[Anime/Manga] Rumiko Takahashi (UY, Ranma...)

Modérateurs : Aer, Equipe forum MATA-WEB Animanga : Discussions sur les animés et mangas

Retourner vers Animanga

Avatar de l’utilisateur
Rukawa
Vieux con de Manganimation
 
Messages: 2165
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:08
Localisation: DTC

Re: Maison Ikkoku

Messagede Rukawa le Dim 28 Juin 2009, 11:24

Rody a écrit:D'après moi, Maison Ikkoku est vraiment la meilleure série de Rumiko Takahashi, elle n'est ni trop longue, ni trop courte, et elle ne s'est jamais essoufflée à aucun moment, c'est réellement son oeuvre la plus aboutie et la plus personnelle. :)

pour moi c'est la meilleur car elle a une fin.
contrairement à Ranma, Inu Yasha qui ont des fins qui n'en sont pas ...
kono dengon wa goran no sponsor no teikyou de okurishimasu
Image Image Image

Nemo
Soul of Chogokin
 
Messages: 1994
Inscription: Lun 03 Déc 2007, 22:00

Messagede Nemo le Dim 28 Juin 2009, 11:36

Rukawa a écrit:
Rody a écrit:D'après moi, Maison Ikkoku est vraiment la meilleure série de Rumiko Takahashi, elle n'est ni trop longue, ni trop courte, et elle ne s'est jamais essoufflée à aucun moment, c'est réellement son oeuvre la plus aboutie et la plus personnelle. :)

pour moi c'est la meilleur car elle a une fin.
contrairement à Ranma, Inu Yasha qui ont des fins qui n'en sont pas ...


Ce n'est pas moi qui ai écrit le passage cité juste au dessus :wink:

Sinon, qu'il y ait une "vraie" fin ou non ne me dérange pas dans une œuvre. Là, c'est plutôt le fond des BD elles-mêmes qui m'ennuie profondément.
Rody

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10507
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Messagede Gemini le Dim 28 Juin 2009, 20:07

Pour moi, rien de vaut Lamu. Voilà, je suis raide dingue du manga de Lamu, c'est une de mes plus grosses claques de ces dernières années, avec Beck et City Hunter.

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10507
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: [Anime/Manga] Rumiko Takahashi (UY, Ranma...)

Messagede Gemini le Mar 20 Avr 2010, 13:55

Ranma 1/2 - Akumu! Shunmin Kou : Un peu rapide pour vraiment apprécier cet anime dans lequel Akane nous dévoile toute sa puissance, mais revoir les personnages de Ranma 1/2 après toutes ces années m'a vraiment fait plaisir. A la rigueur, cela manque un petit peu de Ranko, mais pour le reste, il s'agit d'un sympathique petit délire que j'ai pris du plaisir à regarder.

Avatar de l’utilisateur
Ialda
Modo : bodacious kunoichi otaku
 
Messages: 18765
Inscription: Sam 31 Mar 2007, 13:25
Localisation: Firelink Shrine

Re: [Anime/Manga] Rumiko Takahashi (UY, Ranma...)

Messagede Ialda le Mer 07 Juil 2010, 23:56

Rinne tome 1

Vide intersidéral inside, et c'est pas en reprennant les éléments de mangas à succès de ces dernières années que ça vas aller mieux...
C'est marrant parce qu'à côté de ça, je finissais d'acheter l'édition bunko de UY, et décidemment, les serial de Rumiko Takahashi, c'est de moins en moins ça (et pourtant dieu sait que les derniers chapitres de UY... sont ce qu'ils sont). Au moins, avec Inuyaha, on avait des yokai, l'époque sengoku, une ambiance qui rappelait son cycle des ningyo, mais là, j'avoue que ça coince.

Avatar de l’utilisateur
shun
Rédac : d'Andromède
 
Messages: 3587
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:49

Re: [Anime/Manga] Rumiko Takahashi (UY, Ranma...)

Messagede shun le Jeu 08 Juil 2010, 14:18

rine tome 1-2

je sais plus si j'avais donné mon avis, mais quand je l'ai lu y'a 15 jours ça été une ennorme déception !!!
l'humour a totalement disparu ou alors il accroche pas, les personnages sont fades, l'histoire est moyenne.
non franchement y'a rien a sauvé pour l'instant dans ces 2 premiers tomes, là ou inu yasha avait quand même des perso charismatique et un peu d'humour + un background intérressant sur son début, ici c'est vide et ennuyant.
Groupe facebook de vente manga en Belgique : https://www.facebook.com/groups/1024308 ... 6/?fref=ts

Avatar de l’utilisateur
Xanatos
Rédac : De la cambriole
 
Messages: 3974
Inscription: Mar 10 Avr 2007, 07:31
Localisation: Val d'Europe

Re: [Anime/Manga] Rumiko Takahashi (UY, Ranma...)

Messagede Xanatos le Jeu 08 Juil 2010, 17:51

Ben... à vous lire, j'ai franchement l'impression que Rinne est une série à éviter! :?
Takahashi serait-t-elle en panne d'inspiration?

Pour Urusei Yatsura, je ne dirais rien, n'ayant pas encore lu le manga, mais pour ma part, j'ai beaucoup aimé le long métrage animé "The Final Chapter" qui adaptait les derniers chapitres du manga.

Pour ses séries, du moins pour celles que je connais très bien, ça dépend, Maison Ikkoku ne s'est jamais essoufflée et elle est resté passionnante du début jusqu'à la fin.
Pour Ranma 1/2, bon nombre des tout derniers volumes étaient un peu lourdingues, mais globalement, c'est une très bonne série, très drôle et parfois touchante, elle demeure un grand classique.
C'est une oeuvre que je relis souvent avec plaisir.

Et Inu Yasha, je n'ai pas accroché, Inu Yasha a beau être charismatique, l'histoire était à mes yeux trop plate, malgré quelques touches d'humour réussies.
Edgar, Edgar, prince de la Cambriole...

Avatar de l’utilisateur
asakura
Soul of Chogokin
 
Messages: 1503
Inscription: Jeu 12 Avr 2007, 10:32

Re: [Anime/Manga] Rumiko Takahashi (UY, Ranma...)

Messagede asakura le Lun 15 Nov 2010, 14:33

Un petit commentaire puisque je viens de visionner les deux épisodes de Ranma 1/2 "La technique qui dépend de l'humeur".

Cela faisait très longtemps pour ma part, que le personnage de Ryoga était relégué au second plan. Très loin derrière Ranma en terme de force et se faisait à de nombreuses reprises ridiculiser. Il est d'autant un personnage très attachant avec son amour unilatéral envers Akane, mais aussi par son sens de l'orientation catastrophique. Voila enfin que Ryoga aprend une nouvelle technique, et plus que ça il vainc Ranma à deux reprises et fait un match nul sur le dernier affrontement. Il était temps que quelque rabaisse le caquet de Ranma qui a depuis bien trop longtemps maintenant pris la grosse tête, d'autant que la seule qualité de celui-ci soit sa force physique.
Le rugissement de Lion est une technique bien redoutable qui conduit son manipulateur à son propre désespoir. Mais il est dommage que dans 80 % de cette histoire, ce ne soit que la seule technique qui soit employée alors que les deux personnages en connaissent d'autres. Ryoga aurait ainsi pu couplé le rugissement du lion à sa technique de l'explosion pour créer par exemple un écran de fumée. De même Ranma n'a pas utilisé une seule fois la technique des marons grillés dans le feu ou encore la technique qui consiste à enfermer dans un tourbillon son adversaire. Les combats autour de cette technique ont ainsi un peu tourné au ridicule sauf en toute fin où le combat final reste malgré tout un beau combat qui met Ryoga en avant malgré que Ranma arrive à retourner la situation pour atteindre un ex-aequo.

Avatar de l’utilisateur
Ialda
Modo : bodacious kunoichi otaku
 
Messages: 18765
Inscription: Sam 31 Mar 2007, 13:25
Localisation: Firelink Shrine

Re: [Anime/Manga] Rumiko Takahashi (UY, Ranma...)

Messagede Ialda le Mar 08 Fév 2011, 14:29

Interview de Mamoru Oshii sur Beautiful Dreamer (via aicnanime)

http://perfectedition.yuku.com/topic/43 ... ew?page=-1

When people think of Urusei Yatsura, they think of Lum as being absolutely essential. What kind of role will she be playing in this production? Let's start from there.

Well, for that, you really have to get a handle on this girl Lum.
By the way, this time around, at the beginning I eventually decided that I did not understand Lum. So, in order to write her, I had to think from my male perspective, what kind of thoughts would this girl be having, what kind of dreams would she be hoping for, etc. I think that was my limitation.
So from that perspective, thinking of drawing out the interior world, the interior drama, of a girl like Lum was the genesis of “UY2”.



_____________________________

Et ceux qui, par le plus grand des hasards, seraient tentés d'acquérir les DVD AnimEigo seraient bien inspirés de le faire au plus vite :

Urusei Yatsura to go out of print on 30-September-2011

It is with heavy hearts that we must announce that we will be unable to renew our license for Urusei Yatsura. We will be unable to accept orders after the 30th of September, 2011, and individual DVDs will almost certainly become unavailable before that date as our stocks become exhausted.

So if you've always been meaning to complete your collection of UY, now is the time.


http://www.mania.com/aodvb/showthread.php?t=105857

Encore une page qui se tourne.


Edit : Chris Beveridge a posté son élégie
http://www.mania.com/urusei-yatsura-ani ... 28319.html

Avatar de l’utilisateur
Xanatos
Rédac : De la cambriole
 
Messages: 3974
Inscription: Mar 10 Avr 2007, 07:31
Localisation: Val d'Europe

Maison Ikkoku

Messagede Xanatos le Mar 25 Sep 2012, 21:48

Image

Yusaku Godaï est un lycéen qui vit dans une pension, la "Maison Ikkoku". Il ne supporte plus du tout les autres locataires qui passent leur temps à faire la bringue, à hurler et à chanter à tue tête!
Et pour couronner le tout, ils ne cessent de se moquer de lui et le traitent constamment de raté.
Leur brouhaha perpétuel l'empêchent constamment de se concentrer sur ses études, surtout qu'il prépare des examens d'entrée à l'université. Déterminé à réussir ses études, il est persuadé qu'il doit quitter cette maison de fous et il décide de déménager illico presto...
Au moment où il s'apprête à quitter cet enfer, il fait la connaissance de Kyôko Otonashi, la nouvelle concierge, une magnifique jeune femme âgée de 20 ans. Godaï tombe fou amoureux d'elle, revient sur sa décision et décide de rester afin de pouvoir conquérir l'élue de son coeur...

Comme il a été dit précédemment dans ce topic, Maison Ikkoku est à la base un seinen manga de Rumiko Takahashi. C'est la deuxième série longue de cette grande mangaka et elle travailla en parallèle sur cette oeuvre avec Urusei Yatsura qui se concluront toutes les deux en 1987.

Maison Ikkoku fut adaptée dans une série télévisée de 96 épisodes à partir de 1986, alors que le manga original allait doucement vers son dénouement, ce qui a permis à la série TV de ne pas rattraper le rythme de publication du manga. De plus, il y a très peu de "filers" dans la série animée, surtout que bon nombre d'entre eux ne trahissent pas l'esprit du manga original.
Il existe également des OAVs et un film d'animation (ainsi qu'une série live récente!) mais ils ne sont jamais arrivés en France.

Comme plusieurs membres du forum, j'ai d'abord connu la série animée sous son sobriquet français "Juliette je t'aime" en 1988 lors de sa diffusion dans le très célèbre Club Dorothée. C'était déjà en ce temps là l'un de mes DAs favoris que je suivais assidûment et dont je ne loupais pas un épisode tant il me passionnait. Après, je ne l'ai plus revu pendant de très longues années mais j'en avais gardé des souvenirs magiques.
Lorsque j'ai redécouvert le titre dans les années 2000, ce fut le coup de foudre, et, contrairement à certaines séries animées ayant bercé mon enfance, elle n'avait pas du tout vieillie, bien au contraire, elle s'est avérée être encore meilleure que dans mes souvenirs d'enfance.

Tout d'abord, elle est techniquement splendide. Le character design de Yuji Moriyama sur les 26 premiers épisodes est très joli et fidèle au trait de Rumiko Takahashi, sans être aussi maladroit que le sien sur les tout premiers volumes. Puis à partir de l'arrivée d'Akemi Takada à ce poste au 27e épisode, le character design deviendra absolument magnifique et constitue un enchantement pour les yeux. Akemi Takada a réellement sublimé la série quand elle a intégré le staff.
Il en va de même pour l'animation: elle est déjà très bonne sur les 26 premiers épisodes et deviendra excellente dès le 27e épisode, étant plus proche d'une série d'OAVs au budget confortable que d'une série TV ordinaire, certains mouvements des protagonistes étant d'un réalisme saisissant et d'une fluidité inouïe.
Cerise sur le gâteau, la réalisation technique est homogène sur la totalité des épisodes, le character design et l'animation ne connaissent aucune fluctuation choquante, contrairement à d'autres séries de la même époque.
Les musiques composées par Kenji Kawai et Takuo Sugiyama sont également somptueuses et sont un véritable émerveillement pour les oreilles. Certaines sont très déjantées, d'autres sont au contraire très apaisantes et mélancoliques...

Et qu'en est il de l'histoire?
Et bien, il s'agit tout simplement de la plus belle comédie sentimentale de l'histoire du manga et de l'animation japonaise.

L'histoire est très bien construite, elle est passionnante à suivre, ne s'éternise jamais et n'est ni trop longue, ni trop courte.

Les protagonistes du récit ont une psychologie fouillée et sont profondément humains.
Yusaku Godaï au premier abord est bourré de défauts: il est un peu mou, timide, trop rêveur, beaucoup trop conciliant et son impossibilité fréquente de dire "Non" et de s'expliquer clairement avant que la situation dégénère le plongeront dans de nombreuses situations cauchemardesques (pour le plus grand bonheur de nos zygomatiques).
Mais à côté de ça, il a aussi de très belles qualités: c'est une jeune homme très gentil, sympathique, compréhensif et chaleureux. Il évolue énormément au cours de l'histoire et prend de l'ampleur et dès lors qu'il a trouvé sa vocation, il s'investit ardemment dans celle ci en donnant le meilleur de lui même et devient très responsable.
Pour lui, il est hors de question de demander la main de sa bien aimée tant qu'il ne sera pas devenu indépendant financièrement et qu'il n'aura pas eu un travail.

Pour ce qui est de Kyôko Otonashi son égérie, contrairement aux apparences, ce n'est pas une "princesse parfaite" et elle est aussi blindée de défauts.
Elle est très susceptible, s'emporte rapidement, a trop tendance à sauter aux conclusions, elle est têtue comme une mule ainsi que d'une jalousie maladive...
Mais à côté de ça, elle est très sensible, a un coeur d'or, elle est perspicace et elle est très lucide aussi bien envers elle même qu'envers les autres.
C'est également une femme tourmentée, qui a été traumatisée par la mort de son époux Soïchiro qu'elle aimait plus que tout au monde. Elle a peur de tomber à nouveau amoureuse, d'une part, parce qu'elle aurait la sensation de trahir Soïchiro en épousant un autre homme, et d'autre part, en ouvrant son coeur à un autre homme, elle craint d'éprouver à nouveau la même souffrance et le même chagrin si celui ci venait à mourir avant elle, en bref, elle est terrifiée à l'idée de ressentir la même douleur que celle qu'elle a eu lors du décès de son mari.

Image

L'évolution de Kyôko est admirablement menée tout au long de la série, nous la voyons peu à peu retrouver goût à la vie grâce à ses ami(e)s, ses loisirs, son travail et la voir retomber amoureuse est extrêmement touchant...
Dernière édition par Xanatos le Mar 25 Sep 2012, 22:01, édité 1 fois.
Edgar, Edgar, prince de la Cambriole...

Avatar de l’utilisateur
Xanatos
Rédac : De la cambriole
 
Messages: 3974
Inscription: Mar 10 Avr 2007, 07:31
Localisation: Val d'Europe

Maison Ikkoku

Messagede Xanatos le Mar 25 Sep 2012, 21:53

Bien sûr, on ne peut pas parler de Maison Ikkoku sans évoquer les troubles fêtes qui mettent de l'ambiance!

Image

Je pense en particulier à Ichinosé, Akemi et Yotsuya, les trois joyeux lurons qui prendront un malin plaisir à mettre le souk au sein de la pension et à perturber la relation entre Godaï et Kyôko. Yotsuya est perfide, voyeur et manipulateur, Godaï étant sa "poire" favorite, quant à Akemi, elle est très délurée et provocatrice.
Ichinosé adore également s'imbiber de saké et faire la bringue. Elle est néanmoins légèrement moins siphonée que les deux autres et s'inquiète sincèrement de l'avenir de Kyôko et espère qu'elle refera sa vie auprès d'un autre homme.

Il y a également Shun Mitaka, le professeur de Tennis de Kyôko qui deviendra LE rival de Godaï.
Il est beau, riche, intelligent, fort et plein d'assurance. Seulement il a un GROS point faible: sa peur panique des chiens: il perd tous ses moyens dès qu'il a le malheur de croiser un clébard ou d'entendre un aboiement!
Et manque de pot pour lui, Kyôko a un chien portant le même nom que son défunt mari.
Le tour de force de Takahashi est d'avoir fait de lui certes un homme presque parfait, mais pas insupportable ou tête à claque pour autant.

On évoquera également les rivales de notre belle concierge: Kozue Nanao et Ibuki Yagami.

Kozue est une jeune femme de la même génération que Godaï. C'est une adorable jeune femme, incroyablement gentille, douce et très naïve. Elle est pleine d'attentions délicates envers Godaï et se montre très souvent attendrissante. Notre étudiant en herbe n'est pas amoureux d'elle, mais il tient beaucoup à elle et se demande comment lui annoncer qu'il est épris d'une autre femme sans lui briser le coeur.

Et puis il y a Ibuki Yagami la lycéenne. Elle est follement amoureuse de Godaï et s'avérera au début très égoïste, butée, têtue et capricieuse. Toutefois, plus loin dans le scénario, elle s'inquiètera sincèrement pour son bien aimé, pensera davantage à lui qu'à elle même et fera l'impossible afin que celui ci puisse trouver un travail.
C'est un personnage agaçant, mais aussi très intéressant qui apportera un vrai coup de fouet à l'intrigue.

L'un des atouts majeurs de Maison Ikkoku est bien évidemment l'humour qui touche plusieurs registres: il y a des gags visuels (certaines mimiques et expressions faciales des personnages sont à mourir de rire!), des jeux de mots désopilants (admirablement adaptés dans la VOSTFR), des quiproquos donnant lieu à des situations rocambolesques franchement hilarantes...
Et puis l'humour de cette oeuvre s'avère ne jamais être lourd et indigeste.

Toutefois, la série regorge également de passages très mélancoliques et poétiques, transcendées par la BO virtuose...

L'oeuvre est également très romantique, l'histoire d'amour de Kyôko et Godaï est magnifique et très touchante et évite avec maestria les écueils de la guimauve et de la mièvrerie.

Image

Maison Ikkoku traite également de sujets de société graves et très sérieux comme la misère, le chômage, le deuil...
sans sombrer pour autant dans le pathos contrairement à beaucoup de films français dramatiques médiocres et de bas étage.

C'est en tout cas certainement l'une des raisons pour lesquelles la série parle tant aux lecteurs et spectateurs trentenaires.
Et puis il faut bien le dire, ici on a affaire essentiellement à des adultes, et la maturité des dialogues, des échanges, n'en est que plus subtile ( et Takahashi n'élude nullement la question du sexe entre ses personnages ).
En terme de sentiments, Maison Ikkoku tutoie l'exceptionnel et fait partie du panthéon des meilleures bandes dessinées et séries animées.

La série animée fait d'ailleurs parfaitement honneur au manga de Rumiko Takahashi, l'oeuvre originale n'ayant en rien été trahie ou dénaturée via l'adaptation animée.

Si vous voulez une série drôle, romantique, intelligente, mature et émouvante, Maison Ikkoku est fait pour vous! :)

Le manga composé de 10 tomes est disponible aux éditions Tonkam, quant à la série animée, elle est sortie dans son intégralité en cinq coffrets DVDs VO/VF chez AB.
L'image est magnifique et bénéficie de couleurs chatoyantes et le son de la piste audio japonaise est d'excellente qualité et très clair.

La VOSTFR rend ses lettres de noblesse à l'oeuvre et la traduction exemplaire retranscrit à merveille l'humour et l'émotion de la version originale.
D'ailleurs, comme avec toutes les adaptations animées des oeuvres de Rumiko Takahashi, on applaudira le casting des seiyuu qui est en or.
On saluera entre autres l'interprétation magistrale de Sumi Shimamoto (Nausicaä) dans le rôle de Kyôko Otonashi et sa voix divinement belle sied à merveille au personnage. Quant au grand Akira Kamiya (Ryô Saeba dans City Hunter) il nous livre l'une des plus belles prestations de sa carrière via le personnage de Shun Mitaka qu'il double avec brio.

Quoi qu'il en soit, Maison Ikkoku est un pur chef d'oeuvre que je recommande aussi bien aux spectateurs de la première heure qu'aux néophytes n'ayant jamais lu/vu cette oeuvre majeure, le manga comme la série animée étant totalement indispensables. :D

VIVE MAISON IKKOKU! :D

Image
Edgar, Edgar, prince de la Cambriole...

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10507
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: [Anime/Manga] Rumiko Takahashi (UY, Ranma...)

Messagede Gemini le Mar 25 Sep 2012, 22:32

Juliette je t'aime, la série où les personnages se soulent au jus de pomme :mrgreen:
J'ai lu le manga mais je n'ai pas une grande affinité pour cette série dans l'ensemble. Bon, le trait de Akemi Takada est magnifique, et il est intéressant de trouver sur l'anime plusieurs membres fondateurs du futur collectif HEADGEAR ; mais l'anime ne m'a strictement jamais attiré plus que ça.

Avatar de l’utilisateur
NiKi
Ryo versus Massue
 
Messages: 870
Inscription: Ven 24 Avr 2009, 20:57
Localisation: Aucune idée.

Re: [Anime/Manga] Rumiko Takahashi (UY, Ranma...)

Messagede NiKi le Mer 26 Sep 2012, 00:04

Maison Ikkoku, tout simplement la meilleure série coming of age/romance de tous les temps.

Et certainement l'oeuvre la plus aboutie de Rumiko Takahashi. C'est simple, la ou la sensibilité et le piquant de Takahashi n'apparait que par petites touches dans ses autres séries, quelques moments forts ici et là au milieu d'une centaine d'épisodes, Maison Ikkoku est ce que donne une série de l'auteur, ou chaque dialogue, chaque instant, est insuflé la patte de l'auteur. C'est la seule romance de Rumiko Takahashi à aller jusqu'au bout. C'est la seule comédie de l'auteur à ne jamais lasser. C'est sa seule série ou les personnages évoluent vraiment ( et quelle évolution, j'ai jamais vu une série montrer aussi bien le passage à l'age adulte ) parce qu'ils ne sont pas bloqué par un formula show. Si vous aimez l'auteur, c'est immanquable.

Maison Ikkoku c'est 7 ans pendant lesquelles les personnages se forgent et construisent peu à peu leur vie entière. Ici il ne s'agit pas juste d'être amoureux, c'est de construire un avenir pour sa future famille, ce qui explique la longueur que peut prendre cette romance. 96 épisodes, c'est bien ce qu'il faut pour mettre en scène une telle épopée, cela avance doucement dans les évènements importants, mais l'évolution des personnages se fait à chaque épisode. 96 épisodes c'est aussi un temps alloué pour retranscrire les atmosphères, à travers les saisons, à travers les émotions, a travers la très belle musique, et chacune des atmosphères rend chaque moment de la série unique. En 96 épisodes on ne tourne jamais en rond loin de là. 96 épisodes c'est aussi ce qui permet de nuancer la progression des personnages, l'évolution des personnages se fait progressivement et subtilement, on sent jamais le scénario pousser cette évolution avec des évènements convenus. La Rumiko-touch à son summum quoi.

Il faut dire c'est le récit le plus personnel de Rumiko Takahashi, celui qui emprunte le plus de sa vie, entre la pension de tarés ou la vie de ronin, c'est des choses que l'auteur aurait vécu. De manière générale, Maison Ikkoku est un peu LA vision de l'auteur de la vie et elle peut pas pondre 2 ou 3 fois un Maison Ikkoku car sa vision resterait la même et Maison Ikkoku répond a trop de sujet à la fois pour en refaire une série du genre avec une richesse égale. Du coup on trouve du Maison Ikkoku partout dans ses oeuvres, mais dillué, mais c'est que dans Maison Ikkoku qu'on ressentira pleinement le style de l'auteur.

( je m'emporte vite, j'étais parti pour un post de 3 lignes, bien joué Xanatos :mrgreen: )

Avatar de l’utilisateur
Tetho
Rédac : Crest of "Z's"
 
Messages: 19080
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:44

Re: [Anime/Manga] Rumiko Takahashi (UY, Ranma...)

Messagede Tetho le Mer 26 Sep 2012, 00:26

NiKi a écrit:Et certainement l'oeuvre la plus aboutie de Rumiko Takahashi.

Pas compliqué, c'est un de ses mangas feuilltonant les plus court, donc il ne se perd pas, et le seul qui a un début et une fin clairement établis (enfin je dis ça mais j'ai pas tenu tout Inu Washer,donc ça se trouve...). Du coup entre les deux il y a un vrai développement et pas juste une situation en roue libre qui part partout et donc ne va nul part.
Achieve your mission with all your might.
Despair not till your last breath.

Make your death count.

Avatar de l’utilisateur
NiKi
Ryo versus Massue
 
Messages: 870
Inscription: Ven 24 Avr 2009, 20:57
Localisation: Aucune idée.

Re: [Anime/Manga] Rumiko Takahashi (UY, Ranma...)

Messagede NiKi le Mer 26 Sep 2012, 00:54

Oui clairement, même si ce coté bordélique et port-nawak de ses autres oeuvres est ce qui font tout leur charme. Du moins tant que ça reste spontané et que ça n'est pas faussement structuré comme un Inu Yasha.

Avatar de l’utilisateur
Merlin
Modo : Enchanteur de pacotille
 
Messages: 19634
Inscription: Mar 13 Mar 2007, 22:27
Localisation: Mon lit

Re: [Anime/Manga] Rumiko Takahashi (UY, Ranma...)

Messagede Merlin le Mer 26 Sep 2012, 01:00

Gemini a écrit:Juliette je t'aime, la série où les personnages se soulent au jus de pomme :mrgreen:

"Vous avez beau dire. Y pas seulement que d'la pomme. Y autre chose." :72:

Avatar de l’utilisateur
Ialda
Modo : bodacious kunoichi otaku
 
Messages: 18765
Inscription: Sam 31 Mar 2007, 13:25
Localisation: Firelink Shrine

Re: [Anime/Manga] Rumiko Takahashi (UY, Ranma...)

Messagede Ialda le Mer 26 Sep 2012, 04:57

Il doit quand même être un peu bizarre leur jus de pomme quand tu vois le champs de bataille derrière... :mrgreen:

Image

Très bons posts de Xanatos et NiKi sur cette excellente série, merci :)

Avatar de l’utilisateur
Deathmes
Ryo versus Massue
 
Messages: 931
Inscription: Ven 11 Mai 2012, 19:49
Localisation: Nantes

Re: [Anime/Manga] Rumiko Takahashi (UY, Ranma...)

Messagede Deathmes le Mer 26 Sep 2012, 10:57

Hé bien vous vendez bien votre came! Je ne suis pas amateur de série sentimentale (même si je n'ai rien contre dans un autre genre) mais là si il y a un penchant comédie et qu'on évite la mièvrerie et autre et fait preuve de maturité, je me dit que je devrais tenter l'expérience. Je ne regarde pas trop de série longue (très rarement au delà de 50) mais ce coté suivre des vies sur 7 ans, sans précipitation, doit être agréable. Un rythme de visionnage calme est préconisé je suppose.
Bon hé bien mission accomplie Xanatos. :D

Avatar de l’utilisateur
Xanatos
Rédac : De la cambriole
 
Messages: 3974
Inscription: Mar 10 Avr 2007, 07:31
Localisation: Val d'Europe

Re: [Anime/Manga] Rumiko Takahashi (UY, Ranma...)

Messagede Xanatos le Mer 26 Sep 2012, 11:38

Cool! Je suis ravi que Niki et moi nous t'ayons donné envie de découvrir ce grand classique et j'espère que Maison Ikkoku te plaira autant qu'à nous mon cher Deathmes! :D

Deathmes a écrit: Un rythme de visionnage calme est préconisé je suppose.


Tout à fait!


Ialda a écrit:
Très bons posts de Xanatos et NiKi sur cette excellente série, merci :)


Thanks Ialda! :D
Edgar, Edgar, prince de la Cambriole...

Avatar de l’utilisateur
NiKi
Ryo versus Massue
 
Messages: 870
Inscription: Ven 24 Avr 2009, 20:57
Localisation: Aucune idée.

Re: [Anime/Manga] Rumiko Takahashi (UY, Ranma...)

Messagede NiKi le Mer 26 Sep 2012, 12:37

Tout pareil que Xanatos, cette série est injustement oubliée ( en grande partie à cause de son titre VF qui fait pas envie faut avouer ) et mérite plus de fans. :72:

Avatar de l’utilisateur
Ramior
Spirit of Nausicaä
 
Messages: 2857
Inscription: Mer 13 Juin 2012, 14:07

Re: [Anime/Manga] Rumiko Takahashi (UY, Ranma...)

Messagede Ramior le Mer 26 Sep 2012, 12:56

Vous m'avez donné envie aussi, déjà que j'avais apprécié Ranma 1/2 du même auteur; où comment d'un postulat tendancieux (gender-bender) Rumiko Takahashi arrive a donné une histoire drôle avec des arts martiaux sans jamais tomber justement dans le vulgaire et puis je me sens fleur bleu en se moment donc un titre sentimental qui n’est ni mièvre ni pataud je prend.

Avatar de l’utilisateur
Ialda
Modo : bodacious kunoichi otaku
 
Messages: 18765
Inscription: Sam 31 Mar 2007, 13:25
Localisation: Firelink Shrine

Re: [Anime/Manga] Rumiko Takahashi (UY, Ranma...)

Messagede Ialda le Mer 26 Sep 2012, 17:24

où comment d'un postulat tendancieux (gender-bender) Rumiko Takahashi arrive a donné une histoire drôle avec des arts martiaux sans jamais tomber justement dans le vulgaire et puis je me sens fleur bleu en se moment donc un titre sentimental qui n’est ni mièvre ni pataud je prend.


Ranma 1/2 est surtout plus proche de Urusei Yatsura pour sa nature épisodique, les délires et les gags employés, et les relations romantico-conflictuelles entre les deux personnages principaux. Si tu te réfères aux derniers volumes de UY, Ryuunosuke et Shinobu prennent clairement de plus en plus l'apparence de proto-Ranma et Akane - avec Ranma 1/2, Rumiko Takahashi continue à faire du UY mais en substituant à la SF les combats d'arts martiaux des films de HK :)

Avatar de l’utilisateur
inico
Pitit LEGO
 
Messages: 411
Inscription: Sam 01 Sep 2012, 15:52
Localisation: Par là

Re: [Anime/Manga] Rumiko Takahashi (UY, Ranma...)

Messagede inico le Lun 01 Juil 2013, 15:16

Parce que estampillé Oshii, je me suis lancé dans le visionnage de Urusei Yatsura.
Je découvre seulement la série, car à l'époque de sa diffusion TV, j'étais déjà un peu "grand". Enfin, je devais être en 4ème ^^, mais j'ai notamment souvenir de la réflexion de la mère d'un copain alors qu'on avait dû zappé dessus : "à votre âge vous regardez encore ça", de quoi calmer un ado en devenir... Le peu que j'en avais vu, à part les petites tenues légèrement émoustillantes de Lamu, ne m'attirait guère. J'en gardais l'idée d'un truc plutôt lourdeau qui peinait à me décrocher un sourire.
J'avance à mon ryhtme de loutre et je n'en suis rendu qu'a à peine plus d'un dizaine d'épisodes. Mais à petites doses comme je me l'inflige, j'apprécie franchement et je rigole maintenant plutôt à pleins poumons, tout en étant sous le charme des personnages.
Je ne trouve pas l'animation, même si limitée, si vieillie qu'elle aurait pût l'être et le format en 1/2 épisodes permettent de garder un rythme assez soutenu.
Mais, et de loin, l'épisode qui m'a le plus marqué est le premier (premier 1/2, j'entends). Il pourrait d'ailleurs s'agir d'un sentiment partagé avec Oshii (je fantasme) car dans son film Beautiful Dreamer, alors même qu'il s'échine à donner aux personnages une nouvelle virginité en se démarquant de la trame de la série, il va piocher un extrait de cet épisode pour illustrer une part du rêve d'Ataru.
En fait, il faut absolument que je me procure le début du manga pour faire le tri entre ce qui est propre à Oshii du contenu original.
La présence militaire allant presque jusqu'à une occupation de la ville est bien un thème souvent repris dans les productions antérieurs d'Oshii (au hasard, Patlabor). Tout comme la forme du vaisseau extraterrestre qu'il est aisé de comparer à celle d'un poisson, se référer à Twilight Q ici pour des histoires d'avions qui se transforment en poisson.
Présents dans le manga, la référence à Uchuu Senkan Yamato ou ce politicien grimé en Hitler ?
Autant de questions que je me pose afin de savoir à quel point l'imaginaire de Takahashi et d'Oshii on pu se croiser ou si ce dernier à réussi à glisser tant de choses personnelles lors du lancement de la série.
Les épisodes suivants m'ont fait déchanter de ce point de vu là, retrouvant pour l'instant plus de classicisme, avec des hauts et des bas. Mais à noter que sur certains segments Oshii est scénariste et réalisateur, alors que sur d'autres il n'est que réalisateur: en fonction du contenu, je joue systématiquement a à qui attribuer quoi :mrgreen: .
Image

Avatar de l’utilisateur
Ialda
Modo : bodacious kunoichi otaku
 
Messages: 18765
Inscription: Sam 31 Mar 2007, 13:25
Localisation: Firelink Shrine

Re: [Anime/Manga] Rumiko Takahashi (UY, Ranma...)

Messagede Ialda le Lun 01 Juil 2013, 17:02

L'animation et la qualité des dessins s'améliore progressivement pour atteindre un pic entre la fin de la période Oshii et le début de la période Yamazaki où la série atteint le niveau technique d'une OAV. En parlant d'animation, tu trouveras des séquences de background animation assez fabuleuses tout au long de la série.

Il y a grosso modo trois époques principales dans l'anime UY :

- La période initiale, qui est celle où la série s'approche le plus d'une série pour enfants (les 50 premiers épisodes notamment, assez pauvres en bons épisodes malgré quelques exceptions : 32. Dokkiri toshokan oshizukani le fantastique épisode de bibliothèque où Wendy de Peter Pan essaie de contrôler, en vain, les autres personnages de contes et d'histoires décidés à mettre le boxon dans le lycée de Ataru & cie, ou le 44. Kimi sarishi ato l'épisode où Lum disparait, à la fantastique ambiance mélancolique - il avait été voté épisode favori du public japonais il me semble, et avait eu droit à une redif à la fin de la série)

- La période Oshii proprement dite, où e réalisateur prends un peu plus d'assurance et introduit plus fréquemment les élements qui le caractérisent : surréalisme, onirisme, définition assez floue de la réalité... les trips militaristes de Megane (et sa manie de se grimer en simili-Kerberos)...
C'est une période qui débute avec l'un de mes épisodes préférés de toute la série, le 53. Kesshi no akuukan arubaito où les pérégrinations de Ataru parti espionné le bain public des extra-terrestres... qui se transforme en sorte de trip inspiré de la quatrième dimension. Le site Tomobiki-cho lui retient entre autres la parodie des Dix Petits nègres dans le 75 et le double épisode 105 & 106 Ataru vs Mendo.
Oshii est crédité sur la série jusqu'à l'épisode 129 IIRC.

- La période Yamazaki : c'est la période du déclin de la série malgré une qualité au moins du même niveau que les derniers épisodes de Oshii au début. La série finit par tourner en rond, la qualité technique redescend... les dernières années sont les années de trop :(

Le manga contient déjà beaucoup de références (folklore & pop-culture) mais la série TV en rajoute encore d'autres, plus orientées 'otaku' : on y croise notamment du Hokuto no ken, Nausicaa, Yamato, L'étoile des géants, et des séries de méchas rétro connues des seuls Tetho & Zetha Amrith.

Animeigo n'édite plus la série mais le site contient toujours les liner notes :
http://www.animeigo.com/liner/out-print ... -tv-series
http://www.animeigo.com/liner/out-print ... tsura-ovas
http://www.animeigo.com/liner/out-print ... ura-movies

Tomobiki-cho (excellent site, à consulter) :
http://www.furinkan.com/uy/faq/culture.htm

Avatar de l’utilisateur
inico
Pitit LEGO
 
Messages: 411
Inscription: Sam 01 Sep 2012, 15:52
Localisation: Par là

Re: [Anime/Manga] Rumiko Takahashi (UY, Ranma...)

Messagede inico le Lun 01 Juil 2013, 18:33

Et pourtant, j'apprécie malgré tout cette période initiale. J'y retrouve une fraicheur et une décontraction rare aujourd'hui (Bien que Lamu se fasse piquer son haut par Ataru et que sa poitrine soit clairement visible sans avoir besoin de faire un arrêt ou de grossir l'image par 200, je n'ai pas ressenti de vulgarité ou quelque chose de pervers).
Et j'apprécie de plus en plus ce style d'humour. Sur l'épisode 3 par exemple, je crois qu'à chaque fois que Rei prononce "voulez-vous m'épouser", j'ai dû rire de plus belle. Tout autant que j'apprécie l'intrusion d'esprits, phénomènes surnaturels.
Mais je pense que c'est surtout vrai à petites doses, et que si j'enchainais 10 épisodes dans la soirée, je serais vite saturé.
D'où une certaine limitation, et du coup j'hésite à zapper pour aller vers les différents épisodes que j'ai pu voir citer comme étant les plus intéressants. Pas le genre de truc que j'aime, mais 50 épisodes, c'est long. Je verrai.

Par contre, dans cette période initiale de 50 épisodes, n'as-tu pas noté de cassure à partir du 21-22 ? C'est à partir de là que le format 2 x 1/2 épisode de 12 mn est troqué pour x 1 épisode de 24 mn. Ce qui laisse une plus grande liberté de ton, à priori.

Quand aux films, je n'ai encore vu que les deux premiers. Est-il utile de préciser que le second m'a hypnotisé ? Je préfère encore le voir avant de donner un avis, car même si je connaissais déjà la légende qui sert de trame de fond, il y a pleins de trucs que j'ai vu ou cru voir (l'école qui change d'apparence j'ai l'impression, les refs à Frankestein ou d'autres films) ou d'autres que j'ai dû rater. A revoir, pour mon seul plaisir.
Image

PrécédenteSuivante


Retourner vers Animanga

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités