Cowboy Bebop

Modérateurs : Aer, Equipe forum MATA-WEB Animanga : Discussions sur les animés et mangas

Retourner vers Animanga

Avatar de l’utilisateur
jing
Soul of Chogokin
 
Messages: 1775
Inscription: Lun 20 Aoû 2007, 17:27

Cowboy Bebop

Messagede jing le Mer 27 Oct 2010, 22:18

Image

Les guerres et la pollution ont rendu la vie trop pénible sur une Terre désormais surpeuplée. Les hommes ont abandonné leur planète bleue et se sont répandus dans le système solaire, à la recherche de nouvelles frontières. Le temps est venu pour l'humanité de coloniser l'espace. Ainsi est né un nouveau Far West dans lequel les pionniers modernes ont créé une société très cosmopolite. Une nouvelle ère a commencé. Nous sommes en l'an 2071. Spike Spiegel et Jet Black, chasseurs de primes perpétuellement fauchés, errent dans l'espace au gré de leurs missions et dans une ambiance plutôt seventies. De planète en planète, ils se lancent à la poursuite des criminels les plus recherchés. Peu importe le danger, c'est le montant de la prime qui compte ! Faye Valentine quant à elle est une arnaqueuse de charme. Un peu tricheuse et un peu voleuse, elle vient mettre du piment dans la vie des deux hommes.

Bon alors, je sais c'est un vieil anime, mais vu que chez certain il est culte, j'ai cru bon de lui dedier un topic a lui tout seul.

L'anime est comme beaucoup d'animes de cette periode, tres beau, avec ce ptit cachet 90's qui lui va a ravir.
Les musiques signées Yoko Kanno sont de tres bonne qualité, en particulier les main themes.
Les personnages sont pas mal, entre un Spike j'm'enfoutiste (quoi que pas toujours), un Jet un peu vieu jeu, une Faye femme et mignonne (pas comme les trucs qu'on trouve aujourd'hui) et un Ed hyper delire (je ne parlerais pas du chien :lol: ) et...

C'est qu'on passe la partie negative (et oui deja) :twisted:
L'anime partait tres bien avec ces premiers episodes ou l'equipage s'agrandis, puis dés l'episode 5, une breche s'ouvre avec quelques revelations sur le passé de notre hero puis plus rien pendant quelques episodes... et hop un ptit peu de passé de Jet par ici, un peu de celui de Faye par la, quelques HS insipides par la, d'autres fort bon par ici (Pierro le Fou par exemple), une ptite touche d'Ed....et hop 2 episodes pour conclure tout sa.... (bon je n'exclus pas les épisodes 12-13 mais bon voila quoi)

A la fin de la serie (qui se termine par un combat minable et 5 minutes a matter le ciel bleu, 5 minutes qui auraient pu servir a combler un certain vide), on se dit " Tout sa pour sa.... ", comme si on avait matté l'une de ces series ou il n'y a pas de fin avec un " lisez le manga ", sauf que la ya pas de manga (enfin si mais vous me comprenez)

Pourtant on avait un bon background, ce Vicious, ce Dragon Rouge, cette Julia, des moments forts, d'ailleurs ce sont ces 5 episodes portés sur Spike qui sont le plus intéressant en ce qui me concerne...
Alors pourquoi avoir fait un anime rempli d'histoires inutiles alors qu'on tenait quelque chose de solide ?
Je ne parlerais pas du passée de Faye, qui mon gout, est vraiment là histoire de lui donner de la consistance au personnage, meme si la fin de l'episode ou tout le monde regarde la K7 est touchant.

Alors ma question: qu'est-ce qui a fait de cette anime un anime culte ? l'atmosphere ? les perso ? la VF ? mais ne me dites pas le scenario...

(je sais que je vais me faire taper sur les doigts mais bon, je ne comprend toujours pas....pourtant j'ai beaucoup apprecié le film, c'est d'ailleurs lui que j'ai vu en premier, et qui m'a donné envie de matter la serie)
Dernière édition par jing le Mer 27 Oct 2010, 23:54, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Natth
Soul of Chogokin
 
Messages: 1501
Inscription: Mer 24 Mar 2010, 21:56

Re: Cowboy Bebop

Messagede Natth le Mer 27 Oct 2010, 23:16

Je pense que l'aspect culte vient surtout du mélange de tout ce que contient cet anime. Que ce soit l'OST jazzy, le côté "far-west", le style graphique soigné et la qualité de l'animation, les personnages originaux et pourtant crédibles ou la narration si particulière, je crois que le "culte" est né de l'équilibre de l'ensemble.

Je pense aussi que la VF est très réussie :mrgreen:

Je n'ai pas trouvé le scénario raté, mais il n'y avait pas d'intrigue globale pour moi. Chaque épisode avait pour but de construire, de dévoiler (ou de détruire) certains aspects des différents personnages. Et lorsque je dis personnages, je ne pense pas forcément aux cinq héros même s'ils ne peuvent qu'être impliqués. Evidemment, il fallait une fin digne de la série. Je pense que cela explique l'intérêt de développer le passé de Spike et de le rendre aussi tendu. Cependant, je comprends que les auteurs aient terminé la série par ce ciel bleu...
[Montrer] Spoiler
Spike est mort, son ennemi mortel est mort et les autres ont fait leur choix. Que pourrait-on dire de plus ? A moins de repartir sur une nouvelle saison où l'on assisterait à l'évolution de Jet, de Faye ou même de Ed, sans oublier le chien :P, il n'y a plus rien à dire.


J'ai été un peu déçue par le film, peut-être parce qu'il ne nous "parlait" pas assez des personnages. Ou parce qu'il n'avait pas le même rythme, la même ambiance que la série. Je ne peux pas vraiment dire où je n'ai pas accroché, mais je l'ai trouvé long par moments. Cependant, je ne dirais pas qu'il est mauvais ou raté, juste différent.

Avatar de l’utilisateur
bwarfff
Rédac : teur d'hollywood !
 
Messages: 1262
Inscription: Mar 11 Nov 2008, 12:12
Localisation: Shadow Moses

Re: Cowboy Bebop

Messagede bwarfff le Mer 27 Oct 2010, 23:24

chacun ses gouts.
Moi il fait partie de mes préférés.
La musique est sublime.
Les persos sont géniaux.
La réal est très bonne.
jing a écrit:L'anime partait tres avec ces premiers episodes ou l'equipage s'agrandis, puis dés l'episode 5, une breche s'ouvre avec quelques revelations sur le passé de notre hero puis plus rien pendant quelques episodes...

pour moi après cette "intro", les épisodes peuvent être vus dans le désordre, ça ne gêne absolument pas l'histoire vu qu'il n'y a pas de fil rouge à suivre.
Chaque épisode à son charme, chaque épisode est unique, à son petit truc qui se démarque des autres, sa thématique, sa musique. J'adore celui de Pierrot le fou, j'ai trouvé triste ceux de Faye, trouvé fun celui du cowboy, jme suis marré devant le homard toxique. Expliquer de fond en comble la vie de Spike aurait mis les autres persos au placard, chacun a droit à son petit moment et c'est bieng.

jing a écrit:A la fin de la serie (qui se termine par un combat minable et 5 minutes a matter le ciel bleu, 5 minutes qui auraient pu servir a combler un certain vide)

5mn pour expliquer quoi ? Tout est déjà expliqué avant et cette fin est tellement logique à mon sens.
D'ailleurs, ça me fait penser qu'il faut que je le revoie, ça fait quelques années depuis que j'ai chopé le coffret collector.

Avatar de l’utilisateur
jing
Soul of Chogokin
 
Messages: 1775
Inscription: Lun 20 Aoû 2007, 17:27

Re: Cowboy Bebop

Messagede jing le Jeu 28 Oct 2010, 00:06

Pour la fin et le ciel bleu...ok pourquoi pas, mais bon je sais pas, il aurait pu montrer ce qu'allait devenir les persos restant comme sa le fait souvent dans pas mal de serie lors du dernier ending...une sorte de ptit epilogue en somme.

Ce que je reproche c'est vraiment ce manque de consistance au niveau de Spike (le hero quand meme)... y'avait un monde a exploiter sur son passé, sa relation avec Julia et Vicious, avec l'organisation.... et au final, bah on te rush sa,on te sors des Shin, te montre quelques ptit flashback d'une seconde et on prefere te mettre des episodes ou l'equipe se fait attaquer par un homar moisi ou l'histoire ennuyeuse d'un Jet qui veut retrouver le pere d'une fille :roll: (d'ailleurs en parlant de Jet....pareil, un episode pour son amour, un episode pour son bras...j'ai trouvé aussi sa fadasse)

Limite la serie aurait pu tenir dans un format 13 episodes... en esperant un jour (ok je reve, mais bon...le film avec Mr.Neo va ptete relancer la machine), un nouveau film sur son passée dans le Dragon Rouge....on sait jamais ya bien eu un nouveau film Trigun, alors pourquoi pas Cowboy Bebop.

Avatar de l’utilisateur
Windspirit
Ryo versus Massue
 
Messages: 624
Inscription: Jeu 18 Sep 2008, 22:14

Re: Cowboy Bebop

Messagede Windspirit le Jeu 28 Oct 2010, 00:37

Pas de "chacun ses goûts", svp, c'est pour les faibles ça.

You may be through with the past, but the past ain't never quite through with you.

Finalement, je m'en foutais complètement que cet anime n'ait pas d'histoire soutenue. Comme pour beaucoup, c'est l'un des premiers animes que j'ai vus et c'est aussi un de mes préférés, c'est avec ça que j'ai découvert qu'en général, tout n'a pas besoin d'être clair dès le début, une histoire (donc un noeud posé dès le départ qu'il faudra résoudre, rien à voir avec le scénario ; dans ce cas-ci, chaque épisode en a un et c'est tous (tous) des putains de chef-d'oeuvres d'écriture) n'est pas nécessaire à la qualité d'un récit. C'est avec ça que j'ai réussi à apprécier énormément de séries épisodiques et de films dits "à ambiance".

Ça m'a aussi fait réaliser que les histoires faussement complexes avec des personnages tellement épais que ça génère des contradictions, des moments de pseudo-philosophie à dormir debout, des moments de WTF, ça puduku parce que ça finit souvent par partir en sucettes. C'est particulièrement appuyé chez les Japonais, mais c'est comme ça plus ou moins partout - je préférerai toujours un Piège de Cristal à n'importe quel Inception. On s'en fout finalement que Spike vs. Vicious soit un vague fil rouge qui nous mène du début de l'épisode 1 à la fin de l'épisode 26, ce n'est pas la seule histoire que Cowboy Bebop essaie de raconter, mais plutôt le prétexte pour raconter tout le reste, et c'est ça qui fait son charme et l'a hissé au statut de série culte (entre autres).

Cowboy Bebop est parfaitement lisible de bout en bout dans le sens où l'histoire est clairement celle d'une série : il y a un "sujet" global (Spike vs. Vicious), un thème (le passé nous rattrappe toujours), un début et une fin (et quelle fin), et des moments de déconnade au milieu. Et au milieu, justement, chaque épisode coule naturellement d'un bout à l'autre, chaque épisode est différent du précédent, on se demande toujours ce que le prochain nous réserve, y a absolument de tout : de l'humour (et pas à la base je glisse sur une peau de banane les mains sur tes tits svp), de l'action (à gogo, réalisé par des salopards si talentueux qu'on se demande où ils sont passés), de la tragédie (qui, comme tout bon drame, tombe toujours au bon moment, c'est-à-dire celui où on s'y attend le moins - tout le monde a chialé quand ils ont maté la K7, ne me faites pas croire le contraire), une ambiance SF (venez me dire que vous avez pas bandé quand l'antiquaire bandait sur les VHS) et western (y a des passages qu'on dirait tout droit sortis d'un spaghetti)... Y a le fantasme cop drama avec Jet, un petit côté geek avec Ed et le chien-mascotte, une petite d'histoire d'amour dont on ne sait rien pour augmenter le facteur classe. Du noir, et sorti de nulle part, t'as un pur passage complètement connard avec le champignon hallucinogène - avec la vieille "morale" à la fin Don't leave your shit in the fridge pour dire qu'en fait ils se sont simplement amusés avec cet épisode. Je l'ai retrouvé récemment avec Panty and Stocking, la vieille excuse de merde "le plombier qui est mort par la merde revient se venger par la merde" au premier épisode, j'adore cet humour.


Les personnages sont des classiques qui fonctionnent à tout coups et leur union est juste parfaite. Pas d'arc d'un tel qui s'est fait enculer par un SDF à l'âge de 4 ans puis violé à tour de rôle par le papa la maman la maitresse le voisin, y a que du vrai, du viril, l'ancien flic, l'ancien mafieux, la conne, l'enfant surdoué, etc., et une mascotte pour compléter le tableau. C'est le casting parfait, l'american dream (un père une mère, un garçon une fille et un chien) de la fiction.

Cowboy Bebop, c'est classique. Ça rappelle le cinéma Hollywoodien classique en plusieurs points, celui où tout est lisse, tout est limpide, tout renvoie à quelque chose, chaque tension mène à un climax et surtout, avec les icônes classiques qui reviennent nous hanter à chaque fois.

Il y a tous les éléments cools que tu peux imaginer, c'est construit comme une série télé, y a rien qui manque, rien de superflu, y a une sincérité qui transparait à chaque minute, chaque épisode est un vent de fraîcheur, aucune baisse de qualité, je n'ai jamais vu une maitrise technique aussi poussée dans une série télé (je pense juste à GITS SAC qui serait peut-être du même niveau), la musique, la qualité de l'animation, la réalisation, les "mouvements de caméra", l'harmonie entre les pillow shots et les passages nerveux, c'est à ce jour la plus belle série venue du Japon que j'aie vue.

J'ai encore chié un pavé, mais Cowboy Bebop, bordel. LA série télé.

Avatar de l’utilisateur
jing
Soul of Chogokin
 
Messages: 1775
Inscription: Lun 20 Aoû 2007, 17:27

Re: Cowboy Bebop

Messagede jing le Jeu 28 Oct 2010, 00:55

Windspirit a écrit: chaque épisode est un vent de fraîcheur, aucune baisse de qualité


Pourtant le nombre de fois ou jme suis laisser endormir devant les episodes du passée de Jet (voir tout ceux porté uniquement sur Jet), ou encore celui ou Spike va voir son vieu pote mecano....
Je penses honnêtement que la moitié de la serie m'a ennuyé...
Je l'ai matté en deux temps pour tout dire, j'avais stoppé a l'episode 10, ya 2-3 mois parce que sa me gonflait qu'il ne se passe rien(donc jme souviens plus trop ce qu'il s'est passé dans ceux-ci), j'ai repris ya 1 semaine, a ratio de 2 eps par soir).

Enfin bref je continue a dire que c'est une bonne serie de par son ambiance et ses personnages, mais qui manque réellement d'approfondissement en ce qui concerne son personnage principal, et que le trop grands nombres d'episodes inutiles qui auraient pu servir a l'elaboration d'une vrai trame scenaristique, gache un peu l'ensemble.

Avatar de l’utilisateur
The Drig Overmind
Piou-Piou
 
Messages: 761
Inscription: Jeu 03 Déc 2009, 17:40
Localisation: Universal Century 0079

Re: Cowboy Bebop

Messagede The Drig Overmind le Jeu 28 Oct 2010, 01:02

Qu'est-ce que fait de Cowboy Bebop un anime culte ?

Comme l'ont déjà dit Natth & bwarff : Tout.
C'est le mélange de tous ces éléments : les personnages, les comédiens de doublage (japonais en premier lieu, mais le doublage français est de très bonne facture), la bande originale de Mme Kanno & co (Steve Conte, the seatbelts), l'univers de la série, que ce soient les univers graphiques ou les références musicales/cinéma/pop-culture ...
Mais ce qui a donné l'étiquette de culte à Cowboy Bebop c'est surement le travail d'un homme : Shinichiro Watanabe

Quand j'étais un djeunz (genre l'âge moyen de la jeunesse nanamiène ... ce qui nous remonte à la dernière décennie du XXe siècle) on discutait/trollait/faisait des fanfics (pas forcément à caractère érotique)/exposait nos théories fumeuses sur les animes (Evangeline en tête de file) ... mais elles portaient à 99% sur l'histoire/trame/thèmes des dits animes (le 1% restant c'était pour parler d'adaptation dans le cas où c'étaient des oeuvres adaptés d'un manga). Rares étaient ceux qui connaissaient le nom de Hideaki Anno, Yoshiyuki Lol Tomino, Shôji Kawamori, Hayao Miyazaki ou autres grands messieurs du métier. On connaissait à peine le nom des auteurs pour les animes adaptés d'une bande dessinée.
Par exemple, à cette époque là, le film de Ghost in the shell évoquait plutôt le nom de Masamune Shirow plutôt que celui de Oshii.

Et c'est là que Watanabe est arrivé avec Cowboy Bebop et nous ouvre les yeux sur quelque chose que nos jeunes yeux avaient toujours zappé dans les animes : la réalisation.

N'ayons pas peur des mots : Watanabe c'est (ou c'était ... vu ce que Manglobe est devenu maintenant :( ) le Tarantino des animes. C'est un réalisateur profondément cinéphile, avec plein de références, et qui n'a pas peur de rendre hommage à ses films et réalisateurs préférés en imitant leurs oeuvres.
Cowboy Bebop résonne dans son ambiance graphique et musicale, sa photographie (je ne sais pas si on peut parler de photographie dans un anime), ses personnages, etc. des films noirs, des films HK sur les triades, des films de Kung-fu, des westerns-spaguetti ... le tout avec des touches de space-opera et des sit-com avec des running gags.

C'est en mettant tout ça ensemble que Watanabe réussit de main de maître à nous faire comprendre une chose : que derrière une oeuvre d'animation il y a tout un travail de réalisation, d'écriture des scénarios pour les épisodes, de direction artistique, de direction d'animation ... bref, pas juste l'oncle Walt qui dessine et peint à la gouache sur des films transparents. C'est avec Cowboy Bebop et Watanabe que ma génération (nés dans les années 80, apogée de l'humanité, grandit dans les 90) à découvert tout aspect des animes auquel on ne prêtait pas attention auparavant.

Certes aujourd'hui le fait qu'on connaisse les réalisateurs, scénaristes, directeurs d'animation des oeuvres animés (notamment des films) peut sembler banal et tout à fait naturel. Mais dans les années 90, en occident ... voire une réalisation et une direction artistique aussi marquée dans une série TV (à l'époque, dire TV voulait dire cheap, bas étage, on fait le minimum ... de toutes façons on n'a pas les sous) c'était un shock! Une révélation.

Certes Watanabe n'est pas le premier à faire ça. On n'a qu'à regarder Anno avec Gunbuster et Evangeline. Lui aussi il avait une réalisation et une direction artistique très marquée dans ses oeuvres. Mais à l'époque, les discussion sur Eva se centraient surtout autour de la psychologie de Shinji (on ne connaissait pas les EMO à l'époque) ou dans le décryptage des nombreux symboles judéo-chétiens présents dans l'oeuvre et Gunbuster c'était un peu trop Underground.

On remarque plus le travail de réa dans Bebop que dans Eva justement parce qu'on n'est pas tenté de partir dans des décryptages compliqués ou des discussions sur la maman du Dr. Freud. De plus, l'héritage cinéphile et beaucoup plus occidental que les autres animes de l'époque (pas de meccha piou-piou, pas de petite culotte loli-imouto-tsundere), la structure de série américaine (épisodes indépendants, avec des cliffhangers en fin mid-season et un final) ont été beaucoup plus explicites et parlants pour le public occidental, pour passer ce message de toute la réalisation, toute la technique qu'il y a derrière un anime, que l'héritage japonais des productions nippones antérieures.

Voilà pourquoi je pense que toute une génération considère Bebop comme un anime culte. C'est vraiment à partir de Bebop que j'ai commencé à m'intéresser au staff d'une production animée, à voire plus objectivement les différents aspects tels que le cadrage, la direction artistique, l'utilisation de musique, etc ... et que grâce à des années et des années de visionnage d'anime sous cet angle j'ai compris qu'une réalisation sobre et soignée comme celle de Hosoda vaut mille fois mieux que toutes les paillettes blig-blig emo-dark mème-4-chan que balance inutilement un Shinbô.

Merci M. Watanabe ... Maintenant vous pouvez venir tirer les oreilles des gens de Mangloble qui se sont mis à faire du lolipédomoe SVP :mrgreen:

Drig < Rhaaaa, je vais m'attirer la colère d'un Zêta parce que j'ai dit des mauvaises choses sur Eva :shock: >
Mecchas piou-piou is better than Suzumiya pouet-pouet !
MOE CAPTAIN IS MOE !!!
MOE KOUSAKA-CHAN IS MOE !!!
MOE HOSHINO-SEMPAI IS MOE !!!
Space Drig is ... a Drig in the space !!!

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9203
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Cowboy Bebop

Messagede Zêta Amrith le Jeu 28 Oct 2010, 02:11

The Drig Overmind a écrit:Voilà pourquoi je pense que toute une génération considère Bebop comme un anime culte.


Voilà pourquoi tu penses que les geeks occidentaux considèrent Bebop comme un anime culte.
Au Japon, la série a obtenu un succès honorable voire un peu plus encore - seconde postion à l'AGP - mais n'a suscité aucun phénomène comparable et plus personne ou presque n'en parle de nos jours. Même chose avec Mme Escaflowne, toujours du studio SUNRISE S2, rapidement portée aux nues par chez nous, mais simplement bien accueillie sur l'archipel.

Tout le reste de ton historique relève du délire personnel sans lien avec la réalité, qu'il s'agisse du postulat selon lequel Miyazaki ou Oshii n'étaient connus de personne alors que Watanabe devenait le premier réalisateur identifié comme tel dans l'hexagone, ou de ton clash déguisé contre Disney, génie autrement plus important que Watanabe à l'échelle du dessin-animé et de la création artistique dans son ensemble hein, quoique tu puisses en dire.

Cela n'enlève évidemment pas sa qualité d'anime exceptionnel à Cowboy Bebop.
Dernière édition par Zêta Amrith le Jeu 28 Oct 2010, 02:33, édité 3 fois.

Avatar de l’utilisateur
Windspirit
Ryo versus Massue
 
Messages: 624
Inscription: Jeu 18 Sep 2008, 22:14

Re: Cowboy Bebop

Messagede Windspirit le Jeu 28 Oct 2010, 02:26

Bwarf toi-même, le bogoss galactique.

Enfin bref je continue a dire que c'est une bonne serie de par son ambiance et ses personnages, mais qui manque réellement d'approfondissement en ce qui concerne son personnage principal, et que le trop grands nombres d'episodes inutiles qui auraient pu servir a l'elaboration d'une vrai trame scenaristique, gache un peu l'ensemble.

Bon je réalise que je m'exprime vraiment comme une merde.
En fait, ce que je disais, c'est que justement, c'est une série télé, pas un film, pas un roman, pas un essai, ni quoi que ce soit. Y a un début pour la propulser, ensuite du win pour s'amuser, et on conclut. Ce que tu qualifies d'inutile est en fait véritablement la chaire de la série, pour le reste, y a pas à chercher plus loin que ce qu'on nous donne déjà, c'est parfait comme c'est.

Après, que tu te sois ennuyé et que les gens ont pris leur pied, c'est une question de goûts j'imagine. Les épisodes de Jets étaient puissants, pourtant, y a des scènes de "règlements de comptes" sous la pluie tout droit sorties d'un vieux cop drama, c'est un truc d'une simplicité telle que ça aurait pu être réalisé par John Huston, ça résonne en nous, et c'est juste beau ; c'est aussi ça la différence entre quelqu'un qui va se faire chier devant VOTOMS et quelqu'un qui va jubiler comme un gosse. (Je cite VOTOMS parce que c'est la première série qui me vient en tête où tout est clair, tout est limpide, tout est "classique", ça se voit dès le début avec la gueule du héros.)

[EDIT] : Je nie pas que ma conception de ce qu'est une série soit entièrement influencé par le modèle américain avec lequel j'ai grandi.

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10501
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: Cowboy Bebop

Messagede Gemini le Jeu 28 Oct 2010, 11:56

Une des forces de Cowboy Bebop, c'est que comme cet anime aborde plein de styles différents, il y en a facilement pour tous les goûts. Pour ma part, j'ai un penchant prononcé pour des épisodes comme Mushroom Samba (avec ses références aux western-spaghettis et à la blaxploitation), Cowboy Funk, Toys in the Attic, Pierrot le Fou ou encore Jamming with Edward ; ceux-là, j'ai dû les voir au minimum une dizaine de fois chacun.
Cela ne veut pas dire que je n'aime pas le reste, mais si j'ai un petit coup de blues, je sais que je peux revoir un épisode de la série, parmi tous les autres, sans que cela ne pose problème.

Le succès en France s'explique aussi pour des raisons "historiques" : outre le doublage parfois supérieur à l'original - Andy en VF, juste ultime - Cowboy Bebop fait parti des quelques animes diffusés en clair après la fin du Club Do, juste après Neon Genesis Evangelion, Vision of Escaflowne, et Cybersix. Il répondait à une attente, et possédait un style plus adulte que les titres cultes de l'émission de TF1, donc s'adressait à un public qui avait depuis grandi.



See you, space samurai 8)

Avatar de l’utilisateur
jing
Soul of Chogokin
 
Messages: 1775
Inscription: Lun 20 Aoû 2007, 17:27

Re: Cowboy Bebop

Messagede jing le Jeu 28 Oct 2010, 13:24

Windspirit a écrit:En fait, ce que je disais, c'est que justement, c'est une série télé, pas un film, pas un roman, pas un essai, ni quoi que ce soit. Y a un début pour la propulser, ensuite du win pour s'amuser, et on conclut. Ce que tu qualifies d'inutile est en fait véritablement la chaire de la série, pour le reste, y a pas à chercher plus loin que ce qu'on nous donne déjà, c'est parfait comme c'est.

[EDIT] : Je nie pas que ma conception de ce qu'est une série soit entièrement influencé par le modèle américain avec lequel j'ai grandi.


Pourtant, bien que je ne regarde plus de série américaine depuis un bail, dans mes souvenirs, les séries comme Buffy ou Le Caméléon (oh mon dieu, oui que sa date), il y avait bien un vrai fil rouge bien solide parmi les différentes petites histoires....ce qui n'est pas le cas dans Cowboy Bebop.

Quand on voit Spike devenir tout fou rien qu'a entendre le nom de Julia, être a la limite de se barrer du Bebop lors des ep 12-13 et puis ne plus entendre en parler pendant 12 épisodes entiers, c'est comme même mal foutu...

Et du mal foutu sur la trame principal yen a des tas...
[Montrer] Spoiler
Sauf si je me trompe (ne me souvenant plus de l'épisode 5 avec précision, donc si on en parle....):

- On sait pas pourquoi Julia couche avec Vicious
- Beaucoup parle de triangle amoureux mais je n'en ai absolument pas eu l'impression
- le faux oeil de Spike... révélation en carton
- a la fin il tombe quand il est sur les escaliers.... mais reste dessus comme en suspension, sans les dégringoler, sa m'a choqué mais sa sa n'a rien a voir avec le scenario ^^

Doit yen avoir d'autre mais la, je n'en ai pas en tete ^^
D'ailleurs pareil pour la trame de Faye, qu'est-ce qui s'est passé au final ? Elle et ses parents sont allés dans l'espace, leur vaisseau a explosé et elle s'en ai sorti comme par magie ? :roll: )


Sinon pour revenir au succès, oui il m'avais bien semblé avoir lu que l'anime n'avait pas été un carton au Japon, et que si le film a été mis en chantier c'était parce que justement la série avait cartonné aux USA et en Europe.

Pour finir l'épisode d'Andy est l'un de mes préféré avec Pierro le Fou dans les épisodes hors trame principale =D

Avatar de l’utilisateur
The Drig Overmind
Piou-Piou
 
Messages: 761
Inscription: Jeu 03 Déc 2009, 17:40
Localisation: Universal Century 0079

Re: Cowboy Bebop

Messagede The Drig Overmind le Jeu 28 Oct 2010, 23:02

Zêta Amrith a écrit:Voilà pourquoi tu penses que les geeks occidentaux considèrent Bebop comme un anime culte.

Oui. J'ai oublié de préciser, mais je me plaçais d'un point de vue purement occidental (qui plus est, de l'autre côté de l'Atlantique puisque c'est là-bas que j'ai grandi dans les années 90).

Zêta Amrith a écrit:Tout le reste de ton historique relève du délire personnel sans lien avec la réalité, qu'il s'agisse du postulat selon lequel Miyazaki ou Oshii n'étaient connus de personne alors que Watanabe devenait le premier réalisateur identifié comme tel dans l'hexagone, ou de ton clash déguisé contre Disney, génie autrement plus important que Watanabe à l'échelle du dessin-animé et de la création artistique dans son ensemble hein, quoique tu puisses en dire.


Hmmm ... Je pense que je me suis mal exprimé puisque je ne voulais en aucun cas faire un clash contre l'oncle Walt (contrairement à ce que j'ai fait contre Shinbô).
Walt Disney est un génie du dessin animé (voire le père du dessin animé) qui a apporté à celui-ci infiniment plus que ce qu'à pu y apporter Watanabe. Ils ne jouent pas dans la même catégorie et ce n'était pas dans mon intention de les comparer.

Mon utilisation de l'image de l'oncle Walt dans son studio dessinant des souris en caleçon et des canards sans pantalon était juste pour faire un contraste entre cette image artisanale et pure du dessin animé, celle de l'animateur au centre de tout (normal, il est le coeur du métier) qui travaille dur jour et nuit pour donner vie, donner une anima, tel un dieu, aux dessins qu'il fait ; et la nouvelle (à l'époque) image du métier donnée par Watanabe, bien plus proche du cinéma en prises de vue réelle.

Ce que j'essayais de communiquer maladroitement dans mon précédent post écrit à 1h du matin en milieu de semaine et devant me lever à 7h pour aller bosser comme tous les jours, c'est qu'à travers Bebop, Watanabe a donné (aux spectateurs occidentaux de l'époque) une image bien différente du métier de l'animation que cette image historique et un peu naïve de l'artiste qui insuffle la vie à ses dessins. Ici Watanabe volait un peu la vedette aux animateurs qui s'étaient tué à la tâche pour faire sa série pour se placer en chef d'orchestre et se faire applaudir aussi. C'était une image de l'animation bien plus proche du cinéma en prises de vue réelle où souvent les réalisateurs volent la vedette aux comédiens et mettent en avant la technique, mise en scène, etc. plus que le jeu d'acteur (ou l'histoire).

J'avoue que j'exagère en inventant un monde où n connaitrait Watanabe plus que Oshii et Miyazaki. Mais, toujours du point de vue d'occidental ayant grandi dans les années 90, Watanabe a réussit un exploit qui a changé la perception du dessin-animé pour beaucoup d'entre nous : celui d'élever un dessin animé pour la télévision au niveau supérieur ... voire au niveau galactique ! (pour faire référence à mon Avatar et au fait que Cowboy Bebop se passe dans l'espace aussi).

Je m'explique : Quand Oshii ou Miya font un film, ils ont une certaine liberté et peuvent se lâcher, faire des trucs de fou pour raconter leur histoire ... et ça va plaire aux bo-bos lecteurs de Telerama.
Quand des réalisateurs/animateurs font une OVA "pour le plaisir", ils peuvent aussi se lâcher pour faire de l'art (ou du lard, au choix).
Mais un dessin animé pour la TV ... ho ho ho rigoleront les bo-bos de gauche lecteurs de Telerama! Une série pour gamins, se prétendre de l'art ???? Impossible !!
Un dessin animé pour la TV est un format hyper-contraignant. D'une part il y a la structure (26 minutes, génériques, coupures pub), d'autre part le financement (Papa Bandai finance ta série, mais c'est pour promouvoir les nouveaux robots en plastique qui vont sortir à Noël) et aussi le diktat de l'audimat (On adapte le nº1 des ventes de jump, comme ça on est sûrs d'avoir de l'audimat dans la case horaire avant 19h, et vendre l'espace pub plus cher).
Et c'est là que Watanabe est arrivé et à présenté Cowboy Bebop à une jeunesse (occidentale, toujours), qui n'était pas si jeune que ça finalement, qui s'était bien nourrie auparavant de robots, de Dragon Ball, Saint-Seiya, Sailor Moon, Ranma ...
Une jeunesse qui ne voyait en les dessins animés japonais que des robots qui combattent sur Terre et dans l'espace, des tournois d'arts martiaux et des magical-girls qui défendaient l'amour et la paix (et qui ne voyait en les dessins animés occidentaux que de l'amusement plein de sons et des couleurs pour son petit frère en maternelle), Watanabe arrive et leur montre une oeuvre plus mature, bien inspirée du cinéma ... une oeuvre qui leur dit : "Vous voyez, il n'y a pas que dans le cinéma qu'on peut faire du lard. L'animation n'est pas de l'amusement pour gamin. C'est un moyen d'expression au même titre que le cinéma! L'animation c'est noble, que ce soit au cinéma ou à la télé! Vous n'avez pas à avoir honte de regarder des dessins animés en étant adultes, parce que ça n'a rien d'enfantin!"

On arrête de regarder des dessins animés quand on commence à s'intéresser aux filles. Mais avec Bebop, Watanabe a permis à une certaine génération de fans occidentaux de faire les deux choses au même temps. On avait enfin un dessin animé "pas que pour gamin" pour pouvoir le mettre dans la face de tous ces bo-bos mal-pensants de gauche qui se moquaient des ados qui regardaient Eva ou Escaflowne au lieu de fumer des pétards, trainer tard le soir dans les quartiers mal-famés et s'écraser en mobilette contre un poteau électrique, comme se devaient de faire les ados "normaux".

C'est un peu syndrome de Peter-pan tout ce que je raconte (en plus d'être à 99% un pur délire personnel, comme 99% de mes écrits, incluant mon code source), mais le message est à peu près ça : si c'était pas pour Cowboy Bebop j'aurais probablement arrêté de voir des animes en devenant vieux et fan de l'inspecteur Derrick. Cowboy Bebop m'a fait passer du stade de Dragon-balltard au méchaphile-élitiste-amateur-des-shôjos-qui-tâchent que je suis. Et au début des années 2000, on croyait que des animes comme celui-ci allaient changer l'opinion des gens normaux et qu'ils allaient voir dans les animes plus que le cliché de violence et sexe de Ken le survivant et Bible Black, pour voir un vrai moyen d'expression. On croyait à un avenir radieux pour la japanim ...

Mais le lolipédomoe s'est mutiplié comme des cellules cancereuses et le arouisme a transformé les pauvres petits narutards en zombies onanistes affamés de maid-imouto-tsundere-DFC ... malgré des cris d'espoir comme Gurren Lagann, l'avenir semble bien gris pour la japanim :100:

Zêta Amrith a écrit:Au Japon, la série a obtenu un succès honorable voire un peu plus encore - seconde postion à l'AGP - mais n'a suscité aucun phénomène comparable et plus personne ou presque n'en parle de nos jours. Même chose avec Mme Escaflowne, toujours du studio SUNRISE S2, rapidement portée aux nues par chez nous, mais simplement bien accueillie sur l'archipel.


Mon senpai m'avait raconté une histoire concernant la diffusion japonaise de Cowboy Bebop. Au début la série n'a fait que 12 épisodes (et pas les 1-12). Tout ça parce que la SUNRISE s'en foutait un peu de cette "petite série" et voulait mettre en avant le retour "triomphal" de loltomino (disparu depuis la Victory Gundam) avec Brain Powerd ... mais que Brain Powed s'est cassé la gueule avec un audimat catastrophique parce que les gens préféraient regarder ... Cowboy Bebop :01:
Et que c'est pour ça que plus tard la même année ils ont diffusé les 26 épisodes de Cowboy Bebop (ou CB 1.5 ... rhalala, encore un truc plagié par Aroui & KyoAni :41: )

À verifier ... mais selon ANN les dates de 1er diffusion de Brain Powerd et Bebop 0.5 coincident ...

[EDIT : 1e diff : avril 98 - 12 épisodes (2, 3, 7-15, 18) sur TV Tokyo. 2e diff : Octobre 98 - 26 épisodes sur WOWOW. Été 98 : Coupe du monde de foot (1ere participation du japonia) ceci peut expliquer cela ... ]

Drig < Longpost is looooooooooooooooooooooooooooong ... et notez que je n'ai pas fait de blague sur les convictions politiques de Walt Disney dans les années 40 ... :88: >
Mecchas piou-piou is better than Suzumiya pouet-pouet !
MOE CAPTAIN IS MOE !!!
MOE KOUSAKA-CHAN IS MOE !!!
MOE HOSHINO-SEMPAI IS MOE !!!
Space Drig is ... a Drig in the space !!!

Avatar de l’utilisateur
Windspirit
Ryo versus Massue
 
Messages: 624
Inscription: Jeu 18 Sep 2008, 22:14

Re: Cowboy Bebop

Messagede Windspirit le Jeu 28 Oct 2010, 23:48

On a tous nos délires - les tiens sont juste plus particuliers.

Par exemple, j'ai dit que Cowboy Bebop était lisse et classique dans son histoire et le pseudo-fil rouge, mais il est aussi complètement délire dans les interstices, à la mode presque hippie - je préfère beat, eux au moins étaient des artistes et avaient de la classe. D'ailleurs, ce n'est pas le rock qui prédomine dans Bebop, c'est plutôt le jazz, la "musique des nègres", comme on disait à l'époque (alors que c'est plutôt le meilleur du gospel chrétien, le meilleur de la "culture noire" et le meilleur de la musique classique pour donner le meilleur musical du 20e siècle). Ça reprend tout ce qu'on aime du cinéma hollywoodien classique avec tout ce qu'on aime de la contreculture à l'époque où on voulait s'amuser un peu et recommencer à croire en quelque chose ; quoiqu'il en soit, Cowboy Bebop ne sort pas de nulle part, tout renvoie à quelque chose.

Y a de tout, voilà.


Il me semble que la première diffusion de Bebop à la télé japonaise ne comportait que cinq épisodes avant d'être reléguée à w0w0w0w0w0w0w. Jamais su la raison - je doute que ce soit la compétitivité avec Brain Powerd, je n'arrive même pas à imaginer à quel point les gens devaient s'en foutre de ce truc même à l'époque avant même qu'il soit diffusé.

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9203
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Cowboy Bebop

Messagede Zêta Amrith le Ven 29 Oct 2010, 00:05

Bon ben même avec les formes, cette louange d'un Watanabe messianique qui aurait dévoilé le potentiel non-enfantin de l'animation à toute une génération correspond seulement à ton vécu particulier m'est avis.

Heureusement que Brain Powerd a foiré son coup.

Quant aux rumeurs d'antisémitisme gravitant autour de Disney, elles reposent sur quelques mauvaises fréquentations qui ne correspondent pas aux positions publiques du personnage.

Avatar de l’utilisateur
Aer
Modo : Fan de Bakunyû
 
Messages: 9742
Inscription: Mar 29 Juin 2010, 23:01
Localisation:

Re: Cowboy Bebop

Messagede Aer le Mar 28 Déc 2010, 18:18

un Ed hyper delire


Une Ed, déjà.

Ensuite bon, faut voir que la série a été taillée pour être exportée. Amrith a raison en disant qu'elle n'est absolument pas culte dans l'univers Otaku (et voila encore une pierre de plus à l'édifice "Pourquoi c'est con d'être un Otaku hors japon").
Le faite que le fil rouge soit aussi pauvre est parfaitement valable. A vrai dire, je pense même qu'ils se sont juste dit que ca serait cool de faire une histoire un poil plus grande sur le perso le plus cool du caste. Quand bien même cela n'y serait pas, à mes yeux la série reste très bonne. Essai qu'ils ont réitéré sur Samurai Champloo est qui est tout aussi bon (et tout autant réalisée pour l'étranger). Le but n'étant de toute façon pas de raconter une histoire mais un univers, et de présenter des personnages.
En tant qu'occidental, c'est une des meilleurs série jamais faite, indéniablement. En tant qu'occidental.
When you dont afraid any sunshine, come on baby !

行けよ饒舌の 影よ来て導け

Avatar de l’utilisateur
Ialda
Modo : bodacious kunoichi otaku
 
Messages: 18763
Inscription: Sam 31 Mar 2007, 13:25
Localisation: Firelink Shrine

Re: Cowboy Bebop

Messagede Ialda le Lun 06 Juin 2011, 11:22

J'avais loupé cette colonne récente de Card où il trouvait CB "brillant"
http://greensboro.rhinotimes.com/Articl ... books.html

J'avoue avoir été surpris.
Comme quoi, quand il ne parle pas politique sur son site, il peut être sympathique.

Avatar de l’utilisateur
Ileca
Sous perv'
 
Messages: 1764
Inscription: Mer 18 Avr 2007, 23:30

Re: Cowboy Bebop

Messagede Ileca le Lun 06 Juin 2011, 21:06

Parce qu'il fait du prosélytisme pour les mormons d'habitude ?
Je ne connais pas le bonhomme mais ses livres me l'ont rendu sympathique, et pas qu'un peu. (Ca date.)

Le sacrilège ! Oser dire qu'Ed est inintéressante, Ed, la fille la plus dynamiquement aléatoire après Cobra.

Avatar de l’utilisateur
Ialda
Modo : bodacious kunoichi otaku
 
Messages: 18763
Inscription: Sam 31 Mar 2007, 13:25
Localisation: Firelink Shrine

Re: Cowboy Bebop

Messagede Ialda le Lun 06 Juin 2011, 21:32

J'avais bien aimé Ender (ça date aussi). J'avais même bien aimé la plupart de ses suites, au titre qu'une bonne comédie c'est peut-être parfois mieux que rien.
Etant taquin de nature j'avais aimé aussi ce qui s'était écrit autours de Ender. On a du mal à prendre ça au sérieux mais ça reste néanmoins du bon drama.

Pour l'avoir lu pendant des années sur The Ornery American, c'est plus sur ses opinions que sur sa carrière d'écrivain (dont Lucasarts quoi !) que ça coince.
D'une part, parce que même avec ma méconnaissance de la vie politique américaine et même avant son coup de 2006 où il avait appelé à voter républicain, son étiquette auto-affichée de démocrate m'a toujours donné l'impression d'un néo-conservateur infiltré chez l'ennemi. Tu chercheras sur son site, il a écrit durant la première moitié de la décennie plusieurs colonnes édifiantes au ton extrêmement bellisciste. D'un autre côté c'est cohérent avec Ender.

Et d'autre part et plus généralement, parce que ça reste un mormon avec des idées bien arrêtées, bien conservateur sur plusieurs domaines de la chose publique, et qu'il faut parfois se faire violence pour le lire.

Avatar de l’utilisateur
Ileca
Sous perv'
 
Messages: 1764
Inscription: Mer 18 Avr 2007, 23:30

Re: Cowboy Bebop

Messagede Ileca le Lun 06 Juin 2011, 22:33

Quand je te disais que j'évite de lire des interviews d'écrivains (ou des articles), c'est pour une bonne raison. J'ai pu lire "Terre des origines" l'esprit serein - et content.
J'espère que tu n'es pas tombé sur le site de Dantec avant de l'avoir lu, si tu l'as effectivement lu, auquel cas, tu sais ce qu'il te faudra à tout prix éviter. C'est le problème de la célébrité : ça ne filtre par la connerie qui va avec. On accorde trop de valeur à leur discours et certains se sentent obligés d'en rajouter dixit la dernière blague de Lars Von Trier à Cannes. Ca se complique dès qu'ils s'immiscent dans la vie politique.

Avatar de l’utilisateur
Ialda
Modo : bodacious kunoichi otaku
 
Messages: 18763
Inscription: Sam 31 Mar 2007, 13:25
Localisation: Firelink Shrine

Re: Cowboy Bebop

Messagede Ialda le Mar 07 Juin 2011, 00:31

Je reste persuadé qu'il faut passer par la découverte de l'auteur et de ses intentions pour décrypter son travail si on ne veut pas rester dans le domaine du pur divertissement; après, bien sûr, idéalement il faut aussi garder une distance entre les deux. Eviter de sombrer dans la connerie hypocrite comme avec la non-célébration de Céline récemment, par exemple.

La sortie de Lars von trier était du niveau d'incohérence d'un pilier de bar et aura eu moins le mérite de réveiller la croisette (façon Gosick : IL SE PASSE DES CHOSES); l'exemple de Dantec est bien choisis, beau morceau que celui-là, mais tellement prévisible qu'on peut se permettre de l'ignorer. J'avoue plutôt regretter de ne pas avoir passé de doctorat en théologie médiévale avant d'aborder la seconde moitié de Cosmos, inc. Parce que ça devient vachement nécessaire, à partir d'un moment et avec toutes ces histoires de boites.

Avatar de l’utilisateur
Ileca
Sous perv'
 
Messages: 1764
Inscription: Mer 18 Avr 2007, 23:30

Re: Cowboy Bebop

Messagede Ileca le Mar 07 Juin 2011, 02:56

J'avoue plutôt regretter de ne pas avoir passé de doctorat en théologie médiévale avant d'aborder la seconde moitié de Cosmos, inc. Parce que ça devient vachement nécessaire, à partir d'un moment et avec toutes ces histoires de boites.


Ce que tu peux faire, c'est regarder l'adaptation de Babylon AD. Pas besoin de diplômes, juste d'une paire de lunettes noires. La meilleure manière selon Dantec de se sentir américain. (Il ne faut surtout pas dire qu'il est canadien, c'est moins stylé.)

Bon, nous allons nous arrêter là parce que l'on pollue le sujet de cette magnifique série qu'est Cowboy Bebop, surtout si c'est parti pour expliquer l'intérêt d'être un autiste lorsque l'on lit ou que l'on regarde un film. On va se faire taper sur les doigts, déjà qu'un modo est censé être exemplaire, n'est-ce pas ?

Avatar de l’utilisateur
Xanatos
Rédac : De la cambriole
 
Messages: 3959
Inscription: Mar 10 Avr 2007, 07:31
Localisation: Val d'Europe

Cowboy Bebop le film

Messagede Xanatos le Ven 01 Nov 2013, 12:36

Message de Kara tiré du topic "Avis sur les derniers animés que vous avez vu":

KARAFACTORY a écrit:Toi t'as pas lu mes avis sur Stella Gakuin (OK, j'en disais du bien au début,puis j'ai déchanté rapidement, et je l'ai reconnu ici-même), Gatchaman reboot, où encore un article dans Animeland où je descendais très gentiment le film de CowBoy Bebop (et on m'a retenu, sinon ça partait en pugilat).


J'ai lu ton article sur le film de Cowboy Bebop, et à l'exception de certaines scènes majeures du film où je te rejoignais (comme le fabuleux passage où Spike à bord de son Sword Fish II estpourchassé par l'armée ou encore ses combats époustouflants l'opposant à Vincent Volaje), j'ai été en énorme désaccord avec toi sur presque tout ton article après avoir découvert le long métrage.
Je me souviens que tu disais qu'il était "à peine bon", et qu'il n'était pas "indispensable" pour les fans de la série.

Moi au contraire, il m'a enthousiasmé au plus haut point, à mes yeux, le film de Cowboy Bebop est un authentique chef d'oeuvre et il vaut largement les meilleurs épisodes de la série télévisée. :D

Sur le forum de Animeland, j'avais fait une critique dithyrambique sur ce film que j'ai ardemment défendu face à ceux qui le trouvaient tout juste passable.

http://www.animeland.com/forum/index.ph ... 0&start=40

Cependant, je n'ai pas été le seul, certains pingouins ont également trouvé le film excellent.

Et je suis totalement de l'avis de Joe Gillian de DVDanime.net:

http://www.dvdanime.net/critiqueview.ph ... tique=1209

De plus c'était rare qu'il accorde 5 étoiles à une oeuvre, il ne l'a fait que pour des chefs d'oeuvres (Vampire Hunter D Bloodlust de Kawajiri, le premier film de Black Jack de Osamu Dezaki, Metropolis de Rintaro...) et à ses yeux, le film de Bebop en est un (et pour moi aussi).

Le point sur lequel, je n'étais, mais alors pas du tout d'accord avec toi Kara, c'est celui où tu dis que le film était trop éloigné de l'ambiance de la série.

Surtout que la série n'a pas UNE ambiance mais DES ambiances !!!

Cowboy Bebop est une serie completement proteiforme où chaque episode à son style propre.
On a les mêmes personnages principaux, le même background mais le style et la narration change d'un episode à l'autre.

On a les épisodes sentimentaux comme "Ganymede elegy", "Jupiter Jazz" ou "Waltz for Venus", ceux completement barrés comme "Heavy metal queen", "Mushroom samba" ou "Cowboy punk", les épisodes très sombres comme "Pierrot le fou" ou "Black dog sérénade"...
Il y a des cowboys, de l'horreur, des persos tout droit sortis d'un film de blackxploitation, un clone de Woody Allen en routier, des eco-terroristes, un chien savant, une hackeuse de 13 ans avec un nom à coucher dehrors, trois vieux briscards qui se plaignent tout le temps...
C'est un joyeux melting pot mais tout reste cohérent.

Il est certain que le film ne pouvait pas garder cette "multiplicité" d'ambiances.
Et pour ma part, l'atmosphère sombre du film ne m'a absolument pas gêné, de plus les épisodes sombres de la série font partie de mes préférés.

Enfin bref, tout ça pour dire que je considère le film de Cowboy Bebop comme un pur joyau, c'est l'une des plus belles adaptations cinématographiques d'une série télévisée que j'ai vu à ce jour et il fait partie de mes films cultes. Il s'est réellement montré à la hauteur de mes espérances.
C'est un film qui m'a subjugué, épaté, surpris, fait rire et ému, il m'a complètement enchanté de A à Z.
C'est selon moi un pur bijou qui trône fièrement dans ma DVDthèque et que je garderai toujours. :)

Ceci dit, ce n'est pas ton article du film de Cowboy Bebop où j'étais le plus en désaccord avec un journaliste de Animeland.

Je pense que c'était le dossier Trigun (porté aux nues par son auteur alors que personnellement, je trouve que cette série est une purge catastrophique) et les premiers articles sur les premiers épisodes de Ghost in the shell stand alone complex qui étaient descendus par les journalistes qu'ils trouvaient moches, mal animés et ennuyeux alors que moi je les ai trouvé sublimes, remarquablement animés et passionnants. Et l'animé n'a fait que se bonifier au fil des épisodes, GITSAC faisant partie à présent de mon panthéon des séries cultes. :)

Ah en revanche, pour le film de Dirty Pair, j'ai été d'accord à 100% avec toi sur les critiques euphoriques que tu as écrites sur le forum de AL. ;)

Ah oui, et vu que c'est la période idéale, voici des images appropriées:

Image

JOYEUX HALLOWEEN TOUT LE MONDE !!! :D

Image

TRICK OR TREAT??? 8)
Edgar, Edgar, prince de la Cambriole...

Avatar de l’utilisateur
Xanatos
Rédac : De la cambriole
 
Messages: 3959
Inscription: Mar 10 Avr 2007, 07:31
Localisation: Val d'Europe

Happy Birthday Cowboy Bebop! :)

Messagede Xanatos le Mar 03 Avr 2018, 12:52

Image

Cowboy Bebop fête aujourd'hui son 20e anniversaire. :)

Et oui c'est aujourd'hui, jour pour jour que le tout premier épisode de la série animée culte de Shinichiro Watanabe a été diffusé sur la chaîne TV Tokyo au Japon.

Elle reste encore aujourd'hui ma série favorite de ce grand réalisateur et demeure l'une des meilleures séries animées Japonaises des années 90.
Et pour l'avoir revu récemment, ce joyau n'a pas pris une ride. Des protagonistes charismatiques, un character design magnifique et une animation sensationnelle, des scénarios variés et bien construits dotés d'un vrai fil rouge, des musiques grandioses...

Une vraie perle qui résiste avec une facilité déconcertante aux ravages du temps.

Un grand merci à Spike, Jet, Faye, Ed et Ein de nous avoir autant ému, fait vibrer, rire et rêver. :)

Image
Edgar, Edgar, prince de la Cambriole...

Avatar de l’utilisateur
Tetho
Rédac : Crest of "Z's"
 
Messages: 19008
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:44

Re: Cowboy Bebop

Messagede Tetho le Jeu 19 Juil 2018, 17:50

Nexus VI x Le Fossoyeur sur Bebop :




La suite demain, visiblement.
Achieve your mission with all your might.
Despair not till your last breath.

Make your death count.

Avatar de l’utilisateur
question
Pilote de Bebop
 
Messages: 193
Inscription: Mar 28 Avr 2015, 10:33

Re: Cowboy Bebop

Messagede question le Jeu 19 Juil 2018, 18:56

nexus VI qui parle de cowboy bebop ça fait plaisir, mais force est de constater que cette émission ne comprends toujours pas l'ennui et la gêne provoqué par sa volonté de faire de la fiction.

Suivante


Retourner vers Animanga

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité