Récapitulatif d'Interviews (hors mata)

Modérateurs : Aer, Equipe forum MATA-WEB Culturama : Interviews, reportages, artbooks, doujinshis, quizz...

Retourner vers Culturama

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10551
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Récapitulatif d'Interviews (hors mata)

Messagede Gemini le Dim 18 Déc 2011, 19:45

Interview de Hervé Brient à propos de Sous notre Atmosphère. Nous y apprenons notamment que les ventes des Manga 10.000 Images conditionnent les genres de manga publiés par les Editions H ; le flop commercial du numéro sur les shôjo/josei l'aura en particulier convaincu de ne pas proposer de josei.

Avatar de l’utilisateur
Ialda
Modo : bodacious kunoichi otaku
 
Messages: 18766
Inscription: Sam 31 Mar 2007, 13:25
Localisation: Firelink Shrine

Re: Récapitulatif d'Interviews (hors mata)

Messagede Ialda le Lun 19 Déc 2011, 02:19

Une interview pour leur premier titre "sérieux" (ou en tout cas que je songe sérieusement à acheter, si je le trouve en librairie), bonne idée. Merci !
J'espère que l'éditeur prospérera, ne serait-ce que pour cette promesse de publier du Garo.

le flop commercial du numéro sur les shôjo/josei l'aura en particulier convaincu de ne pas proposer de josei.


C'est logique et inévitable. Et vu la gueule des rayons shôjo des librairies françaises, on peut même s'en féliciter.

Avatar de l’utilisateur
Merlin
Modo : Enchanteur de pacotille
 
Messages: 19634
Inscription: Mar 13 Mar 2007, 22:27
Localisation: Mon lit

Re: Récapitulatif d'Interviews (hors mata)

Messagede Merlin le Mer 04 Jan 2012, 15:44

Les filles ne veulent plus des amours de lycéenne mais carrément du yaoi dès 13 ans et accessoirement veulent du vampire.
C'est fou comme ça a évolué.^^"

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10551
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: Récapitulatif d'Interviews (hors mata)

Messagede Gemini le Mer 04 Jan 2012, 15:50

Entretien avec un Vampire, c'est de la tension sexuelle et ça fait frémir les jeunes filles depuis bien longtemps. Rien de neuf pour moi, c'est juste avec moins de sous-entendu. Par rapport à ça, Twilight marque une très forte régression ; une version puritaine du mythe du vampire, c'est un non-sens.

Avatar de l’utilisateur
Aer
Modo : Fan de Bakunyû
 
Messages: 9823
Inscription: Mar 29 Juin 2010, 23:01
Localisation:

Re: Récapitulatif d'Interviews (hors mata)

Messagede Aer le Lun 16 Juin 2014, 23:32

Pour celles et ceux qui n'ont pas twitter, je pose ça la. Une discussion croisée entre Matsumoto Taiyo, Asano Inio et Shinzo Keigo (en anglais).
When you dont afraid any sunshine, come on baby !

行けよ饒舌の 影よ来て導け

Avatar de l’utilisateur
inico
Pitit LEGO
 
Messages: 411
Inscription: Sam 01 Sep 2012, 15:52
Localisation: Par là

Re: Récapitulatif d'Interviews (hors mata)

Messagede inico le Dim 22 Juin 2014, 08:07

Aer a écrit:Pour celles et ceux qui n'ont pas twitter, je pose ça la. Une discussion croisée entre Matsumoto Taiyo, Asano Inio et Shinzo Keigo (en anglais).

Intéressante interview croisée entre plusieurs générations - au moins deux, je ne connaissais pas Keigo Shinzo - d'auteurs qui ont à partager sur leur approche du travail et leurs sentiments de mangakas.
Merci pour le lien :D
Image

Avatar de l’utilisateur
Aer
Modo : Fan de Bakunyû
 
Messages: 9823
Inscription: Mar 29 Juin 2010, 23:01
Localisation:

Re: Récapitulatif d'Interviews (hors mata)

Messagede Aer le Lun 23 Juin 2014, 18:19

Faut croire que c'est le blog US à suivre du moment, une longue interview de Samura Hiroaki (Blade of the Immortal), toujours en anglais.
When you dont afraid any sunshine, come on baby !

行けよ饒舌の 影よ来て導け

Avatar de l’utilisateur
Mattosai
Nanakiroxxe Cultist
 
Messages: 4863
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 23:36
Localisation: A l'auberge

Re: Récapitulatif d'Interviews (hors mata)

Messagede Mattosai le Lun 23 Juin 2014, 18:55

“I believe in female supremacism”: A Hiroaki Samura interview (and mattosai approval)

Samura: I’m a Makie man. 0:

Ahhh , un nanakiroxxe cultist de plus, et un bon qui plus est... :09:
Image

Avatar de l’utilisateur
Ramior
Spirit of Nausicaä
 
Messages: 2887
Inscription: Mer 13 Juin 2012, 14:07

Re: Récapitulatif d'Interviews (hors mata)

Messagede Ramior le Lun 23 Juin 2014, 19:14

Bizarre de telle parole de la part d'un gars qui à réaliser une œuvre où justement les femmes mis plus bas que terre. :|

Avatar de l’utilisateur
Aer
Modo : Fan de Bakunyû
 
Messages: 9823
Inscription: Mar 29 Juin 2010, 23:01
Localisation:

Re: Récapitulatif d'Interviews (hors mata)

Messagede Aer le Lun 23 Juin 2014, 19:40

J'peux te faire une trad à la volée si tu as du mal à la lire.
When you dont afraid any sunshine, come on baby !

行けよ饒舌の 影よ来て導け

Avatar de l’utilisateur
Ramior
Spirit of Nausicaä
 
Messages: 2887
Inscription: Mer 13 Juin 2012, 14:07

Re: Récapitulatif d'Interviews (hors mata)

Messagede Ramior le Mar 24 Juin 2014, 00:15

Essaie toujours. :wink:

Avatar de l’utilisateur
Aer
Modo : Fan de Bakunyû
 
Messages: 9823
Inscription: Mar 29 Juin 2010, 23:01
Localisation:

Re: Récapitulatif d'Interviews (hors mata)

Messagede Aer le Mar 24 Juin 2014, 23:45

Je crois en la supériorité féminine - Une interview de Samura Hiroaki.

L'interview qui suit provient du défunt magazine Manga Erotics F daté d'environ un an, quelques mois après la fin de Blade of The Immortal. Samura avait débuté une nouvelle série dans le même numéro : Harukaze no Sunegurachika ("Snegurochka of the Spring Wind"), une histoire en un seul volume se passant en Union Soviétique qui sera en vente au Japon en juillet, et qu'ils abordent dans l'interview.
Alors, êtes vous prêt à voir Samura dire d'étrange, parfois troublantes, choses à propos du sexe faible ? Génial ! Allons y :

Votre passif de mangaka a déjà été le sujet de nombreuses discussions, donc cette fois j'aimerais rester sur un thème plus précis, plus spécifique : les filles. En premier, parlons de comment vous faites les femmes dans vos mangas. D'un point de vue visuel, à quoi faites vous le plus attention lorsque vous dessinez des femmes ?

Samura : Alors… Elles ont souvent une apparence triste lorsque je les dessine machinalement. Sans trop savoir pourquoi je ne peux pas dessiner une fille joyeuse. (rire) Autre chose, je ne sais pas très bien comment les dessiner de manière voluptueuse, donc j'essaye de les faire jolies parce que c'est tout ce que je sais faire. Quand je dessine leurs bras, leurs jambes ou d'autres parties, je ne pense jamais à les faire dans un sens sexuel - Je pense toujours à les faire les plus jolies possible.

La beauté de la forme.

Samura : Oui. Un de mes lecteur m'a dit un jour qu'il pensait que l'artiste derrière mes manga était une femme, parce que les hommes dessinent les fétiches qu'ils ont envers les femmes quand ils travaillent sur le sujet, mettant l'accent sur certains endroit. Je n'y ai jamais pensé de cette manière. Je ne fétichise pas vraiment certaines parties du corps - Je pense toujours à l'équilibre de l'ensemble.

Les hommes vont regarder des pin-ups et dire des choses comme ces jambes sont sexy ou autres, mais je ne m'identifie pas à cette démarche. (rire) Je peux penser qu'une femme est jolie, ou alors apprécier sa beauté d'un point de vue purement esthétique, mais je ne me sens pas attiré sexuellement. C'est pourquoi mes lecteurs masculins peuvent penser que les femmes que je dessine ne brillent pas vraiment.

Donc vous ne regardez pas leurs seins ou leurs fesses, mais tout leurs corps ?

Samura : Je regarde tout leurs corps, mais j'apprécie particulièrement les parties banales, je veux dire par la que, par exemple, j'apprécie la nuque de leurs cou, la bosse des os leurs cou, la zone autour de leurs cotes ou leurs abdominaux - des endroits avec une nuance douce qui sont, je pense, juste magnifiques. Voir les tétons ou les poils pubiens d'une femme détruit tout intérêt pour moi. (rire) Je ne veux pas voir ça - pour moi c'est plutôt la forme de leurs bras vu de dos, ou celle de leurs genoux. C'est ce qui me donne envie.

On croirait entendre un sculpteur.

Samura : Parce que je me concentre sur l'ensemble général. Je le sais bien. C'est pour ça que mes personnages féminins ont tous plus ou moins les mêmes seins - Je ne peux pas vraiment les dessiner petits ou gros. Je les dessine simplement comme je pense qu'ils devraient être sur un personnage de tel ou tel âge. Je considère ça comme une de mes mauvaises habitudes. (rire)

Yamamoto Naoki n'est pas aussi tatillon - petit ou gros, tout est bon.

Samura : C'est un maitre. (rire)

Quand il sort ces travaux en volumes reliés, il me dit : "J'ai fais les seins plus gros !"

Samura : (rire).

Du coup, l'ensemble vient toujours en premier pour vous ?

Samura : Les faire gros ruinerait juste tout pour moi, toujours. Je préfère faire les ombrages des os qui ressortent de la peau plutôt qu'un corps arrondit, donc je pense que je ne suis juste pas capable de dessiner de grosses fesses ou des gros seins.

Nous pouvons vraiment ressentir la beauté de leurs formes dans vos travaux. Vous n'acheter pas des collections de photos de modèles ou des trucs du style alors ?

Samura : Oh je le fais parfois. J'aime les photos ou elles portent des tenues traditionnelles, quand vous pouvez juste entrapercevoir leurs peaux, ou que les vêtements se retirent. C'est quelque chose que je perçois de manière totalement asexuelle, par contre.

Avez vous toujours été comme ça ?

Samura : Je crois. Ce que je trouve excitant, ce sera plus des choses comme la voix, les expressions du visage, la tension. Je ne peux voir des corps que d'un point de vue esthétique.

Diriez vous que vous les voyez comme quelque chose de presque sacré ?

Samura : Quelque chose comme ça, peut être. Je regarde la structure, comme une sculpture.

Donc quand vous dites que ce serait la voix ou les expressions du visage ou la tension que vous trouvez érotique, y'a t'il des choses spécifiques que vous appréciez ?

Samura : Il y en a, mais cette conversation va devenir cochonne.

Sans trop rentrer dans les détails, s'il vous plait.

Samura : Pour la voix, par exemple, si vous avez quelqu'un avec une voix vraiment calme, plate, et qu'elle est surprise ou stimulée par quelque chose, cette émotion brusque va lui faire monter la voix très haut pendant un instant - J'adore ce genre de choses.

(rire) Alors ensuite : au sujet des expressions faciales ? Est-ce que celles que vous aimez sont celles qu'elles ont quand elles souffrent ?

Samura : Je dessine des femmes en souffrance principalement pour le coté érotique.

J'ai l'impression que cela a à voir avec votre manière de les dessiner tristes.

Samura : Vous croyez ? Je trouve une expression lasse ou stressée plus attirante qu'une expression joyeuse.

Si l'on parle de Blade of the Immortal, vous n'êtes pas trop à fond sur Rin…

Samura : Je suis à fond sur Makie.

C'est bien ce que je me disais.

Samura : Ce sentiment qu'elle vient juste de tout laisser tomber. C'est pour ça que je ne suis pas très intéressé par les jeunes filles. Il y a pas mal de petites filles dans Bradherley no Basha, mais je ne me sens pas attiré sexuellement - même si quand leurs vêtements sont retirés, avec leurs corps non développé, il y a quelque chose de douloureux à voir comme ça. Même si ça m'intéresse de les voir de cette manière, je ne ressens pas de désir sexuel particulier avec elles ou quoi que ce soit. Je ne suis pas sur de bien m'exprimer.

Nous parlons toujours de la manière de les dessiner, artistiquement… n'est ce pas ?

Samura : Oh oui, je pense. J'essaye d'être un gentil garçon. (rire) Je peux ressentir une attraction sexuelle sur ce sujet, mais j'essaye de le faire ressortir et de le mettre sur une feuille plutôt que de le faire physiquement. Je dessine ce que je veux à quelques pauvres filles - enfin je dirais plutôt que j'essaye de l'enregistrer.

Essayer de "l'enregistrer", je vois.

Samura : C'est ce que je pense de toute façon… Mais après, je pense que les hommes qui font réellement ce genre de choses sur des mineurs devraient ramper dans un trou et mourir.

Fiction et non-fiction sont deux choses complètement différentes.

Samura : Tout à fait. Ce que j'aimerais dire à quelqu'un d'agacé après avoir lu Bradherley no Basha c'est que j'ai besoin que vous me permettiez de faire ça parce que c'est de la fiction. Les auteurs séparent bien plus la fiction de la réalité que ce que pensent les gens. Tout ce que je dessine n'est pas une sorte de projection de mes désirs, et n'est pas supposé donner l'idée aux gens de faire pareil. Il arrive des malheurs à mes personnages selon les besoins de l'histoire.

C'est vrai. Dans votre nouveau manga, est ce que le protagoniste vivra elle aussi des moments malheureux ?

Samura : Je pense. Je ne suis pas parti de l'idée d'avoir une jeune fille comme personnage et après de faire une histoire autour de ça ; je lui ai donnée cet âge parce que l'histoire en avait besoin. C'est pareil pour Bradherley.

Pendant ce temps, la série que vous réalisez dans Nemesis possède quelques femmes vraiment teigneuses.

Samura : Si je me lance et fait un personnage féminin sans m'imposer une quelconque retenue, elle sera comme celles de Beageruta. Elles auront des aventures sexuelles de leur plein gré, et même si elles sont malheureuses, elles trouveront un moyen de garder courage. Il y a longtemps, quand SABE était encore en vie (mangaka décédé en 2009 - ndt), j'étais allé chez lui pour le voir. Il avait cette histoire dans un de ces bouquins - je crois que c'était dans Shotaiken Hakusho (un de ces vieux manga datant de 1992 - ndt) - dans laquelle il y avait cette fille qui était mise sous pression par son petit ami pour qu'ils couchent ensemble, et elle n'était pas sur de comment répondre, la dessus sa grande sœur arrive à la maison complètement bourrée et commence à déblatérer quelque chose un peu comme ça "Mon dieu, je suis si jalouse, vous vivez le meilleur moment de votre vie ! Et il est trop canon !" et la jeune sœur répond "Tu couches toujours avec des mauvais garçons !" et la grande sœur bourrée commence à célébrer leur union, les poussant à le faire. Je lisais ça et j'ai dis à SABE "Je veux rendre cette grand sœur heureuse."

Quelle jolie histoire.

Samura : Le genre de personnage qui n'a pas beaucoup de chance, mais reste fort et continue sa vie sans se plaindre. Quelqu'un qui a toujours des problèmes mais a trouvé le moyen d'être en paix intérieur avec son infortune. C'est vraisemblablement ce genre d'héroine qui me viendrait. Le genre qui semble indépendante mais qui arrive tout juste à retenir une dépendance intense. Il y a quelque chose qui me plait la dedans. (rire)

Elle n'est pas vraiment indépendante, elle retient juste sa dépendance.

Samura : Ouais. Elle sait que rien de bon ne sortira si elle se laisse aller avec un homme.

Comme Akagi dans Ohikkoshi.

Samura : Comme Akagi, exactement. (rire) Elle parait forte mais elle a aussi ce coté la.

Et c'est pour ça qu'elle se retient de dépendre des gens. Peut être qu'il est plus facile de dessiner des femmes pour représenter des personnages aussi forts, parce qu'une jeune fille ne peut pas être aussi indépendante qu'une adulte.

Samura : Ah, c'est vrai. Mais il y a aussi le fait que je sois un adulte et, malgré ça, je ne sais pas faire grand-chose à par dessiner des mangas, donc si je me retrouve engagé dans une relation avec une femme, elle ne pourrait pas trop compter sur moi. Alors peut être qu'en fait les qualités que je cherche chez une femme ressortent dans mes mangas. Aussi triste que cela paraisse. (rire)

Je vois. Vous savez, il y a beaucoup d'hommes qui pensent que les femmes doivent dépendre d'eux.

Samura : J'aurais adoré devenir l'un de ses hommes, mais je ne pouvais pas. (rire) C'est quelque chose de viril à dire. Je n'arrive pourtant pas à faire ce genre de personnage féminin, qui aime ce genre d'homme.

Samura : Je crois en la supériorité de la femme. A un niveau fondamental, je ne suis juste pas aussi bon que les femmes. Quand j'allais à l'école d'art, l'artiste la plus talentueuse était une fille. J'ai immédiatement pensé merde, elle est forte. Je l'admirais. Quand je suis devenu mangaka, les maitres qui m'ont transmis leur savoir étaient toutes des femmes. Basiquement, j'ai appris avec Takahashi Rumiko.

C'est un point clef, j'ai compris.

Samura : Après ça, j'ai lu les ouvrages d'Ichinoseki Kei, et je voulais vraiment dessiner comme elle. Puis il y a le fait que Takano Fumiko est, de mon point de vue, l'artiste la plus talentueuse du milieu du manga.

Takahashi Rumiko, Ichinoseki Kei, Takano Fumiko - votre sainte trinité.

Samura : Exactement. Ceux que je considère comme étant les meilleurs sont toutes des femmes.

Pourriez-vous m'expliquer plus en détail pourquoi vous trouvez cette sainte trinité si incroyable ?

Samura : Les raisons pour lesquelles je trouve Takahashi Rumiko géniale sont les mêmes qu'un peu tout le monde. Le meilleur la dedans c'est son sens du dialogue. C'est depuis devenu tellement omniprésent que les gens qui découvrent ses mangas maintenant ne se rendent pas forcément compte à quel point c'était génial à l'époque. Cette manière de poser les dialogues qui ressemble à du Rakugo. C'est grâce à elle que j'ai appris l'importance du rythme dans un manga.

Pour Ichinoseki Kei, elle a un talent incroyable avec la caméra. Elle ne fanfaronne pas avec des plans de caméra fumés ; elle la pose naturellement, montrant au lecteur une variété d'angle de vue qui sont toujours les mieux choisis pour raconter son histoire. Et pour Takano Fumiko, c'est juste ses talents de dessinatrice pure. Je me rends compte que c'est assez vague dit comme ça. Sa capacité à représenter l'espace est incroyable. Par exemple, lorsqu'elle dessine des lignes de concentration, elles partent dans différentes directions. En gros, je n'arrive pas à comprendre comment elle fait pour rendre l'espace si clair aux yeux du lecteur alors qu'elle ne dessine même pas des perspectives linéaires. Je ne veux pas dire qu'elle triche ou quoi non plus - j'ai l'impression qu'elle a réussi à acquérir quelque chose qui n'est pas technique, quelque chose de fondamental.

Le point le plus important, pourtant, est son sens de l'observation. Un truc que même les artistes masculins acclamés n'arrivent pas à faire est la sensation de normalité, et c'est quelque chose que tous les travaux de Takano ont. Les gestes que les gens ont durant leurs journées - la posture qu'ils prennent lorsqu'ils ramassent quelque chose, par exemple, ou quand ils mangent, ou quand ils se lèvent pour aller à l'entrée pour se chausser, ou quand ils s'étirent sous un kotatsu. Qu'est ce qui fait que quand elle dessine un cadre d'un âge moyen, qui retire ces chaussures au boulot et pose ses pieds sur la chaise d'un collègue, ou un homme qui s'étire sur son sofa, elle dessine avec une économie de trait incroyable et pourtant vous pouvez sentir le mec ? Elle est incroyable avec ce genre de petites manières. Ce sens de l'observation. Quand les gens disent qu'un homme est bon en dessin, ils veulent dire qu'il est bon pour dessiner un corps de manière réaliste, ou qu'il sait donner de bonnes perspectives spatiales, ou ces dessins sont juste cool, et je peux comprendre ces capacités comme une sorte d'extension des miennes, mais je n'ai jamais vraiment vu d'artistes masculins qui puisse rendre ce sentiment de vie dont je parle. Je suppose que si nous incluons les anime, nous pouvons dire que les films de Miyazaki font vraiment attention à ce genre de détail, mais, pour une raison inconnue, vous ne voyez jamais ça dans un manga. Je suppose que c'est quelque chose qui n'intéresse pas le public masculin. En toute honnêteté, je suis moi-même très mauvais sur ce sujet.

Vous avez déjà pensé à faire pareil ?

Samura : Eh bien, j'y ai pensé mais - ca va ressembler à une excuse - je me suis maintenu éloigné des thèmes qui pourraient faire intervenir ce genre de détail de la vie courante. (rire) Mes mangas sont globalement tape à l'œil, en premier lieu.

Comme des combats ?

Samura : Tout à fait. Je pense qu'il est peut être temps de se confronter sérieusement à ces sujets quotidiens, pourtant.

Samura : J'avais décidé de faire Ohikkoshi après avoir rencontré Moyoko Anno et lut Happy Mania. Je n'avais jamais vu une comédie comme celle la avant et ça a eu un très gros impact sur moi. J'essayais de faire quelque chose de similaire avec Ohikkoshi, pourtant j'ai clairement raté le coche à un moment. (rire)

Samura fait Happy Mania.

Samura : C'est ce qui était prévu. Vous voyez, ce sont toujours des femmes qui apparaissent aux moments cruciaux de ma vie, me poussant en avant. A force, j'ai commencé à penser que les femmes étaient juste meilleur que moi, ce pourquoi je dépeins toujours les femmes dans mes mangas d'une manière badass, ou vraiment courageuses, ou incroyablement belles. J'essaye toujours de rendre les femmes mentalement supérieures dans mes travaux. Est-ce que j'ai un manga ou les hommes sont supérieurs ? Hmm, je ne crois pas. Même dans Blade of the Immortal, la plus forte est Makie.

Ca donne l'impression que les filles l'emportent toujours dans vos mangas.

Samura : J'ai cette croyance que personne ne peut tuer une femme sans drame. Si je dois tuer un personnage féminin, je dois créer un scénario entier pour se faire. (Je ne comprends vraiment pas la phrase suivante, même si j'imagine qu'il veut dire qu'il n'a aucun problème à tuer des hommes) Of course, I have no qualms about offing the men left, right and center, though. (laugh)

C'est une incohérence intéressante.

Samura : Je ne peux pas traiter les femmes comme un simple arrière plan au reste. Je ne peux pas les représenter physiquement en souffrance après un certain point. Certains artistes n'ont aucun problème à dessiner des femmes qui ont la tête ouverte par des balles, ou coupées en deux ou autre, mais je ne pense pas que je peux faire ça. Je ne peux simplement pas les faire mourir de manière grotesque. J'ai ce désir qu'elles soient des symboles de beauté esthétique.

Peut importe d'à quel point elles saignent ou sont torturées…

Samura : Je ne peux pas leur faire perdre leur volonté ou leur beauté.

Dans Bradherley, elles sont torturées de plein de manières, mais jamais représentées de manière grotesque.

Samura : Exactement. Elles sont la pour être blesser, jusqu'à un certain point pour moi…

Jusqu'à ce que vous ne puissiez plus le supporter.

Samura : C'est vrai, jusqu'à ce que je ne puisse pousser plus loin. Il y a une résistance intérieure, ou quelque chose comme une barrière mentale, et je ne peux pas le faire. (rire) Mais vous savez, en temps qu'artiste, je pense que c'est bien qu'il y ait des gens qui puisses faire ça, et je sais que c'est quelque chose que je devrais surmonter. Ce n'est pas quelque chose que je ne peux pas faire à cause d'un code auto-imposé ; c'est quelque chose que je suis incapable de faire mentalement.

Quand vous dessinez des femmes, avez vous quelqu'un que vous utilisez comme modèle pour vous entrainer ?

Samura : Au sujet du design des personnages de manga, je serais plus attiré par des artistes masculins que féminins : Otomo katsuhiro, Yasuhiko Yoshikazu et Hoshino Yukinobu, principalement.

Trois maitres légendaires.

Samura : Ajoutez ces trois ensemble, divisez par cinq et vous aurez peut être mes designs. (rire) Il y a plein d'autres influences dans le mélange. Pour dessiner des jeunes filles, mon modèle préféré est Maretta, un personnage de Mikuriya Satomi dans son manga Saketa Ryoken. C'est un peu de la que vient mon idéal en matière d'héroine.

A quel âge l'avez-vous lu ?

Samura : Quand j'étais à l'université. Le manga parle d'un journaliste japonais qui a la trentaine et va en France, et il rencontre cette jeune française d'une quinzaine d'année. Une vraie fantaisie. (rire)

Ils deviennent amants ?

Samura : Eh bien, elle est amoureuse de lui et ils vivent ensemble. C'est peut être la base de cette habitude que j'ai à coller ensemble des hommes entre deux âges et de jeunes femmes. (rire)

Il n'a que la trentaine, alors il n'est pas entre deux âges. C'est juste un homme et une fille.

Samura : Je suppose que c'est des sujets assez typiques pour des road movies hollywoodiens. Pour moi, je vois cet écart d'âge comme un point parfait pour souligner que cette relation s'arrête juste avant le coté amoureux.

Le point parfait pour s'arrêter avant une romance ?

Samura : Ouais, parce que je ne peux pas dessiner des gens qui sont vraiment amoureux. (rire) Je veux, je souhaiterais pouvoir. Mon but depuis Blade of the Immortal est de faire un manga qui a de vraies scènes romantiques.

C'est un peu hors-sujet mais, les hommes que vous dessinez sont assez sexy.

Samura : Je ne pense pas trop aux hommes. (rire)

Donc vous ne pensez pas vraiment à les rendre beaux ?

Samura : Hmmm. D'accord, bon, mon personnage masculin idéal est Sword, le personnage principal du manga Bem-hunter Sword de Hoshino Yukinobu, et je pense qu'il m'a apporté pas mal d'inspiration pour les expressions de Manji. Il est comme Cobra, si Cobra n'était pas aussi fort. (rire) Il lui ressemble visuellement et dans sa personnalité aussi, je pense. Je pense que Manji est un peu plus rugueux sur les bords. Honnêtement, j'ai plus de mal à m'imaginer comment faire des hommes jolis.

Est-ce que Anotsu dans Blade of the Immortal était compliqué à faire ?

Samura : Ouais. Genre "Qu'est ce que je fais de ce type ?" (rire) Si je n'étais pas attentif, il aurait pu devenir comme Manji.

Est-ce plus difficile de conserver l'intérêt d'un homme ? Il semblerait que vous n'ayez pas vraiment de problème pour dessiner ça avec les filles.

Samura : Hmmm, ouais. C'était assez dur pour moi de faire ce personnage qui agit selon des principes, comme les activistes nationaux durant le Bakumatsu. Même maintenant, j'ai du mal. Je suis globalement plus à l'aise en faisant des personnages confus, hommes ou femmes. Si je fais un manga sans trop réfléchir à ça, c'est ce qui sortira.

Vous avez dit précédemment que vous aimiez Shumari de Tezuka Osamu. J'ai l'impression que Manji ressemble un peu à Shumari.

Samura : Un peu, n'est ce pas. (rire) Il a ce coté insouciant affiché, mais en même temps il porte son bagage personnel. Aussi, dans Shumari, le personnage que je trouve le plus intéressant est Yashichi, et je veux vraiment faire un manga avec ce type de personnage un jour. Il n'est pas méchant, il n'est pas bon ; il est poussé par ces propres intérêts, mais il n'est pas un antagoniste non plus. Il n'est pas vraiment de sang-froid - il peut paraitre insouciant, mais il a des principes, il fait des choses sales en toute connaissance de cause, mais il a une ligne qu'il ne franchira jamais. J'aimerais faire un personnage comme ça un jour.

(voila, c'est surement écrit comme de la merde mais bon)
When you dont afraid any sunshine, come on baby !

行けよ饒舌の 影よ来て導け

Avatar de l’utilisateur
Ialda
Modo : bodacious kunoichi otaku
 
Messages: 18766
Inscription: Sam 31 Mar 2007, 13:25
Localisation: Firelink Shrine

Re: Récapitulatif d'Interviews (hors mata)

Messagede Ialda le Mer 25 Juin 2014, 01:06

(Je ne comprends vraiment pas la phrase suivante, même si j'imagine qu'il veut dire qu'il n'a aucun problème à tuer des hommes) Of course, I have no qualms about offing the men left, right and center, though. (laugh)


C'est ça. "Je n'ai aucun problème à massacrer des bonhommes à la pelle, toutefois."

Bon, l'interview confirme ce qu'on pensait sur le bonhomme ?
Beaucoup apprécier le passage sur ses inspis et sa trinité de mangakas féminins.

Avatar de l’utilisateur
Ramior
Spirit of Nausicaä
 
Messages: 2887
Inscription: Mer 13 Juin 2012, 14:07

Re: Récapitulatif d'Interviews (hors mata)

Messagede Ramior le Mer 25 Juin 2014, 18:35

Merci je comprend mieux son point de vue, par contre il à une vision très idéalisé des femmes quand même. :lol:

Avatar de l’utilisateur
Merlin
Modo : Enchanteur de pacotille
 
Messages: 19634
Inscription: Mar 13 Mar 2007, 22:27
Localisation: Mon lit

Re: Récapitulatif d'Interviews (hors mata)

Messagede Merlin le Jeu 26 Juin 2014, 18:43

Tu as bien fait ça Aer. Merci. Très intéressant. ;)

Avatar de l’utilisateur
inico
Pitit LEGO
 
Messages: 411
Inscription: Sam 01 Sep 2012, 15:52
Localisation: Par là

Re: Récapitulatif d'Interviews (hors mata)

Messagede inico le Dim 20 Juil 2014, 08:18

Image

Avatar de l’utilisateur
Aer
Modo : Fan de Bakunyû
 
Messages: 9823
Inscription: Mar 29 Juin 2010, 23:01
Localisation:

Re: Récapitulatif d'Interviews (hors mata)

Messagede Aer le Lun 08 Sep 2014, 18:42

When you dont afraid any sunshine, come on baby !

行けよ饒舌の 影よ来て導け

Avatar de l’utilisateur
Ialda
Modo : bodacious kunoichi otaku
 
Messages: 18766
Inscription: Sam 31 Mar 2007, 13:25
Localisation: Firelink Shrine

Re: Récapitulatif d'Interviews (hors mata)

Messagede Ialda le Lun 08 Sep 2014, 20:05

Daté oui et non, j'ai trouvé que le gros de l'intérêt de l'itw reposait sur la question générationnelle ("The generational shift is abrupt") et l'évolution des otakus. Sachant que l'interview remonte à une époque charnière où le moe venait de finir de s'installer comme nouveau centre de gravité de la sous-culture aux dépends de la SF et du reste, en tant que témoignage c'est assez pertinent.

Aer a écrit:J'aime particulièrement le passage sur le dame.


L'ironie avec certains fans français qui ne semblent pas en avoir conscience et réclament à cor et à cris la diffusion de leur série fétiche sur le petit écran est désopilante.

Avatar de l’utilisateur
Aer
Modo : Fan de Bakunyû
 
Messages: 9823
Inscription: Mar 29 Juin 2010, 23:01
Localisation:

Re: Récapitulatif d'Interviews (hors mata)

Messagede Aer le Lun 22 Sep 2014, 21:23

When you dont afraid any sunshine, come on baby !

行けよ饒舌の 影よ来て導け

Avatar de l’utilisateur
Aer
Modo : Fan de Bakunyû
 
Messages: 9823
Inscription: Mar 29 Juin 2010, 23:01
Localisation:

Re: Récapitulatif d'Interviews (hors mata)

Messagede Aer le Mar 30 Déc 2014, 14:12

Retour sur le blog de gouf anglophone qui trad des trucs cool, avec du Otomo vs Inoue.
When you dont afraid any sunshine, come on baby !

行けよ饒舌の 影よ来て導け

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10551
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: Récapitulatif d'Interviews (hors mata)

Messagede Gemini le Mer 14 Jan 2015, 21:53

Interview de Hiromasa Yonebayashi pour la sortie de Souvenirs de Marnie.

C’est le producteur Toshio Suzuki qui a choisi messieurs Ando et Taneda. Peut-être était-ce une stratégie pour empêcher Miyazaki de se rapprocher de la production du film et préserver ainsi l’originalité du film à venir. Par exemple, monsieur Taneda ne venant pas du monde de l’animation, c’était plus difficile pour Miyazaki de l’approcher.

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10551
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: Récapitulatif d'Interviews (hors mata)

Messagede Gemini le Ven 16 Jan 2015, 11:19

Toujours Capture Mag, toujours Souvenirs de Marnie, cette fois en companie du directeur de l'animation.

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10551
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: Récapitulatif d'Interviews (hors mata)

Messagede Gemini le Ven 16 Jan 2015, 20:33

Au tour du producteur. Hayao Miyazaki en (re)prend pour son grade.

Avatar de l’utilisateur
Ialda
Modo : bodacious kunoichi otaku
 
Messages: 18766
Inscription: Sam 31 Mar 2007, 13:25
Localisation: Firelink Shrine

Re: Récapitulatif d'Interviews (hors mata)

Messagede Ialda le Mar 27 Jan 2015, 21:29

Sur Anime-kun : le retour de l'animation sur France télévisions
http://www.anime-kun.net/webzine/anime- ... rview-2435

Avatar de l’utilisateur
mangakam
Ryo versus Massue
 
Messages: 868
Inscription: Sam 29 Nov 2014, 23:03
Localisation: Saintes

Re: Récapitulatif d'Interviews (hors mata)

Messagede mangakam le Mar 27 Jan 2015, 21:54

Je salut l’effort de France 4 de vouloir diffuser de l'animation japonaise mais pour ma part je ne suis plus la télé depuis 3 ou 4 ans et regarde via des replay sur Internet différente émission ou programme.

Je trouve qu'il y'a de plus en plus de gens qui regarde leur programme via le net et plus qu'on va avancer dans le temps et plus que ça se confirmera , attention je ne dit pas qu'on ne regardera plus ses programme via une télé.

Suivante


Retourner vers Culturama

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités