Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Modérateurs : Aer, Equipe forum MATA-WEB Animanga : Discussions sur les animés et mangas

Retourner vers Animanga

C'est qui le plus fort ?

Grendizer/Goldorak
6
4%
Mazinkaizer
2
1%
Le God Gundam
2
1%
Ideon
7
5%
Le GunBuster
23
16%
Le Genesic GaoGaiGar
6
4%
Le Strike Freedom Gundam
12
8%
Le Tengen-Toppa Gurren-Lagann
39
27%
Daimos
0
Aucun vote
Le Shin Getter Robo
6
4%
Le Neo-Granzon
0
Aucun vote
L'Evangelion Unité 01
23
16%
Zeorymer
0
Aucun vote
Bonta-kun
16
11%
Trombe !
1
1%
 
Nombre total de votes : 143

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10559
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Gemini le Sam 27 Juil 2019, 20:12

Des gamins qui passent la moitié de la série à vouloir voler le vaisseau sur lequel ils combattent. Des personnages qui ne peuvent pas faire deux pas sans glisser sur une peau de banane. Des comportements parfois illogiques qui ne servent qu'à faire avancer le scénario dans la direction voulue par Tomino. Et même des Newtypes. Je viens de reprendre Combat Mecha Xabungle, et je découvre que depuis le début, Mobile Suit ZZ Gundam était un remake de la série dans l'univers Gundam.


Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10559
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Gemini le Dim 28 Juil 2019, 18:52

Combat Mecha Xabungle : La population de la planète Zora est séparée en deux groupes : d'un côté les Innocents, qui vivent sous des dômes et fournissent la technologie, et de l'autre les Civils, qui parcourent les immensités désertiques. Une seule loi régit ce monde : en cas de litiges, les personnes s'estimant lésées ont trois jours réclamer justice ; au-delà de ce délai, elles doivent oublier toute idée de vengeance. Malgré cette règle, Jiron Amos est la recherche du meurtrier de ses parents. Pour y arriver, il veut mettre la main sur le Xabungle, le robot de Carring Cargo.

Série de 1982 réalisée par Yoshiyuki Tomino. Je mentionnais précédemment une certaine filiation avec ZZ Gundam, mais il convient d'être plus précis.
Sans que cela ne soit forcément évident au début, le réalisateur a décidé de créer une dissonance entre le fond et la forme de Combat Mecha Xabungle. Le scénario est relativement bien écrit, dans un univers post-apocalyptique classique mais efficace, et sait ménager ses révélations et ses effets dramatiques. Surtout, il évoque des thèmes comme la révolution, la lutte des classes, l'écologie, la fin du monde, et l'eugénisme. Néanmoins, les scénaristes n'abattent pas toutes leurs cartes dès le début ; la série commence comme une histoire de vengeance dans un monde désertique, et va progressivement évoluer vers une intrigue plus riche ; sans pour autant remettre en cause ce qu'elle a raconté au début.

Dans la forme, cet anime est toutefois bien plus comique que le laisse supposer son scénario. Cela passe avant tout par la mise en scène. Si un personnage fume, il va se brûler d'au moins cinq façons différentes. Si un câble traine par terre, le héros va se prendre les pieds dedans. Et hormis lors des scènes d'action ou dramatiques, il y aura toujours quelqu'un pour faire le zouave dans le cadre. C'est déconcertant. Et le pire, c'est que cela n'empêche pas les personnages d'être compétents. Un peu comme si tous les habitants de ce monde avaient été maudits par un dieu particulièrement blagueur, mais avaient appris à vivre avec (comme ceux de JoJo qui se sentent obligés de prendre la pause au moindre pas dans la rue). Il y a aussi quelques dialogues méta.
Cela ne pose pas de problème à mon sens vis-à-vis du scénario (même si cela rend certains protagonistes irritants), car ils n'oublient pas non plus qu'ils vivent dans un univers sérieux ; comme si leurs actions et leur maladresse étaient deux éléments séparés. Heureusement, les combats de robots reposent plus sur les capacités de chacun que sur la chance, même si celle-ci peut aussi avoir un impact sur l'issue.

Tout le ridicule ne semble néanmoins pas voulu. Certaines réactions ne sont pas nécessairement logiques par rapport au récit, et paraissent là plus parce que les auteurs ont besoin que la série évolue dans une direction en particulier sans se soucier de la crédibilité. Par exemple, une des héroïnes va quitter ses compagnons, ceux-ci vont passer deux épisodes à essayer de la convaincre de revenir, et à la fin, elle va décider qu'ils l'ont abandonnée et rejoindre leurs ennemis. Je m'attendais à ce qu'il s'agisse d'un plan de sa part, qu'elle les espionne, mais pas du tout, c'était aussi stupide que ça. Ce phénomène reste rare, mais parait surtout toucher les personnages féminins. C'est dommage, car ces soucis mis à part, le scénario reste globalement bien écrit.

Techniquement, il s'agit d'une série TV de 1982 produite par la Sunrise, alors pas la peine de vous attendre à des miracles. Beaucoup de réutilisations de plans, une animation souvent limitée, mais quelques efforts malgré tout pour les séquences qui le méritent. Les scènes d'action restent lisibles, par contre, le mecha design pourra surprendre, avec ses robots munis de volants et fonctionnant au diesel. De ce côté, le point le plus mémorable demeure la musique, qui alterne morceaux épiques et d'autres plus mélancoliques, avec des génériques et des thèmes chantés entrainants.

Bien qu'il ait fallu que je m'y prenne à deux fois, j'ai passé un bon moment devant Combat Mecha Xabungle. La faute, sans doute, à un scénario qui parait assez basique au premier abord, si nous mettons de côté son univers post-apocalyptique. L'équipage bigarré de l'Iron Gear semble sortir de nulle part, il faut un peu plus d'une dizaine d'épisodes pour que l'intrigue commence véritablement à se mettre en marche. A partir de là, je n'ai plus décroché. L'écriture permet de justifier les combats et les rencontres, puis les thèmes plus complexes viennent se greffer au reste. L'avalanche de gags visuels, si elle déconcerte au premier abord, permet d'apporter une respiration bienvenue et n'empêche pas la série d'être sérieuse ou dramatique quand il le faut. La série n'est pas avare en fausses notes et reste par conséquent imparfaite. Mais elle passe encore étonnamment bien, je ne m'attendais pas à prendre autant de plaisir.

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9323
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Zêta Amrith le Dim 28 Juil 2019, 21:34

C'est probablement la série """real robot""" la plus regardable de Tomino, mais ça ne tient pas tant à lui, qui essaie de couler l'anime à chaque virage, qu'à l'équipe de scénaristes (Gobu et Yoshikawa de Votoms, Itou de Layzner et Araki de Daitarn 3) qui font leur possible pour sauver quelques meubles ci et là avec un univers singulier en dépit des croche-pattes du chef.

Avatar de l’utilisateur
Aer
Modo : Fan de Bakunyû
 
Messages: 9846
Inscription: Mar 29 Juin 2010, 23:01
Localisation:

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Aer le Lun 29 Juil 2019, 20:32

J'profite du reup du topic pour demander quelques conseils.
Etant proche de la fin du Ginei-hen, et ayant déjà éclusé quelque séries de robots des années 80, je me demandais s'il manquait des immanquables à la liste (surement, d’où l'interrogation).

Après un ptit check-up, j'ai donc : Layzner, la franchise Macross, les Gundam qui tiennent la route (pas ZZ ni les trucs à la con), la franchise Votoms, la franchise Patlabor, le film de Five Star Stories, GunBuster, Dangaioh, Appleseed, Madox (plus des machins entregenre style Gall Force).

J'imagine que Giant Gorg et Vifam doivent faire partie du lot, mais après je ne sais pas trop.

Evitez de me dire L-Gaim, j'ai déjà donné du sang et des larmes devant cette daube.
When you dont afraid any sunshine, come on baby !

行けよ饒舌の 影よ来て導け

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9323
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Zêta Amrith le Lun 29 Juil 2019, 21:07

Aer a écrit:Giant Gorg et Vifam.

Ces deux-là, Dougram et les deux films Ideon sont tamponnés du sceau du label Brigade Méchaphile.
Viennent ensuite Mospeada, ultra-basique mais pour lequel j'ai toujours eu un petit faible, Dragonar (en cours de new traduction par des fans), Orguss et Galient. Des anime inaboutis, mais qui transpirent les 80s. Eventuellement dans un troisième temps Dancougar et Baldios, mais les séries sont répétitives. Du côté des OVA Dangaioh, Dragon's Heaven ou Zeorymer (malgré la pseudo-"fin" hyper-bâclée) possèdent un charme VHS poisseux et kitsch indéniable.

/m/ a débuté très récemment la traduction de Dorvack mais je n'ai pas encore regardé.
Il paraît que le Galatt slumpien de Kanda vaut le coup mais il n'y a toujours pas de subs.

Avatar de l’utilisateur
Tetho
Rédac : Crest of "Z's"
 
Messages: 19179
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:44

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Tetho le Lun 29 Juil 2019, 21:22

Giant Gorg est un incontournable, c'est le joyau de la couronne des années 80 chez Sunrise. Yasuhiko seul maître à bord d'une série qui, suite à des problèmes de programmation de la part de la chaine, s'est vue offerte 6 mois de production en plus que ce qui était prévu. En terme d'animation c'est sans commune mesure avec n'importe quoi de sa décennie.

Si t'as vu Dangaioh tu peux te faire les autres Hirano, les Ikzer, je suis pas très fan du One mais le Three est très fun, et Zeorymer. Sa production c'est l'OVA jetable par excellence, t'auras oublié le truc une semaine plus tard, mais sur le moment c'est le pied.
Mospaeda et Souther Cross, si tu veux te faire Robotech en VO. C'est pas exceptionnel mais ça tient la route.
Dancougar est un nanar total, les situations sont absurdes à souhait et malgré la fin avortée rushée dans une OVA spéciale ça vaut la peine d'aller au bout pour God Bless Dancougar, une OVA d'une heure et demi qui fait suite et est ce que la série a produit de mieux. La mini-série d'OVA qui fait suite et "conclut" le récit est par contre dispensable à souhait.
Baldios fais toi le film, une merveille malgré la narration en mode avance rapide. C'est plus ou moins d'Ideon en bien fait. La série elle est ultra répétitive et, comme celle Ideon, se termine sur une non-fin.
J'ai vu une moitié de Goshogun il y a bien longtemps, c'était assez sympa et très en décalage de la prod de l'époque. Le film qui lui fait suite, Toki no Etranger, est un classique des animes surréalistes.
Achieve your mission with all your might.
Despair not till your last breath.

Make your death count.

Avatar de l’utilisateur
Aer
Modo : Fan de Bakunyû
 
Messages: 9846
Inscription: Mar 29 Juin 2010, 23:01
Localisation:

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Aer le Lun 29 Juil 2019, 21:41

les deux films Ideon


Ca passe sans la série ? Non pasque bon :/.

Le film qui lui fait suite, Toki no Etranger, est un classique des animes surréalistes.


Le nom m'a fait tilter et j'ai le film qui traine, mais pas la série je crois ahah.

Merci /m/essieurs.
When you dont afraid any sunshine, come on baby !

行けよ饒舌の 影よ来て導け

Avatar de l’utilisateur
Lux
Pilote de Bebop
 
Messages: 176
Inscription: Mar 25 Nov 2008, 00:51
Localisation: Île-de-France

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Lux le Lun 29 Juil 2019, 21:49

Maintenant, tu n'as plus qu'à tout télécharger pour que je vienne te voler tes fichiers ensuite. :66:

Avatar de l’utilisateur
Aer
Modo : Fan de Bakunyû
 
Messages: 9846
Inscription: Mar 29 Juin 2010, 23:01
Localisation:

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Aer le Lun 29 Juil 2019, 21:51

Bravo les paysans sans compte BakaBT :(.
When you dont afraid any sunshine, come on baby !

行けよ饒舌の 影よ来て導け

Avatar de l’utilisateur
Lux
Pilote de Bebop
 
Messages: 176
Inscription: Mar 25 Nov 2008, 00:51
Localisation: Île-de-France

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Lux le Lun 29 Juil 2019, 21:55

Tu fais erreur, c'est plutôt l'absence de fibre optique et le fait de partager ma connexion avec 10 personnes qui m'empêche de réquisitionner la bande passante comme bon me semble :(

Avatar de l’utilisateur
Tetho
Rédac : Crest of "Z's"
 
Messages: 19179
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:44

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Tetho le Lun 29 Juil 2019, 21:57

Aer a écrit:
les deux films Ideon


Ca passe sans la série ? Non pasque bon :/

Le premier film est un résumé torché en beauté de la série, c'est assez insupportable à suivre, le second est une fin alternative qui reprend quelques épisodes avant la fin de la série.
Pour ta culture je te conseillerais quand même la série, qui peut offrir de rares bons moments d'une intensité rare.
Achieve your mission with all your might.
Despair not till your last breath.

Make your death count.

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9323
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Zêta Amrith le Lun 29 Juil 2019, 22:02

Aer a écrit:Ca passe sans la série ? Non pasque bon :/

Le but est surtout de voir Be Invoked. Le premier film est très rough sur les bords mais je ne suis pas sûr que tu veuilles t'enquiller 39 épisodes (dont 30 clones) à la place. C'est un truc d'anachorètes.

Après, je pense que Giant Gorg et Vifam sont les plus simples et les plus agréables à regarder de la liste. Pas besoin d'en passer par X souffrances pour en profiter, c'est immédiatement sympathique et surtout constant, et même lorsqu'il ne se passe rien c'est frais, bien animé.

Avatar de l’utilisateur
VpV
Pitit LEGO
 
Messages: 308
Inscription: Sam 26 Jan 2013, 21:54

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede VpV le Lun 29 Juil 2019, 22:59

Mater les 39 épisodes d'Ideon, ça se fait. Bien plus que les 23 de Southern Cross, dont l'intérêt va decrescendo jusqu'à un rush final qui tutoie l'agonie et l'absurde.

Après, j'appuie la candidature du film de Baldios (cette fin quoi), de Giant Gorg (qui même avec une animation en carton se suivrait bien) et de Toki no Etranger (Remy <3). Difficile d’être déçu avec ces trois-là.
Dougram, c'est trèèèès cool, mais c'est trèèèès long.

Question aux poilus : La J9 Series (Braiger & co) apporte sa pierre à l'édifice mecha 80's ou bien ?

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10559
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Gemini le Lun 29 Juil 2019, 23:41

Pour Space Runaway Ideon, tu peux regarder les premiers épisodes de la série TV pour avoir les bases, et ensuite tu peux passer aux long-métrages. Concernant Uchû Senshi Baldios, j'ai trouvé que le film se suffisait à lui-même (et effectivement quelle fin).

Les OAV d'Iczer-1 passent encore très bien, je recommande.

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9323
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Zêta Amrith le Mar 30 Juil 2019, 00:03

Southern Cross, si tu mets de côté le mecha-design assez cool c'est niveau Tomino, avec les personnages bêtes à manger du foin ad hoc. De loin le maillon faible de la "trilogie" Big West.

Je n'ai jamais dépassé les premiers segments de Baxinger (et j'ai dû n'en voir qu'un ou deux de Sasuraiger parce que rien d'autre n'était disponible), mais j'étais allé au quinze ou au seize de Braiger. Ca n'était pas mauvais grâce aux persos cartoony, pas mémorable non plus, mais ça ressemblait plus à une évolution de Daitarn 3 et des 70s avec une structure en missions qu'à la narration continue à laquelle s'essaie Sunrise à ce moment là - et les robots sont clairement pas les stars. Mais faudrait aller au bout pour le vérifier.

Sinon dans le genre wtf, t'as Acrobunch - aka L'Empire Des 5, son trip Indiana Jones incongru et son final complètement fumé...

Avatar de l’utilisateur
Aer
Modo : Fan de Bakunyû
 
Messages: 9846
Inscription: Mar 29 Juin 2010, 23:01
Localisation:

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Aer le Mar 30 Juil 2019, 23:10

J'ai vu que j'avais Iczer-1 qui trainait alors j'me suis fais plaisir en mattant ça hier soir. J'ai pas envie d'y passer long parce qu'il n'y a pas tant que ça à en dire. L'expression "de l'ova jetable à la Hirano" prend ici tout son sens, et c'est encore plus drôle quand tu sais que c'est sa première. Ceci dit il y avait de bonnes bases : un scénar débile, des robots géants, des monstres dégueulasses (ils sont allé fort dans le gore j'avoue, mais c'était généralement bien sentis, surtout durant le premier épisode), de la bonne animation qui a contrario du point précédent est surtout la dans les ep 2 et 3, des meufs à poil histoire de... Bref, la base. Mais pas suffisant pour en faire un truc mémorable d'un point de vue autre que technique. Dangaioh reste tellement au dessus (rien que pour ces musiques).

Et en fouillant dans des archives je suis retombé sur cet article de Ben, et j'ai trouvé le contenu franchement intéressant, que ce soit pour la question bonus, ou pour le point sur AIC comme étant les premiers dépositaires du style moe (de l'époque évidemment). Ce qui est somme toute logique vu qu'il s'agit des pionniers dans le format OVA et qu'il fallait bien vendre la came.

(en subsidiaire, j'ai reconnu direct le Tetsuo caché, mais pas les autres persos, honte sur moi)
When you dont afraid any sunshine, come on baby !

行けよ饒舌の 影よ来て導け

Avatar de l’utilisateur
George Isaac Newton
Pitit LEGO
 
Messages: 373
Inscription: Jeu 08 Mai 2014, 21:48

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede George Isaac Newton le Mer 31 Juil 2019, 02:33

Hyakujuu ou Golion ? *rires enregistrés*

VpV a écrit:Question aux poilus : La J9 Series (Braiger & co) apporte sa pierre à l'édifice mecha 80's ou bien ?


Je ne peux rien dire pour les autres, mais Ginga Senpuu Braiger me semble mériter un coup d'oeil. La débonnaire et foutraque première partie de l'aventure, qui est aussi un peu faible narrativement, laisse place à une lutte à mort d'épique proportion. Le déclic se produit lorsque se révèle l'impénétrable Kamen Kamen, qui, et ce malgré son patronyme ridicule, apporte beaucoup plus de liant à la série tout en étant un antagoniste fascinant. De mémoire, le personnage est introduit vers la moitié de l'aventure et lui apporte beaucoup. Ce qui conduit à un final plutôt mélancolique. Enfin, bon, je ne vais en rajouter, mais j'aime bien la fin.

En revanche, pas grand chose à signaler pour ce qui est des combats de grobots, mais il y a quelques chouettes affrontements avec des hordes de motards sidéraux et des flottes de syndicats du crime spatiaux. Ce qui est toujours agréable.

Puis bon, ce générique enflammé !

Avatar de l’utilisateur
Aer
Modo : Fan de Bakunyû
 
Messages: 9846
Inscription: Mar 29 Juin 2010, 23:01
Localisation:

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Aer le Mer 31 Juil 2019, 23:31

Pour celles et ceux que ça intéresse, une interview trad en anglais de Takahashi Ryosuke à l'époque de la fin de Dougram.

Cette stachemou de l'enfer of doom.
When you dont afraid any sunshine, come on baby !

行けよ饒舌の 影よ来て導け

Avatar de l’utilisateur
Aer
Modo : Fan de Bakunyû
 
Messages: 9846
Inscription: Mar 29 Juin 2010, 23:01
Localisation:

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Aer le Jeu 01 Aoû 2019, 12:41

(Mais keskispass avec tout ces robots géants)

J'en parlais à l'époque, j'avais tenté de regarder Gyrozetter. J'ai fini par abdiquer au bout de 18 épisodes. C'est extrêmement triste mais la qualité déclinante continuelle du show aura eu raison de moi.
Je ne m'explique d'ailleurs pas vraiment cette série. Sur le papier, elle a tout pour elle. Takamatsu Shinji à la réa, avec tout ces potes de Gundam X, Sato Dai au scénar, des vieux des Braves Series et notamment GaoGaiGar dans le tas... Est ce que c'est l'aura néfaste de A-1 Pictures qui a fait crasher le projet, ou le fait que ça soit probablement un travail de commande dont personne n'avait rien à branler ? Il est vrai que A-1 n'était pas coutumier ni des grosses séries, ni des séries pour gosse à l'époque (2012).
Ca partait pourtant très bien dans le nawak robotique, avec une galerie de personnages assez kewl et de bonnes idées. Mais trop de 3D sans masse dégueulasse, trop de personnages aux designs baroques vis à vis du budget aloué (étrange le caractères légèrement sexualisé de certains pour un show pour kids - mais est ce vraiment un show pour kids ? Diffusé à 18 heures et pourtant pas vraiment fait pour les ados vu le niveau ridicule du truc), trop d'épisodes chiants, trop de mauvais liant entre tout ça. On fini par ne plus vraiment croire à tout ça.

Puis bon, c'était vraiment pour vendre des joujous de partout et le show s'en cache même pas, ces cons avaient même des cartes pour les super attaques ou ce genre de débilité.

Heureusement, la relève serait elle enfin la ? Il y a quatre ans sortait cette petite vidéo (qui fait partit d'un groupe de vidéos commerciales si je ne m'abuse), puis il y a deux ans, la nouvelle d'une série télé.

Shinkansen Henkei Robo Shinkalion : The Animation

La seconde série Henkei donc (Transformation en françois). Et c'est comme la "précédente", hautement surprenant. Nous avons ici OLM qui s'occupe du taff, vrai studio pour les gamins depuis vingt ans (depuis qu'ils ont arrêté les adaptations de Berserk ou autre :p), qui s'occupe de gros show genre Pokemon, Beyblade, Inazuma Eleven... Tout le staff est pas très connu ni très dedans dans les réalisations, suffit de voir le réalisateur Ikezoe Takahiro, surtout connu pour Show By Rock - et Ozma par ici.
Alors, est ce que ces braves gens sont contents de faire enfin une série avec du robot comme quand ils étaient gamins ? Malgré la présence de robots en 3D, et de cartes, les gimmicks sont réduits à la portion congrue la plus total. Le seul point vraiment naze sur les six premiers épisodes que j'ai vu, c'est ce coté "chaque perso a son tic de language rigolol".

Tout le reste est assez bon. Les combats sont très dynamiques, avec des poses de la victoire et des grosses explosions. Les ennemis de la semaine très variés et répondant à des impératifs narratifs pour l'instant, mais au moins ça donne de bonne idées. La narration est ultra fluide et se suit très bien, y'a zéro temps mort. Les personnages sont rapidement attachants, et n'encombrent pas l'espace par leur présence, s'ils n'ont pas d'intérêt pour l'épisode, out. Le léger techno babble est juste la pour faire style et le spectateur comprend directement a quoi sert chaque chose et chaque terme. Les robots sont assez stylés et leur masse est la pour le coup, ce qui rend toujours bien. Ca virevolte beaucoup mais tellement mieux rendu que dans l'autre au dessus. Aussi, ils tournent tout vers l'économie, du coup chaque robot a la même séquence de Henshin (avec une couleur différente évidemment), mais avec un ou deux détails différents dans l'assemblage, ce qui est assez amusant et permet lorsqu'il y a plusieurs robots (ce qui est déjà la vu qu'au bout de six épisodes, deux nouveaux pilotes sont arrivés) de faire des mix un peu à la Sailor Moon. Of course, c'est remplis de conneries et autres infos inutiles sur le Shinkansen mais bon pourquoi pas, c'est le but de la série.

Aussi, le chara-design, que je trouvais très passe-partout, est quand même assez bien pensé d'un point de vue animation. C'est d'ailleurs assez solide à ce niveau pour l'instant.

En fait c'est assez impressionnants comme on dirait vraiment un copié/collé de GaoGaiGar sur plein de points. Manque que le héros robotique brailleur et ça serait parfait (et du Courage aussi).

En tout cas, l'on sent vraiment une certaine maitrise dans la narration et la manière de faire un show pour les petits. Et ça semble marcher vu que la série a quand même fait 76 épisodes et qu'un premier film est prévu.

Je vous laisse avec l'opening (avec chanson créée pour le show évidemment), vous verrez vite ce que je veux dire.

When you dont afraid any sunshine, come on baby !

行けよ饒舌の 影よ来て導け

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10559
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Gemini le Jeu 01 Aoû 2019, 21:43

Aer >> On ne parle jamais assez de robots géants !

Bon, je retourne dans les mers du Sud avec Giant Gorg.

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10559
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Gemini le Sam 03 Aoû 2019, 17:02



En 1990, une éruption provoque l'apparition d'une île dans l'hémisphère Sud. Baptisée Australe, celle-ci attise la curiosité des scientifiques, mais aussi l'appétit de puissantes corporations. A la mort d'un de ces scientifiques, son fils Yuu part pour New-York à la recherche du Dr Wave, un des spécialistes d'Australe. Ensemble, ils décident de se rendre sur place, malgré les dangers.

La série d'animation de Yasuhiko Yoshikazu, un des artistes les plus complets de l'animation japonaise. Produite par la Sunrise en 1984, elle se distingue d'autres séries du studio de l'époque par son écriture maitrisée et sa qualité technique ; par rapport à Combat Mecha Xabungle, certes légèrement plus ancien, nous sentons une nette amélioration concernant ces deux aspects.

Giant Gorg fait partie de ces animes exploitant les nombreuses possibilités offertes par les robots géants, autre que le simple conflit armé. En l'occurrence, celle-ci commence avant tout comme une série d'aventure et d'action, située d'abord aux USA puis dans les mers du Sud - ce qui promet une bonne dose de dépaysement - et met du temps à révéler son côté SF. Sans doute un peu trop. Plusieurs épisodes, dans la première moitié de la série, se contentent de suivre les personnages allant d'un point A à un point B de l'île, où il est convenu que les premières révélations d'importance auront lieu. Si leurs péripéties ne sont certainement pas déplaisantes à suivre, cela donne tout-de-même l'impression de retarder l'inévitable, comme si le format était légèrement trop long pour la série. Il faudra finalement attendre la seconde moitié pour en apprendre plus sur les mystères d'Australe.

Mais il s'agit du seul réel reproche que je ferai concernant le scénario, dans la mesure où il a un impact négatif sur le rythme. Pour le reste, l'écriture s'avère très solide. Certains éléments importants sont mis en place dès le premier épisode pour ne s'en servir qu'à la fin, et surtout, la série reste parfaitement cohérente. Notamment concernant les personnages ; à aucun moment, ils n'auront une réaction réellement absurde, et ils suivent tous une évolution logique compte-tenu des événements. Parmi les protagonistes, justement, nous noterons quelques personnalités plus ambiguës qu'à l'accoutumée, et la série nous épargne tout manichéisme ou antagoniste cliché, ce qui est toujours appréciable. Par contre, j'ai souvent eu du mal à supporter l'héroïne, dont le rôle consiste avant tout à appeler au secours, à se plaindre, et à nous vriller les tympans.

Pour autant, Giant Gorg n'est certainement pas une série Bisournous. Très loin de là. Australe est le terrain d'un conflit entre une secte autochtone et les armées de mercenaires d'un puissant groupe industriel, lequel exploite le sol de l'île afin d'en extraire les secrets. Cela ne se fait certainement pas sans violence, y compris de la part de Gorg et des compagnons de Yuu. Or, le réalisateur ne cherche absolument pas à édulcorer cette violence, avec de très nombreuses morts à l'écran. Quand quelqu'un meurt, il n'y a aucune ambiguïté. Pour autant, cela ne m'a pas paru traité avec la moindre complaisance.

J'ai déjà mentionné la technique plus haut : l'animation est soignée - je n'ai même remarqué aucune récupération de séquences - avec des scènes d'action globalement réussies ; j'ai particulièrement aimé un passage durant lequel Gorg utilise une aile d'avion comme un boomerang, résultat garanti. J'ignore l'implication de Mamoru Nagano sur le mecha design, mais Gorg possède une vraie prestance, même si son style peut surprendre au premier abord. Quant à la musique, sans posséder de thèmes forcément marquants en dehors de ses génériques, elle accompagne bien la série, avec quelques compositions pensées pour les moments plus étranges ou effrayants.

Giant Gorg est une série propre et solide, à laquelle je ne reprocherai qu'un rythme parfois lent dans sa première moitié, accompagné de moments de flottement. L'anime souffre sans doute d'un ou deux épisodes de trop par rapport à ce qu'elle cherche à raconter. Pas de quoi bouder son plaisir pour autant, je suppose qu'il suffit d'être prévenu.

PS : Le meilleur personnage, c'est le chien.

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10559
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Gemini le Mar 06 Aoû 2019, 09:31

Est-ce que quelqu'un aurait de bons papiers à partager sur les travaux de Ryôsuke Takahashi, de préférence qui ne spoileraient pas trop les séries ? J'ai lu l'excellent entretien avec Forbes partagé dans ce sujet, et serai à la recherche d'autres articles intéressants. D'avance merci :)

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9323
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Zêta Amrith le Mar 06 Aoû 2019, 12:08

Il y a des textes sur plusieurs anime de Takahashi sur le blog Anipages mais ils portent essentiellement sur l'animation et la sous-traitance, pas vraiment sur le fond des séries.

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10559
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Gemini le Mar 06 Aoû 2019, 12:57

Effectivement, j'ai regardé hier soir, mais cela ne correspondait pas exactement à ce que je cherchais. Le site n'a même pas un tag dédié à Takahashi, cette désillusion :lol: Et pas non plus d'article dédié à Panzer World Galient, la série que je viens de commencer.

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10559
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Gemini le Sam 10 Aoû 2019, 18:37

Je continue sur ma lancée, avec cette fois un anime de Ryôsuke Takahashi : Panzer World Galient. Une série dont je n'avais jamais vraiment entendu parler avant récemment, ce qui suffit à attiser ma curiosité. Sachant qu'elle a aussi le mérite d'être plus courte que d'autres œuvres de l'auteur.



Dans l'ensemble, il s'agit d'un anime que j'ai apprécié regarder, mais qui me laisse malgré tout un avis mitigé. Disons qu'il possède de bonnes idées, notamment sur la fin, ainsi qu'un rythme soutenu qui sait ménager quelques surprises et son lot de péripéties. Mais il souffre de quelques défauts gênants, empêchant d'en ressortir pleinement satisfait.

L'histoire se déroule sur la planète Arst, en proie à la soif de conquête du despote Marder et de son armée "magique" ; celle-ci étant constituée en partie de monstres métalliques gigantesques. Le roi Vogler tombe à son tour, non sans confier à son plus fidèle compagnon son fils nouveau-né : Jordy. Ensemble, ils parcourent Arst pendant de nombreuses années à la recherche du Galient, machine capable de rivaliser avec celles de Marder.

Nous comprenons bien vite qu'il s'agit d'un monde à la ∀ Gundam, mais revenu à un stade moyenâgeux. Pour qui sait où chercher, il devient dès lors possible de déterrer une technologie fabuleuse. Les explications sur le pourquoi du comment viendront, mais je ne crois pas qu'elles étaient nécessaires. Ou, plus exactement, elles posent des questions supplémentaires auxquelles la série prend soin de ne pas répondre.

Déjà, il y a le problème du rapport à cette technologie. La résistance à Marder a largement eu le temps d'en récupérer des éléments - comme des armes prises aux soldats ennemis - mais en reste aux lances et aux flèches ; ce qui leur permet pourtant de survivre, malgré une infériorité numérique écrasante en plus du reste. Néanmoins, cela n'est jamais présenté comme un choix conscient de leur part, une idéologie qui leur pousserait à ne pas recourir à la "magie" de l'ennemi. Ils y viendront, mais plus tard.

L'autre souci, plus grave, c'est le Galient. Nous ne saurons jamais pourquoi son souvenir seul a survécu, ni ce qui le rend si spécial par rapport aux autres méchas, hormis que Jordy puisse parfaitement le piloter sans aucune expérience. Surtout, il fait tâche dans la série. En effet, il a été créé par Kunio Okawara en tant que robot principal, avant que Yutaka Izubuchi prenne le relai. Le style de ce-dernier donne un véritable cachet à la technologie de Panzer World Galient, tandis que le rouge pétant et les formes gundamesque du Galient n'ont semble-t-il pas leur place dans cet universe. Je n'ai pas accroché à ce robot.

Le cadre moyenâgeux donne une saveur originale à la série, et l'histoire va nous emmener bien plus loin que ce à quoi le spectateur peut s'attendre de prime abord. Si les personnages sont relativement clichés - avec notamment le héros enfant et sa copine dont le seul rôle est d'être secourue - nous avons aussi droit à des individus comme Himolcha et surtout Marder, lesquels donnent une véritable ampleur au récit, et des implications insoupçonnées de prime abord. Je reste toutefois circonspect face au plan de ce-dernier, son objectif final - révélé dans les derniers épisodes - ne nécessitant pas certains des actes qu'il a commis tout au long de la série. Il n'empêche, l'histoire évolue dans une direction audacieuse.

Le scénario est globalement bien écrit, avec des révélations et de bonnes péripéties. Mais il conserve les séquelles propres à de nombreux animes de l'époque. Lorsque les scénaristes veulent créer une situation particulière, ils se moquent bien de la logique ou du contexte. C'est un peu ridicule. Dans l'ensemble, c'est cette accumulation de petits illogismes, de fausses notes, qui condamne Panzer World Galient sur la longueur, malgré les qualités que la série possède par ailleurs. Cela aurait pu être excellent, mais il lui manque cette finesse dans l'écriture et d'autres détails.

PrécédenteSuivante


Retourner vers Animanga

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 13 invités