Le topic cinéma

Modérateurs : Aer, Equipe forum MATA-WEB Snack Bar chez Léon : Venez parler sur tout et rien voir surtout de rien

Retourner vers Snack Bar chez Léon

Avatar de l’utilisateur
Sora334
Ryo versus Massue
 
Messages: 688
Inscription: Mar 29 Nov 2011, 17:38

Re: Le topic cinéma

Messagede Sora334 le Mar 06 Mar 2018, 02:21

Ramior a écrit:Parfait j'ai toujours voulus voir Solaris.


Et t'as bien raison. Je le considère comme un film d'horreur celui-ci. Tant les thématiques abordés et la mise en scène en fait baver au personnage. C'est une forme de torture psychédélique et à la fois très inventive d'un point de vue science fiction. Pour moi c'est son meilleur.
Sur l'eau calme vogant sans rêve,
dans l'éclat du jour qui s'achève,
qu'est notre vie sinon un rêve ?

L. Caroll.

https://myanimelist.net/animelist/sora334?status=7

Avatar de l’utilisateur
Ramior
Spirit of Nausicaä
 
Messages: 2613
Inscription: Mer 13 Juin 2012, 14:07

Re: Le topic cinéma

Messagede Ramior le Mer 07 Mar 2018, 22:19

ATTENTION POTENTIELLE SPOIL POUR LE PROCHAINS GODZILLA:

Aperçus du potentielle design de Ghidrah:

[Montrer] Spoiler
Image


La video où le design à été aperçus vient tout juste d'être supprimé. :lol:

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 8779
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Le topic cinéma

Messagede Zêta Amrith le Mer 07 Mar 2018, 23:31

Spoiler : Ghidorah aura trois têtes et des ailes.
You wa shock.

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10362
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville

Re: Le topic cinéma

Messagede Gemini le Mer 07 Mar 2018, 23:56

Zeta >> J'approuve ton message et ton nouvel avatar.

Image

Avatar de l’utilisateur
Ramior
Spirit of Nausicaä
 
Messages: 2613
Inscription: Mer 13 Juin 2012, 14:07

Re: Le topic cinéma

Messagede Ramior le Jeu 08 Mar 2018, 00:23

Zêta Amrith a écrit:Spoiler : Ghidorah aura trois têtes et des ailes.
You wa shock.


[Montrer] Spoiler
Et seras quadrupède, mais bon c'est pas comme si c’était un changement drastique pour un personnage qui à toujours était interpréter en étant sur deux pattes. :roll:

Bon il y a bien Kaiser de Final War, mais son design reste très différent.

Avatar de l’utilisateur
Tetho
Rédac : Crest of "Z's"
 
Messages: 18307
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:44

Re: Le topic cinéma

Messagede Tetho le Jeu 08 Mar 2018, 01:08

J'ose la prise de risque : Mothra sera une mite géante 0:
Achieve your mission with all your might.
Despair not till your last breath.

Make your death count.

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 8779
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Le topic cinéma

Messagede Zêta Amrith le Jeu 08 Mar 2018, 01:13

[Montrer] Spoiler
Image

Ramior > les kaijus 3D CGI made in Hollywood ça compte pour du beurre. On fait semblant pendant deux heures comme d'autres font semblant devant les remakes de Psychose, Robocop, 3H10 Pour Yuma, des Sept Mercenaires ou de Un Justicier Dans La Ville, mais ça aura complètement disparu dans la semaine suivant la sortie cinéma. Personne ne les rematera jamais, sauf à des fins comparatives.

Avatar de l’utilisateur
Ramior
Spirit of Nausicaä
 
Messages: 2613
Inscription: Mer 13 Juin 2012, 14:07

Re: Le topic cinéma

Messagede Ramior le Jeu 08 Mar 2018, 02:20

Autant je suis d'accord pour dire que la suit motion reste le top et que la 3D est très surestimer, autant le Godzilla d'Edwards resteras dans les mémoires et dénigré des designs intéressant juste parce qu'ils sont en 3d est présomptueux.

Tetho a écrit:J'ose la prise de risque : Mothra sera une mite géante :10:


Qu'elle genre de Mite?

Celle comme dans les années 60? dans les années 90? Comme Léo? Comme dans GMK ? Ou comme dans Tokyo S.O.S?

Où alors un design complétement différent comme on en à jamais vu. :roll:

Avatar de l’utilisateur
Tetho
Rédac : Crest of "Z's"
 
Messages: 18307
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:44

Re: Le topic cinéma

Messagede Tetho le Jeu 08 Mar 2018, 02:29




Je ne fais pas parti des défenseurs du King Kong de Jackson, mais qu'une seule personne vienne me regarder dans les yeux et me dire que cette scène n'est pas l'essence même du cool cinématographique.
Achieve your mission with all your might.
Despair not till your last breath.

Make your death count.

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 8779
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Le topic cinéma

Messagede Zêta Amrith le Jeu 08 Mar 2018, 03:05

Kong c'est pas pareil, il est l'incarnation d'Hollywood itself plutôt qu'une appropriation.
Il était destiné à se conformer aux évolutions technologiques associées au format blockbuster.

De toutes façons, le meilleur monstre américain est signé Roger Corman.
Même le roi simiesque ne pourrait pas vaincre Lee Van Cleef et son chalumeau Bricorama.

Image

Avatar de l’utilisateur
question
Pilote de Bebop
 
Messages: 177
Inscription: Mar 28 Avr 2015, 10:33

Re: Le topic cinéma

Messagede question le Jeu 08 Mar 2018, 12:07

mais là ghidora il est pas sur quatre pattes ?

Il est sur ses deux pattes et ses ailes comme un ptérodctyle en fait.

Image

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 8779
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Le topic cinéma

Messagede Zêta Amrith le Jeu 08 Mar 2018, 13:38

Comme toutes les représentations de dragons post-2000 plutôt, du Règne Du Feu à Game Of Thrones.
L'originalité c'est pas leur fort.

Avatar de l’utilisateur
Ramior
Spirit of Nausicaä
 
Messages: 2613
Inscription: Mer 13 Juin 2012, 14:07

Re: Le topic cinéma

Messagede Ramior le Ven 16 Mar 2018, 21:55

Après Fabien Campaner, Lindsay Ellis c'est au tour de Ginger de s'attaque a l'histoire de la bête et la belle:


Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10362
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville

Re: Le topic cinéma

Messagede Gemini le Sam 17 Mar 2018, 01:20

Annihilation : Un an après son départ en mission et sa disparition, le mari de Lena réapparait dans des circonstances mystérieuses. Elle décide de partir sur ses traces pour comprendre ce qui a pu lui arriver.
Nouvelle production Netflix signée Alex Garland, avec Natalie Portman - qui incarne enfin un personnage aussi diplômée qu'elle - et Oscar Isaac. Et j'ai bien aimé. Le film n'est pas dénué de défaut, mais il propose suffisamment de qualité pour compenser.
L'histoire part d'une vraie bonne idée. Pas nécessairement originale, puisqu'elle m'a rappelée des œuvres comme le Monsters de Gareth Edwards ou Stalker, mais une bonne idée malgré tout. Le scénario dévoile la nature de la menace qui attend les personnages d'entrée de jeu, à travers ses sempiternels détails anodins qui n'en sont pas, mais cela donne l'occasion de proposer un univers intéressant même s'il aurait pu être plus poussé, ainsi que de jolies trouvailles visuelles. L'écriture évite de tomber dans plusieurs pièges évidents, et sait quand garder des éléments hors-champ ou laisser planer le mystère sans tout balancer à la figure du spectateur. Il en résulte quelques moments véritablement troublants, et la personnalité des héroïnes permet de parfaitement justifier certaines situations. Je me suis surpris à apprécier le voyage, en particulier sa seconde partie, alors que le début s'avérait peu engageant.
Car si l'idée de départ est forte, le film pêche par son traitement. Le réalisateur semble vouloir jouer la carte du drame intimiste, avec option souvenirs douloureux tournés sous une lumière crue apocalyptique. Façon The Arrival. Or, déjà, je n'aime pas The Arrival, mais cela m'a donné l'impression de profiter d'une tendance, en l'occurrence née du succès inattendu du long-métrage de Denis Villeneuve, sans qu'il s'agisse d'un authentique parti-pris de la part du réalisateur. Dans sa première partie, Annihilation se complet dans cette esthétique de SF dépressive, avant de sombrer dans une ambiance plus angoissante et onirique à la fois permise par le scénario.
Il en va de même pour le choix d'un groupe de personnages exclusivement féminins : s'il s'agit d'un choix qui me parle en soi, je n'arrive absolument pas à voir en quoi il est justifié par l'histoire, à moins que cela permette d'éviter des rapports de force qui ne manqueraient pas d'arriver dans un groupe mixte. Là encore, j'y vois plus l'expression d'une tendance, entre l'héroïne de The Arrival et le triomphe d'un Wonder Woman présenté avant tout comme une volonté d'avoir des personnages féminins forts. Oublié le fiasco du dernier Ghost Busters, auquel Annihilation semble faire un clin d’œil appuyé dans un plan bien spécifique. De toute façon, Annihilation ne vise apparemment pas le public qui a descendu Ghost Busters à cause du niveau d’œstrogène trop élevé de cette nouvelle version.
Néanmoins, je préfère retenir les aspects positifs de ce long-métrage, à savoir son univers rempli de potentiel, ses héroïnes, une atmosphère qui se distille progressivement, et une écriture mine de rien plus fine que ce que nous aurions pu attendre d'un tel projet. Cela ne fait pas disparaitre ses défauts, lesquels rebuteront probablement une partie des spectateurs. Mais il n'en demeure pas moins que j'ai passé un bon moment, plus que ce à quoi je m'attendais.

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 8779
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Le topic cinéma

Messagede Zêta Amrith le Lun 19 Mar 2018, 01:36

La Forme De L'Eau. Pas emballant.
Qu'un film correct mais surjoué comme celui-ci soit monté au pinacle par l'ensemble des réseaux de la doxa est un bon indicateur pour apprécier la qualité générale du cinéma contemporain. Malgré une jolie photographie ostensiblement inspirée de l'univers esthétique de Jeunet/Caro, ce remake SF d'Amélie Poulain ressemble plus à une succession de petites humeurs éparpillées sans cohésion qu'à une véritable proposition de récit. Marqué par moultes ruptures de ton gratuites qui le font aller et venir sans élégance entre sentimentalisme doucereux, injures/blagues scatologiques et gerbes de sang, le métrage est une compilation de scénettes voulues iconiques : le moment music-hall, les "hommages" à L'Etrange Créature Du Lagon Noir, les incursions Guerre Froide, autant de choses modérément sympathiques lorsque prises indépendamment mais qui ameutées les unes aux autres ne font pas une offre d'ensemble et surtout, paraissent déposées là sur le sol pour que les critiques puissent s'en emparer. A mille contrées du niveau suggéré par le grotesque panégyrique médiatique qui l'entourait au premier jour, le film a pour lui une mise en scène léchée et des acteurs impliqués, qui se démènent pour donner un semblant de consistance à des gentils très gentils et un méchant très méchant dans une histoire montée sur rails. Emphatique pour faire oublier son absence de focus, c'est pour moi davantage une déclaration d'intention illustrée qu'une fiction robuste et délimitée que del Toro livre au public ; opérante mais trop consciente de ce qu'il faut faire pour plaire devant un jury, elle n'a jamais vraiment l'âme qu'elle prétend renfermer.

Geoff34
Ryo versus Massue
 
Messages: 968
Inscription: Mer 23 Oct 2013, 12:12

Re: Le topic cinéma

Messagede Geoff34 le Lun 19 Mar 2018, 23:00

shun a écrit:C'est quoi le lien pour elvira ? Je rêve d'une édition de ce film depuis longtemps.


https://www.kisskissbankbank.com/elvira-maitresse-des-tenebres-le-film-culte-en-dvd-bluray-collector

Avatar de l’utilisateur
shun
Rédac : d'Andromède
 
Messages: 3571
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:49

Re: Le topic cinéma

Messagede shun le Lun 19 Mar 2018, 23:14

Geoff34 a écrit:
shun a écrit:C'est quoi le lien pour elvira ? Je rêve d'une édition de ce film depuis longtemps.


https://www.kisskissbankbank.com/elvira-maitresse-des-tenebres-le-film-culte-en-dvd-bluray-collector


Merci mais j'ai déjà participer le jour du lancement.
Groupe facebook de vente manga en Belgique : https://www.facebook.com/groups/1024308 ... 6/?fref=ts

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10362
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville

Re: Le topic cinéma

Messagede Gemini le Mar 20 Mar 2018, 20:02


Avatar de l’utilisateur
Ialda
Modo : bodacious kunoichi otaku
 
Messages: 18330
Inscription: Sam 31 Mar 2007, 13:25
Localisation: Firelink Shrine

Re: Le topic cinéma

Messagede Ialda le Mar 20 Mar 2018, 20:29

Il s'est surpassé.

Mais il a quand même oublié de parler du Spiderman de Wes Anderson, et ça c'est mal.

Avatar de l’utilisateur
Lion_Sn@ke
Soul of Chogokin
 
Messages: 1908
Inscription: Ven 24 Oct 2008, 10:13

Re: Le topic cinéma

Messagede Lion_Sn@ke le Ven 23 Mar 2018, 13:42



J'aime beaucoup l'angle d'approche. Ca peut être vraiment sympa ! :o

Avatar de l’utilisateur
Tetho
Rédac : Crest of "Z's"
 
Messages: 18307
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:44

Re: Le topic cinéma

Messagede Tetho le Ven 23 Mar 2018, 22:30

The Disaster Artist v. The Disaster Artist

Image Image

Un bon gros pouce vers le haut pour le livre, un "mouif" pas vraiment convaincu pour le film. Et je pense que le fait que j'ai lu le premier explique ma déception devant le second.

Le livre et le film The Disaster Artist sont deux œuvres qui parlent de la même chose, la création d'un des films les plus incroyablement mauvais de l'histoire du cinéma, mais ne racontent pas la même histoire. Et ce malgré que le second soit une adaptation du premier.
Le livre est le récit de la vie de Sestro de sa rencontre avec Wiseau à la sortie du film, de comment en refusant de laisser tomber son rêve de devenir acteur à tout prix il va se lier d'amitié avec ce reclus handicapé social au dernier degré et avec qui il partage plus qu'il ne voulait bien l'avouer à l'époque. Il y a des moments assez sombres comme quand Wiseau va le manipuler pour tenter de rester son seul et unique ami, ou la façon dont il va le forcer à jouer dans un film condamné à l'échec. Le livre est avant tout un portrait du personnage Tommy Wiseau, car c'est en comprenant ce qu'il est, quelles sont ses craintes, ses aspirations et ses ambitions que petit à petit énormément d'éléments de The Room prennent sens. Et ce sans même parler des accidents de production qui font du film ce qu'il est.
De l'autre le film est un récit hollywoodien très classique de deux rejetés qui décident d'accomplir leur rêve coute que coute. Une sorte de Ed Wood qui troque le romantisme de Tim Burton pour un ton de film indé décomplexé propre à plaire à Sundance. Sauf que l'ironie ultime est que le récit de ces deux pieds nickelés qui vont réussir malgré le système est bel et bien produit par un gros studio. Le film insiste bien que The Room est leur film à tous les deux quand dans le livre Sestro est clair que c'est l'œuvre de Tommy Wiseau et Tommy Wiseau seul.

Et c'est là que j'ai du mal avec le film The Disaster Artist. Autant je comprend le besoin d'arranger les faits pour que le rythme du film se tienne comme résumer en une projection ce qui en réalité a pris plusieurs semaines puis années, et ce même si ça aboutit à des scènes vraiment étranges comme Sestro qui déménage de sa coloc avec Wiseau en plein tournage (qui aurait le temps à ce moment ?). Autant la finalité du film va complètement à l'encontre du livre. Pour Sestro lui-même le film est un avertissement contre le risque de suivre ses rêves à tout prix, le film est la glorification de l'aventure de deux types sans talent qui réussiront malgré tout à accomplir leur rêve. Et au passage échoue complètement à expliquer pourquoi The Room est au cinéma ce que serait à la littérature un roman écrit par quelqu'un qui ne connait pas la grammaire.

Et du coup je comprend mieux pourquoi Wiseau aime ce film et le qualifie de 99% fidèle à la réalité quand il estime que le livre n'est lui que 40% fidèle à la réalité. Parce que ce film, encore plus que The Room qu'il a pourtant lui-même écrit dans cette optique, en fait un véritable héros américain. Un homme qui ne va reculer devant rien pour arriver à matérialiser son rêve envers et contre tout. Et qui au final y arrive. Ce Tommy Wiseau là lui est forcément plus séduisant que le Wiseau du livre, seul, inapte et manipulateur mais aussi beaucoup plus humain.

Le film a aussi fini par m'agacé avec sa posture. Au début l'idée d'un film sur le tournage de The Room réalisé et interprété par un James Franco qui ne sortait pas de son personnage entre les prises pour diriger son équipe technique me bottait bien, autant dans le film ça fini par tourner à l'auto-complaisance. Les 5 minutes de parallèles entre les scènes du film de Wiseau et leur recréation parfaite par Franco à la fin avant le générique (oui oui, pas pendant mais bien avant) sont insupportables de satisfaisance.


tl;dr : si vous avez vu The Room et voulez comprendre comment un tel objet cinématographique a pu voir le jour, lisez le livre. Si vous souhaitez voir une belle histoire d'underdogs qui chassent leurs rêves à Hollywood, regardez le film. Ce n'est même pas la peine de vous infliger The Room avant, si c'est pas le bonheur ça... Mais si vous êtes dans ce second cas vous devriez probablement revoir le Ed Wood de Burton avant, qui est un meilleur film sur tous les points.
Achieve your mission with all your might.
Despair not till your last breath.

Make your death count.

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10362
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville

Re: Le topic cinéma

Messagede Gemini le Sam 24 Mar 2018, 01:33

Ce qui m'effraie avec le film, c'est que le projet semble puer le cynisme et la condescendance. James Franco montre Tommy Wiseau comme une bête de foire, mais à condition que celui-ci reste à sa place comme il l'a montré lors d'une cérémonie des Golden Globes qui m'a mis très mal à l'aise :/

Avatar de l’utilisateur
Tetho
Rédac : Crest of "Z's"
 
Messages: 18307
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:44

Re: Le topic cinéma

Messagede Tetho le Sam 24 Mar 2018, 01:53

Honnêtement n'importe qui d'équilibré dans sa tête aurait éloigné Tommy Wiseau du micro pendant une cérémonie de remise de récompenses retransmise en direct. Sauf à risquer de devoir assumer devant tout les zinternettes la responsabilité d'un nouveau Sophie Marceau.


J'ai trouvé Franco plutôt complaisant avec Wiseau, comme écrit plus haut il en fait un vrai héros qui vit pleinement son rêve américain et lui livre ça sous forme de film. Si j'en crois Sestro c'était sans aucun doute le plus grand rêve de Wiseau. Alors que de son coté, son meilleur ami a écrit un livre où il en donne un portrait certes très humain mais qui aussi donne parfois froid dans le dos. Sérieux, le Tommy Wiseau de Franco est un mec un peu handicapé social mais de globalement apte à la vie en société malgré tout, un mec un peu trop excentrique pour son propre bien. Celui de Sestro c'est ton voisin de palier stalker qui guette ton retour chaque soir et vient te demander si tu ne peux pas lui donner un peu de farine ou de sucre à 23H passées.
Achieve your mission with all your might.
Despair not till your last breath.

Make your death count.

Avatar de l’utilisateur
Tetho
Rédac : Crest of "Z's"
 
Messages: 18307
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:44

Re: Le topic cinéma

Messagede Tetho le Lun 26 Mar 2018, 01:15

Pacific Rim Uprising

Surprise, ce n'est pas le navet annoncé et attendu.

On est loin de l'élégance et la pureté du film de Del Toro, désormais trop bien pour ce genre de spectacles depuis qu'il est oscarisé, mais c'est une bonne grosse série B qui ne connait pas ses limites et donc ose presque tout. Et ça c'est déjà énormément de fun. Alors ça ne fonctionne pas tout le temps, je pense au plan séquence sur fond du thème du premier film qui semble imiter ceux de Whedon dans les Avengers mais qui n'a aucun poids narratif, ou à l'attaque finale qui manque de panache et de coolitude, mais dans l'ensemble le film est un divertissement au sens noble du terme. Ça me suffit.
Achieve your mission with all your might.
Despair not till your last breath.

Make your death count.

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10362
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville

Re: Le topic cinéma

Messagede Gemini le Mer 28 Mar 2018, 13:44


PrécédenteSuivante


Retourner vers Snack Bar chez Léon

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités