait ; au point d'avoir pris une décision extrême à un moment de sa vie, dont je ne vous dirai évidemment rien. Comme il s'agit d'une adaptation de bouquin, il est très probable que celui-ci propose une écriture bien plus fouillée de ses héros, là où le film ne peut vraiment que les survoler. Pour la même raison, le scénario possède quelques facilités, des coïncidences qui s'expliquent probablement par les limites de l'adaptation. Cela ne gâche heureusement pas le plaisir.
Mortal Engines fait probablement partie de ces œuvres qui seront boudées en salles et réévaluées avec le temps, avec son univers post-apocalyptique original, son histoire simple au premier abord mais aux thèmes plus profonds qu'il n'y parait, et ses méchas que les plus cartésiens trouveront ridicules sous prétexte que les auteurs ont transformé la cathédrale Saint Paul en canon-laser. Mais si c'est votre délire, alors ce ne sera rien que du bonheur.


Avatar de l’utilisateur
Tetho
Rédac : Crest of "Z's"
 
Messages: 19430
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:44

Re: Le topic cinéma

Messagede Tetho le Dim 09 Déc 2018, 15:30

La bande annonce, pétrie de clichés de romans young adults, m'avait convaincu d'ignorer ce film tant ça semblait une tentative tardive de surfer sur la vague en y ajoutant un skin steampunk pour se démarquer du lot. Tu confirmes que ça vaut mieux qu'un Twillight ou Divergente avec des mechas ?
Achieve your mission with all your might.
Despair not till your last breath.

Make your death count.

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9542
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Le topic cinéma

Messagede Zêta Amrith le Dim 09 Déc 2018, 15:46

La bande-annonce ne fait pas du tout envie imo.

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10678
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: Le topic cinéma

Messagede Gemini le Dim 09 Déc 2018, 16:40

Je ne me prononcerai pas dans la mesure où je n'ai pas vu Divergente, mais non, ce n'est pas du Twilight. Oui les deux héros sont relativement quelconques - ou du moins, autant qu'il soit possible de l'être dans un univers post-apocalyptique - oui leur trame amoureuse est cousue de fils blancs, et apparemment le bouquin a effectivement été classé young adult, mais ce n'est pas un problème dans la mesure où il ne s'agit pas pour moi de l'aspect le plus important du film. Ce qui importe, c'est qu'il y a Hugo Weaving aux commandes d'une Londres sur chenilles qui bouffent des villes, concept qui pourrait être grotesque s'il ne donnait pas lieu à un paquet de scènes impressionnantes. Et l'univers est plus complexe qu'il n'y parait au premier abord. Bref il s'agit d'un de ces projets dingues qu'aucun studio ne devrait financer.
Après, cela reste Fury Road sans George Miller (mais avec Junkie XL). Ou Pacific Rim sans Guillermo Del Toro. Ou Speed Racer sans les Wachowski. Il lui manque ce supplément d'âme et de maitrise. Mais rien que pour le niveau atteint dans ce film concernant les effets visuels, qui arrivent à nous faire croire à l'existence des Predator Cities, cela vaut clairement le coup d’œil.

Avatar de l’utilisateur
Aer
Modo : Fan de Bakunyû
 
Messages: 10008
Inscription: Mar 29 Juin 2010, 23:01
Localisation:

Re: Le topic cinéma

Messagede Aer le Lun 10 Déc 2018, 00:05

Quelques derniers visionnages tiens, ça fait longtemps.

Bohemian Rhapsody.

J'ai trouvé le film extrêmement cool. Je partais un peu vendu vu que je suis assez fan de Queen, et ne nous voilons pas la face, c'est avant tout un film pour fans de Queen. Les acteurs sont plutôt bons et la réalisation est généralement correcte, avec quelques envolées de ci de la pour rappeler que Brian Singer n'est pas un pingouin. J'ai apprécié que le film ne soit pas uniquement centré sur Freddy Mercury, même si c'est évidemment le point central et le plus intéressant. Le groupe n'est pas oublié, que ce soit dans leur amitié ou leur créations. C'est parfois assez léger dans la gestion de la tension, mais la fin est vraiment au niveau avec une émotion palpable.
Je ne saurais que trop le recommander à tout amateur de rock et de Queen, en plus la bande son est plutôt sympa.

Pas trop compris l'intérêt d'avoir foutu Mike Myers dedans sinon, à par pour la blagounette (nulle).

Les animaux fantastiques.

J'ai vu le premier hier et le second aujourd'hui au cinoche vu que des amis me poussaient pour aller le voir.
C'est sympathique, pas incroyable ni impérissable, mais c'est plutôt correcte en terme de spin-off de Harry Potter. Le premier film est correcte dans sa présentation (sortit de l'intro à chier), les personnages, même si un peu rebutants de prime abord, gagnent rapidement la sympathie. Ca reste HP, mais un peu plus adulte, avec d'autres problématiques et une autre histoire. C'est par contre regrettable que le film soit vraiment coupé en deux idées qui ne se rejoignent pas vraiment (les animaux fantastiques d'un coté, les problèmes du monde de la magie de l'autre), malgré pas mal de contorsions pour nous faire croire que sans les dites bébètes l'histoire ne pouvait se développer.
Le second est dans la même lignée, même s'il est beaucoup plus remplit. Ce coup ci, pas de temps morts, l'histoire est lancée, le décor posé, donc on passe aux choses sérieuses et aux développement actif des personnages et du scénario. C'est encore pas mal embrouillé mais nous avons une meilleur idée de l'histoire que les auteurs veulent mettre en place. Y'a pas mal de drops de révélations amusantes (dont une sortit de l'espace que j'ai trouvé au final assez agréable, même si elle est in fine sans conséquences particulières), et de retournements sympathiques. Les animaux sont encore pas très bien exploités mais ça m'a semblé un peu plus "utile" que dans le premier. Tout est un peu mieux en fait, nonobstant le fait que le film est pas vraiment visible sans avoir vu le premier. On est plus proche de l'effet sériel qu'autre chose.
Aussi, le retour d'un perso du premier un peu en mode "ben il est la lol".

Venom.

Je l'ai pas vu au cinoche mais du coup je regrette un peu. J'étais vachement attiré, déjà parce que c'est Venom et qui n'aime pas Venom quoi, ensuite parce que c'est Tom Hardy et qui n'aime pas Tom Hardy franchement ?
J'ai trouvé le film vraiment cool, déjà l'histoire qui prend un peu son temps avant que le symbiote rentre dans la danse, la découverte des pouvoirs et des interactions un peu farfelues entre les deux personnages, avant la première transformation qui pose vraiment le truc. Les effets m'ont plu, on a vraiment l'impression de voir cet espèce de machin mou et collant qui se glisse partout et sort à volonté du corps.
Le personnage d'Eddie est assez cool, légèrement différent du personnage original des comics de l'époque, mais en même temps ca a bientôt trente ans alors ça va. Le coté gros loser de l’extrême m'a vraiment plu, et leur relation qui se rapproche presque du buddy movie (en plus glauque évidemment) est bien sentie.
L'histoire est assez banal mais fait le job, et on ne lui en demande pas plus. On évite la caractérisation à outrance en filant juste le minimum pour que chaque partie se sente impliquée, et la fin, même si sous le signe d'une certaine menace, résouts ses enjeux sans en faire des caisses.
J'ai eu un petit pincement en voyant Stan Lee aussi.

Franchement une bonne réussite, même si je suis pas sur que le nonos final soit bien nécessaire.
When you dont afraid any sunshine, come on baby !

行けよ饒舌の 影よ来て導け

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9542
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Le topic cinéma

Messagede Zêta Amrith le Mar 18 Déc 2018, 21:32

Vous en avez pas forcément rêvé, la chaîne SyFy l'a fait : Critters 5 entre en tournage. Calibrée en mode vidéo-club Panasonic 80, elle prépare aussi une séquelle du mythique Killer Klowns From Outer Space :lol:

Avatar de l’utilisateur
Tetho
Rédac : Crest of "Z's"
 
Messages: 19430
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:44

Re: Le topic cinéma

Messagede Tetho le Jeu 20 Déc 2018, 02:55



Il est temps de revoir le diptyque de Del Toro je crois.
Achieve your mission with all your might.
Despair not till your last breath.

Make your death count.

Avatar de l’utilisateur
Xanatos
Rédac : De la cambriole
 
Messages: 4128
Inscription: Mar 10 Avr 2007, 07:31
Localisation: Val d'Europe

Re: Le topic cinéma

Messagede Xanatos le Jeu 20 Déc 2018, 10:26

Image

Qu'ils aillent au diable (oui je sais, c'était trop tentant :mrgreen: ) avec leur reboot pourri.

Le nouveau costume est naze (alors que celui de Ron Perlman était génial sans oublier sa superbe interprétation du personnage), l'humour beauf est écoeurant, les effets spéciaux sont affligeants.

De toute manière, j'avais décidé de boycotter leur projet de reboot depuis le début: j'avais déjà été triste quand le pauvre Guillermo Del Toro a annoncé, la mort dans l'âme, que Hellboy 3 ne se ferait jamais, et quand on a appris, MOINS D'UNE SEMAINE PLUS TARD que Hollywood lançait et finançait un reboot, je me suis dit: qu'ils aillent se faire voir !

Et en plus, pour avoir lu quelques BDs de Mike Mignola, ce n'est pas le genre de Hellboy de balancer des vannes en dessous de la ceinture à tout bout de champ.

Je préfère moi aussi mille fois revoir les deux premiers films, surtout que j'ai beaucoup aimé le premier et adoré le second...

Dans un registre quasi similaire, Disney est heureusement beaucoup plus drôle: au lieu de faire un remake du Aladdin de John Musker et Ron Clements, film d'animation culte de la firme qui a marqué et enchanté toute une génération, ils font un remake du Aladin Français de Kev Adams :lol: :

Image
Edgar, Edgar, prince de la Cambriole...

Geoff34
Soul of Chogokin
 
Messages: 1720
Inscription: Mer 23 Oct 2013, 12:12

Re: Le topic cinéma

Messagede Geoff34 le Mar 25 Déc 2018, 17:48

Wow- Wow War- Wow War tonight
Wow- Wow War- Wow War forever

Avatar de l’utilisateur
Aer
Modo : Fan de Bakunyû
 
Messages: 10008
Inscription: Mar 29 Juin 2010, 23:01
Localisation:

Re: Le topic cinéma

Messagede Aer le Mar 25 Déc 2018, 19:17

Vu la qualité certaine de Get Out, ce sera un film à voir pour confirmer les capacités de Jordan Peele.
When you dont afraid any sunshine, come on baby !

行けよ饒舌の 影よ来て導け

Geoff34
Soul of Chogokin
 
Messages: 1720
Inscription: Mer 23 Oct 2013, 12:12

Re: Le topic cinéma

Messagede Geoff34 le Jeu 03 Jan 2019, 09:24

Pour la nouvelle année, j'ai revu Joe's Apartment, un des films de mon enfance, avec des cafards qui chantent et qui dansent :mrgreen:

Wow- Wow War- Wow War tonight
Wow- Wow War- Wow War forever

Avatar de l’utilisateur
Tetho
Rédac : Crest of "Z's"
 
Messages: 19430
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:44

Re: Le topic cinéma

Messagede Tetho le Sam 05 Jan 2019, 18:44

Quelques avis en ce début d'année :

Aquaman :
J'y suis allé le 25 décembre, en sortant bourré du repas de famille en me disant que saoul ça pourrait être un bon film. Et bien même l'alcool ne peut rien contre se film qui ne se respecte pas au point de balancer un mauvais remix d'Africa de Toto par Pitbull au moment où les héros débarquent en Afrique. Voilà, comment défendre un tel film qui tend à ce point le bâton pour se faire battre ?
Le pire est que le film est interminable et j'avais complètement décuvé mon vin à temps pour le final où le héros chevauche un hippocampe pour mener des baleines, des dauphins et Marry Poppins au combat sous-marin. Madre de dios :20:


Mortal Engine :
OK, donc c'est complètement du young adult avec tous les clichés et poncifs propre au genre. L'héroïne outsider qui mène malgré elle la rébellion contre un régime totalitaire et elle est la seule à pouvoir le faire car elle est la fille de. *baille*
Le début du film est pas dégeux, avec Hugo Weaving (impérial, comme toujours) qui dirige la ville de Londres sur chenilles à la chasse contre une petite ville bavaroise sur roues. La démesure de la scène et les bonnes idées de design (le design de la ville mobile de Londres emprunte autant aux bâtiments classiques de la ville que ceux contemporain de la City) font que le film débute en effet du meilleur pied possible. Mais c'est les 5 premières minutes du film. A partir de là le "rêve humide de méchaphile" vanté par Gemini disparait au profit de personages débiles (mention spéciale à la chinoise qui fait un mauvais cosplay Matrix) et la suite est perclus des pires clichés possible. Holala Hugo Weaving est le méchant, je ne l'ai pas vue venir celle là, pas plus que le fait que les héros avaient le macguffin avec eux tout du long, ou que le terminator qui poursuit l'héroïne pour la tuer finira par la laisser partir. Comble de tout , le méchant est le père de l'héroïne, avouez c'est du jamais vu. La bataille finale se déroulant dans les airs l'aspect "cité cannibale sur roues" est complètement absent, le film préférant plagier Return of the Jedi.
Le meilleur moment du film pour moi, quand les héros arrivent chez les chinois et que le héros plaide la cause des civils londoniens face à l'attaque générale qui se prépare. Là le grand chef des chinois lui dit "comprend bien que nous n'avons pas pour habitude de tuer des innocents, si il existait un moyen de faire autrement je le choisirais sans hésiter." J'en ai tellement ri que la personne derrière moi m'a demandé de faire silence. Il n'y a pas à dire, les chinois sont les nouveaux maîtres d'Hollywood à la place des juifs et des scientologues maintenant.
Je suis sûr que la bande de Mad Movies et autres Mr. Bobines nous vanteront ce film comme une "expérience cinématographique" et autres "adaptation de la théorie de Campbel aux mythes modernes", mais en fait c'est un film très dispensable. Allez plutôt revoir Fury Road ou Pacific Rim à la place, ça se sont des expériences cinématographiques authentiques et des rêves humides de méchaphiles plus de 300 secondes montre en main.


Creed II :
Creed premier du nom était une bonne surprise, réalisé par un Ryan Coogler pré-Black Panther avec son acteur fétiche Michael B. Jordan en tête d'affiche, c'était un remake assumé du premier Rocky avec quelques twists intéressants. On y voyait le fils d'Apollo Creed, qui luttait pour se faire un nom dans le milieu de la boxe malgré ses origines dorées. Il va pour cela convaincre Rocky, qui perdait de plus en plus pied à la vie au fur et à mesure que ses amis meurent autour de lui. On voyait donc en parallèle le combat de Creed pour percer et celui de Rocky pour se reconstruire. Le film offrait à Stallone une des meilleurs performance de sa carrière et son point d'orgue était un combat entièrement film en plan séquence, caméra à l'épaule, que le spectateur passait littéralement en apnée. A elle seul cette séquence mérite que vous consacriez deux heures de votre temps à ce film. Le coté malin de ce film était d'offrir un épilogue vraiment réussit à la franchise Rocky et de se terminer sur une note "la vie continue malgré tout" très juste. Idéalement il aurait fallut en finir là, c'était idéal, mais on est à Hollywood et il fallait forcément une suite malgré le passif assez chargé de la franchise avec les suites.
Creed II reprend donc une fois Adonis devenu champion du monde des poids lourd. Réapparait à ce moment Ivan Drago, toujours joué par Dolph Lundgren, qui va le provoquer pour le pousser à affronter son fils. Bien sûr c'est un piège, bien sûr tout le monde dit à Creed de refuser le match et bien sûr qu'il va accepter. Le film est un peu plus malin que ce que j'attendais, mais très loin de la justesse de l'original. Peut-être aurait-il fallut traiter les Drago moins comme des gros méchants très méchants pour que leur histoire fonctionne mieux et qu'on puisse avoir de l'empathie pour eux. Techniquement le film est une déception totale, quand Coogler cherchait des façons originales de filmer la boxe pour impliquer le spectateur, son remplaçant filme les visages des boxeurs se prendre des coups au ralentis, le niveau zéro de l'exercice.


Une affaire de famille/Mambiki Kazoku :
J'avais été assez déçu par le dernier Kore-eda que j'avais vu, Umimachi Diary, un film très anecdotique pris seul et qui comparé au manga qu'il adapte passait simplement à coté de ce qui fait le charme de ce dernier. Mais là il revient en forme avec l'histoire de cette famille pauvre qui vit des emplois précaires des parents, de la pension de la grand-mère et de vols à l'étalage. Kore-eda s'intéresse à la fois à ce qui pousse ces gens à vivre ainsi, à leurs relations ambiguës et à l'incompréhension du monde extérieur. Il arrive à poser un regard à la fois tendre et critique sur ces personnages marginaux, à montrer leur humanité et leur chaleur tout en exposant leurs pires vices à coté. J'aurais aimé crier au chef d'œuvre mais le troisième acte, pour donner du sens au récit, se sent obliger de lever chaque zone d'ombre et fini par lâcher un pavé d'exposition qui rompt avec la subtilité de la narration jusque là. Le film s'en remet plutôt bien mais a pris un coup au passage. Reste que c'est sans doute le meilleur Kore-eda depuis la révélation Daremo Shiranai.
Une palme d'or qui n'a pas été volée.
Dernière édition par Tetho le Dim 06 Jan 2019, 00:53, édité 1 fois.
Achieve your mission with all your might.
Despair not till your last breath.

Make your death count.

Avatar de l’utilisateur
Aer
Modo : Fan de Bakunyû
 
Messages: 10008
Inscription: Mar 29 Juin 2010, 23:01
Localisation:

Re: Le topic cinéma

Messagede Aer le Dim 06 Jan 2019, 00:32

Cool, bonne nouvelle pour Une affaire de famille, je vais le voir demain :).
(pour une fois qu'on a un film jap et en vo dans mon trou perdu)
When you dont afraid any sunshine, come on baby !

行けよ饒舌の 影よ来て導け

Avatar de l’utilisateur
Ramior
VIP : ***
 
Messages: 3012
Inscription: Mer 13 Juin 2012, 14:07

Re: Le topic cinéma

Messagede Ramior le Dim 06 Jan 2019, 00:35

T'aurais du aller Spider-man, mon Tetho.

Avatar de l’utilisateur
Tetho
Rédac : Crest of "Z's"
 
Messages: 19430
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:44

Re: Le topic cinéma

Messagede Tetho le Dim 06 Jan 2019, 00:48

Déjà vu deux fois. Faut pas déconner :03:
Achieve your mission with all your might.
Despair not till your last breath.

Make your death count.

Avatar de l’utilisateur
Tetho
Rédac : Crest of "Z's"
 
Messages: 19430
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:44

Re: Le topic cinéma

Messagede Tetho le Mar 15 Jan 2019, 22:31

Sympathique rétrospective Rocky par le(x) Fossoyeur :






Je le trouve un peu dur quand il qualifie Creed II de mauvais Rocky. Le film est quelconque et passe à coté de la majorité de son potentiel mais au sein de la saga Rocky il est clairement dans le haut du panier vu les casseroles que cette dernière se traine. Mais peut-être que ne pas être justement un divertissement sous hormones l'empêche d'avoir le cachet nanardesque que les 3 et 4 ont.
Achieve your mission with all your might.
Despair not till your last breath.

Make your death count.

PrécédenteSuivante


Retourner vers Snack Bar chez Léon

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités