Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Modérateurs : Aer, Equipe forum MATA-WEB Animanga : Discussions sur les animés et mangas

Retourner vers Animanga

C'est qui le plus fort ?

Grendizer/Goldorak
6
4%
Mazinkaizer
2
1%
Le God Gundam
2
1%
Ideon
7
5%
Le GunBuster
23
16%
Le Genesic GaoGaiGar
6
4%
Le Strike Freedom Gundam
12
8%
Le Tengen-Toppa Gurren-Lagann
39
27%
Daimos
0
Aucun vote
Le Shin Getter Robo
6
4%
Le Neo-Granzon
0
Aucun vote
L'Evangelion Unité 01
23
16%
Zeorymer
0
Aucun vote
Bonta-kun
16
11%
Trombe !
1
1%
 
Nombre total de votes : 143

Avatar de l’utilisateur
Ramior
VIP : ***
 
Messages: 3040
Inscription: Mer 13 Juin 2012, 14:07

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Ramior le Sam 10 Aoû 2019, 19:59


Avatar de l’utilisateur
Aer
Modo : Fan de Bakunyû
 
Messages: 10040
Inscription: Mar 29 Juin 2010, 23:01
Localisation:

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Aer le Sam 10 Aoû 2019, 20:05

En même temps, certains problèmes viennent peut être du fait que la série a été annulée et devait contenir le double d'épisode ?
When you dont afraid any sunshine, come on baby !

行けよ饒舌の 影よ来て導け

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9595
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Zêta Amrith le Dim 11 Aoû 2019, 10:35

Mouaif, une critique vidéo décontextualisée qui n'offre pas d'éléments de réponse.

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10689
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Gemini le Dim 11 Aoû 2019, 20:32

Aer >> J'ignorais que la série avait été tronquée, mais cela ne m'étonne pas ; à un moment donné, la série abandonne ses résumés en début d'épisode, voire s'en sert pour détailler des événements auxquels nous n'avons pas assisté. Ceci dit, je vois mal ce que l'histoire aurait pu raconter de plus, hormis donner une origine au Galient et créer une meilleure cohérence entre la fin et le reste de la série. Là, cela donne surtout l'impression que Marder aurait pu lancer son plan final à n'importe quel moment, et n'avait pas de raisons de le faire à cet instant précis. Je pense qu'il aurait effectivement été intéressant de rajouter cinq ou six épisodes, mais pas le double.

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9595
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Zêta Amrith le Lun 12 Aoû 2019, 08:42

La seconde partie (annulée) devait être beaucoup plus orientée "espace et combats de vaisseaux". On n'a jamais su ce qu'elle aurait contenu mais d'aucuns se sont prêtés au rêve d'y trouver la planète d'origine du Galient ou ceux qui l'ont construit.
On sait en revanche que ces épisodes disparus devaient révéler qu'Hilmuka est la fille de Marder.

Tel qu'on connaît le réalisateur, il aurait sûrement poursuivi dans la veine moins kid-friendly des derniers épisodes en mettant l'ONU galactique au même niveau de nuisance que les armées de Marder.

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10689
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Gemini le Lun 12 Aoû 2019, 11:43

Zêta Amrith a écrit:Tel qu'on connaît le réalisateur, il aurait sûrement poursuivi dans la veine moins kid-friendly des derniers épisodes en mettant l'ONU galactique au même niveau de nuisance que les armées de Marder.

C'est crédible :lol: Ils n'ont clairement pas envie de que les habitants des planètes sous leur juridiction se rebellent et arrêtent de se contenter de consommer.

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10689
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Gemini le Dim 18 Aoû 2019, 12:43

Sengoku Majin Gô Shôgun : Toki no Etranger : Elle est sans famille, elle s'appelle Rémy, et elle se ballade avec tous ses amis.

J'ai récemment commencé la série d'animation Sengoku Majin Gô Shôgun. Mais en toute honnêteté, j'ai dû mal à y accrocher. J'ai beau lire qu'il s'agit plus d'une parodie du genre super robotto, un titre humoristique, il se présente comme un formula show classique, dont l'originalité tient surtout aux réflexions cassantes que se lancent les trois personnages principaux. Cela ne va pas très loin, et le début - j'en suis à l'épisode 6 - manque d'une introduction convaincante, ou même d'une présentation en bonne et due forme des protagonistes. Difficile d'accrocher quand l'enjeu se limite à empêcher des criminels de mettre la main sur la technologie des héros. Je ne désespère pas que la série évolue dans une direction plus attrayante, donc pour l'instant, je continue ; mais ce n'est pas facile.

Dans le même temps, j'ai décidé de regarder le long-métrage de la licence, focalisé sur son héroïne Rémy Shimada. Il se passe certes après les événements de la série - plus exactement 40 ans plus tard - mais son style même laisse supposer que ce qu'il raconte n'est pas nécessairement canon.

Un énorme reproche pour commencer. Comme il se déroule (notamment) plusieurs décennies après l'anime, les personnages ont plus de 70 ans. Malheureusement, si cela ne pose apparemment aucun problème de montrer des hommes septuagénaires, le studio se refuse de manière obsessionnelle à en faire de même pour Rémy. Comme si celle-ci devait rester figée dans l'image de beauté qui lui est associée, et qu'il fallait préserver les spectateurs de la vue de sa vieillesse. Apparemment, les femmes de 70 ans les dégoutent, surtout si elles étaient aussi magnifiques que Rémy.
Jeux d'ombre, masque, absence de photos récentes, hallucinations collectives, tout est fait pour cacher ces rides que nous ne saurions voir. Je m'attendais à ce que cela soit seulement un moyen de retarder la révélation du visage de l'héroïne après toutes ces années, à la toute fin du métrage, mais non, le réalisateur assume jusqu'au bout. D'où une très forte déception de ma part, qui m'empêche de pleinement savourer une conclusion que devrait pourtant être satisfaisante.

Ce défaut mis-à-part - et qui ne gênera probablement pas la majorité des spectateurs, car je crois que les créateurs de ce film ont malheureusement eu raison de procéder ainsi compte-tenu de leur public cible - il s'agit d'une production très solide.
Déjà, car il faut bien avouer que le pari était osé de produire une suite à une série de robot géant, mais sans l'ombre d'un robot géant (sinon sous forme de figurines et de maquettes). L'idée est simple : montrer que les personnes aux commandes des robots en question étaient avant tout des individus compétents, entrainés, et dotés d'une volonté à toute épreuve. Leur vie ne se résume pas au pilotage, ni avant, ni après les événements de Gô Shôgun. Suivre les péripéties de héros aussi charismatiques qu'expérimentés, soudés par des liens indéfectibles, fonctionne à merveille sans qu'il soit nécessaire de rajouter des monstres de métal. Et comme le montre la superbe séquence de course poursuite du début, l'âge semble ne pas avoir de prise sur leurs talents, en tout cas pas ceux de Rémy. Même si celle-ci nous arrive après Mine Fujiko, il s'agissait sans doute d'une héroïne d'une espèce rare dans les années 1980, ce qui la rend d'autant plus précieuse.

Le long-métrage fonctionne sur un montage parallèle dont les tenants et aboutissants se comprennent de suite, mais dans des univers complètement différents, ce qui lui donne un côté hybride pas désagréable. L'animation est très soignée, ainsi que la réalisation ; laquelle convoque Kanashimi no Belladonna afin de nous montrer une scène de viol, laquelle aurait toutefois pu être évitée même si imaginaire.
Quant à savoir s'il peut se prendre indépendamment de la série, je pense que oui. Du moment que le spectateur accepte comme vrai les deux éléments de base de cette production, à savoir que les personnages ont sauvé le monde 40 ans auparavant, et que comme de bien entendu, cela crée des amitiés inébranlables. Mais cela signifie que, exception faite de Rémy, nous n'en apprendrons pas plus sur eux, hormis quelques bribes ; la plupart sont orphelins, un vient du Bronx, un autre a commencé une formation d'espion dès son plus jeune âge, un autre était très riche et possède apparemment une formation médicale, et ainsi de suite.

Sengoku Majin Gô Shôgun : Toki no Etranger est un anime de robots géants sans robots géants, faisant suite à une série dont il n'est pas nécessaire de connaitre les enjeux, et qui se laisse parfaitement regarder même pris séparément du reste de la licence. Hormis la sacralisation hors-de-propos de l'héroïne, il m'apparait comme une œuvre parfaitement recommandable.

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9595
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Zêta Amrith le Lun 25 Nov 2019, 20:05

Obsolete, série en 3D diffusée sur Youtube à partir du 03 décembre.
Animation low-cost de PS3 mais design "réaliste" intéressant.

Le story composer est Gen Urobuchi, dans une veine real robot.
Plaisir de voir Ryousuke Takahashi aux crédits, dans le rôle toutefois secondaire de planning producer.


Avatar de l’utilisateur
Tetho
Rédac : Crest of "Z's"
 
Messages: 19502
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:44

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Tetho le Lun 25 Nov 2019, 20:16

Il y a pas mal d'éléments qui font envie, à commencer par le cadre militaire contemporain. Je serais moins généreux avec le mechadesign, les centres de gravité sont trop hauts pour leur masse. Et on cherche Yoshida Akihiko dans les personnages dont l'animation semble aussi vivante que celle de leurs machines.
Achieve your mission with all your might.
Despair not till your last breath.

Make your death count.

Avatar de l’utilisateur
Aer
Modo : Fan de Bakunyû
 
Messages: 10040
Inscription: Mar 29 Juin 2010, 23:01
Localisation:

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Aer le Lun 25 Nov 2019, 21:05

Y'a un petit coté Front Mission je trouve. Même si les roues pourraient donner des mouvements un peu à la Votoms.

Tetho > Probablement parce que les jambes sont fines, ça perturbe un peu comparé au coté bulky du haut. Ceci dit, si c'est creux, c'est pas forcément très lourd.
When you dont afraid any sunshine, come on baby !

行けよ饒舌の 影よ来て導け

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9595
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Zêta Amrith le Lun 25 Nov 2019, 21:22

C'est de la technologie d'origine alien et les petits hommes verts se foutent du centre de gravité :idea:

Avatar de l’utilisateur
Tetho
Rédac : Crest of "Z's"
 
Messages: 19502
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:44

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Tetho le Lun 25 Nov 2019, 21:31

Aer > plus ton centre de gravité est élevé, moins tu es stable. D'autant plus si tu es bipède et que donc ta surface de sustentation est faible. Ça passe quand t'es un ado de 15 ans qui pilote un Goundame en apesanteur, mais quand t'affronte des tanks modernes qui peuvent t'envoyer plusieurs tonnes de poussée dans le coffre, c'est plus tendu.
Achieve your mission with all your might.
Despair not till your last breath.

Make your death count.

Avatar de l’utilisateur
Sora334
Ryo versus Massue
 
Messages: 758
Inscription: Mar 29 Nov 2011, 17:38

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Sora334 le Ven 29 Nov 2019, 22:30

Il suffit d'activer l'ATfield de la crédulité
Sur l'eau calme vogant sans rêve,
dans l'éclat du jour qui s'achève,
qu'est notre vie sinon un rêve ?

L. Caroll.

https://myanimelist.net/animelist/sora334?status=7

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9595
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Zêta Amrith le Mar 03 Déc 2019, 13:28

Bon, les épisodes ne font que douze minutes chacun et seront au nombre de six seulement.
De l'ONA pur jus quoi :|

Quant au premier opus, peu de choses à en dire. C'est plaisant à regarder pour un mechaphile, mais ça ne raconte rien de spécial en l'état. J'ai mis le temps pour comprendre pourquoi le rendu 3D de cet anime ne ressemblait pas aux autres ; ça tient à l'absence quasi-complète de gestion des ombres ou d'éclairage dynamique, qui engendre une esthétique rappelant plus l'animation en papier découpé des années 70 que les CG luisants de Satelight ou A-1. Du coup c'est rustique mais moins laid qu'escompté.

Avatar de l’utilisateur
Ramior
VIP : ***
 
Messages: 3040
Inscription: Mer 13 Juin 2012, 14:07

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Ramior le Sam 22 Fév 2020, 21:55

Ermite ce fait apôtre des mecha sur Youtube:



Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10689
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Gemini le Sam 22 Fév 2020, 22:54

Je suis étonné par l'absence d'avis sur Promare, même de la part de mata. Bon, ben, je vais me dévouer.

Promare est un film cool, rempli de scènes cool, avec des personnages cool, dans des décors cool, avec des expériences cool sur des humains chassés, opprimés, et qui perdent leurs membres à cause de ça, sauf quand le scénario cool oublie que c'est censé leur arriver :mrgreen:

Du calme.

Respirons.

Promare, c'est beaucoup d'effets de lumière et de musique à fond, ça fait un peu mal à la tête.

Le film a été pensé pour être dynamique et explosif, et il l'est. Pas de doute. Donc à regarder, il est au minimum sympa, à condition de se laisser entrainé. Je veux bien jouer le jeu. Mais est-ce qu'un anime ne peut reposer que sur du "cool" ? J'ai de gros doutes.

Cette production m'a rappelé les long-métrages de TTGL, en cela qu'ils allaient à l'essentiel et partaient très loin dans leur délire en un minimum de temps, quitte à sacrifier la narration et l'introduction des personnages. Sauf qu'il s'agissait de résumés d'une série TV, donc il restait toujours possible de revenir vers l'original pour découvrir l'univers et s'attacher aux protagonistes. Promare n'offre pas cette possibilité, mais va tout-de-même nous proposer une brigade entière de pompiers bâtis sur des archétypes, ou asséner de grosses révélations à intervalles réguliers afin de faire progresser l'histoire par la force. Et le scénario a beau souligner le hasard total de certaines rencontres ou événements, cela n'en demeure pas moins un gros souci d'écriture. Promare aurait dû être une série, mais n'aurait plus fonctionné en tant que pic d'adrénaline.

Pour une production reposant avant tout sur le cool, les méchas, et les effets pyrotechniques, il s'agit d'un film extrêmement cruel, ce qu'il ne semble pas entièrement assumé. A tel point que j'ai surtout l'impression que c'est de l’esbroufe.
Promare est impressionnant, et cela lui permet de fonctionner sur près de deux heures avec un scénario condensé. Mais je ne crois pas qu'il faille trop en gratter la surface, sous peine de ne trouver qu'une coquille vide.
Dernière édition par Gemini le Sam 22 Fév 2020, 23:45, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Ialda
Modo : bodacious kunoichi otaku
 
Messages: 19003
Inscription: Sam 31 Mar 2007, 13:25
Localisation: Firelink Shrine

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Ialda le Sam 22 Fév 2020, 23:44

Je me suis emmerdé devant. J'ai eu l'impression d'un melting-pot d'idées et de visuels que visiblement Trigger trouvaient cools dans leurs précédentes productions, et qui là donne juste un truc aussi hésitant qu'une poule sans tête. Long de deux heures. J'ai compté chaque minute.

Ça aurait été complètement justifié de la part d'Imaishi et Nakashima (grosse déception venant de sa part) de se contenter de faire un truc bourrin et décomplexé deux fois moins long, dans la lignée des OVA style Birth. Ou bien de mettre vraiment le focus cette idée de deux peuples que tout opposent sur fond de catastrophe écologique : c'est un classique, mais bien exploité ça marche toujours bien. Là j'ai eu l'impression que le film avait le cul entre deux chaises, entre scènes d'actions qui tombent à plat et propos sous-exploité, avec en prime un design de TTGL du pauvre, affadis d'avoir été rendu trop "propre". Et surtout, aucune émotion à la clé, juste de la fatigue.

Avatar de l’utilisateur
Tetho
Rédac : Crest of "Z's"
 
Messages: 19502
Inscription: Ven 06 Avr 2007, 17:44

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Tetho le Dim 23 Fév 2020, 02:33

Je trouves ça un peu facile de dire que le film est creux quand, si on regarde bien, il est totallement cohérent avec le reste de la filmo de son réal et son scénariste ensemble.
Comme Glagann et Kill la Kill c'est un film qui parle du combat de l'individualité contre l'homogénéité aliénante du groupe, littéralement le motif central de l'œuvre d'Imaishi. A ça se rajoute le même humanisme que dans Gurren-Lagann, avec la question de la difficulté à garder foi soi et en l'Humanité quand cette dernière pave elle-même le chemin de sa destruction.
Alors c'est certainement pas très poussé, hein, ça reste un film sur des pompiers nekketsu qui sauvent le monde par le pouvoir de l'amitié virile, mais c'est bien là.


Et c'est là le premier grief que j'ai envers le film, il ressemble trop à un best-of de la filmo d'Imaishi. Galo est un Kamina du Lidl, Lucia c'est Jakuzure... Le film baigne dans une esthétique Glaganesque sous acides et Imaishi fout du Kanada partout, comme pour donner raison à Yoshinari quand ce dernier lui reproche de n'avoir que ce dernier comme référence. J'ai vraiment l'impression qu'Imaishi est prisonnier de l'idée qu'il se fait de ce que ses fans, surtout nord-américains, aiment chez lui. Ni Kill la Kill, ni Promare n'ont la sincérité de Gurren-Lagann. Ce qui en soit s'explique peut-être par le fait que Trigger est un studio construit autour de son nom et que même si Yoshinari et Amemiya ont réussi à émerger, il reste la locomotive qui tire le studio dans son ensemble et qu'avec vient des responsabilités envers les employés.

Mais même ça ce n'est rien en comparaison du vrai problème du film, celui qui m'en a ruiné le visionnage : la 3D CG omniprésente. Le film est dégueulasse avec sa 3D à toutes les sauces, pour tout et par tout. Doublement quand Imaishi décide d'en profiter pour foutre des mouvements de caméras dans tous les sens tout le temps. Le storyboard est vraiment pas bon à cause de ça. Je n'ai vraiment pris mon pied que dans les ~20 dernières minutes, quand la 3D se fait discrète et que l'animation 2D reprend sa place légitime. À ce moment là on a un aperçu de ce qu'aurait été le film si Trigger continuait de faire brûler la flamme au lieu de jouer les poseurs pour Twitter.
Je rejoins Amrith quand il dit que le film est certainement pour le studio un moyen de sonder ses fans sur la question de l'utilisation de la 3D, et ces derniers ont répondu de façon quasi-unanime positivement. On a l'animation japonaise qu'on mérite.
J'ai passé la majorité du film frustré de ne pas pouvoir apprécier comme je le devrais le film. Et ça me chagrine car sans ça, avec le même film majoritairement animé à la main, et en incluant les ajustement techniques que ça implique, on se serait retrouvé avec ce neo-Birth appelé de ses vœux par Ialda juste au dessus, un film qu'on aurait rangé dans nos étagères entre Redline et Akira. Imaishi était l'élu, c'était lui ! La prophétie voulait qu'il détruise la 3D, pas qu'il devienne comme elle. Il devait amener l'équilibre au robot anime, pas le condamner à la nuit !


Gemini a écrit: Mais est-ce qu'un anime ne peut reposer que sur du "cool" ?

C'était littéralement le fond de commerce des OVA des années 80, ces projets sympas mais... Ces "OVA jetables" qui laissent un souvenir très attachant mais qu'en fait on a déjà à moitié oublié la semaine suivante. Les Dangaioh, Ikzer, AiKA, Project A-ko et autres Riding Bean.
Achieve your mission with all your might.
Despair not till your last breath.

Make your death count.

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9595
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Zêta Amrith le Dim 23 Fév 2020, 12:15

Ca m'a laissé un peu indifférent dans la mesure où ça nous rejoue Gurren Lagann (avec les mêmes thèmes et mêmes interactions, effectivement) selon une partition du toujours plus qui conduit en fait vers le toujours plus factice. Le film est un cliché de lui-même, le plus petit effet est précisément calculé en fonction d'un fandom constitué, conçu pour répondre aux séries précédentes de son réalisateur. Là où un Gurren-Lagann élargissait l'horizon de l'animation, plaidait pour un dépassement (de la règle), Promare est paradoxalement Trigger qui active son over-ze-top pour se resserrer sur sa base et rétrécir la fenêtre émotionnelle.

Quant au facteur cool, il se mesure souvent plus à l'univers, au design, voire même au layout, qu'à l'animation proprement dite, même si les deux peuvent s'émuler. J'ai pas eu l'impression que Promare soit franchement remarquable dans quelque domaine qui ne concerne pas directement le mouvement.

Avatar de l’utilisateur
Eltreum
Pitit LEGO
 
Messages: 368
Inscription: Ven 17 Jan 2014, 21:09

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Eltreum le Dim 23 Fév 2020, 14:20

Tetho a écrit:
Gemini a écrit: Mais est-ce qu'un anime ne peut reposer que sur du "cool" ?

C'était littéralement le fond de commerce des OVA des années 80, ces projets sympas mais... Ces "OVA jetables" qui laissent un souvenir très attachant mais qu'en fait on a déjà à moitié oublié la semaine suivante. Les Dangaioh, Ikzer, AiKA, Project A-ko et autres Riding Bean.

Il y avait "certaines vraies choses" de plus que du "cool artificiel" dans ces OVA qui d'ailleurs ironiquement allaient quelques fois à l'opposé du "cool japan" du gouvernement (titres inavouables et honteux). On sentait un réel investissement de passionnés en tout points, de l'authenticité quoi (et ce n'est pas dû qu'à la liberté de l'époque). Même le médiocre d'alors égalait la moyenne industrielle d'aujourd'hui, après bien sûr sur l'ensemble c'est les montagnes russes un peu comme les films ricains (pas Hollywoodien) des années 80-90 qui allait du expérimental malsain ou nanar à œuvre variable.

Sinon Trigger s'adapte à l'époque. Les blasés de (manque) de (bons) robots (70's, 80's, 90's) ont eu Gurren Lagann (qui est un hommage) en 2007* (2006*, les blasés de moe/harem/slice of life ont eu aroui.fr). En 2019, que veulent la masse/industrie : retrouver les mêmes ingrédients sûrs encore et encore. Ce qu'il confirme que le "messiah" (ne croyez pas le faux-dieu Netflix) ou "énième impact" n'arrivera pas car on le mérite clairement pas**.

* Ce qui est drôle pour ceux qui n'ont sans doute pas oublié, c'est que ces individus ne regardaient que des anime récents et n'avaient vu que des "vieux" genre à la TV gosses. Sans oublier la guerre moe VS mecha dont on se demande toujours ce que les vainqueurs ont imposés aux perdants. L'histoire est t-elle réécrite ?
** L’apocalypse sûrement...
R....

Avatar de l’utilisateur
Gemini
Rédac : Sailor Star
 
Messages: 10689
Inscription: Lun 23 Avr 2007, 17:49
Localisation: Ponyville, North Dakota

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Gemini le Lun 16 Mar 2020, 00:12

Aoki Ryūsei SPT Layzner : Nous sommes en 1996, sur Mars. La base de l'ONU se trouve prise dans l'affrontement opposant trois engins de combat d'une conception inédite et une unité similaire. Avec l'aide du pilote de cet appareil, un petit groupe de rescapés va chercher à rejoindre la Terre.

Avant toute chose, je dois préciser avoir été prévenu : à l'instar de Panzer World Galient, Aoki Ryūsei SPT Layzner souffre d'un nombre d'épisodes revu à la baisse en cours de production, résultant en plusieurs coupes et autant d'ellipses. Celle située entre les deux derniers épisodes s'avère particulièrement violente, changeant complètement la donne, mettant au premier plan des éléments jusque-là survolés, et délocalisant l'action bien loin de ses terres habituelles. Ryousuke Takahashi a apparemment fait le choix de ne pas changer sa conclusion, d'où cette précipitation.
Heureusement, il existe trois OAV, censées être récapitulatives de la série, permettant surtout de donner au dernier arc une longueur plus convenable. Mais si vous vous arrêtez à la série TV, vous serez fatalement déçu. D'autant plus dommage que, jusqu'à ce que la première coupe nette survienne, elle bénéficiait d'une écriture plutôt maitrisée.

Hormis ces problèmes de production, je savais en réalité très peu de choses sur Aoki Ryūsei SPT Layzner. Qu'elle avait été pensée et réalisée par Ryousuke Takahashi, bien entendu ; ce qui est toujours un signe de qualité. Qu'elle date de la première moitié des années 1980, ce qui se voit de suite. Et qu'elle m'a été chaudement recommandée. Pour le reste, j'étais dans le flou, et ma foi, ce n'est pas une mauvaise façon de l'aborder. Si vous appréciez les productions Sunrise de l'époque et les travaux de ce créateur en particulier, vous pouvez arrêter de lire et vous diriger vers cet anime sans trop de craintes.

La raison pour laquelle je ne souhaite pas m'appesantir sur ce titre, c'est car sa structure n'est pas aussi prévisible qu'il y parait. Au début, je l'avoue, je me disais que tel personnage allait se révéler être l'officier ennemi au grand cœur doutant de sa hiérarchie, tel autre deviendrait le fanatique s'opposant au héros car le considérant comme responsable de la situation, et ainsi de suite. Sauf que ça, c'est surtout vrai chez Tomino. Aoki Ryūsei SPT Layzner suivra sa propre voie.
Pour résumer brièvement : une race alien veut conquérir la Terre, et l'unique rempart consiste en un pilote mi-alien mi-humain, qui a choisi de protéger la planète natale de son père en faisant défection aux commandes du robot Layzner. Évidemment, sa nature double fait que les Terriens auront beaucoup mal à lui faire confiance, y compris ceux qu'il va pourtant sauver.
Les motivations des envahisseurs comptent peu, de même que le moyen de les vaincre. Leur nature, quant à elle, ne surprendra personne. Ce qui importe, ce sont les situations qui en découlent, à commencer par l'embrasement du conflit entre les USA et l'URSS, la survie sur Mars puis dans l'espace, la défiance envers le héros, et d'autres aspects sur lesquels je préfère ne rien dire.

Malgré un arc final expéditif - je n'ai pas encore regardé les OAV - j'ai beaucoup aimé Aoki Ryūsei SPT Layzner. Il faut dire qu'à ce moment-là, la série m'avait déjà convaincu, et apporté plus que ce à quoi je m'attendais. Donc si je regrette la façon dont elle se termine, je ne la condamne pas dans son ensemble.
Les péripéties suivent une évolution logique, nous avons des affrontements mais sans tomber pour autant dans une logique d'ennemi de la semaine, les personnages eux-aussi grandissent dans une situation extrême, et j'ai trouvé l'écriture de qualité dans son ensemble. Quant aux personnages eux-mêmes, hormis la plus jeune du groupe et le héros, nous ne pouvons pas dire qu'ils suivent un schéma prévisible ; le conflit les fait partir dans des directions qu'eux-mêmes n'auraient sans doute jamais imaginé, et ils s'en sortent avec plus ou moins de succès.
La technique souffre de quelques défauts, de récupération d'animation à quelques reprises, mais il y a aussi un vrai soin apporté à certaines séquences. Kunio Okawara s'occupe une nouvelle fois du mecha design, et si nous avons quelques réminiscences de Gundam - la banque de bruitages de la Sunrise n'aidant pas - ils possèdent leur propre style, et j'ai trouvé celui du Layzner particulièrement réussi. Sans doute satisfait de son travail sur Armored Trooper Votoms, Takahashi charge cette fois Moriyasu Taniguchi du chara design ; son studio Anime R ayant apparemment beaucoup œuvré sur la série.

Ce sont vraiment ses thèmes et son écriture qui m'ont plu dans Aoki Ryūsei SPT Layzner, ponctués par des duels de méchas de bonne facture. Le tout se mélange en un récit d'aventure, de guerre, et de science-fiction réussi, avec des imperfections mais dont je préfère retenir le positif.


Avatar de l’utilisateur
hebiko
Apprenti Kirin
 
Messages: 1073
Inscription: Ven 06 Jan 2012, 20:18

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede hebiko le Lun 16 Mar 2020, 16:11

Toujours énormément d'amour pour cette série, j'ai dû la mater plusieurs fois, chose rare pour moi.
Je l'ai regardé à l'époque en même temps que Gundam AGE et je n'avais pas pu m'empêcher d'en faire un parallèle dans ce que ces 2 séries racontent.

L'anime a vraiment bien vieilli et a un rythme qui gère bien entre les phases de combats et les moments plus posé (la première partie est super pour ça, avec toutes les réflexions autour de la limitation logistique des protagonistes).
Si j'avais un reproche à faire c'est l'effet des laser dans cette série, on a pas l'impression qu'ils peuvent détruire quelque chose quand ils sont tirés comparé à un Gundam par exemple (même pas de recul dans mes souvenirs).

Je sais plus si c'est une simple légende que j'avais lu (ici peut être?) mais elle aurait inspiré les scouter de Dragon ainsi que les trainés lumineuse, et rien que ça déjà c'est la classe.
Image

Avatar de l’utilisateur
Deluxe
Pitit LEGO
 
Messages: 483
Inscription: Jeu 21 Sep 2017, 08:49

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Deluxe le Lun 16 Mar 2020, 20:35

Le véritable intérêt de Layzner se situe surtout dans sa première partie qui reprend le récit classique de Gundam (une bande de gosses perdus dans une guerre qui les dépasse) pour l'incorporer dans un univers qui se rapproche du réel et en particulier de la guerre froide et de la menace nucléaire.
La deuxième partie de la série est beaucoup plus statique et attendue en comparaison. Ce n'est pas un hasard si la diffusion a été abruptement raccourcie, les audiences télé étaient de plus en plus mauvaises.

Parmi les trois séries de la "Trilogie Takahashi" (Votoms-Dougram-Layzner) je dirais que Layzner est la plus aboutie techniquement - avec un remaster Blu-Ray excellent, mais la moins intéressante du point de vue de l'écriture.

Avatar de l’utilisateur
Zêta Amrith
Kwisatz Haderach
 
Messages: 9595
Inscription: Dim 08 Avr 2007, 23:14

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Zêta Amrith le Lun 16 Mar 2020, 23:34

Deluxe a écrit:La deuxième partie de la série est beaucoup plus statique et attendue en comparaison. Ce n'est pas un hasard si la diffusion a été abruptement raccourcie, les audiences télé étaient de plus en plus mauvaises.

Les audiences générales n'ont jamais été bonnes, du fait notamment d'un talk show populaire programmé juste en face. Les otakus sont restés son public du début à la fin. C'est la faillite de l'un des sponsors, et l'impossibilité d'amortir cette perte avec le merchandising, qui a conduit à l'annulation d'une dizaine d'épisodes.

Parmi les trois séries de la "Trilogie Takahashi" (Votoms-Dougram-Layzner) je dirais que Layzner est la plus aboutie techniquement.

You mean "Hexalogie Takahashi".

Avatar de l’utilisateur
Eltreum
Pitit LEGO
 
Messages: 368
Inscription: Ven 17 Jan 2014, 21:09

Re: Ils sont beaux, ils sont grands, ce sont les robots géants !

Messagede Eltreum le Mar 17 Mar 2020, 22:23

Layzner est une série que j'apprécie et préfère à Dougram/Galient/Gasaraki/Flag même si évidemment Votoms (dont Eiji ressembla un peu à Chririco dans la 2ème partie) est supérieur. Et oui, Akira Toriyama est un fan, les auras de ki qui viennent de mechas :shock: C'est l'activation cachée du système V-Max de l'IA du mecha (encore une bonne trouvaille au passage)
[Montrer] Spoiler
qui n'est pas Rei (féminine) mais Phoron (masculin et passage en mode automatique) lié au père d'Eiji.
"Ce cockpit est mon monde !"

L'histoire fait écho à la Guerre Froide et comment des envahisseurs pourraient profiter de la bêtise humaine des conflits. Les combats de méchas sont le point fort, bien réalisés. Après, il y a le côté "Terre occupée" par Grados où le groupe d’Eiji fait de la résistance et la "culture terienne" est prohibée.

Il y a une blague populaire, comment les personnages peuvent avoir autant changés physiquement en seulement 3 ans ?! :mrgreen:

Notons l'opening "Just Like Melos, Lonely Way" qui vient de la nouvelle japonaise très célèbre "Cours, Mélos !" (dont on peut voir l'histoire, qu'on croirait sortie d'une mythologie grecque, en film d'animation). Cet op, à chaque épisode, on avait 10 secondes de preview de l'épisode à 1 min (la 1ère fois était épique), d'ailleurs utilisé pour la vente box blu-ray : https://www.youtube.com/watch?v=6R_Q6m27Lqg

[Montrer] Spoiler
Vous avez cliqué sur un spoil quelconque donc,
E-MF-LZ-00X-2 Layzner Mark II jamais apparu dans la série : https://www.mahq.net/mecha/spt-layzner/ ... -00x-2.htm
R....

PrécédenteSuivante


Retourner vers Animanga

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités